Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondances d'érudits au xviiie et xixe siècles

 | 
Marie-France de Palacio

Sixième partie. De l'érudition à l'agrément : correspondances d'amour et d'aventure

Correspondance bilingue de Franciszka Urszula Radziwillowa : entre le cœur et la raison

Denis Kondakov

Texte intégral

  • 1 Bibliothèque Czartoryski de Cracovie, 2268-iii, Manuskrypt różnych wirszyw przeze mnie komponowany (...)
  • 2 Жанна Некрашэвіч-Кароткая, « Францішка Уршуля Радзівіл », Гісторыя беларускай літаратуры xi-xix ст (...)

1La princesse Franciszka Urszula Radziwillowa (1705-1753), femme de lettres polonaise, est largement connue comme auteur de poèmes et de pièces de théâtre en sa langue maternelle. Son œuvre est très bien étudiée dans le cadre de la culture de Pologne et de Biélorussie, là, où elle vécut, excepté quelques rares visites à Varsovie et Lvov. Elle passa en effet presque toute sa vie, de son mariage à sa mort du moins, au château de Nieswiez et aux alentours de celui-ci. Depuis 2002, de nombreux travaux consacrés à la princesse apparaissent chaque année dans les deux pays. Malgré cette renommée méritée, plusieurs littéraires négligent le fait qu’elle s’exprimait en français aussi bien qu’en polonais. Un manuscrit de plus de cent pages, comprenant un mélange d’écrits poétiques, philosophiques et religieux, et rédigé de sa propre main en 1732, est conservé à la Bibliothèque Czartoryski à Cracovie1. (Ouvrons ici une parenthèse : l’attribution de ces textes à la princesse reste fort discutable. Les œuvres poétiques appartenant aux auteurs français de l’âge classique, les sources d’inspiration des traités sont toujours incertaines. C’est un sujet sur lequel nous allons revenir plus loin). Dans ses lettres dispersées aujourd’hui entre les archives de Pologne, France et Biélorussie, la princesse Radziwillowa mêle souvent le polonais et le français. Comme sa pratique curieuse n’est que mentionnée par quelques spécialistes de son œuvre2 nous allons l’étudier de près pour répondre aux questions suivantes : s’agit-il d’un besoin sentimental ? d’un usage familial ? ou le mélange des langues relève-t-il d’un enjeu plus important, celui de se former et de se construire un milieu culturel et érudit ? Mais une femme qui passe tous les jours de sa vie au foyer peut-elle prétendre être érudite ?

  • 3 Bibliothèque polonaise de Paris (BPP), fonds 12, carton 27, f. 343-378.

2Nous bornerons notre étude à l’analyse des toutes premières lettres connues de la princesse, celles des années 1725-1727, qui se trouvent à la Bibliothèque Polonaise de Paris3, en les complétant éventuellement par quelques billets des années 1730. Ses correspondants principaux sont son mari Michal Kazimierz Radziwill, grand écuyer et maréchal de Grand-Duché de Lituanie à cette époque, souvent absent de ses terres biélorusses à cause des services publics, et sa belle-mère Hanna Katarzyna Radziwillowa. Pourquoi ce choix de lettres dans notre étude ? Pour deux raisons. 1o, le sujet est trop important et mériterait une thèse plutôt qu’un article, car la correspondance de la princesse est très riche. 2o, il ne serait pas sans intérêt de mettre en relations ou en opposition ces lettres et le manuscrit en français rédigé à Nieswiez en 1732, qui traite principalement des mœurs et de la religion, les sujets marquants de la communication épistolaire de la princesse.

3En 1725, donc, Franciszka Urszula Radziwillowa est une jeune mariée, âgée de vingt ans, séparée de son bien-aimé. La première lettre après leurs adieux date du 10 juin 1725, elle est rédigée entièrement en polonais. Plus la séparation est longue, plus forte devient l’inquiétude, plus nombreuses les médisances et les soupçons, plus poignantes les émotions. C’est alors que le français apparaît et s’insère dans le texte polonais. Le 1er août 1725 la princesse adresse un discours amoureux fort ému et plein de jalousie à son mari :

  • 4 Ibid., fonds 12, carton 27, f. 347-348. Nous soulignons partout dans cet article les incursions fr (...)

