Version classiqueVersion mobile

Cristina Rivera Garza

 | 
Cecile Quintana

Préface

Milagros Ezquerro

Texte intégral

1Aborder l’œuvre de Cristina Rivera Garza avec la louable intention de l’analyser pour en révéler la cohérence interne n’est pas une entreprise anodine. Il s’agit même d’un défi intellectuellement périlleux. Le caractère inachevé de l’œuvre n’est pas le principal écueil : l’écrivaine, il est vrai, est en période de pleine maturité artistique et n’a pas écrit son dernier mot, mais elle a déjà produit et publié un ensemble de textes suffisamment riche et varié pour que l’on soit fondé à en chercher les lignes de force et la cohérence rhizomique. Une œuvre littéraire peut se construire de diverses manières, mais nous postulerons que celle de Cristina Rivera Garza croît, tel un organisme végétal, selon le processus rhizomique élaboré, en théorie, par Gilles Deleuze et Félix Guattari. Ce concept paraît en effet le plus propre à rendre compte de la combinaison des diverses propriétés que Cécile Quintana découvre au fil d’une lecture, et de multiples relectures, des textes de l’écrivaine mexicaine.

2La croissance rhizomique d’une œuvre écarte d’emblée tout agencement hiérarchique, par exemple dans le domaine générique, Cristina Rivera Garza combine volontiers roman et essai, prose et poésie, documents historiques et fiction, critique littéraire et témoignage, sans donner de prééminence à une forme générique, sans considérer qu’il y ait incompatibilité entre des formes historiquement hiérarchisées. Naturellement, cette pratique d’écriture a des résonances idéologiques et politiques, que Cécile Quintana ne manque pas de souligner tout au long de ses analyses.

3C’est en effet à l’écriture comme processus en cours de réalisation, et non à l’écrit comme objet littéraire fini que renvoient les textes rivériens, d’où la difficulté, pour le sujet récepteur, de s’en approprier, d’en saisir les sens, qui ne sont pas donnés, ni même suggérés, parce qu’ils sont à construire par chaque sujet récepteur considéré comme collaborateur (celui qui travaille avec) du sujet producteur. Là aussi nous sommes dans le processus rhizomique, sans hiérarchie, sans prééminence, dans un lirécrire sans fin.

4Une telle position idéologique est en consonance avec l’autoportrait que décline Cristina Rivera Garza dans son Blog du 11 février 2004 (cité par Cécile Quintana dans la partie sur le Moi et dans la conclusion), où elle se définit, ou plutôt s’indéfinit, par plusieurs dizaines de termes qui visent à exprimer la multiplicité de toute identité, qui non seulement ne se réduit pas à quelques traits caractéristiques, mais encore qui inclut les contradictions comme dans l’ensemble « Femme. Non-femme. Ce-qui-est-au-delà-de-Femme ». L’hybridité fondamentale de toute existence (être humain, objet, événement, histoire…) est une donnée de l’expérience, et par conséquent l’écriture doit en rendre compte, et non pas chercher à la réduire par commodité ou par crainte. Cette exigence intellectuelle est l’une des qualités essentielles du travail de Cristina Rivera Garza, et la lecture qu’en propose Cécile Quintana la met en valeur avec une grande précision et beaucoup d’empathie.

5Cette lecture, intelligente et créatrice, est, à proprement parler, une co-écriture, telle que la désirait Julio Cortázar, telle que la rêve tout écrivain, et, à plus forte raison, toute écrivaine.

L’Isle-sur-la-Sorgue, mars 2016

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search