Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le dictionnaire détourné

 | 
Denis Saint-Amand

Préface

Marc Angenot

Texte intégral

1« Un tel livre se passe de préface ! » : cet exemple ferait une excellente entrée dans un glossaire de la rhétorique conventionnelle, sous la rubrique prétérition. Mais, on le sait, tout n’est pas faux dans les lieux communs et celui-ci s’impose à moi : le livre de Denis Saint-Amand pourrait se passer de préface, – même si je suis ravi de lui en proposer une.

2Il pourrait s’en passer tout d’abord tant son objet est d’emblée passionnant, prégnant, riche de potentiel, au point qu’on se trouve tout étonné de constater que le sujet n’a jamais été traité alors qu’il est évident et qu’il est révélateur de tout un état de culture. Le XIXe siècle a été le siècle des dictionnaires, de Bescherelle à Littré, au Dictionnaire général, aux éditions successives de l’Académie, au Dictionnaire universel des contemporains de Vapereau et autres dictionnaires biographiques, au « Grand Larousse » et autres monuments encyclopédiques, aux dictionnaires des dialectes, des patois que compilaient les érudits de province, aux glossaires de l’argot et des jargons de métier qui pullulent tout au long du siècle. Mais ce siècle a été aussi, parallèlement (l’adverbe verlainien convient ici), le siècle des parodies et des détournements littéraires du genre ou des genres lexicographiques. Ils abondent : Denis Saint-Amand en a déniché avec une allègre érudition des dizaines d’omis et oubliés. L’auteur fait émerger sous tous ses avatars un dispositif génologique hybride duquel surgissent des questions fondamentales sur ce fameux Siècle du progrès dont nous ne sommes que les héritiers tardifs et les épigones.

3Sans doute le pseudo-dictionnaire satirique – dont le type le mieux connu est certes le flaubertien Dictionnaire des idées reçues ou Catalogue des opinions chics – forme-t-il un « genre mineur » de la littérature, étiquette conventionnelle devant tout inclassable qui rend perplexe. Toutefois ce phénomène récurrent de pastiche et transpositions d’un dispositif générique éminemment prosaïque, fonctionnel, « sérieux » et, dès lors, non littéraire révèle quelque chose de l’essence de la littérature. Que peut et que fait la littérature, sur quoi travaille-t-elle et, au bout du compte, ce faisant que sait-elle ? Que sait-elle qui ne se saurait pas aussi bien, et même mieux, ailleurs ? La littérature est ce discours qui vient prendre la parole et travailler avec « les mots de la tribu » après que tous les autres discours, les discours pratiques, fonctionnels, ternes et sérieux ont dit ce qu’ils avaient à dire.

  • 1 On sait que le Dictionnaire flaubertien s’orne d’un exergue de Chamfort : « Il y a à parier que to (...)

4Au XIXe siècle, l’« homme de lettres » est avant tout quelqu’un qui écoute la rumeur sociale, et qui a une bonne oreille. Un écrivain « mineur » comme Henry Monnier est un passif magnétophone qui a transcrit pieusement le discours social de la petite bourgeoisie et des classes plébéiennes sous Louis-Philippe – documentation irremplaçable sur un monde révolu. Beaucoup des dictionnaires compilés par des journalistes, des publicistes, des littérateurs et analysés par Denis Saint-Amand sont un travail de sociologie « sauvage », de sociologie avant la lettre. Les « idées reçues » de Flaubert sont tout d’un tenant des clichés, des paroles figées et convenues qui alimentent la conversation petite-bourgeoise. Ce sont, sous-titre-t-il, « tout ce qu’il faut dire en société pour être convenable et aimable ». De Flaubert à Nathalie Sarraute (Vous les entendez ?) en passant par Léon Bloy et son Exégèse des lieux communs, par Marcel Proust et par Robert Musil, les idées reçues et leur catalogage, – présenté sous forme de glossaire ou non, – ont occupé de génération en génération tous les écrivains modernes et ont nourri leur mépris du Philistin et du bourgeois1. Les idées toutes faites, les préjugés, les platitudes de la doxa, tout au long de la modernité, exaspèrent l’artiste qui se légitime par ce mépris hautain comme un Aristocrate de l’art.

