Version classiqueVersion mobile

Écrire la crise

 | 
Marc Gontard

Première partie. L'hypothèse postmoderne

Chapitre 2. Le postmoderne entre néo-moderne et surmoderne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si j’ai tant insisté sur ce conflit qui ancre, d’une manière polémique, la notion, dans le contexte franco-européen, c’est pour lever toute suspicion sur le sens qu’il convient de donner au mot « postmoderne », dans cette étude. En effet, le danger est grand, on peut s’en rendre compte, de voir récupérer le discours postmoderne par des idéologies régressives et conservatrices. Le divorce d’avec les Lumières et la mise à distance de ce bonheur collectif qui constituait l’horizon de la modernité peuvent avoir comme effets pervers l’appel à la résignation sociale et le repli passéiste face aux mutations de notre temps. On comprend dès lors le sursaut de Jean-Claude Guillebaud dans La Trahison des Lumières1 ou l’ironie mordante de Meschonnic :

Il y avait une jeunesse dans les mythes avant-gardistes. Ce post-moderne-là est un mythe de vieux. Et ces vieux ont peur2.

Mais il faut aussi garder à l’esprit que le marxisme-léninisme comme le capitalisme ont été, en politique, les purs produits d...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search