Version classiqueVersion mobile

Écrire la crise

 | 
Marc Gontard

Première partie. L'hypothèse postmoderne

Chapitre 3. Éléments de périodisation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si le mot « postmoderne », comme nous l’avons vu, apparaît à quelques reprises aux États-Unis dans la première moitié du XXe siècle, il ne s’impose vraiment que dans les années 60, en littérature et en architecture avant de s’étendre à la sociologie et aux arts plastiques. Le premier article à y faire écho, en France, est celui d’Harry Blake : « Le Post-modernisme américain », paru dans la revue Tel Quel, en 1977, suivi en 1981 de l’étude du romancier américain John Barth dans Poétique : « La Fiction postmoderniste. »

Il faut pourtant attendre 1979, pour que J.-F. Lyotard s’en empare, avec son livre : La Condition postmoderne qui va, comme je l’ai montré, susciter de nombreux débats et imposer peu à peu le terme de ce côté de l’Atlantique. Or, durant la décennie 70-80, le Nouveau Roman que Jean Ricardou s’efforce de réactiver en postulant un « nouveau » Nouveau Roman, est en voie d’extinction mais il occupe toujours le devant de la scène littéraire avec notamment les colloques de Cer...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search