Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondances d'érudits au xviiie et xixe siècles

 | 
Marie-France de Palacio

Cinquième partie. La France et les Français, vus par le monde académique vilnois

La correspondance en français des savants de l’université de Vilnius de la fin du xviiie siècle au début du xixe

Loïc Boizou

Texte intégral

Introduction

1La correspondance des savants de l’université de Vilnius offre un excellent exemple de multilinguisme. À la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, le panorama était le suivant. Le polonais était sans conteste la langue dominante. Le russe apparaît dans les écrits de certains professeurs originaires du grand duché, principalement ceux issus des régions de peuplement biélorussien. En revanche, il est absent des écrits des savants provenant des régions polonaises, tels que Jan Śniadecki. Le français est la principale langue de communication internationale, qui s’est imposée face au latin, de plus en plus réduit à des usages cérémoniels. Le second rang est occupé par l’allemand, tandis que l’anglais et l’italien n’apparaissent que ponctuellement. Les échos de ce multilinguisme croissant à mesure de l’affaiblissement du latin s’expriment même du côté français, quand Cousin dans une lettre à Śniadecki regrette que ce dernier ait écrit en polonais plutôt qu’en latin. Plus généralement, le Français se lamente du choix initié par l’académie de physique d’abandonner le latin, en expliquant qu’il faudrait bientôt parler toutes les langues d’Europe.

2Le but de ce bref article est de donner un aperçu des champs d’emploi épistolaire du français à l’époque où le rayonnement de cette langue à l’université de Vilnius est le plus manifeste. Il s’agit d’une étude exploratoire qui repose sur l’analyse de la correspondance de quelques enseignants conservée à la bibliothèque de l’université de Vilnius : Martin Odlanicki Poczobutt (1728-1810), Andrzej Strzecki (1737-1797), Jan Śniadecki (1756-1830), qui travailla d’abord à Cracovie (jusqu’en 1806), Michał Pełka Poliński (1784-1848), Waleryjan Górski (17901874), Mikołaj Malinowski (1799-1865). La période couverte et la variété des savants permettent de donner une impression générale des usages de la correspondance en français dans cette partie de l’Europe sur une période d’un demi-siècle environ.

3Nous chercherons à mettre en évidence d’une part les aspects directement liés à la vie académique, à savoir l’échange d’informations scientifiques et l’évocation des tâches quotidiennes de l’universitaire, d’autre part les aspects extérieurs aux préoccupations professionnelles, en particulier les échos de l’actualité et les écrits intimes.

La lettre comme vecteur scientifique

  • 1 Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F16-16.

4Les lettres des scientifiques laissent une large place aux exposés théoriques et aux prises de position relatives à des expériences ou à des ouvrages scientifiques. On donne aussi fréquemment quelques nouvelles de l’actualité scientifique, par exemple la découverte d’une comète par l’astronome anglais Loxoll1. Ces échanges sont fréquents mais même à bonne distance de l’Europe occidentale, les lettres ne sont pas le vecteur principal des connaissances scientifiques : dès cette époque en effet, les livres voyageaient beaucoup jusqu’à Vilnius et Cracovie. En attestent les lettres mêmes, qui sont souvent accompagnées d’ouvrages scientifiques. L’expédition des ouvrages constitue d’ailleurs parfois un souci pour les universitaires, si bien que les déplacements des étudiants à l’étranger étaient autant d’occasions de faire parvenir des livres à des collègues éloignés. Les livres sont en général très présents dans la correspondance scientifique, qu’il s’agisse d’informer de la sortie d’un ouvrage, de commenter l’ouvrage d’un tiers ou de rendre compte d’un projet de publication. La publication des livres scientifiques ne va d’ailleurs pas toujours de soi : Cousin se plaint ainsi dans un courrier à Śniadecki de la réticence des maisons d’édition à éditer des ouvrages de mathématiques.

