Version classiqueVersion mobile

Écrire la crise

 | 
Marc Gontard

Troisième partie. Récit et postmodernité

Chapitre 8. Poétiques du discontinu

Un exemple d’écriture postmoderne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour illustrer la manière dont la littérature rend compte, dans ses stratégies d’écriture, de cette culture postmoderne identifiée comme culture de la crise, j’ai donc choisi le premier des dispositifs décrits plus haut, et je m’arrêterai tout particulièrement sur les effets de discontinuité tels qu’ils se manifestent dans le roman. En effet, j’ai montré comment le principe d’altérité, en lien avec le déconstructivisme, a miné l’idée de totalité et d’unicité constitutive de la modernité et de sa vision téléologique de l’histoire. Il s’agit à présent de voir comment le principe de discontinuité, qui traverse la culture postmoderne, de la théorie du chaos à l’éclatement du sujet dans l’atomisation du lien social, travaille l’écriture narrative, en privilégiant des modes de configurations comme le collage, le fragment ou l’hybridation du récit.

Collages

L’un des dispositifs qui, dans le champ romanesque produit un effet massif de discontinuité est le collage. D’abord utilisé dans les art...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search