Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Correspondances d'érudits au xviiie et xixe siècles

 | 
Marie-France de Palacio

Les auteurs

Texto completo

1Ingrida Bakutyte est doctorante à l’université de Leyde. Elle achève une thèse de doctorat sur « La réception de la littérature française en Lituanie ». Parmi ses travaux récents :

  • « Les traductions des Essais de Montaigne en Russie et dans les pays baltes », dans Montaigne Studies, volume XXIII (2011).
  • Traductions des Essais de Montaigne dans la revue littéraire et culturelle lituanienne Littérature et Art (20/02/09, no 3225 ; /04/06/10, No 3287) et dans le magazine mensuel de littérature Les Saisons (10/10, no 10).
  • En collaboration avec le prof. Paul J. Smith : « La naissance de Gargantua, le choix d’Hercule et les inondations du Nil », article présenté pour publication à la Revue d’Histoire Littéraire de la France.

2Elle s’intéresse également à l’histoire et la littérature du XIXe siècle, ayant par exemple participé à l’école d’études « Femmes écrivains dans l’histoire » organisée par l’Institut Huygens à La Haye, où elle a présenté une contribution sur les femmes écrivains du XIXe siècle dans le contexte de l’identité nationale lituanienne. Elle prépare un article sur « Les traductions lituaniennes de Lokis de Mérimée ».

3Aleksandra Szadok-Bratuń est avocate, docteur en droit, adjointe à l’université de Wrocław (Pologne) à l’Institut des Sciences d’Administration.

4Parmi ses récentes publications :

5Livres :

  • A. Szadok-Bratuń, Marek Bratuń (red.), Erasmus w 16 smakach, czyli studenckie wyprawy po edukacyjne przyprawy/Eramus in 16 flavours expeditions In search of educational seasoning, Wrocław 2009, p. 313.
  • A. Szadok-Bratuń (red.), Kodeks etyki studentów Wydziału Prawa, Administracji i Ekonomii Uniwersytetu Wrocławskiego z komentarzem, Wrocław 2010, wyd. Semata, p. 117 [summary].
  • A. Szadok-Bratuń (współred. z M. Tabernacką), Public relations w sferze publicznej. Wizerunek i komunikacja, wyd. Lex a Wolters Kluwer business, Warszawa 2012, p. 610.

6Articles:

  • A. Szadok-Bratuń, O wizerunku, (in) A. Szadok-Bratuń (współred. z M. Tabernacką), Public relations w sferze publicznej. Wizerunek i komunikacja, wyd. Lex a Wolters Kluwer business, Warszawa 2012, p. 25-44.
  • A. Szadok-Bratuń, Domena kancelarii prawniczej – konstrukcja prosta i złożona, teoretyczna i praktyczna, informatyczna i prawnicza, (in) A. Szadok-Bratuń (współred. z M. Tabernacką), Public relations w sferze publicznej. Wizerunek i komunikacja, wyd. Lex a Wolters Kluwer business, Warszawa 2012, p. 373-391.
  • A. Szadok-Bratuń, Instytucja zawarcia małżeństwa „ konkordatowego” przykładem nietypowej prywatyzacji zadań publicznych, (in) J. Blicharz (red.), Prawne aspekty prywatyzacji, wyd. e-monografie WPAiE, Wrocław 2012, p. 203-220.

7Marek Bratuń est professeur à l’université de Wrocław (Pologne) à l’Institut de Journalisme et de Communication Sociale. Ses intérêts scientifiques portent sur la déontologie des médias, la communication interculturelle, l’histoire des idées (l’« art de voyager » dans l’Europe moderne) et les liaisons polono-suisses au Siècle des Lumières. Parmi ses récentes publications :

8Livres :

  • Le voyage en France du comte Mniszech, de son frère et de leur précepteur chez Jean-François Séguier (juin, juillet, août 1765), (in) Jean-François Séguier (1703-1784). Un Nîmois dans l’Europe des Lumières. Actes réunis par Gabriel Audisio et François Pugnière, Colloque de Nîmes (17-18 octobre 2003), Édisud, Aix-en-Provence 2005, p. 149-163.
  • L’Encyclopédie d’Yverdon et le nouveau regard sur le gouvernement de Pologne à la veille du premier partage, (in) L’Encyclopédie d’Yverdon et sa résonance européenne. Contextes-contenus-continuités. Recueil de travaux édité par Jean-Daniel Candaux, Alain Cernuschi, Clorinda Donato, Jens Häseler, Slatkine, Genève, 2005, p. 241-256.
  • Vincenz Bernhard Tscharner et la Pologne, „Orbis Linguarum” 2007, vol. 31, p. 435-439.
  • Elie Bertrand et ses Observations sur Rome Politique, (in) Les Philosophes et leurs papes. Actes du colloque « Les papes imaginaires des Lumières françaises 1713-1789 », Academia Belgica Rome, 13-15 mars 2008, études réunies par Jan Herman, Kris Peeters et Paul Pelckmans, Editions Rodopi, Amsterdam-New York 2009, p. 189-202.