« Z serca nayukochanszy y naymilsziy w Zyciu Moim Dobrodzieiu, Przypisowac lenistwu niemogę [Mon aimé du cœur et le plus cher dans ma vie mari et bienfaiteur, je ne peux pas l’attribuer à la paresse]. Le peu de consolation ktorem do tąnd miała [que j’avais jusqu’ici], d’un silence qui m’a mortifié mortellement, ale ze dla tak Kochany Osoby nic się przykrego widzic nie moze, rozumiała bym [mais pour une personne qui aime tant, il n’y a rien de plus fâcheux à voir ; il est compris que c’est], faire une injustice à mon amour que d’accuser mon cher prince de quelque infidélité, ale do tego nie wielka by była wina gdyby WXMsc Dobrodziey [mais il n’y aurait pas grande faute, si Sa Majesté mon bienfaiteur], pour des objets plus aimables, porzucił osobe, ktura nie ma nic w sobie godnego [quittait la personne qui n’a aucun mérite en soi]… Trzymam jednak po kochanym mezu, ze jezeli nie pierwszey miłosci, to przynamni przyscięg tego dotrzyma affektu, tego się upominam [Si ce n’est pas le premier amour que je peux exiger de mon mari bien-aimé, c’est alors de tenir la promesse d’affection ; je fais cette remarque] par devoir, apirwszego [et surtout] par miséricorde. A jezeli oboie razem zyskac będe mogła [Et si je peux avoir les deux à la fois], vous me faire [sic !] la plus heureuse personne du monde4.

  • 5 « Ces sentiments ne se sont jamais démentis y iezawsze trwać będą we mnie [et persisteront toujour (...)
  • 6 Cf. Gretchanaïa E., « Mémoires et journaux intimes féminins rédigés en français dans le premier qu (...)

4Le début de cette lettre, qu’on a de la peine à interpréter totalement, en raison de son style elliptique et du manque du contexte, semble traduire une légère difficulté de la princesse à écrire en langue étrangère, signe d’une éducation à domicile. D’ailleurs, ce français phonétique est propre à plus d’une aristocrate née hors de l’Hexagone au XVIIIe siècle. Le mélange des langues s’observe aussi dans l’entourage proche de Franciszka Urszula Radziwillowa : nous pouvons mentionner, bien que d’une manière occasionnelle, deux lettres de sa cousine Maria Zofia Czartoryska écrites à la famille princière à Noël en 17505, sans parler d’autres cultures proches de celle de Pologne où cette pratique survit jusqu’au premier tiers du XIXe siècle6. En règle générale, les textes féminins bilingues de cette époque sont des effusions de cœur et le français de l’âge classique, langue d’amour et de sensibilité, s’y prête parfaitement. De prime abord, c’est aussi le cas des lettres de la princesse Radziwillowa. Mais si on les lit avec plus d’attention, on s’aperçoit d’une autre fonction du français, celle de la réflexion et de l’analyse de sentiments. Même dans le passage cité plus haut, les phrases en polonais et en français s’enchaînent comme des maillons sans rompre l’unité logique de la pensée qui s’affermira dans les années à venir.

  • 7 Judkowiak B., « “Aux ordres de l’époux obéir, c’est le droit essentiel des épouses” : le mariage d (...)

5Pour la jeune princesse Radziwillowa, le français est également une langue de références littéraires. Les expressions telles que « un silence qui m’a mortifié mortellement », « faire une injustice à mon amour », « [quitter] pour des objets plus aimables », le vouvoiement avec son mari qui s’oppose au tutoiement dans les phrases polonaises (comme nous le verrons), tout cela relève du style galant dont la princesse connaissait évidemment les modèles. Les intrigues de ses deux pièces de théâtre datant de 1750, Comédie de Partenie et Timant et Comédie de Sésotris, comme l’affirme Barbara Judkowiak, sont inspirées par Artamène ou le Grand Cyrus de Madeleine de Scudéry7. Sur le modèle des romans galants, Franciszka Urszula Radziwillowa calque aussi ses gestes d’amour. Loin de son mari, elle lui adresse des signes de fidélité dignes d’une amoureuse galante :

  • 8 BPP, fonds 12, carton 27, f. 349-350.

