Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondances d'érudits au xviiie et xixe siècles

 | 
Marie-France de Palacio

Quatrième partie. Correspondances de naturalistes

À la recherche de la correspondance savante du comte Michał Jan Borch

Alexandre Stroev

Texte intégral

  • 1 La différence provient du décalage entre les calendriers julien et grégorien : le 29 décembre 1810 (...)
  • 2 Voir la liste complète dans l’article de Marek Zgórniak, « Il conte Borch dalle diciannove accadem (...)
  • 3 Voir la bibliographie : Curtis Schuh’s Biobibliography of Mineralogy, URL : [http://www.minrec.org (...)

1Le comte polonais Michał Jan Borch (1753-1810/18111), fils de Jan Borch (1715-1780), grand chancelier de la couronne, est loin d’être un illustre inconnu. Plusieurs chercheurs français, polonais et lettons ont consacré des études à sa vie et à ses ouvrages, imprimés ou conservés dans les archives. Après avoir fait ses études au Collegium Nobilium de Varsovie, entre 1775 et 1780, le jeune Michał Jan Borch effectue un « grand tour » scientifique en Allemagne, Suisse, France et Italie, interrompu par la mort de son père. Au cours de ce périple, il devient membre de dix-huit académies, de celles de Lyon (1775), Dijon (1777) et Béziers (1778), de la Société d’agriculture de Lyon (1776) et de quatorze académies italiennes, y compris de celles de Catane, Palerme, Florence, Rome, Vérone, Turin, Sienne et Parme (1777-17792) ; plus tard, il sera reçu à la Société économique libre de Saint-Pétersbourg (1786). Ses publications, portant sur l’histoire naturelle, la minéralogie et la géologie, lui créent un nom dans le monde savant européen, mais plutôt celui d’amateur éclairé. Ses œuvres, rédigées en français, sont imprimées en Italie, en Pologne, en Russie et en Suisse, et traduites en plusieurs langues, en italien, en allemand, en hollandais et en polonais3. En Pologne, sa carrière va bon train, il devient lieutenant général, voïvode de Belz ; cependant, il n’accède pas aux hautes fonctions qu’il convoite, notamment au poste de voïvode de Livonie.

  • 4 Voir Bronisław Zaleski, « Korespondecja krajowa Stanislawa Augusta z lat 1784-1792 », Rocznik Towa (...)
  • 5 Mémoire sur le sel (1776) ; Mémoire sur fil de Zabbara ou d’aloès (1777), Delandine A.-F., Manuscr (...)
  • 6 Le discours de réception à l’Académie de Lyon, prononcé en novembre et répété en décembre 1775, lo (...)
  • 7 Lutman T., « Archiwum Borchow z Warklan (Uratowane zbiory) », Archeion, 6/7, 1930, p. 64-66.
  • 8 Voir Taimiņa A. « Varakļānu grāfa Mihaela Johana fon der Borha Sicīlijas ceļojums (1776) un tā ats (...)
  • 9 Durant le second partage de la Pologne, le comte Borch tente de protéger ses biens, y compris son (...)

2Les écrits et les papiers du comte sont conservés en Pologne, à Cracovie à la bibliothèque des princes Czartoryski (mémoires et lettres4 adressés au roi Stanislas Auguste Poniatowski), à Varsovie, aux Archives d’État (projets économiques), en France, à l’Académie de Lyon (mémoires scientifiques5 et discours de réception où il parle de la vie politique, littéraire et scientifique en Pologne sous le règne de Stanislas Auguste6) et à la bibliothèque de Nîmes (lettres à Jean-François Séguier, 1775-1776), en Lettonie, à Riga, aux Archives historiques d’État (fonds de la famille Borch7), en Ukraine, à Lvov, à la bibliothèque V. Stefanik (F. 13 ; lettres de Michał Jan Borch à son père durant son voyage, 1775-17808), en Russie, à Saint-Pétersbourg, aux Archives de l’Académie des sciences (lettre à Serguei Domachnev, 1781), à Moscou, à la Bibliothèque d’État (correspondance avec Iakov Boulgakov, 1790-17939), en Suisse, à la Bibliothèque de Genève (correspondance avec Charles Bonnet, 1776). D’autres documents pourraient se trouver en Italie, en France ou en Suisse.

  • 10 Johann Friedrich von Recke, Karl Eduard Napiersky, Allgemeines Schriftsteller- und Gelehrten-Lexik (...)
  • 11 Я. П. Страдынь, « Польский естествоиспытатель М. Я. Борх из Латгалии », Научные связи Прибалтики в (...)
  • 12 N’ayant pas pu obtenir la liste exhaustive des papiers de la famille Borch, conservés à Riga, je d (...)
  • 13 URL : [http://www.buffon.cnrs.fr/correspondance/].
  • 14 Lors du colloque, Piotr Daszkiewicz m’a suggéré de chercher les correspondances du comte Borch ave (...)

3Grace à sa richesse, le comte de Borch constitue une excellente collection de minéraux et de plantes et une belle bibliothèque ; sur ses terres à Warkland, il érige un beau château, construit par l’architecte italien Mazzotti. Selon ses premiers biographes, il aurait correspondu avec Giovanni Battista Beccaria, Daniel Bernoulli, Georges-Louis de Buffon, l’abbé Galiani, Scipione Maffei, Pietro Metastasio, Jean de Müller, Peter Simon Pallas, Giovanni Maria Della Torre et Voltaire10. Plusieurs dictionnaires et encyclopédies, ainsi que les articles récents, y compris les travaux érudits de Janis Stradins11 et Marek Zgórniak, le répètent. Cependant, malgré mes recherches, je n’ai pas pu encore trouver les lettres que Michał Jan aurait envoyées à toutes ces personnes12. Les correspondances de Voltaire et de Buffon, imprimées et en ligne13, ne l’évoquent pas14. Toutefois, la liste n’est pas fantaisiste, car, comme nous le verrons, le comte Borch fréquentait Beccaria, Galiani et Della Torre, correspondait avec Müller et avec un ami de Maffei, Jean-François Séguier.

  • 15 Biliński B., « Italia degli viaggiatori illuministi polacci. I (Michele Mniszech, Gregorio Piramow (...)
  • 16 Voir Candaux J.-D., Catalogue de la Correspondance de Charles Bonnet conservée à la Bibliothèque d (...)
  • 17 Stroev A. (dir.), Quand l’écrivain publie ses lettres (numéro spécial), Épistolaire. Revue de l’AI (...)

4En 1785, le savant polonais projette la publication de ses œuvres et fait imprimer à la Société typographique de Neuchâtel le prospectus de la Collection complète des œuvres de S. E. M. le comte de Borck… lieutenant général au service de Pologne… en 36 volumes, proposée par souscription. Il prie Stanislas Auguste d’en commander trente exemplaires, mais le roi refuse de payer 660 ducats et cette édition de luxe, « ornée d’un grand nombre de gravures et de cartes géographiques », ne voit jamais le jour. Les volumes 16-18 devaient contenir « une collection intéressante de lettres de l’auteur, écrites à plusieurs savants de l’Europe, avec leurs réponses15 ». Des écrivains et scientifiques des Lumières, que ce soit Voltaire, Rousseau, Charles Bonnet ou Georges-Louis Le Sage16 réunissent avec soin leur correspondance et pensent à une édition posthume ; cependant, rares sont ceux qui l’entreprennent de leur vivant17.

5Esquissons la description des réseaux savants du comte Borch, ce qui nous aidera à cibler ses correspondants et à mieux comprendre ses activités et sa réputation. Car, à tour de rôle, le savant polonais apparaît comme polygraphe, faiseur de projets utopiques, sorcier diabolique ou précurseur d’une nouvelle branche de la science.

  • 18 Beaurepaire P.-Y., L’Autre et le Frère. L’Étranger et la franc-maçonnerie en France au XVIIIe sièc (...)
  • 19 Hass L., Sekta farmazonii warszawskiej : pierwsze stulecie wolnomularstwa w Warszawie (1721-1821),(...)
  • 20 Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon… pour l’année 1787 (Lyon, A. de la Roche, (...)

6Durant son périple, le comte Borch, membre des sociétés savantes et des académies des belles-lettres et des beaux-arts, françaises et italiennes, profite pleinement de ces relations et, semble-t-il, des réseaux maçonniques. Il est membre de la loge lyonnaise Les Amis de la vérité (tableau de 1785)18 et, sans doute, d’une loge de Varsovie19. Sur le tableau de la loge lyonnaise il apparaît comme maître à « tous les grades », ce qui veut dire qu’il avait été initié bien avant ; de surcroît, l’indication de ses fonctions « staroste de Ludzen, colonel des hussards » correspond à celles des années 1775-1776 (voir la signature de ses lettres dans les Annexes) et non pas à celles de 178620.

7Dans sa lettre au savant nîmois Jean-François Séguier, Borch utilise les formules qui semblent indiquer son affiliation maçonnique :

  • 21 C’est moi qui souligne.

Mon cœur est pénétré des maux de l’humanité souffrante, soumise encore en beaucoup de choses au joug des préjugés21. Je tache de les combattre partout où je les rencontre, et surtout dans ma patrie malheureuse. Je ne sais quel sera le succès de mes peines, mais je ne puis que leur promettre le plus flatteur avenir, si les hommes comme vous, Monsieur, veulent bien m’éclairer et m’instruire (Lyon, 12 janvier 1776, voir les Annexes).

8D’autres expressions à consonance maçonnique apparaissent dans ses Lettres sur la Sicile :

  • 22 Lettres sur la Sicile et sur l’île de Malthe de Monsieur le comte de Borch de plusieurs Académies (...)

Tous les hommes sont frères, et seraient égaux entre eux, si les révolutions qu’ont éprouvé les différents États, la diversité des climats, la qualité des aliments et surtout de l’éducation n’avaient fait naître mille modifications22

  • 23 Chartier R., « L’Académie de Lyon au XVIIIe siècle, étude de sociologie culturelle », Nouvelles ét (...)