910. Fortunato Bartolomeo de Felice et l’Encyclopédie d’Yverdon, « Orbis Linguarum », 2012, vol. 38, p. 455-461.

10Piotr Daszkiewicz, après avoir exercé comme chercheur en Génétique et en Dendrologie en Pologne, est depuis 1993 Chargé de mission scientifique au Muséum national d’Histoire naturelle. Il a soutenu en 2001 une thèse sur l’histoire de l’introduction du pin de Riga en France. Collaborateur des institutions d’émigration polonaise (dont Kultura de l’Institut Littéraire à Maison Laffitte) et depuis 1993 du Centre Scientifique de l’Académie Polonaise des Sciences à Paris, il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles, dont :

  • Daszkiewicz, P., réédition de : Wladyslaw Kopaczewski, La Pologne et la science française. Varsovie/Paris, Académie Polonaise des Sciences, 2008.
  • Daszkiewicz, P., « Cabinet du Roi, Jardin des Plantes, puis Muséum National d’Histoire Naturelle – une institution modèle pour les sciences polonaises de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle », Annales du Centre Scientifique de l’Académie Polonaise des Sciences à Paris 14 : 457-467, 2012.
  • Hurel A., Daszkiewicz P., « Le Muséum national d’histoire naturelle dans un article publié en 1858 dans la revue Biblioteka Warszawska. Pismo poświęcone naukom, sztukom i przemyslowi », Annales, 2012, vol. 14, p. 468-477.

11Ses travaux en cours portent sur l’influence de la France sur la naissance des sciences de la terre en Pologne et en Lituanie aux XVIIIe et XIXe siècles ; la République des Deux Nations dans la correspondance de Philippe Picot de Lapeyrouse ; les visiteurs lituaniens du cabinet d’histoire naturelle de Jean Hermann à Strasbourg ; le cabinet des sciences naturelles et la Pologne ; et la Pologne dans l’œuvre du savant breton Balthasar Hacquet.

12Bernard Duchatelet est professeur émérite à l’université de Bretagne Occidentale, où il a créé et dirigé un Centre d’études du roman français du XXe siècle, puis dirigé le Centre d’études des correspondances. Parmi ses principaux articles et ouvrages :

13– Articles sur Romain Rolland (ses romans et ses correspondances), mais aussi sur Gide, Mauriac, Martin du Gard, Duhamel, Suarès…

14– Ouvrages : les trois derniers volumes de la Correspondance Générale de Roger Martin du Gard ; plusieurs volumes de correspondances de Romain Rolland, dont : Romain Rolland et les écrivains de la NRF, Claudel/Rolland, Rolland/Geneviève Favre ; et d’autres volumes de correspondances : Gide/Bloch, Bachelin/Gide et Rolland, Max Jacob/André Level, Suarès/Le Febvre ; un volume du Journal de R. Rolland : Voyage à Moscou, et une biographie : Romain Rolland tel qu’en lui-même.

15Ses travaux en cours portent sur la correspondance Romain Rolland/Georges Duhamel ; l’édition des Actes du colloque « Romain Rolland et la musique » (Vézelay 6-7 octobre 2012) ; et des recherches travaux sur la correspondance de Romain Rolland (avec Péguy, notamment).

16Pierre-Jean Dufief. Directeur du Centre des correspondances de Brest de 1995 à 2007, président de la Société des amis des frères Goncourt, Pierre-Jean Dufief a publié des éditions de correspondances (Correspondance Goncourt-Daudet, Droz, 1996 ; Correspondance Flaubert-Goncourt, Flammarion, 1998 ; Correspondance générale des Goncourt, Tome 1, Champion, 2004) ; il a consacré de nombreux articles au genre épistolaire : « Sainte-Beuve : correspondance et histoire littéraire », RHLF, décembre 2012. Professeur à l’université de Paris Ouest Nanterre depuis 2008, il anime un séminaire sur les correspondances et les journaux personnels.