Au dépend de ma vie, jezeli cokolwiek masz do mnie affektu [si tu as de l’affection pour moi], accepte avec plaisir une petite bagatelle kture posyłam, ta lubo w Mirze robliona [que je t’envoie, elle est faite à Mir avec amour], mais elle retient de véritable parole, plus je m’éloigne, plus j’aime, tak jak ia w naywielkszy kocham ciebie odległosci [comme moi qui t’aime à grande distance]8.

  • 9 Наталля Русецкая, Сямейная муза : паэзія Францішкі Уршулі Радзівіл [Natallia Rouseckaja, La muse d (...)

6Il est difficile à identifier avec précision cette « petite bagatelle » que la princesse Radziwillowa envoie à son mari ; de toute vraisemblance, il s’agit d’un objet tissé, un mouchoir, un ruban ou une ceinture, Mir étant connu dans le Grand-Duché de Lituanie du XVIIIe siècle pour ses manufactures de tissage et de drap qui appartenaient à la famille princière. Si l’on accepte cette hypothèse, il est aisé d’interpréter les paroles et le geste de la princesse comme un remaniement de la fameuse scène initiale du roman d’Honoré d’Urfé. Elle jouerait le rôle d’un amant humilié, tel Céladon, et donnerait un objet tissé (un ruban ?), telle Astrée, alors que son mari, un amant indifférent, assumerait aussi une caractéristique… d’Astrée. Un rapprochement un peu trop facile, peut-être, mais il n’est point étrange de voir dans la lettre citée le détournement de rôles entre l’homme et la femme. Ce procédé deviendra sous la plume de la châtelaine de Nieswiez quelques années plus tard le thème majeur de la poésie satirique Points pour Arlequin. D’après cette pièce de vers, si Arlequin veut être un bon mari, il doit assumer les tâches féminines, même s’il risque fort de devenir ridicule. Tout en prenant ses distances d’une manière ludique à l’égard d’une discussion sérieuse, Franciszka Urszula Radziwillowa se montre quand même soucieuse de la parité des sexes dans les affaires de cœur et de famille9, sujet qu’elle aborde dans sa correspondance bilingue à travers une allusion littéraire.

7On trouverait encore des modèles pour cette lettre, plus convaincants probablement, dans le Décaméron, en particulier la nouvelle IX de la troisième journée et la toute dernière nouvelle du recueil, où les maris mettent leurs femmes à l’épreuve, les quittent, suscitant ainsi un amour encore plus vif. Ce n’est pas par hasard que l’on évoque Boccace ici : la Comédie de Cécile ou L’or dans le feu (1750) de Franciszka Urszula Radziwillowa est une adaptation bien fidèle de l’histoire du marquis de Saluces et de Griselda. Et pour être plus proche des modèles galants français chers à la princesse, il faut mentionner encore La Marquise de Salusses, ou la Patience de Griselidis (1691), nouvelle versifiée de Charles Perrault remaniant le sujet boccacien. D’ailleurs, l’auteur français développe ceux des aspects du récit médiéval qui marquent principalement la Comédie de Cécile : l’aversion initiale du marquis envers le beau sexe, la restitution forcée des cadeaux de noces par sa femme, son obéissance et sa patience sans pareil.

8Enfin, cette même lettre du 1er août 1725 nous donne une preuve manifeste de la naissance de l’inspiration dramatique de Franciszka Urszula Radziwillowa, vingt et un ans avant sa première comédie. Se plaignant toujours de sa solitude et de son ennui, elle écrit à l’époux :

  • 10 BPP, fonds 12, carton 27, f. 348.

Bedąnc uciemięzona myslami [Accablée par mes pensées], sans aucune consolation que d’inviter dans ma pensée des idées d’un charmant mari, chciałam cokolwiek się uceszyc na dialogu u Jezuituw. Ale mi się zdał tak tęskliwą, [j’ai voulu me divertir quelque peu à converser chez les Jésuites. Mais j’ai eu le cœur tellement gros] que ma foi je cent (sic !) soi maudit la comédie, avec les acteurs10.