9Neuf membres de l’Académie de Lyon étaient francs-maçons, y compris l’abbé François Rozier (Grande Loge Provinciale de Lyon, 1773, Les Amis Réunis, Lyon, 1774-1778, etc., député et officier du Grand Orient, 1773), rédacteur du Journal de physique, qui publie la « Lettre de M. le comte Borch, de plusieurs Académies, à l’Auteur de ce recueil, Sur la manière de teindre les cuirs en vert » (Observations sur la physique, sur l’histoire naturelle et les arts, 1779, p. 114), Jean-Emmanuel Gilibert, botaniste, directeur de l’école de médecine à Grodno entre 1775 et 1783, le médecin Pierre-Jacques Willermoz, frère du mystique Jean-Baptiste Willermoz, l’avocat et libraire Jean Millanois, etc.23.

10Par ailleurs, le comte Borch s’intéresse à l’alchimie, comme en témoigne le début de son Mémoire sur l’indication des minéraux par les plantes présenté à l’Académie des sciences de Dijon en 1776 et conservé à Cracovie parmi les papiers de Stanislas Auguste dans le volume « Akta Chemiczne, 1780-1782 » qui contient des traités alchimiques :

  • 24 Bibliothèque des princes Czartoryski (Cracovie), f. IV, n 816, f. 15-50 ; publié en polonais par G (...)

La nature a tout le temps été le livre des philosophes. C’est dans son sein, que les plus grands hommes ont puisé leurs connaissances ; et c’est encore par l’analyse de ses phénomènes, que nous ajoutons journellement à nos lumières, et si j’ose dire à notre bien être. […]
Je ne parle point dans ce moment-ci de ces hommes trop ambitieux ou trop crédules, que la crainte de la mort ou la soif ardente des recherches condamne par un exil volontaire à s’enterrer vivant dans le sein d’un laboratoire enfumé, pour y chercher dans un travail continuel l’art séducteur de prolonger leur carrière ou des moyens intarissables, trop nécessaires à leur cupidité.
Je regarde ce motif trop frivole pour en parler seulement plus longtemps : le sage plus modéré dans ses désirs n’ambitionne point de reculer les bornes prescrites à ses jours ; les rendre utiles c’est l’objet qui l’occupe, et tous ses travaux lui sont consacrés (f. 15)24.

  • 25 Voir dans le même volume l’Explication du terme pierre philosophale de Stanislaw Okraszewski (5 ju (...)

11La critique de l’alchimie vise à prouver le sérieux de ses approches, hélas, contestées par des savants et mystiques polonais, francs-maçons, adeptes de l’alchimie spirituelle25.

12En 1775-1776, ayant rendu deux visites au Nîmois Jean-François Séguier, membre de l’Académie de Lyon, le jeune Polonais profite de ses conseils pour préparer une expédition botanique au mont Pilat au Massif central. Il lui envoie des échantillons de minéraux et reçoit une collection de dendrites (cristaux ramifiés), emprunte et perd l’ouvrage de Gabriel Rzączyński, Historia Naturalis Curiosa Regni Poloniae (1721).

13Ayant été reçu à l’Académie de Lyon comme membre associé, le comte Borch, euphorique, se sent presque égal à son maître :

L’Académie de Lyon aussi indulgente que vous, vient de m’accorder son suffrage. Assis depuis ce moment au milieu de ses associés, je vous compte parmi mes collègues, et cette image seule semble ajouter à mes forces. […]
Mes courses et les occupations que m’a occasionné ma réception à l’Académie ne m’ont point permis encore […]. (M. J. Borch à J.-F. Séguier, Lyon, 12 janvier 1776).

  • 26 « M. de Villers qui me fait l’honneur de dîner chez moi aujourd’hui… » (M. J. Borch à J.-F. Séguie (...)
  • 27 « M. Le Camus… m’a chargé de vous présenter ses respects » (M. J. Borch à Ch. Bonnet, Lyon, 12 fév (...)
  • 28 Delandine A.-F., Manuscrits de la bibliothèque de Lyon, t. 2, p. 163-164.

14Apparemment, cette élection lui ouvre les portes du monde savant. À Lyon, il fréquente les académiciens, les naturalistes Charles-Joseph Devillers26 et Le Camus27. Un autre membre de l’Académie de Lyon, reçu la même année 1775 que le comte Borch, Barbier (1720-1783), originaire de la Lorraine, militaire et savant (1720-1783), l’accompagne en Italie28.

  • 29 Journal encyclopédique ou Universel, juillet 1776, vol. 5, part. 1, p. 147 ; Esprit des journaux, (...)

15Lors de la séance publique de l’Académie royale des sciences, belles-lettres et arts de Lyon du 23 avril 1776, son directeur, le baron du Soleil, procureur général à la Cour des Monnaies, énumère « les ouvrages lus par les membres de l’Académie, dans les séances particulières de cette société, pendant le cours du dernier semestre » parmi lesquels figure « un discours de M. le comte de Borch, sur les diverses formes du gouvernement29 ».

  • 30 « M. Le Sage aussi célèbre par ses rares connaissances que par les découvertes utiles, dont il vie (...)

16À la fin de l’année 1775, le comte Borch se rend à Genève où il rencontre le naturaliste Charles Bonnet, l’historien Jean de Müller et, peut-être, le physicien Georges-Louis Le Sage qu’il cite dans son mémoire sur les plantes30. Le Polonais présente à Bonnet ses idées, reçoit des encouragements et, en revenant à Lyon, rédige son Mémoire sur le sel et l’expédie au naturaliste pour demander des conseils :

  • 31 Voir les Annexes.

Dans le moment de sa formation, vous avez bien voulu vous intéresser à cet opuscule […].
Dans le temps que j’ai eu le bonheur de vous rendre mes devoirs à Genthod, vous n’avez pas cru déroger à l’élévation de vos connaissances en me questionnant sur cette production naissante, pourriez-vous lui refuser, dans ce moment-ci, une faible analyse ? Faites-moi la grâce d’examiner ce mémoire, m’en dire votre avis… (M. J. Borch à Ch. Bonnet, Lyon, 12 février 177631).

  • 32 Delandine A.-F., Manuscrits de la bibliothèque de Lyon, t. 2, p. 248.

17Ce mémoire, consacré à l’examen du sel marin et du sel gemme, comporte la description des salines de Wieliczka et de Bochnia. La correspondance et les ouvrages permettent de voir la genèse de l’idée maîtresse de Borch naturaliste, la recherche des plantes indicatrices. Selon l’auteur, on doit la découverte de ces salines au « goût extrême que les troupeaux avaient pour les plantes qui couvraient les sommets des montagnes qui les renfermaient32 ».

18Le Polonais écrit à Charles Bonnet :

Enfin, je finirai par l’exposition d’une méthode que j’ai observée, et que je crois très propre pour abréger le travail des mines, et pour faciliter la découverte des minéraux. Je soumettrai également cette seconde production, à votre jugement. Et votre approbation sera plus flatteuse à mes yeux que celle de toutes les Académies du monde, où souvent le respect humain plus que la justice et l’équité distribue les éloges.

19Le naturaliste, aidé par l’historien, prend connaissance du mémoire et rédige une longue réponse :

  • 33 Jean de Müller, historien.

Vous savez que l’état de ma vue m’oblige de recourir à un lecteur : je n’en pouvais avoir de plus zélé que notre estimable ami M. Muller ; et quoiqu’il ne soit point naturaliste, il a pris à cette lecture le même intérêt qu’il aurait pris à un morceau d’histoire ou de politique : c’est que son cœur sensible était de la partie, et que cette lecture intéressait deux amis auxquels il est fort attaché.
En vous suivant […] j’ai fait quelques petites remarques […]. Je les ai dictées rapidement à notre cher Tacite33 à mesure qu’il vous lisait (Ch. Bonnet à M. J. Borch, Genthod, 15 mars 1776).

20Charles Bonnet donne des conseils judicieux sur la manière de traiter le sujet et d’exposer ses idées, encourage le jeune collègue sans omettre des points critiques :

  • 34 Bonnet C., Recherches sur l’usage des feuilles dans les plantes, et sur quelques autres sujets rel (...)

J’ignore s’il est bien prouvé, que les plantes qui croissent au-dessus des mines de sel fossile, s’empreignent assez de ces substances salines pour en contracter le goût. Les vaisseaux des plantes sont des filtres bien fins, pliés et repliés de mille et mille manières, et qui changent prodigieusement la nature des sucs alimentaires. Vous m’objecterez le goût du terroir reconnaissable dans divers végétaux. Vous m’objecterez encore mes propres expériences sur la coloration des plantes par des injections naturelles (Rech. sur l’usa : des feuil. Mém. V34). Mais que répliquer aux expériences qui démontrent si rigoureusement qu’il n’entre qu’une partie presque infiniment petite de substances solides dans la nourriture des végétaux ! La lumière, le feu, l’air et l’eau paraissent jouer ici le principal rôle.

  • 35 Candaux J.-D., Catalogue de la Correspondance de Charles Bonnet, p. 16.

21Charles Bonnet continue à s’intéresser aux travaux du comte Borch, comme le prouve la notice ajoutée à leur correspondance qui présente le Polonais comme « amateur d’histoire naturelle et qui a publié quelques observations en ce genre35 ». Le comte lui témoigne sa vive reconnaissance dans le Mémoire sur l’indication des minéraux par les plantes :

  • 36 L’ornithologue Philippe Guéneau de Montbeillard (1720-1785).

Quelque temps avant ce travail je communiquai mes idées à quelques personnes de mérite, entre autre au célèbre auteur de la Contemplation de la nature [Charles Bonnet] ; il trouva le projet hardi, mais loin de le blâmer, il fournit encore à mes essais tout ce qu’il crut pouvoir être utile à avancer la perfection du système. C’est ainsi que les grands hommes loin d’être jaloux de quelques talents naissants se plaisent au contraire à les voir développer et prêteraient même la chaleur de leur sein pour les éclore. C’est ainsi que Voltaire sourit à la muse de Dorat, que Buffon veut placer à côté de lui Demontbelliard36, et que Dalembert répand la lumière dont il est pénétré, sur les disciples de Clio et d’Uranie (f. 40).

  • 37 John Ellis (1714-1776), naturaliste irlandais, correspondant de Linné, auteur de An essay towards (...)
  • 38 Benoît de Maillet (1656-1738), auteur du Telliamed, ou Entretiens d’un philosophe indien (éd. 1748 (...)
  • 39 Jean-Baptiste-René Robinet (1735-1820), auteur des ouvrages De la Nature (1761), Considérations ph (...)
  • 40 Rapport de M. Le Camus sur la traduction de la physiologie des cors organisés de M. Necker, Deland (...)

