Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondances d'érudits au xviiie et xixe siècles

 | 
Marie-France de Palacio

Cinquième partie. La France et les Français, vus par le monde académique vilnois

Les motifs français dans les lettres de Georg Adam Forster écrites à Vilnius

Irena Buckley

Texte intégral

1Fondée au XVIe siècle, l’université de Vilnius est partie prenante de la culture latine européenne. C’est sur une telle base culturelle que se sont constituées les écoles nationales. En Lituanie, cette filiation directe a été entravée par l’irruption de la culture polonaise, dont la propagation s’est intensifiée à la fin du XVIIIe siècle. Cette université polonaise en latin n’en était pas moins ouverte aux idées européennes diffusées par les professeurs de divers pays invités à y travailler. Sous l’influence des idées des Lumières, l’intérêt pour les sciences exactes s’affirma au sein de l’université de Vilnius dès le milieu du XVIIIe siècle. En 1781, le naturaliste français Jean Emmanuel Gilibert (1741-1814) fut invité à diriger la chaire d’histoire naturelle. Lorsque Gilibert quitta l’université de Vilnius, le recteur de l’université, l’astronome Marcin Poczobutt-Odlanicki, invita pour le remplacer Georg Adam Forster, déjà renommé pour sa participation à l’expédition de Cook. De 1784 à 1787, Forster enseigna à l’université de Vilnius la minéralogie, la botanique, la zoologie et la paléontologie. C’est à Vilnius qu’il écrivit les lettres qui sont considérées comme un classique de la littérature épistolaire allemande. Ces lettres ne se réduisent pas à des informations de caractère intime : nombre de remarques concernent les réalités historiques, politiques et sociales de la Lituanie, la vie culturelle vilnoise de cette époque et les activités académiques de l’université. Nous nous intéresserons aux motifs français qui apparaissent dans ces lettres.

2L’auteur de ces lettres était un homme alors populaire, qui avait pris part à une expédition fameuse. Il se présente en homme d’honneur aspirant à une carrière scientifique et en observateur perspicace et objectif. Mais il ne cherche pas pour autant à taire ses émotions, enthousiasme, surprise ou colère. Les destinataires de ces lettres sont les amis et proches parents de Forster. Le ton y est cordial et les impressions partagées sans trop de formalisme. L’auteur parvient dans ses lettres à concilier le rationalisme des Lumières avec un rapport au monde plus subtil, fondé sur les émotions, pour lequel la leçon française de Rousseau importe autant que celle, allemande, de Herder.

3Le contexte français s’est imposé à l’université de Vilnius à la fin du XVIIIe siècle par le biais de la culture dominante polonaise. Dans le cas de Forster, le lien direct passe par son prédécesseur le Français Gilibert. On pourrait, dans un tel cas, s’attendre à un heurt entre les cultures et traditions académiques françaises et allemandes. Mais les idées scientifiques et sociales venues de France étaient importantes aux yeux de Forster. Le naturaliste écrivait et parlait parfaitement le français, il commandait des publications en français telles que Des caractères extérieurs des minéraux de Romé de L’Isle, le Système de la nature de Mirabeau, le Journal de physique ou l’édition complète des œuvres de Rousseau. Forster, qui collaborait avec des scientifiques français, fut invité comme membre correspondant de la Société royale d’agriculture de Paris.

4Les motifs français ne sont pas rares dans les lettres écrites à Vilnius par Forster. On y évoque les savants français présents ou anciens, la réception des idées et de la culture françaises, on y juge les influences françaises sur la société lituanienne.

  • 1 « Sur les forêts de Lithuanie » (1784), un texte oublié de Jean-Emmanuel Gilibert, annoté et comme (...)
  • 2 Georgo Forsterio Laiškai iš Vilniaus. Vilnius, Mokslas, 1988, p. 161.

5Les jugements portés par Forster sur les Français rencontrés à Vilnius n’échappent pas aux stéréotypes. Évoquant ses collègues, le professeur allemand ne fait guère preuve de mesure. Dans ses appréciations, il oppose volontiers l’ordre allemand à la spontanéité et la bravoure françaises. Il convient sans doute de mettre au compte du facteur humain certains jugements où Forster compare ses propres travaux à ceux menés par son prédécesseur. Prenant à l’université de Vilnius la suite du célèbre naturaliste français Gilibert et chargé d’en reprendre les cours et l’héritage accumulé, Forster critique fréquemment son devancier. Le Français, professeur de chaire d’histoire naturelle, avait organisé les collections de minéraux et de végétaux qu’il avait apportés avec lui, étudié la faune et la flore locales, fondé à l’université de Vilnius le premier jardin botanique de Lituanie et rédigé divers ouvrages sur ce jardin botanique et sur la nature de Lituanie. Le naturaliste Piotr Daszkiewicz, qui a publié le texte de Gilibert « Sur les forêts de Lithuanie », souligne que le Français, dans sa description de la nature de la Lituanie, « est l’un des premiers naturalistes à décrire la succession des habitats naturels1 ». Forster jette un regard assez défavorable sur les travaux de son confrère. Il lui reproche en premier lieu de manquer d’ordre et de soin : « Cet homme a organisé ici dans le plus grand désordre les études de sciences naturelles. Il ne m’était jamais arrivé de voir un désordre tel que celui rencontré sur ce petit carré, qui était appelé jusqu’ici jardin botanique. Un manque de soin et une superficialité analogues apparaissent dans la collection qu’il a laissée et dans la réorganisation des livres2… » Les critiques de Forster s’adressent également à l’œuvre de son prédécesseur sur la flore de Lituanie : Forster éreinte la classification adoptée, la description des espèces et la médiocrité du latin. Cette critique prend peut-être sa source dans des ambitions professionnelles déçues : tout en critiquant Gilibert, Forster ne voyait pas l’utilité de poursuivre l’étude de la nature de Lituanie, et peut-être n’y était-il pas suffisamment préparé. C’est sans doute la raison pour laquelle, comme pour se justifier, il blâme souvent les conditions naturelles du pays, les conditions de travail, le niveau scientifique de l’université, le manque d’éthique dans les relations au sein du corps professoral.