  • 11 Жанна Некрашэвіч-Кароткая, Нясвіжская Мельпамена : драматургія Францішкі Уршулі Радзівіл [Žanna Ne (...)

9Une fois de plus, la princesse outrepasse le cadre du quotidien pour y voir un sujet littéraire. Et cela suggère une grande expérience de la vie, absolument étonnante chez une jeune fille de vingt ans, plus encore que ne le seraient la lecture et l’érudition. Celles-ci ne lui faisaient d’ailleurs pas non plus défaut. D’après les études bibliographiques, la collection personnelle de la princesse comptait quelque deux mille livres, parmi lesquels les œuvres dites galantes prédominaient. De plus, elle devait vraisemblablement assister aux spectacles que donnaient les élèves du collège jésuite de Nieswiez, presque uniques représentations théâtrales sur les terres biélorusses avant 1746, année de la première de la troupe princière11. Mais ces faits ne suffisent pas à expliquer la sensation de « jouer une comédie » notamment chez les jésuites. La perspicacité de la princesse Radziwillowa fait penser à une autre dame qui, un demi-siècle plus tard, nomma les jésuites de la Russie Blanche ses « chers coquins ».

10Mais revenons à la correspondance de Franciszka Urszula Radziwillowa. Le français y est également présent pour exprimer l’amour maternel. À l’époque dont il s’agit, la jeune femme n’a pas encore d’enfants, après une fausse-couche en février 1726. La nouvelle grossesse lui inspire de fortes émotions qu’elle exprime en français, en écrivant d’une main tremblante et précipitée :

  • 12 Lettre à Michal Kazimierz Radziwill, Nieswiez, 10 octobre 1726 – BPP, fonds 12, carton 27, f. 371.

Mon très cher de l’âme et du cœur Michasienku dobrodzieiu, odebrałam [Michasienku bienfaiteur, j’ai reçu] Votre lettre obligeante avec une joie incomparable, mêlée avec quelque inquiétude […] Mais soyez persuadez kochany męzu i dobrodzieiu [mari bien-aimé et bienfaiteur] que malgré le chagrin que je (sic !) d’une s’y cruelle séparation, je ne manque pas de me consoler autant que je pouvez (sic !) pour conserver le fruit de notre unique amour […] Ze ledwie wyndze hczby y to z wielką ostroznosciu. Jakorz teraz chwała Boga calem zdrowsza [Je sors peu et avec beaucoup de précaution. Maintenant je suis, Dieu merci, en bonne santé]12.

  • 13 Францішка Уршуля Радзівіл, Выбраныя творы [Franciszka Urszula Radziwillowa, Œuvres choisies], Mins (...)

11Rétablie après les troubles de la première période de sa grossesse, la princesse retrouve son bien-être maternel et l’exprime toujours en français : « Mais je ne peux pas vous dire, jak tęskliwe [comme j’en ai gros sur le cœur] sans mon cher et incomparable męza [mari]. Ale pociesza mnie [Mais je suis consolée par] le héros de ma grossesse […] J’ai commencé aujourd’hui mon neuvième mois13. » (Lettre à Michal Kazimierz Radziwill, Olyka, 2 avril 1727).

12Si Franciszka Urszula Radziwillowa est encore trop jeune pour définir précisément les obligations maternelles d’après sa propre expérience, car elle ne fait que les cerner peu à peu, elle a sous les yeux sa belle-mère Hanna Katarzyna Radziwillowa, une mère modèle, comme elle la présente dans sa lettre à Michal Kazimierz du 5 janvier 1726. Le français y domine de nouveau :

  • 14 BPP, fonds 12, carton 27, f. 359-360.