22En 1776, le comte Borch présente à l’Académie de Dijon deux traités, Mémoire sur l’indication des minéraux par les plantes et Analyse de deux sources ferrugineuses découvertes dans le Forez à la suite du Mémoire sur l’indication des minéraux par les plantes qu’il réutilisera quelques années plus tard à Varsovie. Il y développe l’idée de l’union de trois règnes, animal, végétal et minéral, de l’existence d’une chaîne ininterrompue des organismes qu’il trouve « dans l’ouvrage de M. Ellis37, dans ceux de M. Necker, de M. Bonnet, de l’auteur du livre De la nature, dans le système du docteur Maillet38, dans Robinet39, etc. ». Or, il utilise avant tout la traduction récente du livre latin du botaniste Noel-Joseph Necker, la Physiologie des corps organisés ou examen analytique des animaux et des végétaux comparés ensemble, à dessein de démontrer la chaîne de continuité qui unit les différents Règnes de la Nature (1775), qui suscite l’intérêt des académiciens lyonnais et dont Le Camus fait un rapport à ses confrères40. Borch profite des compilations de Necker qui transcrit des pages entières de la Palingénésie philosophique (1769) de Bonnet et De la Nature (1761) de Robinet. La belle citation de ce dernier, digne des Lettres persanes, est reproduite d’après Necker :

  • 41 Robinet J.-B., De la Nature, par J. B. Robinet, Amsterdam, E. van Harrevelt, 1766, t. 4, p. 24 ; N (...)

Nous ressemblons à un jeune homme sans expérience et plein de préjugés nationaux, qui à quelques milles de chez lui commence à trouver le monde bien grand et ne reconnaissant pas chez les étrangers la religion, les lois, les mœurs et les modes de son pays, doute s’il habite encore parmi les hommes41.

23Le comte Borch renvoie à son mémoire précédent :

Voyant qu’il y avait entre les minéraux presqu’autant d’analogie avec les végétaux qu’entre eux-mêmes, j’ai cru que ces derniers pourraient par quelques signes invariables servir à l’indication des substances métalliques, mon premier essai fut sur le sel gemme (f. 27).

24Il développe son idée maîtresse :

Si un minéral ne manifeste point sa présence dans une plante, dans la décomposition, qu’on en fait, il doit au moins se faire connaître, soit par l’altération qu’il opère sur une plante trop faible pour résister à son influence, soit par l’abondance des plantes avides de son principe (f. 37-38).

25En 1782, selon Jean Fabre, ou en 1780, selon Antoni Gawel, le comte Borch, qui convoite la direction des prospections géologiques, présente ces deux mémoires au roi. Stanisław Okraszewski, chimiste et minéralogiste à la Cour, chargé du rapport, se montre sceptique :

L’indication des minéraux par les plantes n’est pas une idée neuve. Les minéralogistes les plus anciens l’ont déjà eu : elle a quelque solidité, mais de l’espèce la plus mince. Les plantes peuvent quelquefois indiquer un dépôt de quelques minerais ; mais il n’est pas de conséquence absolue qu’il y ait des minéraux sous une surface garnie de certaines plantes. […] Les plantes sont donc au moins un indice de minéraux, vague et cherché trop loin. Les minéraux manifestent leur présence par des signes plus évidents et moins équivoques (f. 18).

26Revenons en 1776. En arrivant en Italie, le Polonais y profite des relations de Jean-François Séguier qui avait passé plusieurs années à Vérone avec Scipione Maffei, et de celles de leur connaissance commune, Michele Sagramoso, diplomate et savant :

À la fin de ce mois-ci j’espère être à Rome, d’où je compte aller à Naples, Sicile et Malte. J’ai réservé pour mon retour les provinces septentrionales de l’Italie. Élève du fameux Mafei, personne mieux que vous, Monsieur, n’est en état de me recommander à Vérone. Mon arrivée y est déjà annoncée par M. le chevalier de Sagramosa, ministre plénipotentiaire de Malte à notre Cour. Mais je ne croirai pas y trouver d’agréments, si je n’ai pas le bonheur d’être recommandé par vous. Une seule lettre, un mot suffira de votre part. Je ne vous demande point de me procurer dans cette ville des connaissances aimables, je veux un Mentor de votre main. Et je m’estimerai très heureux si ce pouvait être un de vos élèves (M. J. Borch à J.-F. Séguier, Parme, 18 octobre 1776).

  • 42 Voir l’examen des connaissances italiennes de Borch dans les articles de Bronisław Biliński, « Ita (...)
  • 43 Lettres sur la Sicile, t. 1, p. 46 (note b).
  • 44 Tuzet H., La Sicile au XVIIIe siècle vue par les voyageurs étrangers, Strasbourg, P. H. Heitz, 195 (...)

27C’est au Royaume des Deux-Siciles, où le comte de Borch passe sept mois, du novembre 1776 au juillet 1777, qu’il profite pleinement de ses relations, fréquente les savants, les écrivains et les aristocrates42. C’est à ce pays qu’il consacre ses ouvrages les plus connus : Lithographie Sicilienne ou Catalogue raisonné de toutes les pierres de la Sicile (Naples, 1777, trad. en allemand 1781), Lythologie sicilienne, ou Connaissance de la nature des pierres de la Sicile, dédiée au pape Pie VI (Rome, 1778), Minéralogie sicilienne docimastique et métallurgique, dédiée à Ferdinand Ier, duc de Parme (Turin, 1780, trad. en allemand 1782), Lettres sur la Sicile et sur l’île de Malthe de Monsieur le Comte de Borch de plusieurs Académie à M. le C. de N., écrites en 1777 pour servir de supplément au Voyage en Sicile et à Malthe de M. Brydonne (Turin, 1782, tr. en hollandais et en allemand en 1783, en suédois en 1791). Il décrit les métaux, les pierres, les mines et les eaux minérales de l’île, il parle de sa faune, esquisse une théorie des volcans, présente à Naples un mémoire sur la manufacture de fil d’aloès et, à Sienne, un autre sur la fabrication du phosphore marin43. Ses Lettres sur la Sicile attirent l’attention des voyageurs éclairés, Goethe les évoque dans son Voyage en Italie44.

  • 45 Académie fondée en 1760 à Palerme par Antonio Lucchesi Palli, prince di Campofranco, poète improvi (...)

28Son titre et sa fortune l’aident à franchir les portes des académies littéraires et des salons, notamment celles de l’Accademia de’Pastori Etnei (degli Etnei ; Catane, 1776), de l’Accademia del Bon Gusto (Palerme, 1777), de l’Accademia de’Pastori Ereini (Palerme, 1777), et de la Conversazione galante45. Il écrit dans ses Lettres sur la Sicile :

  • 46 Lettres sur la Sicile, t. 2, p. 88.

L’amour des sciences, et principalement celui de la littérature, ont fait naître dans toute la Sicile beaucoup d’académies différentes. Celles de Palerme soit à cause de son titre de capitale soit relativement à la quantité et aux choix des gens de lettres qui la composent sont les plus célèbres : on y distingue particulièrement celle des Pasteurs herciniens, celle du Bon goût, et la société dite Conversation galante du prince de Campo-Franco, seigneur instruit, aimable, et tenant par ses talents le premier rang parmi les improvisateurs siciliens46.

  • 47 Selon Borch, cette femme de lettres de dix-huit ans, « prodige de savoir et de connaissances », a (...)

29En 1777, le Polonais fait imprimer à Palerme deux poèmes, adressés aux académiciens et traduits en italien par ses confrères : Vers français pour l’Académie des pasteurs herciniens, faits par Monsieur le comte de Borch, de plusieurs académies, connu sous le nom d’Energo Ipso-Cremio (Palerme, 1777, éd. avec la traduction en italien, effectuée par Salvadore Crescimanno baron di Capo d’Arso, Pastore Ereino ; réédité à Varsovie) ; Ode de Monsieur le comte de Borch pour la séance publique du premier d’avril de la Conversation galante de Monsieur le prince di Campofranco (trad. par Anna Amalia Gentile47 Fra gli Ereini licori pacicoatica ; réédité à Varsovie). Son nom académique souligne sa fascination pour l’énergie et son ode anacréontique est consacrée au Principe de l’électricité :

  • 48 Cit. d’après Biliński B., « Italia degli viaggiatori illuministi polacci », p. 51.

Sublime agent de l’ordre, âme de la Nature,
Cinquième Élément, ô toi, dont le pouvoir
De ce vaste Univers soutenant la structure
Prescrit à tous les corps leur marche et leur devoir48

  • 49 Les fonds de l’Académie de Lyon possèdent la « “Lettre du marquis Alexandre Chigi, chambellan du g (...)
  • 50 Esprit des journaux français et étrangers, 1777, no 8 (août), p. 354-356 (traduction de l’article (...)

30Lui-même, il traduit en français la lettre du marquis Alexandre Chigi, chambellan du grand-duc de Toscane, consacrée à la protection de la foudre, et la fait parvenir à l’Académie de Lyon49 ; la même année, la presse italienne et française fait l’éloge de l’ouvrage du marquis Dell’Elettricità terrestre-atmosferica (Sienne, 1777) et mentionne cette lettre, objet de polémique savante50.

  • 51 Lettres sur la Sicile, t. 2, p. 91-92.
  • 52 Lettres sur la Sicile, t. 2, p. 87-88.
  • 53 Ibid., t. 2, p. 92.
  • 54 Lettres sur la Sicile, t.  2, p. 68-69 ; Borch M. J., Minéralogie sicilienne docimastique et métal (...)
  • 55 Le prince était membre de plusieurs académies, y compris de celles dont faisait partie le comte de (...)
  • 56 Lettres sur la Sicile, t. 2, p. 136.
  • 57 Minéralogie sicilienne, p. 130-133.