  • 2 Triaire D., « Lalande, Bernoulli, Poczobut… Lettres de savants de l’Ouest à des astronomes de l’Est (...)
  • 3 Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F19-25.
  • 4 Gilain Chr., « Sur la correspondance de Condorcet avec Euler et ses disciples de Pétersbourg », Mél (...)

5Durant les années 1770, Śniadecki, alors professeur à l’université de Cracovie, a entretenu une correspondance particulièrement soutenue avec son ancien professeur du Collège de France Jacques Antoine Cousin. Ces échanges prolongent ceux décrits par Dominique Triaire entre Marcin Poczobutt, Andrzej Strzecki, Bernoulli et Lalande entre 1776 et 17912. Ils témoignent des liens bien établis entre Vilnius et l’ouest de l’Europe. Les correspondances en français de Poczobutt et Śniadecki, celles entre Śniadecki et Cousin, puis entre l’élève de ce dernier, Lefèvre, et Śniadecki, illustrent une relation étroite et suivie entre la France et la Lituanie dans le domaine des sciences exactes, astronomie, mathématiques et physique. Les courriers mentionnent également Cassini. Dans le domaine astronomique, ces contacts s’étendaient à l’Angleterre, dont on louait les progrès scientifiques : de Cracovie, Śniadecki transmit ainsi à son confrère de Vilnius Poczobutt deux mémoires de l’astronome royal de Greenwich Maskelyne. Il évoque à ce propos « l’observatoire aussi bien pourvu que celui de Vilnius3 ». C’est également en français que Poczobutt correspondait avec Jean-Albert Euler, fils du célèbre mathématicien, alors à Saint-Petersbourg et en relation avec Condorcet4.

  • 5 Buckley I., de Palacio M.-Fr., L’Éden lituanien et la Babylone française, Paris, Classique Garnier, (...)
  • 6 Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F16-12.
  • 7 Ibid., F19-37.

6Les échanges s’inscrivent clairement dans le mouvement des Lumières, dont Śniadecki était un défenseur éminent5. Cérémonieux à l’excès, un courrier attribué à Poczobutt6 prie l’Académie morale de science, « la plus célèbre et la plus savante d’Europe », d’accueillir Poczobutt et Strzecki comme membres correspondants, non sans évoquer le travail « pour le bien de l’humanité ». Quelques années plus tard, Lefèvre écrit à Śniadecki que les mathématiques sont « un grand moyen de préparer les hommes à sortir de leurs préjugés », mais s’empresse toutefois d’ajouter : « Quoique M. d’Alembert prétende que la Géométrie laisse les hommes comme elle les trouve7. »

7À cette époque, la multiplicité des intérêts des scientifiques restait très évidente, avec néanmoins un intérêt particulièrement vif pour les mathématiques, la physique, l’astronomie, la météorologie et la géodésie. Les aspects pratiques occupaient une place prépondérante : parmi les diverses questions abordées, on relève les méthodes de triangulation et les mesures météorologiques, ainsi que les premiers ballons aérostatiques, qui occupèrent une grande partie des échanges de 1782-1784. Pour autant, les discussions scientifiques n’étaient pas le seul sujet professionnel abordé.

Les peines de l’universitaire

8Les aspects du travail universitaire autres que la recherche occupaient une bien moindre mesure dans les écrits. Tout comme aujourd’hui, le travail bureaucratique pouvait représenter une lourde charge. Śniadecki se plaint d’avoir reçu à contrecœur le poste de secrétaire de l’université, qui accapare l’essentiel de son temps et l’éloigne du travail scientifique.

  • 8 Ibid., F15-38.
  • 9 Ibid., F19-37.