Plus que jamais de la grâce et même conscience de madame notre très chère mère, na kturem sobie nie zasłuziła ; nawet kochany Michasienku ciebie nie wymownym sposobem kocha, bo widząnc [que je ne mérite pas ; elle t’aime même plus que je peux te le dire, parce qu’ayant vu] l’espérance perdu i rozdane wakanse [les vacances dispensées], elle a été s’y chagrinée, ze ledwie nie umarła, słabosc y nagłe kolki [qu’elle a failli mourir, elle s’est sentie faible et a eu des coliques subites], par ça vous pouvez juger comme elle vous aime et je ne pas veux de meilleure et plus gracieuse mère pour ses enfants. Pisała XJMsc matka i dobrodzeika, do JMsci Pana Feldmarszalka list tak zwawy ze trudno tego wyrazic [Sa Majesté ma mère et bienfaitrice a écrit une lettre si fringante à Sa Majesté Monsieur le Feld-maréchal que je ne peux même pas le dire], soutenant Votre intérêt ; w te słowa [en disant], que puis qu’il sait soutenir les intérêts de ses amis, il pouroit mieux protéger la famille qu’il ne fait jusque à présens […] Wypisac nie moge [Je ne peux pas décrire], quelle part Madame prend à vos intérêts y iak nas oboie kocha i Błogosławi [et comment elle nous aime et bénit tous les deux]14.

  • 15 Radziwillowa F. U., op. cit., p. 344.
  • 16 Judkowiak B., op. cit., p. 69.
  • 17 Ibid., p. 69.

13Il faut préciser que la jeune princesse a des démêlés avec sa belle-mère à cette époque-là, mais rien ne permet de deviner ces ennuis dans sa lettre. Franciszka Urszula Radziwillowa suit la règle d’or de la morale matrimoniale : ne jamais médire de la mère de son époux auprès de lui. Qui plus est, c’est à Hanna Katarzyna Radziwillowa qu’elle confie (toujours en français) ses maximes concernant la vie familiale : « Entre mari et femme, il est bien difficile d’intervenir15. » (Nieswiez, 28 mars 1734). Barbara Judkowiak voit dans cette affirmation, non sans raison, la tentative de la jeune princesse d’affranchir la femme et de mettre en valeur « la nouvelle vision de l’union intime et émotionnelle de deux personnes, indépendante d’interventions de famille16 ». Cette idée est prouvée par une demande que Franciszka Urszula Radziwillowa adresse à son époux dans un billet de 1731 : « Je te sollicite, mon cher Michasienku, la lecture de mes lettres par toi-même pour qu’elles ne passent pas ainsi d’une main à l’autre. C’est ni à mère ni à sœur, me semble-t-il, de connaître la nature de relations entre la femme et le mari17. »

  • 18 Ibid., p. 77.
  • 19 Les éditeurs biélorusses du volume des œuvres choisies de Franciszka Urszula Radziwillowa, par une (...)

14Cependant les traités (ou plutôt les fragments philosophiques, vu leur modeste longueur) Du mariage et Des devoirs réciproques de l’homme et de la femme qui font partie du manuscrit de 1732 sont généralement plus conservateurs et pourraient être résumés par la remarque que nous trouvons dans une lettre postérieure de la princesse Radziwillowa : « Obéir aux ordres des époux, c’est le droit essentiel des épouses18. » Ces textes sont marqués également par les paroles évangéliques de saint Paul : « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur… Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Église » (Éphésiens 5 :22-25) et celles du roi Salomon19 : « Une femme sensée est un don de l’Éternel » (Proverbes, 19 :14) ; « Qui a trouvé une femme, a trouvé le bonheur et obtenu la faveur de l’Éternel » (Proverbes, 18 :22). Ces sentences étant récurrentes, on peut avancer que les sources d’inspiration probable de ces fragments sont les écrits de quelques moralistes français de dignité ecclésiastique. On pensera surtout à l’abbé Fleury et Fénelon qui publient deux ouvrages sur l’éducation des femmes et des jeunes filles mariées, presque simultanément (respectivement, Traité du choix et de la méthode des études, 1686 et Traité sur l’éducation des filles, 1687). Outre leur thème majeur, le précepteur des princes de Conti et l’archevêque de Cambrai parlent aussi de la condition féminine, des rôles et des devoirs de la femme au foyer – en soulignant la primauté masculine –, de la nécessité de se former et de former les enfants pour une jeune épouse, de la sagesse et du mérite comme de deux obligations pour une maison heureuse et prospère. Tout cela entre en parfait accord avec les idées que la princesse suit dans ses lettres et répète dans son brouillon de 1732.