31C’est toujours en Sicile que le comte Borch rencontre Gabriele Lancilotto Castelli prince di Torremuzza qui lui parle de son ouvrage en chantier Sicilia numismatica51, l’archevêque Vintimiglia, premier Inquisiteur à Palerme, « littérateur profond, savant, aimable52 » et le bénédictin Salvatore Maria di Blasi53, homme de lettres et naturaliste, connaissance de Séguier ; il visite le cabinet d’histoire naturelle d’Ignazio Paterno Castello prince di Biscari54, archéologue, auteur de Viaggio per tutte le antichità della Sicilia (1781), fondateur et mécène de l’Académie degli Etnei de Catane55. À Palerme, le père Giovanni Maria Della Torre, physicien, lui prête un thermomètre de Fahrenheit, nécessaire pour mesurer la température de la lave du volcan Etna56. Ayant étudié des silex crétacés de Sicile, Michał Borch partage les résultats de ses recherches avec le chimiste docteur Giovanetti qui examine les silex de Piémont57.

  • 58 Lettres sur la Sicile, t. 1, p. xiii.
  • 59 F. Galiani à Mme d’Épinay, Naples, 31 juillet 1779 : « Dites lui [à Grimm] que le comte de Borch, (...)
  • 60 Lettres sur les truffes du Piémont, écrites par M. le Cte de Borch en 1780, Milan, s. d., p. 15.

32À Naples, le comte Borch pouvait rendre visite à William Hamilton, archéologue, ambassadeur anglais à la Cour du roi des Deux-Siciles entre 1764 et 1800, auteur du Voyage au mont Etna qu’il cite dans la préface de ses Lettres58. Il fréquente l’abbé Ferdinando Galiani, ami de Diderot et ancien secrétaire d’ambassade du Royaume des Deux-Siciles à Paris, qui le recommande à Mme d’Épinay et à Frédéric Melchior Grimm59. À Turin, le père Giovanni Battista Beccaria, mathématicien, géographe et physicien, auteur des travaux sur l’électricité, membre de la Société savante turinoise dont fait partie le comte, lui prête ses microscopes pour étudier les truffes60. Cela permet au comte de déterminer leur nature et de démontrer que ce sont des champignons.

  • 61 И.И. Любименко, Ученая корреспонденция Академии наук XVIII века… 1766-1782 [I. I. Lioubimenko, Cor (...)
  • 62 Voir les Annexes.

33Comme nous le savons déjà, le décès de son père l’oblige à revenir en Pologne en 1780. Au début de l’année 1781, le comte Borch arrive à Saint-Pétersbourg et, à son habitude, tente d’être agréé à l’Académie des sciences de Russie. Il remet à Serguei Domachnev, son directeur, un exemplaire de la Lythologie sicilienne et lui confie son souhait de devenir membre honoraire de l’Académie. Huit mois plus tard, le 27 septembre (8 octobre) 1781, n’ayant reçu aucune réponse, le Polonais adresse une lettre officielle aux académiciens. Dans sa requête, rédigée avec une certaine désinvolture, Michał Jan Borch regrette de ne pas avoir d’autres exemplaires de ses ouvrages, ce qui prive l’Académie de la possibilité de les apprécier ; toutefois, selon Inna Lioubimenko, il joint quand même ses Lettres sur les truffes de Piémont61. Le Polonais n’utilise qu’un argument : « je [prends] la liberté de vous faire par moi-même la demande d’être agréé à votre illustre corps ayant déjà l’honneur d’être membre des plus célèbres Académies de l’Europe62 ». Le 4 (15) octobre 1781, la lettre est lue à la séance de l’Académie et la demande est rejetée, ce qui n’a rien d’étonnant, car l’Académie de Saint-Pétersbourg ne souhaite voir parmi ses membres effectifs et associés que des savants professionnels qui jouissent d’une renommée européenne. Cependant, en 1786, Borch deviendra membre de la Société économique libre de Saint-Pétersbourg.

  • 63 Fabre J., Stanislas-Auguste Poniatowski et l’Europe des Lumières, Presses universitaires de Strasb (...)

34Dans son Rêve de l’honnête citoyen ou Mémoire relatif à quelques usages abusifs en Pologne, présenté au roi Stanislas Auguste le 24 octobre 1785, le comte Borch expose des idées chères aux physiocrates. Selon Jean Fabre, il loue le bonheur des « peuples-pasteurs » et prône le développement de l’agriculture au détriment des manufactures. La Pologne devrait « se borner au commerce de ses blés, de son miel, de sa soie, des articles enfin que la terre lui fournit toute seule ou qui sont le fruit de son économie rurale63 ». Le magnat demande pour les paysans liberté et propriété.

  • 64 Е. Спелмане, « Предания о М. Борхе и его Варакланском дворце », Из истории нания и техники Прибалт (...)

35Le comte passe la fin de sa vie dans son château de Warkland (Varakļāni). Ses paysans considèrent le savant naturaliste comme magicien ; les légendes ne disparaissent pas avec sa mort et, encore au début du XXe siècle, les chercheurs les collectent en Lettonie64. Les paysans racontent qu’une énorme « pierre d’amour », conservée dans la propriété, mène aux enfers. Dans une version, le comte Borch y descend et en rapporte « l’avoine du diable » (le lupin) qu’il fait cultiver sur ses terres. À la question de ce qu’on va récolter, il répond : les soldats. Dans d’autres légendes, Borch reçoit du diable une « épée vivante » qui fait gagner la guerre contre les Autrichiens ou l’aide à construire son palais, comme, ajoutons, Asmodée avait aidé le roi Salomon à ériger le Temple. En outre, le comte possède la « grande botte » (bottes de sept lieues), un véhicule qui traverse les rivières et l’emmène en un jour de Varsovie à Saint-Pétersbourg.

  • 65 Fabre J., Op. cit., p. 664.
  • 66 Tuzet H., Op. cit., p. 57.
  • 67 Voir les travaux d’A. Gawel, J. Stradins et M. Zgórniak, ainsi que l’article de Kazimierz Maslanki (...)
  • 68 Voir sur ces approches : С.Г. Галактионов, В. М. Юрин, Ботаники с гальванометром [S. G. Galaktiono (...)

36Si les contemporains voient en Borch un amateur éclairé, dans les années 1950, les littéraires et les historiens français le considèrent comme faiseur de projets et en parlent d’une manière ironique65. Hélène Tuzet écrit que « ses théories sont en général aventureuses et fantaisistes, même pour cette époque66 ». Cependant, dans les années 1960-1990, les chercheurs polonais et lettons rétablissent la réputation du naturaliste et publient ses ouvrages67. Ils estiment que les idées de Borch sur les procès géologiques devancent les théories du XIXe siècle et ils voient dans le Mémoire sur l’indication des minéraux par les plantes les présages des idées de la géo-biochimie moderne68. En 1978, le paléontologue letton V. Gravitis donne le nom de Borch à un nouveau type de brachiopode, Bicarinatina borchi.

Annexes

Annexes

Correspondance savante du comte Michał Jan Borch

I.

1. Michał Jan Borch à Jean-François Séguier, Lyon, 18 juillet 177569

Le 18 juillet 1775, de Lyon, Hôtel d’Angleterre, rue d’Eunay70

De retour depuis peu d’un petit voyage que j’ai fait à Bresse, je n’ai rien de plus empressé, Monsieur, que de me rappeler à votre souvenir. Pénétré de vos attentions pour moi, et de la complaisance sans bornes avec laquelle vous avez daigné répondre à toutes les demandes que je prenais la liberté de vous faire dans le temps de mon passage à Nîmes, éclairé par plusieurs remarques très judicieuses que vous avez eu la bonté de me faire, comblé de vos dons enfin, je ne crois pas pouvoir jamais m’acquitter à votre égard de tout ce que je vous dois. Je suis on ne peut plus honteux que des occupations un peu pressantes m’aient privé du plaisir de vous écrire plus tôt. Mais enfin la faute est faite, j’en appelle à votre indulgence, et vous prie de me permettre de vous importuner quelquefois.

Je commence d’abord par m’acquitter de ce que je vous ai promis. MM. Tornes71 vous remettront de ma part Imo. Une Carte de la Suisse, en quatre feuilles dans un étui. IIdo une plante de genépi72 des Alpes suisses. IIItio. Un Orchis de Savoie. IVto. Un Arum de Savoie. Vto un Capillaire Sanguine du Mont d’or du Lyonnais. VIto une petite collection de Semences différentes d’Amérique. VIIvo Un morceau de Sel de Pologne. VIIIvo Un petit morceau de Sel d’Espagne de Cardoupe, aussi sel gemme comme celui de Pologne. IX. Un peu de la 7e classe de l’Amiante de Corse. Xvo. des cailloux de St Claude appelés vulgairement dragées, à cause de leur configuration. On les trouve dans des cailloux comme les matrices des améthystes, mais avec la différence qu’ils n’ont ni spath, ni mica, mais des facettes calcaires.

C’est tout ce que je puis vous envoyer dans le moment. Je remets à mon retour en Pologne à vous offrir une collection suivie, d’agates, de jaspes, de carnioles73, d’opales, et différentes mines et marbres curieux de mon pays. Je suis à la veille d’entreprendre une petite course au mont Pilate74, à St Étienne, et à St Belle. Si je pouvais vous être de quelque utilité dans ce voyage faites moi le plaisir de me le mander, et vous obligerez infiniment celui qui a l’honneur d’être avec les sentiments les plus dévoués, Monsieur, votre très humble et très affectionné / comte de Borch / staroste de Lucen / colonel de housards au service de Pologne.

J’ose prendre la liberté de me rappeler à la promesse que vous m’avez faite, de me procurer des pierres figurées Loudun, et des dendrites noires.

La bonté que vous avez eue de me prêter cet ouvrage sur l’histoire naturelle de mon pays que vous m’avez demandé, m’engage à vous faire la prière, au cas que vous n’en eusses pas besoin dans ce moment-ci, de me le laisser jusqu’à mon retour du mont Pilate, après quoi je vous le renverrai par les frères Tourne.

A l’égard de votre caillou d’Égypte75 je n’ai pas encore pris de parti décisif ainsi permettez avant, que de rien entreprendre là-dessus, que je consulte des personnes au fait de ces sortes d’ouvrages je vais bientôt savoir à quoi m’en tenir là-dessus.

