Version classiqueVersion mobile

Cristina Rivera Garza

 | 
Cecile Quintana

Prologue

Texte intégral

  • 1 Alejandro Palma Castro et Cécile Quintana, Cristina Rivera Garza : Una escritura impropia, México, (...)

1L’œuvre de la Mexicaine Cristina Rivera Garza est, à son image, tout aussi captivante que déroutante. Il y a dans son écriture une force de frappe poétique et politique à la fois, qui nous parle du réel tout en nous en détournant. Soucieuse de mener toujours plus loin l’expérience des limites du langage, elle s’emploie sans relâche à disloquer nos schémas de représentation, nos modes d’appréhension et nos réflexes, pour nous obliger à aimer ce que nous ne comprenons pas. Pour autant, elle ne renie ni l’histoire littéraire ni son attachement à sa culture mexicaine, deux aspects souvent battus en brèche par ceux qui prétendent écrire autrement, en s’émancipant du prétendu carcan de la tradition littéraire et des ancrages identitaires nationaux. J’ai voulu percer le secret de son écriture parfois impénétrable, souvent imprévisible, en cherchant à démanteler les mécanismes qui rendaient chez elle l’expérience de la lecture inédite. Un des temps forts de ce cheminement a été la journée d’études que j’ai organisée à l’université de Poitiers sur le thème de la frontière, en présence de l’auteur, en octobre 2011. Cette journée s’est accompagnée d’un travail en collaboration avec les étudiants qui ont mis en scène des textes inédits de Cristina Rivera Garza, « Ocho composiciones para varias voces desde La frontera más distante », spécialement conçus pour l’occasion, dans le cadre plus large de la manifestation La fête de la science. Dans ces conditions, c’est un contact vivant et par conséquent privilégié avec l’œuvre et son auteur qui s’est établi. En 2012, ce privilège s’est prolongé pendant trois mois, où nous avons accueilli l’auteur dans notre université, dans le cadre de l’obtention d’une Bourse Région. C’est donc à Poitiers, à l’automne 2012, qu’elle a fini de rédiger son essai Los muertos indóciles, publié l’année suivante. Au cours de ce séjour, elle a généreusement rendu accessibles les différentes étapes de son chantier en faisant don notamment, au laboratoire CRLA-Archivos, des versions successives de son essai. De sorte qu’aujourd’hui, ce « Fonds Cristina Rivera Garza » rassemble des manuscrits de première main, conservés en vue d’une étude génétique textuelle. Puis, en novembre 2013, a eu lieu le colloque que j’ai co-organisé au Mexique avec Alejandro Palma Castro de l’université de Puebla (Benemérita Universidad Autónoma de Puebla). Nous voulions rendre un hommage exclusif à cette intrépide voix féminine de la littérature mexicaine contemporaine. À l’issue du colloque, nous avons publié un livre collectif1. À présent, c’est une lecture plus personnelle que j’aimerais proposer en m’inspirant en partie d’un inédit rédigé en 2009 dans le cadre de mon Habilitation à Diriger des Recherches (HDR). Ce projet de rendre compte aujourd’hui de l’ensemble de l’œuvre de Cristina Rivera Garza me semble d’autant plus légitime qu’il coïncide avec la fin d’un cycle de son écriture, selon les propres dires de l’auteur, correspondant à la publication de son dernier essai, Los muertos indóciles, en 2013, dont j’ai pu très modestement suivre les derniers remaniements.

  • 2 Palabra de América, Barcelone, Seix Barral, Coll. Nuevo Ensayo, 2004.