  • 3 Ibid., p. 210, 80.

6Forster décrit également les enseignants rencontrés lors de son séjour à l’université de Vilnius. Il mentionne notamment deux médecins français, le professeur de chirurgie N. Regnier et le vice-recteur J. Briotet. Les lettres dépeignent ce dernier sous un jour des plus flatteurs. Si critique envers les compatriotes de Gilibert, le scientifique allemand trouve en Briotet une singulière exception : « le plus sympathique » des Français, « sans trace de Français ordinaire », « Briotet est un Français comme il en est peu, si taciturne, si doux, si consciencieux, dépourvu de prétention, tellement serviable, au comportement d’une si noble générosité ». Regnier apparaît comme son contraire : « orgueilleux et hautain, comme tous les parvenus, il a une belle stature… et une jolie femme3 ». Typique de la stylistique de l’époque des Lumières, pareil couple de héros révèle les stéréotypes de l’auteur sur le caractère français. Cette représentation du caractère français est également illustrée par le comte de Bussy, rencontré dans les salons. Véritable attraction lors des soirées, ce jeune homme, qui avait voyagé dans toute la Russie, se distinguait par son horizon étendu, son agilité verbale et son esprit. Forster se montre donc enclin aux généralisations quand il présente les Français et tient pour exception ceux qui ne correspondent pas à l’image d’Épinal. Un Gilibert brouillon, un parvenu superficiel du nom de Regnier, un Bussy beau parleur, telle apparaît la galerie du caractère français.

7À Vilnius, Forster se sent dans une ville polonaise. Il ne s’intéresse pas aux particularités de la Lituanie, à la langue lituanienne, qu’il n’entend pas à Vilnius, bien sûr, à l’histoire heurtée du pays ou à la riche culture populaire. Le savant compare le pays, dans lequel il se sent comme frappé par le destin, à une province de Pologne sans culture et demi-sauvage.

  • 4 Buckley I. et Palacio M.-F. de, L’Eden lituanien et la Babylone française. Les contacts culturels (...)

8Forster évoque bon nombre de signes de la culture française dans la vie de la société vilnoise qui touchent à l’usage de la langue, à l’influence des idées ou la présence de l’esprit français dans le mode de vie. Au sein d’une université de Vilnius multinationale et multiculturelle, le français était la principale langue de communication internationale. Forster remarque que tous les enseignants polonais parlaient français. Pour les arrivants qui ne parlaient pas cette langue, l’intégration dans la vie de la communauté était difficile. Cette situation linguistique n’était pas du goût de Forster, qui aurait plus volontiers communiqué en allemand ou en anglais. Elle amène le naturaliste à diagnostiquer une francophilie incurable dans son nouvel environnement. Au sein des lettres en allemand, se trouve une lettre de Forster en français. Elle était destinée à Marcin Poczobut, alors recteur de l’université de Vilnius. Ce n’est pas une surprise, au vu du rôle joué par le français au sein de la communauté universitaire. Quelques décennies plus tard, dans les années 1810 et 1820, alors que le français était enseigné à l’université, J. Pinabel, un des enseignants les plus insignes, allait se réjouir de l’aisance avec laquelle il pouvait communiquer en français avec des collègues4. Suivant une tradition remontant au siècle précédent, tout Polonais un tant soit peu éduqué parlait français, comme le souligne Forster.

9Le français est particulièrement associé à l’éducation des femmes. Les Vilnoises qui lisent des romans français sont également capables d’assister aux leçons de botanique qui leur sont données en français par Forster : le professeur rédigea le compte rendu de ses leçons et songea même à le faire publier à l’avenir, étant donné l’accueil favorable réservé à son contenu autant qu’à la façon dont il était écrit.