2. Michał Jan Borch à Jean-François Séguier, Lyon, 21 août 177576

Le 21 août 1775, de Lyon

La lettre que j’ai l’honneur, Monsieur de vous envoyer avec la présente, comme vous en jugerez par sa date, vous était adressée depuis longtemps. Mais les agréments de Lyon ayant arrêté MM. les barons suédois77, que j’avais chargés de la remise j’ai cru être obligé de la reprendre et de vous l’envoyer du moment de la reçue de votre charmant cadeau. Il n’y a pas moyen de vous obliger, Monsieur, à cause de la reconnaissance que vous en témoignez. L’ingratitude est cruelle pour les âmes bien nées, mais trop de reconnaissance humilie parfois78. Comment, Monsieur, pour quelques bagatelles que je vous envoie, vous me faites don d’une collection de dendrites l’une plus belle que l’autre. Si je ne connaissais pas la bonté de votre cœur, je serai mortifié de votre générosité. Mais avec l’assurance de vos sentiments, avec la connaissance des bontés que vous daigner me témoigner, je ne puis que tirer vanité de vos dons comme d’une preuve parlante et authentique des attentions dont vous veuillez bien m’honorer. La subite [incommodité] d’une personne qui devait aller avec moi au mont Pilat, a fait encore retarder ce voyage jusqu’après le passage de Mme Clotilde79 qu’on nous assure devoir être très brillant. En conséquence de cet événement je ne pourrai aller au mont Pilat qu’au commencement de septembre. Mon étude botanique en souffrira, mais pour un commençant c’est toujours assez.

J’ai l’honneur d’être Monsieur votre très humble et très obéissant serviteur comte de Borch.

3. Michał Jan Borch à Jean-François Séguier, Lyon, 9 septembre 177580

Le 9 7bre 1775, de Lyon

Je n’ai pu jusqu’à présent, Monsieur, vous remercier des dendrites que vous avez eu la bonté de m’envoyer, elles m’ont été remises depuis très longtemps, mais si je ne vous ai point témoigné ma reconnaissance au sujet de cet envoi, j’ai pour moi une excuse bien légale aux yeux d’un Français, c’est mon ardeur à voler sur les pas de Mme Clotilde, qui de même qu’un astre ne devait qu’apparaître sur notre horizon. À présent que son départ nous laisse un peu l’esprit en repos, je commence par vous remercier de votre gracieux souvenir, et pars demain pour le mont Pilate. Le manque de temps ne me permet pas de prolonger ma lettre au gré de mon désir. Je vous embrasse en idée et vous prie d’être persuadé des sentiments dévoués et sincères avec lesquels je suis à jamais, Monsieur votre très humble et très/obéissant serviteur/comte de Borch.

4. Michał Jan Borch à Jean-François Séguier, Lyon, 12 janvier 177681

Le 12 janvier 1776, de Lyon

Vous me voyez, Monsieur, dans la plus grande des confusions possibles d’avoir si longtemps tardé à répondre à l’obligeante lettre que vous m’avez fait de m’adresser vers la fin du mois de novembre passé. J’aurais voulu pouvoir satisfaire plus tôt à un devoir si doux pour moi, mais l’enchaînement des circonstances où je me suis trouvé s’est toujours opposé à la vive ardeur que j’en avais. Je profite en ce moment de quelques moments de liberté, et c’est avec le plus grand plaisir que je les consacre à vous écrire. Les travaux de la jeunesse méritent toujours quelques encouragements, et c’est sous ce point de vue que je reçois tout ce que votre lettre Monsieur peut avoir d’obligeant pour moi. Mon cœur est pénétré des maux de l’humanité souffrante, soumise encore en beaucoup de choses au joug des préjugés. Je tache de les combattre partout où je les rencontre, et surtout dans ma patrie malheureuse. Je ne sais quel sera le succès de mes peines, mais je ne puis que leur promettre le plus flatteur avenir, si les hommes comme vous, Monsieur, veulent bien m’éclairer et m’instruire. L’Académie de Lyon aussi indulgente que vous, vient de m’accorder son suffrage82. Assis depuis ce moment au milieu de ses associés, je vous compte parmi mes collègues, et cette image seule semble ajouter à mes forces. Vous m’annoncez, Monsieur, n’avoir point vu MM. les barons suédois que j’avais pris la liberté de vous adresser, j’en suis fâché vraiment, la douceur de leurs mœurs, l’universalité de leur savoir, la profondeur de quelques-unes de leurs connaissances, vous auraient vraiment fait plaisir. Si j’ai perdu cette occasion de procurer à des amis le Lineus83 de Nîmes, je me flatte que vous me permettrez, Monsieur, de m’en dédommager une autre fois. Il me reste encore un point dont il faut que je vous entretienne et dont je ne vous parle qu’en tremblant. Vous savez, Monsieur, que dans le moment que j’eus l’honneur de vous rendre mes devoirs à Nîmes pour la seconde fois vous eûtes la bonté de me prêter un ouvrage polonais intitulé Historia Naturalis Regni Poloniæ84. J’en ai eu tous les soins possibles, dans l’intention de vous le renvoyer au retour de mes courses. Mais dans le dernier voyage que j’ai fait à Genève, y ayant fait une emplette de livres très considérable, je ne sais par quel moyen j’ai perdu cet ouvrage avec quatre autres livres à moi. Au désespoir d’un pareil accident, j’ai fait tout mon possible pour le réparer. Aucun libraire ne l’a ni à Lyon, ni à Genève. J’ai chargé là-dessus MM. de Tournes libraires d’écrire à cette occasion à Leipsic, et dut il m’en coûter un prix fou même j’espère avoir dans peu le plaisir de vous dédommager de cette perte. En attendant daignez recevoir mes excuses, et l’assurance des sentiments inaltérables d’estime et de vénération avec lesquels je suis Monsieur votre très humble et très obéissant comte de Borch/colonel de housards/au service de Pologne.

Relativement au caillou d’Égypte, voici le secret. Après avoir assuré le caillou dans une presse bien forte, on prend un archet qui au lieu de boyau que les tourneurs emploient, a un fil de fer d’épaisseur d’une demie ligne à peu près. On met sur l’endroit du caillou qu’on veut scier un peu d’émeri en poussière et l’on frotte le fil de fer avec de la poudre d’aimant. L’aimant empêche que l’émeri ne quitte sitôt le fil de fer, et facilite par là la sciure, qui de cette façon va beaucoup plus vite qu’à l’ordinaire. Mes courses et les occupations que m’a occasionnées ma réception à l’Académie ne m’ont point permis encore de faire mon essai sur votre caillou, mais je dois le scier ces jours-ci.

M. de Villers85 qui me fait l’honneur de dîner chez moi aujourd’hui étant présent à la fin de cette lettre me charge de vous faire mille et mille compliments.

5. Michał Jan Borch à [Étienne Piestre86], [Lyon, 1776]87

Je viens de recevoir, Monsieur, une lettre de M. Séguier dans laquelle s’est trouvée cette incluse que j’ai le plaisir de vous renvoyer. Mais je vous avertis en même temps que cette précaution de M. Séguier est inutile car l’ouvrage est chez moi et n’est jamais sorti de mes mains. Je vais écrire à M. Séguier pour le remercier de ses bontés, je suis sûr que vous lui manderez aussi un mot de votre part [,] ainsi faites-moi plaisir le lui communiquer le premier écrit. Je suis Monsieur votre très dévoué serviteur/Comte de Borch.

6. Michał Jan Borch à Jean-François Séguier, Parme, 18 octobre 177688.

Le 18 octobre 1776, de Parme

Enhardi, Monsieur, par vous-même, et surtout par l’obligeante lettre que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire en dernier lieu, je prends la liberté de vous faire deux demandes, qu’il vous est bien facile d’effectuer. Après avoir parcouru l’Allemagne, la Suisse et la France, j’ai entrepris le voyage de l’Italie. À la fin de ce mois-ci j’espère être à Rome, d’où je compte aller à Naples, Sicile et Malte. J’ai réservé pour mon retour les provinces septentrionales de l’Italie. Élève du fameux Mafei89, personne mieux que vous, Monsieur, n’est en état de me recommander à Vérone. Mon arrivée y est déjà annoncée par M. le chevalier de Sagramosa, ministre plénipotentiaire de Malte à notre Cour90. Mais je ne croirai pas y trouver d’agréments, si je n’ai pas le bonheur d’être recommandé par vous. Une seule lettre, un mot suffira de votre part. Je ne vous demande point de me procurer dans cette ville des connaissances aimables, je veux un Mentor de votre main. Et je m’estimerai très heureux si ce pouvait être un de vos élèves. J’attends cette lettre avec impatience à Rome, et j’ose me flatter que vous ne me la refuserez pas. La seconde grâce que j’ai à vous demander est encore un peu intéressée. En formant un herbier assez considérable, et d’autant plus précieux pour moi que je l’ai colligé plante à plante, je me suis singulièrement attaché à avoir toutes celles qui portaient le nom de quelque grand homme. C’est ainsi que j’ai la Boerhavia, la Tournefortia, la Bifumia, etc. La Seguiera manque à cette collection, et personne ne peut mieux et plus facilement me la procurer que vous. J’ose donc la demander. Ayez la bonté d’en envoyer un échantillon à Lyon à l’adresse de M. de Tournes pour me la remettre à mon retour d’Italie. Je vous offre à mon tour tout ce qui pourrait dépendre de moi. Trop heureux de pouvoir vous être bon à quelque chose je me ferai toujours un vrai plaisir de vous prouver la haute considération avec laquelle je serai toute ma vie, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur/comte de Borch / colonel de housards au service / de Pologne.

Adresse à Rome poste restante

II

1. Michał Jan Borch à Charles Bonnet, Lyon, 12 février 1776

Le 12 février 1776, de Lyon

J’ai écrit, Monsieur, à M. Müller91 pour m’informer de l’état de votre santé, quelque occupation pressante ayant empêché ce dernier de me répondre, je profite du départ de M. Maris, comme d’une occasion certaine pour vous écrire moi-même, et vous témoigner toute la part que j’ai prise à votre incommodité. M. de Villers qui ne s’intéresse pas moins que moi à tout ce qui vous regarde, a été le premier à m’annoncer votre convalescence. Instruit de cette agréable nouvelle, je ne puis m’empêcher de vous faire mon compliment.