9Śniadecki rend également compte à Cousin de ses efforts de jeune enseignant et du programme qu’il envisage pour ses cours de mathématiques. Il exprime sa satisfaction vis-à-vis de ses meilleurs étudiants. De manière générale, les étudiants sont mentionnés presque exclusivement en lien avec les échanges et les séjours à l’étranger. Dans une lettre de 18248, le polytechnicien Bazaine (1786-1838) annonce au professeur de mécanique Waleryjan Górski avoir évoqué avec le tsar la possibilité d’accueillir certains étudiants à l’Institut des ingénieurs des transports de Saint-Pétersbourg dont il avait obtenu la direction. Il fait par ailleurs parvenir à son collègue de l’université de Vilnius des lithographies destinées aux étudiants. Dans une lettre à Cousin, Śniadecki prie son ancien professeur de bien vouloir recevoir l’étudiant Radwański9. Il insiste sur l’aide que pourrait apporter le professeur français dans l’orientation du jeune Polonais, qui se trouve à l’étranger afin de se perfectionner en physique, en architecture et en génie. La correspondance précise que le séjour à l’étranger est d’une durée prévue de trois ans, deux en France et un en Italie. La consultation des dossiers des archives nationales de Lituanie permet de confirmer que les séjours de ce type, longs et dans plusieurs pays, étaient relativement fréquents.

  • 10 Ibid., F16-16.
  • 11 Ibid., F19-26.

10Au XVIIIe siècle déjà, une partie non négligeable des lettres étaient destinées à présenter des excuses pour quelque retard dans une réponse ou dans une édition. La cause en est généralement un excès de travail, mais des causes plus originales sont quelquefois mentionnées, tels les ravages provoqués par l’inondation de 1777 dans une fonderie de Vilnius réalisant des caractères d’imprimerie10. Dans une autre lettre, Śniadecki, qui avait imprudemment évoqué ses premières tentatives pour déchiffrer des manuscrits en lien avec Copernic, se vit contraint, à la suite d’une demande enthousiaste de Cousin, de s’excuser de ne pouvoir mener ce travail ardu à bien, tout en s’en remettant à d’hypothétiques futurs étudiants11.

  • 12 Ibid., F19-26.
  • 13 Une commande qui fut honorée non sans mal. Ainsi, en réponse à une lettre où Śniadecki se lamentait (...)
  • 14 . Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F19-34 et F19-35.

11De nombreuses lettres sont consacrées à des problèmes matériels concrets : questions d’argent, achat de matériel scientifique ou acheminement des marchandises. Des échanges intenses ont ainsi lieu entre Śniadecki et ses contacts français, notamment Le Roy et Cousin, pour l’achat de différents appareils, afin de créer un cabinet de physique à Cracovie12 : machine électrique, machine pneumatique, thermomètres, baromètres, lunettes. Assuré du mécénat du prince-évêque de Plotsk, Śniadecki demande à Cousin le prix de ces différents instruments et passe finalement une commande13. Qu’il s’agisse de flux financiers, grâce aux lettres de change, de transports de livres ou de matériel, les lettres laissent deviner des échanges à l’intensité déjà significative, malgré les voies de transport parfois spartiates. Cela conduit Śniadecki, fort d’une mauvaise expérience avec des appareils importés d’Allemagne, à prier ses collègues français de prendre grand soin de l’emballage. Certaines marchandises faisaient le trajet par Vienne, mais le rôle de Dantzig comme point d’entrée de la Pologne apparaît dans plusieurs lettres14.

  • 15 Ibid., F14-29.
  • 16 Ibid., F19-35.
  • 17 Ibid., F19-43.