15Mais une intention commune aux deux moralistes ne satisferait certainement pas Franciszka Urszula Radziwillowa : celle de réduire le domaine du savoir féminin. L’abbé Fleury parle des dames savantes avec dédain :

  • 20 Fleury Cl., Traité du choix et de la méthode des études, avec Le Devoir des maîtres et des domesti (...)

Il est vrai qu’elles [les femmes] n’ont pas besoin de la plupart des connaissances, que l’on comprend aujourd’hui sous le nom d’Études, ni le Latin, ni le Grec, ni la Rhétorique, ou la Philosophie des Collèges, ne sont point à leur usage ; et si quelques-unes, plus curieuses que les autres, ont voulu les apprendre, la plupart n’en ont tiré que de la vanité, qui les a rendues odieuses aux autres Femmes, et méprisables aux Hommes20.

  • 21 Fénelon, De l’éducation des filles, huitième éd., Paris, Hachette et Cie, 1898, p. 105-106.

16Fénelon, à son tour, restreint les occupations féminines à l’éducation des enfants, au contrôle des domestiques et à l’économie de la maison, pour conclure : « La science des femmes, comme celle des hommes, doit se borner à s’instruire par rapport à leurs fonctions ; la différence de leurs emplois doit faire celle de leurs études. Il faut donc borner l’instruction des femmes par les choses que nous venons de dire21. »

  • 22 Cf. une traduction plus précise : « Celle-là seule est chaste dont personne n’a voulu » (Ovide, Œu (...)

17S’il est vrai que Franciszka Urszula Radziwillowa ne s’intéressait pas beaucoup aux langues classiques et sortait rarement dans le monde, elle ne se contentait point des tâches de routine et d’une instruction sommaire. Sa correspondance fait preuve, comme nous venons de le montrer, d’une lecture attentive des romans galants, des nouvelles de Boccace et des pièces de théâtre moralisatrices. Dans les fragments philosophiques intitulés Du mariage, la discussion entre Thalès de Milet et Solon d’Athènes à propos de l’hymen (Solon d’Athènes étant un personnage fréquent des drames de la princesse) est rapportée bien à propos. S’y ajoute aussi l’opinion d’Ovide, poète préféré de Franciszka Urszula, sur la vertu des femmes : « Il n’y a pas de chastes sauf celles à qui personne ne demande rien22 » (« Casta est, quam nemo rogavit », Les Amours, i, viii). Cette sentence ironique met en relief l’ampleur de la pensée de la princesse Radziwillowa. Même si nous ne pouvons pas affirmer qu’elle l’approuve pleinement, son introduction dans ce texte rigoureux est remarquable.

18Pour en arriver à des conclusions correctes, il faut quand même rappeler que l’attribution des traités Du mariage et Des devoirs réciproques de l’homme et de la femme à Franciszka Urszula Radziwillowa pose toujours problème. Les textes poétiques du manuscrit de 1732 appartiennent à différents auteurs. Il y a ainsi : la Paraphrase du psaume cxlv de Malherbe ; les stances de l’abbé Testu de Belval ; deux odes de Jean-Baptiste Rousseau, l’une tirée du cantique d’Ezéchias et l’autre du psaume xiv ; un extrait de stances de Théophile de Viau Le Matin ; encore trois pièces de vers dont la provenance reste incertaine. Ces poésies sont réunies par Franciszka Urszula Radziwillowa, désireuse de plaider la cause d’un être humain s’élevant vers la vie éternelle par la voie de la soumission et du repentir.

  • 23 Amusemens philologiques, ou Mélange agréable de diverses pièces concernant l’histoire des personne (...)
  • 24 Suchaux L., Galerie biographique du département de la Haute-Saône, Vesoul, imprimerie de A. Suchau (...)
  • 25 Cf. Kondakov D., « “Les coquins de la Russie Blanche” : la francophonie jésuite en Biélorussie aux (...)