2Bien qu’elle n’ait pas tout de suite connu le succès international de ses pairs comme Carmen Boullosa ou Jorge Volpi, la critique reconnaît à Cristina Rivera Garza une place à part entière dans la production de ces dix dernières années. À l’occasion de la Première rencontre des Écrivains Latino-américains de Séville au mois de juin 2003, la maison d’édition Seix Barral publiait, sous le titre Palabra de América2, les réflexions de Roberto Bolaño, Rodrigo Fresán, Gonzalo Garcés, Mario Mendoza, Edmundo Paz Soldán et de quelques autres belles plumes sur l’état de la littérature hispano-américaine actuelle, dans une tentative de faire émerger une cohésion intellectuelle générationnelle. Cristina Rivera Garza était la seule femme écrivain à participer à ce projet collectif. Dans son documentaire de 2009, Lettres mexicaines, romanciers de la grande frontière, la réalisatrice Carmen Castillo lui réservait également une place de choix comme représentante de la littérature du nord du Mexique, aux côtés de quatre autres figures : Eduardo Antonio Parra, David Toscana, Elmer Mendoza et Rafael Saavedra. Elle était donc à nouveau la seule femme à donner son point de vue, cette fois, sur la littérature de la Frontière. Aujourd’hui, elle est devenue une écrivaine phare de sa génération, y compris pour la critique française. En effet, en 2014, un ouvrage collectif intitulé Tres escritoras mexicanas est paru aux éditions PUR, pour présenter conjointement l’œuvre d’Ana García Bergua, d’Elena Poniatowska et de Cristina Rivera Garza. Notons enfin qu’elle a reçu le Prix Roger Caillois en 2013.

  • 3 Cristina Rivera Garza, Nadie me verá llorar, México, Tusquets, 1999, (abrégé NLL).
  • 4 Cristina Rivera Garza, La cresta de Ilión, México, Tusquets, 2002, (abrégé LCI).
  • 5 Cristina Rivera Garza, Lo anterior, México, Tusquets, 2004, (abrégé LA).
  • 6 Cristina Rivera Garza, La muerte me da, México, Tusquets, 2007, (abrégé LMD).
  • 7 Cristina Rivera Garza, Verde Shanghai, México, Tusquets, 2011, (abrégé VS).
  • 8 Cristina Rivera Garza, El mal de la taiga, México, Tusquets, 2012, (abrégé EMT).
  • 9 Cristina Rivera Garza, La guerra no importa, México, Joaquín Mortiz, 1991, (abrégé GNI).
  • 10 Cristina Rivera Garza, Ningún reloj cuenta esto, México, Tusquets, 2002, (abrégé NRC).
  • 11 Cristina Rivera Garza, La frontera más distante, México, Tusquets, 2008, (abrégé FMD).
  • 12 Cristina Rivera Garza, Allí te comerán las turicatas, Ilustrado por Richard Zela, México, CONACULT (...)
  • 13 Cristina Rivera Garza, La más mía, México, Tierra Adentro, 1998.
  • 14 Cristina Rivera Garza, Los textos del Yo, México, FCE, 2005, (abrégé YO).
  • 15 Anne-Marie Bianco, La muerte me da, in Cristina Rivera Garza, La muerte me da, México, Tusquets, 2 (...)
  • 16 Cristina Rivera Garza, El disco de Newton, Toluca, Bonobos, 2011.
  • 17 Cristina Rivera Garza, Viriditas, Guadalajara/Monterrey, Mantis Editores/UANL, 2012.
  • 18 Cristina Rivera Garza, La Castañeda. Narrativas dolientes desde el manicomio general. México, 1910 (...)
  • 19 Cristina Rivera Garza, Dolerse, México, Sur+, 2012.
  • 20 Cristina Rivera Garza, Los muertos indóciles, México, Tusquets, 2013, (abrégé LMI).
  • 21 Cristina Rivera Garza, Rigo es amor. Una rocola a dieciséis voces, México, Tusquets, 2013.
  • 22 Cristina Rivera Garza, Romper el hielo. Novísimas voces al pie del volcán, Toluca, Bonobos, 2005.
  • 23 Cristina Rivera Garza, La novela según los novelistas, México, FCE, 2007, (abrégé LNSN).
  • 24 Cristina Rivera Garza, Notas sobre conceptualismos (trad.), México, CONACULTA, 2013.
  • 25 No hay tal lugar. U-Tópicos contemporáneos. Blog. <http://cristinariveragarza.blogspot.mx>.