12Les universitaires recevaient divers courriers de sollicitation de leurs collègues, d’étudiants ou de tiers, par exemple celui adressé à Pełka Poliński par Bramati15. Le lecteur de langue italienne à l’université de Vilnius, sévèrement blessé à la jambe au point de ne plus pouvoir sortir de chez lui, s’en remet au professeur dans l’espoir d’un soutien financier. Pełka Poliński était d’ailleurs visiblement très lié à l’Italie puisqu’il était membre des sociétés savantes de Florence, Padoue et Lucques. Afin d’améliorer ses moyens de subsistance, Jean-Charles de Financy adressa un courrier au professeur Śniadecki pour lui demander un certificat attestant qu’il avait passé avec succès son examen de géométrie16. Enfin, un autre courrier17 fut adressé à Śniadecki en 1824 par un officier français, J. Thierry. Ce dernier était très probablement resté en Lituanie à l’issue de la campagne napoléonienne, puisqu’il indique 1812 comme date du début de sa présence à Vilnius. Dans l’attente d’un passeport, il demanda à Jan Śniadecki un soutien financier en soulignant son dénuement et le fait qu’il n’avait aucun parent à Vilnius. Les professeurs de l’université étaient donc des acteurs importants de la société vilnoise et ce, au-delà du cercle académique. Leur correspondance également ne se limitait pas aux sujets strictement académiques.

Les échos de l’actualité

  • 18 Ibid., F19-37.

13Les actualités scientifiques étaient parfois accompagnées de nouvelles plus générales. Outre les éléments d’ordre technique échangés par les savants au sujet des essais de ballons aérostatiques, on mesure l’enthousiasme public soulevé aussi bien en France qu’en Pologne par cette invention. Lefèvre décrit à Śniadecki une véritable tocade collective « Nous sommes depuis six mois dans des peines épouvantables. Les ballons ! Les ballons ! Qu’en arrivera-t-il18 ? » Il ajoute que « Nos dames jouent un grand rôle » dans ce qui était un véritable duel scientifique. Certaines étaient en faveur des frères Montgolfier, tandis que d’autres soutenaient Charles. Les premières informations ont manifestement eu un écho tout aussi important mais très déformé dans la presse polonaise. Śniadecki écrit que « on a répandu tant de choses monstrueuses et choquantes dans nos gazettes que ce n’est qu’après avoir reçu Votre Lettre que j’ai pu désabuser beaucoup de gens de leur croyance ». Dans une lettre à Śniadecki, le comte Maszynski se plaint également des incongruités véhiculées par la presse sur le sujet, en déplorant l’inutilité de ses tentatives pour ramener les journaux à plus de vraisemblance. On voit donc la trace d’un engouement médiatique sinon mondial, tout au moins à l’échelle du continent européen.

  • 19 Ibid., F19-34.

14Il est parfois question d’événements sans lien direct avec le domaine des sciences. Ainsi, une lettre de Cousin à Śniadecki rend brièvement compte des soubresauts de la France prérévolutionnaire : le savant français évoque le projet de convoquer les États généraux et les faillites bancaires dues à la crise financière19. Une autre lettre se fait l’écho de nouvelles provenant de l’autre bout du monde ; Cousin y évoque le terrible tsunami de 1782 dans la Pacifique et plus précisément les ravages causés sur l’île de Taïwan.

  • 20 Ibid., F19-37.
  • 21 Delille qui suivit d’ailleurs le comte de Choiseul-Gouffier à Constantinople, lequel reçut plus tar (...)

15Une lettre de Lefèvre à Śniadecki datée de 1782 donne une série d’informations sur l’actualité culturelle20, qu’il juge susceptible d’intéresser son compagnon parti à Cracovie. Il évoque principalement la scène parisienne, avec deux tragédies : Jeanne de Naples (1781) de Jean-François de La Harpe et Manco-Capac, premier ynca du Pérou (1763) d’Antoine Le Blanc de Guillet. Il révèle ensuite que l’abbé Delille21 lui a montré les premières pages des Jardins, alors en cours de publication. Enfin, il mentionne l’admission de Condorcet à l’Académie française. Ces actualités littéraires rendent compte de la proximité de Śniadecki avec la vie culturelle parisienne. Elles manifestent peut-être également la dissymétrie des relations culturelles, dans la mesure où l’on ne trouve pas de considérations similaires au sujet de la culture polonaise.

La correspondance intime

  • 22 Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F15-35 et 15-38.