Dans la lettre que j’ai dernièrement adressée à M. Müller, je l’ai chargé de vous demander la permission de vous communiquer mon mémoire, je ne sais s’il a bien voulu s’acquitter de ma commission, dans l’incertitude où je me trouve, enhardi par l’indulgence que vous m’avez toujours témoignée, je prends la liberté de vous envoyer cette bagatelle. Dans le moment de sa formation, vous avez bien voulu vous intéresser à cet opuscule, [et] j’espère que vous aurez encore, Monsieur, la même bonté pour son auteur. Dans le temps que j’ai eu le bonheur de vous rendre mes devoirs à Genthod, vous n’avez pas cru déroger à l’élévation de vos connaissances en me questionnant sur cette production naissante, pourriez-vous lui refuser, dans ce moment-ci, une faible analyse ? Faites-moi la grâce d’examiner ce mémoire, et m’en dire votre avis, avec toute la sincérité digne de celui qui n’a pas rougi de dire publiquement « J’ai toujours pensé qu’un j’ai tort, valait mieux que cent répliques ingénieuses ». Ramené sur le bon chemin à l’aide de vos lumières, je ne rougirai pas non plus, de mes erreurs. Au contraire, rien ne pourra m’être [plus profitable que la] critique d’un homme comme vous, Monsieur. Je prépare un second Mémoire92 dans lequel, je veux analyser, la cristallisation des sels, la fixation des fluides, et la manière dont ils se volatilisent, la nature, et l’origine des sels striés et colorés. Enfin, je finirai par l’exposition d’une méthode que j’ai observée, et que je crois très propre pour abréger le travail des mines, et pour faciliter la découverte des minéraux. Je soumettrai également cette seconde production, à votre jugement. Et votre approbation sera plus flatteuse à mes yeux que celle de tous les Académies du monde, où souvent le respect humain plus que la justice et l’équité distribue les éloges. Pardonnez ma hardiesse, elle ne part que des sentiments que vous m’avez inspirés. Je désirerai que l’ouvrage fût plus digne de vos yeux. Mais enfin je vous l’offre tel que je puis vous le donner. In magnis voluisse sat est93, dit quelque part Claudien94, si je ne me trompe. Et je me flatte que vous vous [contentiez] de ma bonne volonté. En attendant votre réponse, j’ai l’honneur d’être avec le dévouement le plus parfait et la considération la plus distinguée, / Monsieur, / votre très humble [et] / très obéissant serviteur / comte de Borch / colonel de housards / au service de Pologne.

M. Maris, officier d’artillerie, vous remettra, Monsieur, la présente et mon mémoire. Il doit s’arrêter trois jours à Genève, ainsi si votre santé me95 le permet, j’espère que vous voudrez bien parcourir mon mémoire, et me le renvoyer par M. Maris avec un petit mot de votre part.

Pardonnez les fautes et les incorrections d’une copie faite à la hâte. M. Le Camus96 auteur du mémoire des angles rentrants des mines, m’a chargé de vous présenter ses respects. Agréez les miens et veuillez bien les présenter à Mme Bonnet.

2. Charles Bonnet à Michał Jan Borch à Charles Bonnet, Genthod, 15 mars 1776

Lyon ; M. le comte de Borch, colonel des housards au service de Pologne, de l’Académie des sciences de Lyon.

À Genthod près de Genève, le 15e de mars 1776

Vous me faites, Monsieur le comte, un honneur que je ne mérite pas, lorsque vous me prenez pour juge de votre travail sur les mines de sel de Pologne. Je ne le suis point, et je ne puis l’être ; parce que je n’ai point du tout été à portée d’étudier par moi-même cette belle matière. Je ne la connais un peu à présent que par la lecture de votre intéressant écrit. J’y ai trouvé partout l’empreinte de cet esprit d’observation trop peu commun encore, et que je regarde comme l’esprit universel des sciences et des arts. Cultivez, Monsieur, ce don si précieux, de la Nature : je ne saurais trop vous y exhorter ni applaudir trop aux savantes recherches que vous avez bien voulues mettre sous mes yeux. Vous savez que l’état de ma vue m’oblige de recourir à un lecteur : je n’en pouvais avoir de plus zélé que notre estimable ami M. Muller ; et quoiqu’il ne soit point naturaliste, il a pris à cette lecture le même intérêt qu’il aurait pris à un morceau d’histoire ou de politique : c’est que son cœur sensible était de la partie, et que cette lecture intéressait deux amis auxquels il est fort attaché.

En vous suivant, Monsieur le comte, j’ai fait quelques petites remarques, que je ne vous communique que pour vous prouver l’attention que j’ai donné à votre travail et le cas que j’en fais. Je les ai dictées rapidement à notre cher Tacite à mesure qu’il vous lisait. Je les soumets sans réserve à votre jugement, et je vous prie de n’en pas faire plus d’état qu’elles ne méritent. J’ai regretté que mes occupations et mes circonstances actuelles ne me permissent pas de répondre plus tôt et mieux à votre confiance et à la lettre dont vous m’avez honoré.

1. Vous le savez, l’esprit aime à voir beaucoup, promptement et sans peine. Il faut donc le préparer à voir ; mais il ne faut pas que la préparation retarde trop sa marche. Les préambules un peu longs la retardent toujours : il veut arriver et s’irrite quand il n’arrive pas. J’abrégerais donc le préambule qui est à la tête de votre mémoire. Tout a été dit sur l’usage et l’abus des systèmes. Deux traits là-dessus suffiront, et vous saurez les choisir.

2. J’ignore s’il est bien prouvé, que les plantes qui croissent au-dessus des mines de sel fossile, s’empreignent assez de ces substances salines pour en contracter le goût. Les vaisseaux des plantes sont des filtres bien fins, pliés et repliés de mille et mille manières, et qui changent prodigieusement la nature des sucs alimentaires. Vous m’objecterez le goût du terroir reconnaissable dans divers végétaux. Vous m’objecterez encore mes propres expériences sur la coloration des plantes par des injections naturelles (Rech. sur l’usa : des feuil. Mém. V97). Mais que répliquer aux expériences qui démontrent si rigoureusement qu’il n’entre qu’une partie presque infiniment petite de substances solides dans la nourriture des végétaux ! La lumière, le feu, l’air et l’eau paraissent jouer ici le principal rôle.

3. La petite digression sur les reproches qu’on fait aux nobles de Pologne et qui prouve si bien la sensibilité de votre âme et de votre patriotisme, me semble un peu déplacée. Elle interrompt le fil de l’exposition physique qui ne devrait pas être interrompue. Je ne vous dis pas de supprimer cette espèce d’apologie : il en coûterait trop à votre cœur, et le mien en souffrirait aussi : mais vous lui trouverez bien une place plus convenable. Elle mérite mieux qu’une note.

4. En parlant de l’amertume du sel marin, vous l’attribuez au Bitume : un excellent chimiste, M. Macker98, n’a pu découvrir aucune trace de bitume dans l’eau de la mer. C’est donc un préjugé que ce Bitume marin.

5. Vous paraissez attribuer le scorbut aux parties salines qui s’exhalent de la mer, et dont l’atmosphère se charge : mais le sel marin est fixe et ne se volatilise pas par l’action de l’air et du soleil : autrement, il n’y aurait point de marais salants.

6. Je fais la même remarque sur l’air des mines du sel gemme. Peut-il être salin ?

7. Les naturalistes géologues ou qui s’occupent de la théorie de la Terre, ne parviendront pas de longtemps à se satisfaire un peu sur l’origine de ces amas immenses de sel fossile. L’hypothèse de M. Guettard99 paraît d’abord spécieuse. Vous lui opposez cependant de fortes considérations. Ne pourrait-on point lui opposer la nature du fond de la mer ? Les journaux des sondes, si multipliés de nos jours n’offrent point de dépôts salins : mais ils offrent presque toujours des matières calcaires. Cependant la simple inspection des bancs de sel fossile réveille toujours dans l’esprit l’idée de dépôt. Votre propre hypothèse demanderait à être plus développée et exigerait de nouvelles recherches. Les principes de sel gemme ne suffisent pas pour nous éclairer sur l’origine de ses bancs : les principes des coquilles fossiles ne nous éclaireraient pas sur les causes qui les ont placées dans les lieux où elles se rencontrent. Serait-on beaucoup plus avancé en admettant avec Boskowitz100, que les fossiles de tout genre sont aussi anciens que le Globe ? Vos mines de sel dateraient ainsi de la création. Ce qui est plus vrai que tout cela, c’est qu’elles sont une énigme que la Nature a proposée aux physiciens de tous les siècles et de toutes les nations. La théorie de la Terre qui enveloppe manifestement le mot de cette énigme, est encore de toutes les sciences naturelles la plus imparfaite, et celle qui parviendra la dernière à sa perfection.

Ce qui forme ici la plus grande difficulté, c’est que la science de la Terre suppose essentiellement une multitude de détails aussi diversifiés que nombreux. Nous ne tenons qu’une très petite partie de ces détails ; et quand nous les posséderions tous, il faudrait encore en saisir les rapports divers, les résultats de ces rapports et les résultats des résultats.

Il y a plus : parmi les faits qui composent la somme de nos connaissances actuelles sur la géographie physique, il en est de très analogues, pour ne pas dire de très semblables qui pourraient dépendre de causes très différentes. Entre les géologues modernes les uns ont attribué au feu ce que d’autres ont attribué à l’eau ; et il n’est pas facile de déterminer dans chaque cas particulier, quel est celui des deux éléments qui a eu de plus de part à la production du phénomène. Il est même des phénomènes qui paraissent supposer l’action simultanée des deux éléments ; d’autres, leur action successive ou alternative.

En un mot ; quand il s’agit de la théorie de la Terre nous sommes presque toujours exposés à choquer les règles de la logique, et à tirer des conclusions générales des prémisses particulières. Il n’est aucune science naturelle qui exige plus d’attention et de réserve chez le physicien qui s’en occupe. L’esprit se plaît à la recherche des causes : elle excite puissamment sa curiosité et flatte son amour-propre. Il oublie très souvent qu’une hypothèse ne peut être probable que lorsqu’elle résulte immédiatement des faits, comme la conséquence de son principe.

Enfin ; quelle foule de connaissances de physique générale, d’astronomie, de chimie, d’histoire naturelle ne suppose point encore le perfectionnement de la géologie. Un observateur qui ne serait que chimiste, ne pourrait tirer de l’analyse des fossiles que des conclusions très particulières ; et au moment où il tenterait de généraliser ses conclusions il courrait le risque de s’égarer. J’en dis autant d’un observateur qui ne serait que naturaliste, etc. En qualité de planète notre Terre tient à tout le système astronomique : l’astronome peut donc former des conjectures sur la théorie de la Terre ; mais s’il n’est pas en même temps éclairé des lumières de la chimie et de l’histoire naturelle, il se perdra dans le vague de l’Espace.