17Małgorzata Karpińska, chercheuse spécialisée dans l’histoire sociale et celle du parlementarisme du XIXe siècle est aussi adjointe au directeur de l’Institut d’Histoire de l’université de Varsovie, et chef de section de l’histoire du XIXe siècle. Après des études d’histoire dans le même Institut, elle y fait carrière à partir de 1978, soutenant en 1987 sa thèse sous la direction du professeur A. Zahorski ; elle est professeur de l’université de Varsovie depuis 2012.

18Principales publications : Les Polices secrètes dans le Royaume du Congres, « Przegląd Historyczny », 1985, c. 3 ; Taedium vitae. Le suicide sur les territoires polonais au début du XIXe siècle, « Przegląd Historyczny », 1999, c. 1 ; Les voleurs, les agents de police, les gardes-chiourmes. Les délits communs à Varsovie 1815-1830, DiG, Warszawa 1999 ; « Il n’y a plus de Nicolas ! » Les démarches pour la forme de la diète durant l’insurrection de novembre 1830-1831, Neriton, Warszawa 2007 ; Le Premier voyage d’Alexis de Tocqueville en Algérie, [dans] Un Européen en voyage, sous la rédaction de : S. Ciary i E. Ihnatowicz, Warszawa 2010 ; « Kapustnik » versus les huîtres. Nostalgie culinaire des immigrés polonais après la Revolution 1830-1831, « Przegląd Historyczny », 2011, c. 4 ; Une fuite magnétique et romantique du corps. De Antosiek Golec à Zygmunt Krasinski [dans] Somatotes. Corporéité dans une perspective historique, Wydawnictwo UW, Warszawa, 2012.

19Denis Kondakov (Polotsk, Biélorussie) est maître de conférences à l’université d’État de Polotsk, et a été boursier de la Fondation Maison des sciences de l’homme (Paris) entre septembre 2012 et mai 2013. En 2005, il a soutenu sa thèse L’œuvre d’Eugène Ionesco dans le contexte littéraire européen du XXe siècle (parue sous ce titre : Novopolotsk, 2008). Dès 2009, il s’oriente vers la recherche visant l’étude de la francophonie sur les terres biélorusses aux XVIIIe et XIXe siècle. Ses travaux récents portent sur les écrits personnels (lettres, journaux intimes, journaux de voyages) et les textes de fiction en français des magnats du Grand Duché de Lituanie au XVIIIe siècle, l’activité pédagogique et littéraire des jésuites de la Russie Blanche entre 1772 et 1820, le rôle de la franc-maçonnerie dans la propagation du français et la culture francophone.

20Anne-Marie Nida est enseignante-chercheuse (hors-classe) à l’École d’art d’Avignon, section art plastique et restauration conservation, depuis 1979, chercheur associé au CRHIA à Nantes. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée À propos d’un corpus de gravures du fonds Méjanes à Aix-en-Provence, le modèle antique architectural dans les représentations du XVIIIe siècle. Elle est également titulaire d’un Diplôme supérieur d’art plastique, section dessin, de l’école des beaux-arts de Paris, et d’un diplôme de l’école du Louvre (1974). À partir de 1996, elle a été chargée d’une Mission de recherche sur « l’histoire des ingénieurs du Roi de France dans l’Océan Indien » à Goa, Pondichery, Le Cap de Bonne espérance, les Mascareignes.

21Publications :

  • Une histoire des ingénieurs français à l’Ile de la Réunion ou Bourbon au XVIIIe siècle, DRAC Réunion, 1997.
  • Mauritius : Vieux Grand port, Histoire d’un site emblématique de l’Océan Indien, DRAC Réunion, 1997.
  • « Mahé de la Bourdonnais, initiateur aux Indes de l’aménagement de l’espace des Îles de France et de Bourbon », in Cahiers no 4 de la Compagnie des Indes, 1999, p. 27-32.
  • Les voyages du chevalier de Wiklinski, MSM, Port-Louis, Mauritius, édition AM Nida, 2004.
  • « Les aventures d’un voyageur polonais dans l’océan Indien et au Moyen-Orient au XVIIIe siècle », revue Organon, Institut d’histoire des sciences auprès de l’académie polonaise des sciences, Varsovie, no 33, 2004, p. 95-109.
  • Arles, histoire, territoire, culture, Actes Sud, 2008, p. 770-773.
  • « Le rôle des ingénieurs du Roi de France dans la diffusion du modèle classique et néoclassique dans l’Océan Indien au XVIIIe siècle », Colloque « Le néoclassicisme dans les colonies Européennes XVIIIe-XIXe siècles », Musée des arts décoratifs de l’océan Indien (MADOI), décembre 2011, La Réunion, 2013.