16La correspondance des savants compte aussi quelques écrits intimes, ce qui témoigne d’un sentiment de familiarité vis-à-vis de la langue française. À tel point que même dans des lettres écrites en polonais, il arrive de trouver des adresses en français telles que « Monsieur » ou « Mon cher ami22 », ce qui traduit sans doute un effet de mode.

  • 23 Ibid., F14-19.

17La correspondance de Jan Śniadecki conservée à la bibliothèque de l’université de Vilnius est très majoritairement d’ordre professionnel. On ne trouve pas trace d’une correspondance familiale en français telle que celle de Mikołaj Malinowski avec sa fille. On ne trouve pas davantage d’écrits sentimentaux comparables à ceux adressés par Michał Pełka-Poliński à sa femme23. Il s’agit de lettres qui reflètent l’image romantique attribuée au français. L’écrivain lituanien Valiūnas mentionne avec une pointe d’ironie que le français était la langue des déclarations d’amour. Dans les lettres plus tardives de Michał Pełka-Poliński, avec la routine familiale, le français s’efface au profit du polonais…

  • 24 Ibid., F19-38.

18Tout juste trouve-t-on dans la correspondance de Jan Śniadecki des lettres, en fait des billets24, écrits par la vénitienne Maria Ogińska (1778-1851), seconde femme du comte Kleopas Ogiński à partir de 1802. De nombreux billets sont de simples invitations : « Venez aujourd’hui […] pour que nous bavardions un peu », « Si vous n’avez pas d’engagements aurez-vous la bonté de dîner avec nous aujourd’hui. » Śniadecki était donc un familier de la maison. Mais les billets évoquent largement un service personnel rendu par le professeur de l’université Vilnius à la comtesse, sans que le fond de l’affaire ne soit explicité. Les expressions marquées de gratitude de Marie Ogińska, telles que « mes plus tendres remerciements » ou « les meilleurs sentimens de mon cœur vous sont acquis à jamais », révèlent cependant l’importance accordée à ce « service essentielle » par la comtesse. On sent d’ailleurs une certaine gêne : « Je m’acquitte si mal de mes dettes », « Je compte sur votre indulgence. » Śniadecki a manifestement aidé la comtesse à se sortir de quelque situation embarrassante.

  • 25 Ibid., F19-41.
  • 26 Ibid., F19-37.
  • 27 Ibid., F19-26.

19Comme on peut s’y attendre, l’esprit et l’humour ne sont pas absents des échanges, lorsque le degré de familiarité s’y prête. On glisse alors progressivement vers un registre plus personnel. Tandis qu’il étudie à Paris, le futur médecin et pharmacologue Antoni Szaster (1759-1839), originaire de Cracovie, plaisante sur le fait que Śniadecki, visiblement sceptique quant au caractère scientifique de la médecine, a « honoré » cette discipline de « l’épithète de meurtrière25 ». Dans le registre amical, il convient de relever les lettres déjà évoquées de Louis Lefèvre (1751-1823) à Śniadecki, où se mêlent des considérations scientifiques et d’autres plus personnelles. Les deux hommes suivirent ensemble les cours de Cousin et ces années passées sur les mêmes bancs se laissent deviner dans le ton parfois malicieux adopté par Lefèvre avec son cadet de quelques années26. Śniadecki, qui adopte avec son aîné un ton plus distant, s’enquiert cependant avec effusion de la santé de Lefèvre à la suite d’une lettre assez alarmiste de Cousin27. Non sans se départir de son ton badin, le malade répondit peu de temps après en renouvelant sa promesse d’une visite à Cracovie, où travaillait alors Śniadecki. Comme on le voit, les relations académiques entre universitaires de pays lointains donnèrent quelquefois naissance à des relations plus personnelles.