Je reviens, Monsieur, à votre mémoire. Vous êtes en général très méthodique et très clair ; et votre style est le plus correct qu’on ne l’attendrait d’un étranger. Ce que je désirerais le plus après la correction, ce serait une certaine précision élégante qui fait valoir les moindres choses et qui est le principal caractère du bon écrivain. Ceci tient beaucoup à l’habitude d’écrire dans une certaine langue et à la fréquentation de grands modèles de cette langue ; car en vérité, la grammaire est ici d’un assez mince usage. C’est toujours la lecture réitérée des meilleurs écrivains qui développe et perfectionne le tact du compositeur ; et sans ce tact point de compositeur. Ce ne sont pas les règles qui ont fait les grands écrivains ; mais ce sont les grands écrivains qui ont fait les règles.

Vous me paraissez en si bon train, que je serais tenté de vous proposer de convertir un jour votre mémoire en livre en forme. La matière est si riche et vous en êtes si plein, que je me persuade facilement que vous vous plairiez à la remanier plus en détail. Les nouvelles recherches qu’un plan plus étendu vous engagerait à faire, accroitraient vos connaissances, et vous conduiraient à des résultats bien plus intéressants encore, et que vous ne sauriez prévoir. Vous savez voir, penser et agir, et c’est dans votre Patrie même que se trouve le précieux trésor de la Nature101 que vous désirez si ardemment d’approfondir et faire connaître au monde savant. J’ajoute ; que, vous êtes encore dans l’âge où les recherches les plus pénibles ou les plus laborieuses n’effraient point, et où le courage du corps soutient et entretient le courage de l’esprit.

Vous m’avez pris au dépourvu, Monsieur le comte : vous m’avez interrogé sur une matière que je ne possédais pas. Si les circonstances m’avaient plus favorisé, j’aurais consulté mes auteurs, et en les parcourant il me serait peut-être venu à l’esprit quelques idées dont vous auriez pu tirer parti ; mais vous les trouverez assez sans moi. Quand on s’occupe fortement d’un sujet, il monte, pour ainsi dire, le cerveau, à son ton ; et le cerveau ainsi monté présente à l’âme de nouveaux points de vue.

Recevez les vœux les plus vrais pour le succès de vos nobles travaux et les assurances de la considération avec laquelle j’ai l’honneur d’être / Monsieur, / votre etc.

P. S. Ma femme qui est très sensible à votre bon souvenir, vous présente ses honneurs et ses vœux. Veuillez ne m’oublier point après de M. Le Camus qui recevra ici mes sincères compliments.

III

Michał Jan Borch à l’Académie des sciences de Russie, Saint-Pétersbourg, 27 septembre (8 octobre) 1781102 

Messieurs !

Pénétré de l’estime et de la considération que l’on doit à un corps aussi respectable que le vôtre, j’ai pris la liberté de témoigner, du moment de mon arrivée à St Petesbourg, il y a huit mois, à M. de Domachnieff103 le vif désir que j’avais d’être reçu membre honoraire de votre Académie. Je lui ai même, à cet effet, remis un de mes ouvrages, ma Litologie Siciliene104, afin de vous donner une preuve, Messieurs, de mon application, et de la carrière dans laquelle je voulais me faire connaitre de la république des lettres. J’ai déjà imprimé plusieurs de mes ouvrages, mais n’en ayant point d’exemplaires, je suis privé de l’avantage de pouvoir me soumettre à votre jugement. J’ignore si M. de Domachnieff a rempli en cela mes vues, mais au cas que ses occupations ne lui eussent point permis de me proposer et de me soumettre à votre ballotage, souffrez, Messieurs, qu’en vous remettant un autre de mes écrits qui m’a captivé des suffrages de quelques savants, je prenne la liberté de vous faire par moi-même la demande d’être agrée à votre illustre corps ayant déjà l’honneur d’être membre des plus célèbres Académies de l’Europe. Plein de gratitude pour cette indulgence de votre part, je me ferai un doux devoir de vous témoigner en toute occasion mon zèle et plein de la considération respectueuse qui vous est due, j’ai l’honneur d’être avec un dévouement à toute épreuve, / Messieurs / votre très humble, / et très obéissant serviteur / comte de Borch / Grand Quartier-Maitre General/de Lithuanie Le 27 septembre 1781 de St. Petersbourg

Notes

1 La différence provient du décalage entre les calendriers julien et grégorien : le 29 décembre 1810 / 10 janvier 1811.

2 Voir la liste complète dans l’article de Marek Zgórniak, « Il conte Borch dalle diciannove accademie e le sue Lettres sur la Sicile (1782) », Studia Italo-Polonica, V, 1994, p. 183-195.

3 Voir la bibliographie : Curtis Schuh’s Biobibliography of Mineralogy, URL : [http://www.minrec.org/libdetail.asp?id=170] ; URL : [http://www.estreicher.uj.edu.pl/staropolska/baza,nazwisko_imie,10621.html].

4 Voir Bronisław Zaleski, « Korespondecja krajowa Stanislawa Augusta z lat 1784-1792 », Rocznik Towarzystwa historyczno-literackiego w Paryzu, 1870-1872, Poznan, 1872, p. 328-339.

5 Mémoire sur le sel (1776) ; Mémoire sur fil de Zabbara ou d’aloès (1777), Delandine A.-F., Manuscrits de la bibliothèque de Lyon, Paris, Renouard et al. et Lyon, Bibliothèque publique, 1812, t. 2, p. 90, 247-248, 521-522. Le second mémoire est annexé aux Lettres sur la Sicile et sur l’île de Malthe de Monsieur le comte de Borch de plusieurs Académies à M. le C. de N., écrites en 1777 pour servir de supplément au Voyage en Sicile et à Malthe de M. Brydonne, Turin, Frères Reycends, 1782, t. 2, p. 239-250.

6 Le discours de réception à l’Académie de Lyon, prononcé en novembre et répété en décembre 1775, lors d’une séance publique, est publié dans l’article de Marek Zgórniak, « Francophile et patriote. Michel Borch à l’Académie de Lyon en 1775 », Studia Gallo-Polonica, V, 1992, p. 137-148.

7 Lutman T., « Archiwum Borchow z Warklan (Uratowane zbiory) », Archeion, 6/7, 1930, p. 64-66.

8 Voir Taimiņa A. « Varakļānu grāfa Mihaela Johana fon der Borha Sicīlijas ceļojums (1776) un tā atspoguļojums grāmatniecībā » (2011) ; URL : [http://www.slideshare.net/nacionalaidentitate/borch-siciliana-latvkongress1].

9 Durant le second partage de la Pologne, le comte Borch tente de protéger ses biens, y compris son palais à Varsovie, choisi comme résidence par Boulgakov, ministre plénipotentiaire de Russie.

10 Johann Friedrich von Recke, Karl Eduard Napiersky, Allgemeines Schriftsteller- und Gelehrten-Lexikon der provinzen Livland, Esthland und Kurland, vol. 1. (A-F), Mitau, J.-F. Steffenhagen und Sohn, 1827, p. 219-223.

11 Я. П. Страдынь, « Польский естествоиспытатель М. Я. Борх из Латгалии », Научные связи Прибалтики в XVIII-ХІХ вв. [J.-P. Stradins, « Le naturaliste polonais M. J. Borch de la Livonie », Relations scientifiques des pays Baltes aux XVIIIe-XIXe siècles], Riga, 1968, p. 144-147 ; Janis Stradins, « Michal Jan Borch – polski przyrodnik WIII w. », Kwartalnik Historii Nauki i Techniki, 25, 1980, p. 481-499 ; Я. П. Страдынь, « М.Я. Борх – польский естествоиспытатель из Латгалии », Из истории естествознания и техники Прибалтики [J.-P. Stradins, « M. J. Borch, naturaliste polonais de la Livonie », De l’histoire des sciences naturelles et de la technique aux pays baltes], VI, Riga, 1980, p. 127-141.

12 N’ayant pas pu obtenir la liste exhaustive des papiers de la famille Borch, conservés à Riga, je dois me contenter d’une description sommaire imprimée.

13 URL : [http://www.buffon.cnrs.fr/correspondance/].

14 Lors du colloque, Piotr Daszkiewicz m’a suggéré de chercher les correspondances du comte Borch avec deux naturalistes, l’Autrichien Ignaz Edler von Born et le montpelliérain Antoine Gouan. Affaire à suivre…

15 Biliński B., « Italia degli viaggiatori illuministi polacci. I (Michele Mniszech, Gregorio Piramowicz, Michele Borch) », L’Illuminismo italiano e l’Europa, Roma, Accademia nazionale dei Lincei, 1977, p. 48 ; Zgórniak, M. « Francophile et patriote », p. 140.

16 Voir Candaux J.-D., Catalogue de la Correspondance de Charles Bonnet conservée à la Bibliothèque de Genève, Genève, BPU, 1993 ; Jean-Daniel Candaux, « Typologie et chronologie des réseaux de correspondance de Georges-Louis Le Sage 1744-1803 », Dix-huitième siècle, 2008, no 40, p. 105-113.

17 Stroev A. (dir.), Quand l’écrivain publie ses lettres (numéro spécial), Épistolaire. Revue de l’AIRE, 2009, no 35, p. 7-156.

18 Beaurepaire P.-Y., L’Autre et le Frère. L’Étranger et la franc-maçonnerie en France au XVIIIe siècle, Paris, H. Champion, 1998, p. 495, 510, 513, 773 (l’identification du comte Borch est erronée).

19 Hass L., Sekta farmazonii warszawskiej : pierwsze stulecie wolnomularstwa w Warszawie (1721-1821), Warszawa, Państwowy Instytut Wydawniczy, 1980, p. 190.

20 Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon… pour l’année 1787 (Lyon, A. de la Roche, 1787) le présente comme « général major au service de Pologne, staroste de Ludzen, chevalier de l’ordre de Malte, de plusieurs Académie de France et d’Italie » (p. 212).