19Tout porte à croire que la princesse n’arrange pas ces écrits toute seule. Presque tous les textes mentionnés se trouvent réunis dans le second volume des Amusements philologiques publié par l’érudit français David Étienne Choffin, professeur de langues modernes à l’université de Halle, en… 175023. Homme de solides principes religieux par son éducation, proche de la communauté des Frères Moraves24, il puisait les éléments destinés à son recueil dans différentes sources de confiance. Vu la postériorité de sa publication au manuscrit de la bibliothèque Czartoryski, une autre hypothèse s’impose. Le recueil pourrait être inspiré par les jésuites, guides spirituels des Radziwill depuis plusieurs décennies. De toute façon, Malherbe, l’abbé Testu de Belval, Jean-Baptiste Rousseau entrent dans le canon des lettres françaises des précepteurs de la Société de Jésus, qui commencent à les enseigner dès 1751 au collège de Nieswiez et qui reproduisent les œuvres des auteurs mentionnés dans leurs recueils à usage pédagogique25.

20Pour revenir à notre sujet et faire le point, disons que la correspondance bilingue de Franciszka Urszula Radziwillowa, aussi bien que les manuscrits qu’elle compose, se trouvent aux confins du cœur et de la raison. La princesse écrit en français pour parler des sentiments et pour les interpréter, pour exprimer sa douleur ou son amour et pour réfléchir, pour se divertir et s’instruire. Elle n’est jamais univoque, représentant toujours plusieurs opinions sur la condition féminine, le mariage, la maternité, plaidant tantôt pour une femme obéissante, tantôt pour une émancipée. La langue française est son passe-partout dans le monde de la littérature, de la religion et de la philosophie. Grâce à elle, dans les écrits de Franciszka Urszula Radziwillowa, le sentiment vécu se transforme en pensée articulée.

Notes

1 Bibliothèque Czartoryski de Cracovie, 2268-iii, Manuskrypt różnych wirszyw przeze mnie komponowanych oraz na rozkaz Xięcia JMci męża mego… ręką moią własną przepisanych… w Nieswiżu 29 marca roku 1732 [Manuscrit de différentes poésies arrangées par moi-même et… recopiées par ma propre main sur l’ordre de Sa Majesté le prince mon mari… à Nieswiez le 29 mars 1732].

2 Жанна Некрашэвіч-Кароткая, « Францішка Уршуля Радзівіл », Гісторыя беларускай літаратуры xi-xix стагоддзяў. Даўняя літаратура : xi – першая палова xviii стагоддзя [Žanna Nekraševič-Karotkaja, « Franciszka Urszula Radziwillowa », Histoire de littérature biélorusse des XIe-XIXe siècles. Littérature ancienne : XIe – première moitié du XVIIIe siècle], t. 1, Minsk, Belarouskaja navouka, 2006, p. 855-875 ; Agnieszka Borowiec, « Epistolographia Franciszki Urszuli Radziwiłłowiej », Працы кафедры гісторыі беларускае літаратуры, Выпуск 7 [« Écrits épistolaires de Franciszka Urszula Radziwillowa », Travaux du département de littérature biélorusse], vol. 7, Minsk, Droit et économie, 2006. P. 167-174. Alors que la chercheuse biélorusse se contente d’une simple constatation dans un article académique, A. Borowiec, qui mène une analyse plus détaillée, préfère omettre ou traduire les incursions françaises dans les lettres de la princesse sans préavis ou explication.

3 Bibliothèque polonaise de Paris (BPP), fonds 12, carton 27, f. 343-378.

4 Ibid., fonds 12, carton 27, f. 347-348. Nous soulignons partout dans cet article les incursions françaises dans les passages en polonais.

5 « Ces sentiments ne se sont jamais démentis y iezawsze trwać będą we mnie [et persisteront toujours en moi]. » – Ibid., fonds 54, carton 2, f. 7.

6 Cf. Gretchanaïa E., « Mémoires et journaux intimes féminins rédigés en français dans le premier quart du XIXe siècle : aspects religieux et linguistiques », La Russie d’Alexandre Ier : réalités, perceptions, mythes. Lyon, École Normale Supérieure LSH, 2005. – [http://russie-europe.ens-lyon.fr/article.php3?id_article=56] ; Viollet Catherine, « Écrits personnels en français : une dimension européenne (fin XVIIIe – début XIXe siècle) », La Francophonie européenne aux XVIIIe - XIXe siècles : perspectives littéraires, historiques et culturelles, E. Gretchanaïa, A. Stroev et C. Viollet (dir.), Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 2012, p. 37-50.