3Son œuvre est à la fois tournée vers le roman, la nouvelle, l’essai, la poésie. Entre 1991 et 2014, elle a publié six romans : Nadie me verá llorar3 (1999), La cresta de Ilión4 (2002), Lo anterior5 (2004), La muerte me da6 (2007), Verde Shanghai7 (2011) et El mal de la taiga8 (2012). Il existe aussi un roman non publié : Cruzar el Atlántico con los ojos vendados (2001). De même, nous n’avons pas de trace de son premier roman Desconocer de 1994. Elle a écrit trois recueils de nouvelles : La guerra no importa9 (1991), Ningún reloj cuenta esto10 (2002), La frontera más distante11 (2008). Un album illustré pour adultes : Allí te comerán las turicatas12 (2013). Cinq recueils de poésie : La más mía13 (1998), Los textos del yo14 (2005), La muerte me da15 (2007) sous le pseudonyme d’Anne-Marie Bianco, El disco de Newton, diez ensayos sobre el color16 (2011) et Viriditas17 (2011). Quatre essais : La Castañeda : narrativas dolientes desde el Manicomio General, 1910-193018 (2010), Dolerse. Textos desde un país herido19 (2011), Los muertos indóciles. Necroescrituras y desapropiación20 (2013) et Rigo es amor. Una rocola de dieciséis voces21 (2013). El libro fuera de sí ne sera jamais publié. Elle a coordonné deux ouvrages : Romper el hielo. Novísimas voces al pie del volcán22 (2005) et La novela según los novelistas23 (2007). Elle a publié une traduction : Notas sobre conceptualismos24 de Robert Fitterman et Vanessa Place (2013). Elle se consacre à des exercices de réécriture qu’elle archive sur son blog25, comme Mi Rulfo mío de mí (2011). C’est donc toute cette production que je vais tenter de passer au crible de l’analyse, en actualisant les perspectives dégagées en 2009 grâce à tous les autres échanges et lectures qui sont venus les compléter et les enrichir jusqu’à aujourd’hui.

Notes

1 Alejandro Palma Castro et Cécile Quintana, Cristina Rivera Garza : Una escritura impropia, México, Ed. EyC, 2015.

2 Palabra de América, Barcelone, Seix Barral, Coll. Nuevo Ensayo, 2004.

3 Cristina Rivera Garza, Nadie me verá llorar, México, Tusquets, 1999, (abrégé NLL).

4 Cristina Rivera Garza, La cresta de Ilión, México, Tusquets, 2002, (abrégé LCI).

5 Cristina Rivera Garza, Lo anterior, México, Tusquets, 2004, (abrégé LA).

6 Cristina Rivera Garza, La muerte me da, México, Tusquets, 2007, (abrégé LMD).

7 Cristina Rivera Garza, Verde Shanghai, México, Tusquets, 2011, (abrégé VS).

8 Cristina Rivera Garza, El mal de la taiga, México, Tusquets, 2012, (abrégé EMT).

9 Cristina Rivera Garza, La guerra no importa, México, Joaquín Mortiz, 1991, (abrégé GNI).

10 Cristina Rivera Garza, Ningún reloj cuenta esto, México, Tusquets, 2002, (abrégé NRC).

11 Cristina Rivera Garza, La frontera más distante, México, Tusquets, 2008, (abrégé FMD).

12 Cristina Rivera Garza, Allí te comerán las turicatas, Ilustrado por Richard Zela, México, CONACULTA/La Caja de Cerillos Ediciones, 2013.

13 Cristina Rivera Garza, La más mía, México, Tierra Adentro, 1998.

14 Cristina Rivera Garza, Los textos del Yo, México, FCE, 2005, (abrégé YO).

15 Anne-Marie Bianco, La muerte me da, in Cristina Rivera Garza, La muerte me da, México, Tusquets, 2007.

16 Cristina Rivera Garza, El disco de Newton, Toluca, Bonobos, 2011.

17 Cristina Rivera Garza, Viriditas, Guadalajara/Monterrey, Mantis Editores/UANL, 2012.

18 Cristina Rivera Garza, La Castañeda. Narrativas dolientes desde el manicomio general. México, 1910-1930, México, Tusquets, 2010, (abrégé La Castañeda).

19 Cristina Rivera Garza, Dolerse, México, Sur+, 2012.

20 Cristina Rivera Garza, Los muertos indóciles, México, Tusquets, 2013, (abrégé LMI).

21 Cristina Rivera Garza, Rigo es amor. Una rocola a dieciséis voces, México, Tusquets, 2013.

22 Cristina Rivera Garza, Romper el hielo. Novísimas voces al pie del volcán, Toluca, Bonobos, 2005.

23 Cristina Rivera Garza, La novela según los novelistas, México, FCE, 2007, (abrégé LNSN).

24 Cristina Rivera Garza, Notas sobre conceptualismos (trad.), México, CONACULTA, 2013.

25 No hay tal lugar. U-Tópicos contemporáneos. Blog. <http://cristinariveragarza.blogspot.mx>.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search