22Alexandre Stroev, professeur de littérature générale et comparée à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et membre de l’équipe de recherche CERC. Auteur et éditeur scientifique des ouvrages en français et en russe Les Aventuriers des Lumières (Paris, 1997 ; Moscou, 1998), Le Conte littéraire français des XVIIe-XVIIIe siècles (Moscou, 1990), Casanova, Histoire de ma vie (7 éd., Moscou, 1990, 1991, 1997, 2003, 2009, 2010), Comment faire un roman policier (Moscou, 1990), Livres et lecture en Russie (Paris, 1996), Voltaire et la Russie (en collab. avec A. Mikhaïlov, Moscou, 1999), Ériger une République souveraine, libre et indépendante (en collab. avec I. Mihaila, Bucarest, 2001), Voltaire Catherine II, Correspondance 1763-1778 (Paris, 2006), L’image de l’Étranger (Paris, 2010), La Francophonie européenne aux XVIIIe-XIXe siècles (en collab. avec E. Gretchanaia et C. Viollet, Bruxelles, 2012), etc.

23Tomasz Szymanski. Diplômé d’Études Romanes (université de Varsovie, 2004) et de Philosophie (université Catholique de Lublin, 2010). Titulaire d’un doctorat en sciences humaines (thèse : La théorie des correspondances dans l’œuvre de Charles Baudelaire, soutenue à Varsovie en 2009), actuellement en poste à l’université de Wroclaw (depuis 2010). Il a participé à plusieurs conférences littéraires et interdisciplinaires en Pologne et à l’étranger.

24Champs de recherche et centres d’intérêt : littérature du XIXe siècle (romantisme, symbolisme) ; problématique philosophique (anthropologie, herméneutique, métaphilosophie) et religieuse (histoire du christianisme, spiritualité, courants ésotériques et mystiques), notamment dans ses rapports avec la littérature. Son projet de recherche actuel concerne la notion de religion universelle en France aux XVIIIe et XIXe siècles.

25Linas Venclauskas, enseignant du département d’histoire et vice-doyen de la faculté des sciences politiques et de la diplomatie de l’université Vytautas Magnus (Kaunas) est docteur en sciences humaines. Ses domaines de recherche privilégiés sont la formation et le développement de l’identité moderne et contemporaine en Lituanie, l’histoire des idées politiques, le développement des relations judéo-lituaniennes au cours de la période moderne et contemporaine, ainsi que la rhétorique antisémite.

26Inga Walc-Bezombes est responsable du service éducatif et culturel de la Maison de Victor Hugo et doctorante en histoire à l’université de Varsovie où elle achève une thèse sur Aleksander Chodźko.

27Ouvrages, articles :

28« L’Orient dans la poésie romantique polonaise et française : jeux de miroirs et reflets » in Annales du Centre Scientifique de l’Académie Polonaise des Sciences à Paris, volume 13, 2011.

29« Les Travailleurs de la mer : ou comment Victor Hugo créa la pieuvre » in : Organon, bulletin de l’histoire des sciences, Académie des Sciences en Pologne, PAN, Varsovie, 2010.

30« Rapport sur l’offre culturelle et artistique du Paris Rive Gauche », éd. Semapa, 2002.

31« Sensibiliser le jeune public par les maquettes pédagogiques », coll. Monuments et Publics, éd. CNMHS, 2000

32« La Vallée de la Vézère, guide pour les enseignants » éd. PIP, 1999.

33Travaux en cours :

34En parallèle de sa thèse consacrée à Aleksander Chodźko, Inga Walc-Bezombes prépare deux articles destinés aux Annales du Centre Scientifique de l’Académie Polonaise des Sciences à Paris relatifs respectivement à l’emprise de la doctrine d’Andrzej Towiański sur la vie et la carrière d’Aleksander Chodźko, et à la correspondance échangée entre Chodźko et Leonard Niedźwiedzki, historien et secrétaire particulier de Władysław Zamoyski durant près de quarante ans.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540