5Un dictionnaire, dit-on, cela ne se lit pas, cela se consulte. Un dictionnaire, c’est illisible, cela ne se prête pas du moins à la lecture de notice en notice et d’entrée en entrée. Le pseudo-dictionnaire, lui, est fait pour être lu comme l’œuvre d’un auteur (lors même qu’il serait pseudonyme ou anonyme), comme une œuvre composée et donc de A à Z. Le contraste que je trace relève pourtant du lieu commun même pas faux. Pour l’enfant du XIXe siècle, « amoureux de cartes et d’estampes », le dictionnaire et l’encyclopédie paternels, gros in-4º reliés en percaline noire, ont été la porte d’entrée des rêveries et de l’apprentissage du monde. Les littérateurs dictionnairiques, fût-ce en clé satirique, ont hérité de cet usage juvénile pervers et le transposent : ils font à bon droit du dictionnaire une œuvre d’art et un instrument à explorer la bizarrerie du monde. Je peux en témoigner : j’appartiens pour ma part à la dernière génération, probablement, qui aura appris la vie, de mot en mot, dans le Petit Larousse – pages roses comprises. Je salue à ce titre la génération Wikipedia, génération à laquelle je n’ai pas besoin de signaler, je pense, que les parodies graveleuses ou humoristiques, les pastiches pervers de la fameuse « encyclopédie libre en ligne » se comptent déjà par dizaines.

  • 2 Rheims Maurice († 2003) était un historien d’art et romancier français, membre de l’Académie franç (...)

6Denis Saint-Amand montre notamment avec finesse à plusieurs endroits que la frontière est d’emblée poreuse qui sépare le « vrai » dictionnaire du dictionnaire fictif. Le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse est, pour nous du moins, avec le recul du temps, un monument de fantaisies personnelles et de digressions subjectives et polémiques. Ceci explique que, finalement, les « vrais » lexicographes se sont mis à l’école des satiristes et des littérateurs. C’est l’austère maison Larousse qui a publié dans ses collections lexicographiques le Dictionnaire des mots sauvages de Maurice Rheims2, dictionnaire, éminemment inutile en soi, des hapax, des néologismes créés (et utilisés une fois seulement) par des gens de lettres et c’est elle qui a commandité à des linguistes, en se mettant expressément à l’école de Flaubert, dans un siècle où les idées reçues et idées chics, de plus en plus fugaces, sont imposées par les médias et « tournent » de plus en plus vite, Les mots dans le vent, 1971 et mises à jour successives…

7« Il n’y a pas que la rigolade, il y a aussi l’art », dit Gabriel dans Zazie. Les divers dictionnaires fictifs étudiés par Saint-Amand sont souvent drôles, parfois malveillants, mais ils apprennent bien des choses que les ouvrages « sérieux » ne dévoilent pas. Aujourd’hui encore, on peut trouver perspicace, autant et plus que les travaux savants sur ces écoles, le Glossaire pour servir à l’intelligence des auteurs décadents et symbolistes de « Jacques Plowert ».

8Lisez Le Dictionnaire détourné. Vous y trouverez des analyses pleines de justesse, vous y découvrirez la description d’écrits parfois injustement oubliés et vous trouverez, à travers ce genre symptomatique, à réfléchir sur la façon dont les lettres, dans la première Modernité, s’emparaient du discours social pour en faire un objet d’herméneutique.

Notes

1 On sait que le Dictionnaire flaubertien s’orne d’un exergue de Chamfort : « Il y a à parier que toute idée publique, toute convention reçue, est une sottise, car elle a convenu au plus grand nombre. »

2 Rheims Maurice († 2003) était un historien d’art et romancier français, membre de l’Académie française.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540