10Pour leur agrément, Forster et son épouse portaient volontiers leur choix sur des lectures françaises, l’Essai sur les mœurs de Voltaire par exemple. De sa « province spirituelle », il regrette de n’avoir pas Montesquieu sous la main ou demande qu’on lui expédie les œuvres de Rousseau. Forster et son épouse témoignent de réflexions relatives à la langue d’éducation de leur fille : le polonais leur paraît totalement inutile, voire nocif, car elle pourrait alors communiquer avec les « imbéciles » et les « calotins » locaux. Quant au français, elle pourra l’apprendre en six ou sept ans si elle y prend goût. Ainsi sont élevées ou abattues les barrières linguistiques dans cet environnement multilingue.

11Malgré son opinion favorable envers l’universalité des Lumières françaises et leur diffusion, malgré son éloge adressé au vice-chancelier Cheptawicz pour avoir appliqué sur son domaine le système économique de Turgot, Forster n’en reste pas moins globalement négatif quand il s’exprime au sujet de l’influence française sur l’aristocratie polonaise. Il affiche son dédain envers les grimaces culturelles de l’aristocratie locale, et leurs imitations superficielles des Français. Il raille le singulier assemblage des caractères français et sarmate. À ses yeux, les Polonais forment une nation de demi-sauvages recouverts d’un vernis français. Forster trouve contrenature « le luxe français inoculé à la sauvagerie sarmate ».

  • 5 En français dans le texte.
  • 6 En français dans le texte.
  • 7 Ibid., p. 265, 117.

L’aristocratie est pour l’essentiel tout à fait pitoyable. Les jeunes comtesses sauf le respect5 etc. se peignent pour enlever les poux devant la fenêtre. Lors des soirées du prince-évêque, les chevaliers de l’ordre de Stanislas se mouchent dans leurs doigts et les valeureux moustachus avec l’épée au côté ont en guise de bas de la paille dans les bottes, c’est du moins ce que m’a dit madame Pszesecka. L’hospitalité y est grande, comme dans tous les pays sans culture. Tout échange a lieu sans la moindre gêne6, et même la façon de se vêtir est moins délicate qu’ailleurs. La tolérance est totale. La littérature française est très connue, mais pas à grande échelle7.

  • 8 Ibid., p. 95.
  • 9 Ibid., p. 266.
  • 10 En français dans le texte.
  • 11 Réza L., Žinios ir pastabos apie 1813 ir 1814 metų karo žygius iš vieno Prūsijos armijos kapeliono (...)

12L’auteur attribue le faible niveau culturel à l’éducation et l’instruction de la société. Il loue les efforts altruistes des anciens jésuites pour élever par leurs seuls moyens le niveau d’instruction et dénonce les aristocrates qui « entretiennent jusqu’à aujourd’hui l’esprit français, posant sur toute choses un regard superficiel et encyclopédique8 ». Selon Forster, la superficialité est le trait essentiel de l’école française. Le naturaliste oppose ainsi les traditions allemande et française. « À Vilnius, il n’y a point de librairie, à Varsovie, il y en a une seule, l’autre ayant fait faillite et elle vend des romans licencieux. Dans toute la Pologne, Allemand est la pire insulte, et toute l’éducation de la haute noblesse est aux mains des barbiers et des modistes dégénérés venus de France9. » Ce qui explique qu’à l’approche de Mardi gras, ses auditrices du Collegium botanicum choisissent plus volontiers les « parties de plaisir10 » que des activités plus sérieuses. Pour Forster, la situation est très différente en Courlande, où la noblesse parle allemand et où la culture de l’âme et de l’esprit est plus élevée. On peut relever de pareils jugements au début du XIXe siècle dans le journal du célèbre folkloriste et écrivain lituanien de culture allemande Ludwig Rhesa, quand il oppose les systèmes éducatifs français et allemand11.

13Les lettres écrites à Vilnius par Forster révèlent donc bon nombre d’informations sur la coexistence des cultures et les tensions qui en résultent à la fin du XVIIIe siècle à l’université de Vilnius et dans toute la société vilnoise. Le naturaliste allemand règle le compte des Français et celui des Polonais. Quant aux Lituaniens, ils n’existent pas. Les motifs français sont donc en revanche bien présents chez cet épistolier.

Notes

1 « Sur les forêts de Lithuanie » (1784), un texte oublié de Jean-Emmanuel Gilibert, annoté et commenté par Piotr Daszkiewicz, Cahiers lituaniens no 5, 2004.

2 Georgo Forsterio Laiškai iš Vilniaus. Vilnius, Mokslas, 1988, p. 161.

3 Ibid., p. 210, 80.

4 Buckley I. et Palacio M.-F. de, L’Eden lituanien et la Babylone française. Les contacts culturels franco-lituaniens au XIXe siècle, Paris Classiques Garnier, 2012.

5 En français dans le texte.

6 En français dans le texte.

7 Ibid., p. 265, 117.

8 Ibid., p. 95.

9 Ibid., p. 266.

10 En français dans le texte.

11 Réza L., Žinios ir pastabos apie 1813 ir 1814 metų karo žygius iš vieno Prūsijos armijos kapeliono dienoraščio, traduit de l’allemand par Rapolas Šaltenis, Vilnius, Lietuvių literatūros ir tautosakos institutas, 2000.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540