Conclusion

20L’étude des correspondances montre que les enseignants éminents de l’université de Vilnius prenaient une part active à la vie de la communauté scientifique européenne. Leurs contacts avec des personnalités intellectuelles de premier plan et leur aptitude à communiquer dans la langue alors dominante font la preuve que l’université n’était pas reléguée dans une obscure province. En outre, les contacts scientifiques intenses contribuèrent parfois à la formation de liens humains étroits en dépit de l’éloignement géographique.

  • 28 Buckley I., Palacio M.-Fr. de, op. cit., p. 140-141.

21Il apparaît également que la langue française ne se voyait exclue d’aucun champ de la correspondance des intellectuels vilnois. Écrits professionnels, amicaux ou galants font tous une place au français, parfois même entre personnes de langue polonaise. Tout cela témoigne du degré de familiarité du corps professoral de Vilnius eu égard au français, qui représentait pour les enseignants non seulement un vecteur de transmission du savoir scientifique, mais aussi une langue dont l’appropriation permettait d’échanger un contenu plus émotionnel. Cette proximité est soulignée à plusieurs reprises par Irena Buckley, qui y perçoit une pièce importante de la vie de l’élite aristocratique lituanienne d’alors28.

Bibliographie

Bibliographie

Gilain Chr., « Sur la correspondance de Condorcet avec Euler et ses disciples de Pétersbourg », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 108, no 2, 1996, p. 517-531.

Buckley I., de Palacio M.-Fr., L’Éden lituanien et la Babylone française, Paris, Classique Garnier, 2012.

Triaire D., « Lalande, Bernoulli, Poczobut… Lettres de savants de l’Ouest à des astronomes de l’Est », Revue d’histoire des sciences, 2012/1, Tome 65, p. 159-180.

Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F14-19.

Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F14-29.

Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F15-35.

Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F15-38.

Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F16-12.

Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F16-16.

Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F19-25.

Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F19-26.

Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F19-34.

Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F19-35.

Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F19-37.

Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F19-38.

Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F19-41.

Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F19-43.

Notes

1 Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F16-16.

2 Triaire D., « Lalande, Bernoulli, Poczobut… Lettres de savants de l’Ouest à des astronomes de l’Est », Revue d’histoire des sciences, 2012/1, Tome 65, p. 159-180.

3 Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F19-25.

4 Gilain Chr., « Sur la correspondance de Condorcet avec Euler et ses disciples de Pétersbourg », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 108, no 2, 1996.

5 Buckley I., de Palacio M.-Fr., L’Éden lituanien et la Babylone française, Paris, Classique Garnier, 2012, p. 179.

6 Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F16-12.

7 Ibid., F19-37.

8 Ibid., F15-38.

9 Ibid., F19-37.

10 Ibid., F16-16.

11 Ibid., F19-26.

12 Ibid., F19-26.

13 Une commande qui fut honorée non sans mal. Ainsi, en réponse à une lettre où Śniadecki se lamentait de ne pas recevoir les appareils scientifiques tant attendus promis par Le Roy, Cousin annonça qu’il était désormais inutile de rien attendre de Le Roy qui « installe des paratonnerres dans différentes villes de France et est actuellement à Brest » (Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F19-26). On peut donc voir dans ce colloque de Brest un petit dédommagement posthume offert à Śniadecki…

14 . Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F19-34 et F19-35.

15 Ibid., F14-29.

16 Ibid., F19-35.

17 Ibid., F19-43.

18 Ibid., F19-37.

19 Ibid., F19-34.

20 Ibid., F19-37.

21 Delille qui suivit d’ailleurs le comte de Choiseul-Gouffier à Constantinople, lequel reçut plus tard du tsar le domaine de Plateliai en Lituanie.

22 Service des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Vilnius, F15-35 et 15-38.

23 Ibid., F14-19.

24 Ibid., F19-38.

25 Ibid., F19-41.

26 Ibid., F19-37.

27 Ibid., F19-26.

28 Buckley I., Palacio M.-Fr. de, op. cit., p. 140-141.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540