7 Judkowiak B., « “Aux ordres de l’époux obéir, c’est le droit essentiel des épouses” : le mariage dans les écrits de la princesse Franciszka Urszula Radziwiłł (1705-1753) », Studia Romanica Posnaniensia, vol. 38/1, Poznań, UAM, 2011, p. 70-72.

8 BPP, fonds 12, carton 27, f. 349-350.

9 Наталля Русецкая, Сямейная муза : паэзія Францішкі Уршулі Радзівіл [Natallia Rouseckaja, La muse de famille : poésie de Franciszka Urszula Radziwillowa], Minsk, Knihazbor, 2006, р. 134-136.

10 BPP, fonds 12, carton 27, f. 348.

11 Жанна Некрашэвіч-Кароткая, Нясвіжская Мельпамена : драматургія Францішкі Уршулі Радзівіл [Žanna Nekraševič-Karotkaja, Melpomène de Nieswiez : théâtre de Franciszka Urszula Radziwillowa], Minsk, EGU, Propylée, 2002, р. 57, 63.

12 Lettre à Michal Kazimierz Radziwill, Nieswiez, 10 octobre 1726 – BPP, fonds 12, carton 27, f. 371.

13 Францішка Уршуля Радзівіл, Выбраныя творы [Franciszka Urszula Radziwillowa, Œuvres choisies], Minsk, Belarouski knihazbor, 2002, p. 337.

14 BPP, fonds 12, carton 27, f. 359-360.

15 Radziwillowa F. U., op. cit., p. 344.

16 Judkowiak B., op. cit., p. 69.

17 Ibid., p. 69.

18 Ibid., p. 77.

19 Les éditeurs biélorusses du volume des œuvres choisies de Franciszka Urszula Radziwillowa, par une lecture inattentive, attribuèrent faussement ses paroles à Alain-René Lesage : « Le Sage » (le roi Salomon) du manuscrit de 1732 se transforma en contemporain de la princesse ! Cf. Franciszka Urszula Radziwillowa, op. cit., p. 328.

20 Fleury Cl., Traité du choix et de la méthode des études, avec Le Devoir des maîtres et des domestiques, Bruxelles, Simon t’Sterstevens, 1729, p. 164.

21 Fénelon, De l’éducation des filles, huitième éd., Paris, Hachette et Cie, 1898, p. 105-106.

22 Cf. une traduction plus précise : « Celle-là seule est chaste dont personne n’a voulu » (Ovide, Œuvres complètes avec la traduction en français… sous la direction de M. Nisard, Paris, Garnier, 1850, p. 110).

23 Amusemens philologiques, ou Mélange agréable de diverses pièces concernant l’histoire des personnes célèbres… servant de préparation aux études… par David-Étienne Choffin, tome II, Halle, Maison des Orphelins, 1749.

24 Suchaux L., Galerie biographique du département de la Haute-Saône, Vesoul, imprimerie de A. Suchaux, 1864, p. 74-75.

25 Cf. Kondakov D., « “Les coquins de la Russie Blanche” : la francophonie jésuite en Biélorussie aux XVIIIe-XIXe siècles », La Francophonie européenne aux XVIIIe-XIXe siècles : perspectives littéraires, historiques et culturelles, E. Gretchanaïa, A. Stroev et C. Viollet (dir.), Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 2012, p. 37-50.

Auteur

Maître de conférences à l’université d’État de Polotsk, et a été boursier de la Fondation Maison des sciences de l’homme (Paris) entre septembre 2012 et mai 2013. En 2005, il a soutenu sa thèse L’œuvre d’Eugène Ionesco dans le contexte littéraire européen du XXe siècle (parue sous ce titre : Novopolotsk, 2008). Dès 2009, il s’oriente vers la recherche visant l’étude de la francophonie sur les terres biélorusses aux XVIIIe et XIXe siècle. Ses travaux récents portent sur les écrits personnels (lettres, journaux intimes, journaux de voyages) et les textes de fiction en français des magnats du Grand Duché de Lituanie au XVIIIe siècle, l’activité pédagogique et littéraire des jésuites de la Russie Blanche entre 1772 et 1820, le rôle de la franc-maçonnerie dans la propagation du français et la culture francophone.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540