21 C’est moi qui souligne.

22 Lettres sur la Sicile et sur l’île de Malthe de Monsieur le comte de Borch de plusieurs Académies à M. le C. de N., écrites en 1777 pour servir de supplément au Voyage en Sicile et à Malthe de M. Brydonne, Turin, Frères Reycends, 1782, t. II, p. 213.

23 Chartier R., « L’Académie de Lyon au XVIIIe siècle, étude de sociologie culturelle », Nouvelles études lyonnaises, Genève, Droz, 1969, p. 189.

24 Bibliothèque des princes Czartoryski (Cracovie), f. IV, n 816, f. 15-50 ; publié en polonais par Gawel A., « Memoriał Michała Borcha z roku 1780 jako pierwsza w Polsce próba geobiochemicznych poszukiwań kruszcowych », Prace Muzeum Ziemi, 1966, no 8, p. 31-48. Je remercie cordialement Piotr Daszkiewicz qui m’a communiqué les copies de l’article et du texte original et qui m’a donné de précieux conseils.

25 Voir dans le même volume l’Explication du terme pierre philosophale de Stanislaw Okraszewski (5 juin 1780, f. 113-114) qui comporte la note d’August Moszynski : « Ceci est un système peu connu, cependant soutenu par quelques philosophes hermétiques. Il me semble qu’il aboutira à prouver que l’homme doué des connaissances nécessaires peut perfectionner son corps au point de le dégager des parties grossières qui offusquent son âme et l’empêchent de pénétrer les mystères les plus cachés de la nature et à connaître la Divinité… ».

26 « M. de Villers qui me fait l’honneur de dîner chez moi aujourd’hui… » (M. J. Borch à J.-F. Séguier, Lyon, 12 janvier 1776) ; « M. de Villers qui ne s’intéresse pas moins que moi à tout ce qui vous regarde, a été le premier à m’annoncer votre convalescence » (M. J. Borch à Ch. Bonnet, Lyon, 12 février 1776).

27 « M. Le Camus… m’a chargé de vous présenter ses respects » (M. J. Borch à Ch. Bonnet, Lyon, 12 février 1776).

28 Delandine A.-F., Manuscrits de la bibliothèque de Lyon, t. 2, p. 163-164.

29 Journal encyclopédique ou Universel, juillet 1776, vol. 5, part. 1, p. 147 ; Esprit des journaux, juillet 1776, p. 277.

30 « M. Le Sage aussi célèbre par ses rares connaissances que par les découvertes utiles, dont il vient d’enrichir son siècle… » (Mémoire sur l’indication des minéraux par les plantes, f. 37).

31 Voir les Annexes.

32 Delandine A.-F., Manuscrits de la bibliothèque de Lyon, t. 2, p. 248.

33 Jean de Müller, historien.

34 Bonnet C., Recherches sur l’usage des feuilles dans les plantes, et sur quelques autres sujets relatifs à l’histoire de la végétation, 1756.

35 Candaux J.-D., Catalogue de la Correspondance de Charles Bonnet, p. 16.

36 L’ornithologue Philippe Guéneau de Montbeillard (1720-1785).

37 John Ellis (1714-1776), naturaliste irlandais, correspondant de Linné, auteur de An essay towards a natural history of the Corallines (1755).

38 Benoît de Maillet (1656-1738), auteur du Telliamed, ou Entretiens d’un philosophe indien (éd. 1748).

39 Jean-Baptiste-René Robinet (1735-1820), auteur des ouvrages De la Nature (1761), Considérations philosophiques de la gradation des formes de l’être, ou les essais de la nature qui apprend à faire l’homme (1768).

40 Rapport de M. Le Camus sur la traduction de la physiologie des cors organisés de M. Necker, Delandine A.-F., Manuscrits de la bibliothèque de Lyon, t. 2, p. 269.

41 Robinet J.-B., De la Nature, par J. B. Robinet, Amsterdam, E. van Harrevelt, 1766, t. 4, p. 24 ; Necker N.-J., Physiologie des corps organisés, Bouillon, Société Typographique, 1775, p. 318-319.

42 Voir l’examen des connaissances italiennes de Borch dans les articles de Bronisław Biliński, « Italia degli viaggiatori illuministi polacci. I (Michele Mniszech, Gregorio Piramowicz, Michele Borch) », L’Illuminismo italiano e l’Europa, Roma, Accademia nazionale dei Lincei, 1977, p. 7-52 et de M. Zgórniak, « Il conte Borch dalle diciannove accademie », p. 187-188.

43 Lettres sur la Sicile, t. 1, p. 46 (note b).

44 Tuzet H., La Sicile au XVIIIe siècle vue par les voyageurs étrangers, Strasbourg, P. H. Heitz, 1955, p. 53-59.

45 Académie fondée en 1760 à Palerme par Antonio Lucchesi Palli, prince di Campofranco, poète improvisateur.

46 Lettres sur la Sicile, t. 2, p. 88.

47 Selon Borch, cette femme de lettres de dix-huit ans, « prodige de savoir et de connaissances », a traduit la tragédie de Voltaire Hérode et Marianne (1724), le prince de Campo-Franco l’a aidée à développer ses talents poétiques ; Lettres sur la Sicile, t. 2, p. 93-94.

48 Cit. d’après Biliński B., « Italia degli viaggiatori illuministi polacci », p. 51.

49 Les fonds de l’Académie de Lyon possèdent la « “Lettre du marquis Alexandre Chigi, chambellan du grand-duc de Toscane, au sujet de la foudre tombé sur la barre électrique élevée sur la tour du palais de Sienne, le 18 avril 1777”. Cette lettre est traduite par le M. de Borch. Elle prouve que les conducteurs électriques n’offrent pas toujours un moyen suffisant de se garantir de la foudre », Delandine A.-F., Manuscrits de la bibliothèque de Lyon, t. 2, p. 189.

50 Esprit des journaux français et étrangers, 1777, no 8 (août), p. 354-356 (traduction de l’article des Novelle Letterarie).

51 Lettres sur la Sicile, t. 2, p. 91-92.

52 Lettres sur la Sicile, t. 2, p. 87-88.

53 Ibid., t. 2, p. 92.

54 Lettres sur la Sicile, t.  2, p. 68-69 ; Borch M. J., Minéralogie sicilienne docimastique et métallurgique, Turin, Frères Reycends, 1780, p. 187.

55 Le prince était membre de plusieurs académies, y compris de celles dont faisait partie le comte de Borch : del Buon Gusto (Palerme), de’Pastori Ereini (Palerme), dei Georgofili (Florence).

56 Lettres sur la Sicile, t. 2, p. 136.

57 Minéralogie sicilienne, p. 130-133.

58 Lettres sur la Sicile, t. 1, p. xiii.

59 F. Galiani à Mme d’Épinay, Naples, 31 juillet 1779 : « Dites lui [à Grimm] que le comte de Borch, Polonais, part de Florence pour aller à Paris et demande encore une fois avec instance de le lui recommander », Ferdinando Galiani et Louise d’Épinay, Correspondance, éd. Georges Dulac et Daniel Maggenti, Paris, Desjonquères, 1997, t. 5, p. 215.

60 Lettres sur les truffes du Piémont, écrites par M. le Cte de Borch en 1780, Milan, s. d., p. 15.

61 И.И. Любименко, Ученая корреспонденция Академии наук XVIII века… 1766-1782 [I. I. Lioubimenko, Correspondance savante de l’Académie des sciences du XVIIIe siècle… 1766-1782], Moscou et Leningrad, Académie des sciences, 1937, p. 367.

62 Voir les Annexes.

63 Fabre J., Stanislas-Auguste Poniatowski et l’Europe des Lumières, Presses universitaires de Strasbourg, 1952, p. 664 ; Bibliothèque des princes Czartoryski (Cracovie), F. IV, no 896, f. 127-149

64 Е. Спелмане, « Предания о М. Борхе и его Варакланском дворце », Из истории нания и техники Прибалтики [E. Spelmane, « Les légendes sur M. Borch et son château de Warkland », De l’histoire des sciences naturelles et de la technique aux pays baltes], VI, Riga, 1980, p. 142-145

65 Fabre J., Op. cit., p. 664.

66 Tuzet H., Op. cit., p. 57.

67 Voir les travaux d’A. Gawel, J. Stradins et M. Zgórniak, ainsi que l’article de Kazimierz Maslankiewicz, « Michal Jan Borch (1751-1810) and his activity in mineralogy and geochemistry », Actes du XIe Congrès International d’Histoire des Sciences, 4, Wroclaw, 1968, p. 284-286 ; trad. russe : К. Маслянкевич, « Деятельность М. Я. Борха в области минералогии игии », Научные связи Прибалтики в XVIII-ХІХ вв. [K. Maslankiewicz, « Les recherches minéralogiques et géologiques de M. J. Borch », Relations scientifiques des pays Baltes aux XVIIIe-XIXe siècles], Riga, 1968, p. 147-149.

68 Voir sur ces approches : С.Г. Галактионов, В. М. Юрин, Ботаники с гальванометром [S. G. Galaktionov, V. M. Iourine, Botanistes avec galvanomètre], Moscou, Znanie, 1979.

69 Bibliothèque municipale de Nîmes, MSS, M. 138, f. 359r°-360v°. Je remercie cordialement la Bibliothèque municipale de Nîmes qui m’a très aimablement communiqué les reproductions des lettres. L’orthographe est modernisée, la transcription des noms propres et la ponctuation sont respectées.

70 La rue d’Ainay, quartier de la presqu’île de Lyon.

71 Les frères de Tournes, libraires lyonnais, correspondants de Séguier ; ses archives conservent 21 lettres de Tournes (1755-1780), voir Pugnière F., Jean-François Séguier. Correspondances conservées à la Bibliothèque municipale de Nîmes, Institut européen Séguier, 2008 ; URL : [http://www.institut-europeen-seguier.org/recherche/].

72 Souligné dans l’original.

73 Pierres de la région minière la Carniole ; au XVIIIe siècle, un duché du Saint-Empire, actuellement, une province de Slovénie.

74 Le Pilat, montagne du Massif central.

75 Sorte de jaspe.

76 Nîmes, Carré d’Art Bibliothèque, Ms 138, f. 363r°-v°.

77 Il pourrait s’agir du baron Sven Cederström, favori du roi Gustave III, qui arrive à Reims en juin 1775 et assiste au sacre de Louis XVI ou du comte Magnus Fredrik Brahé (1756-1826), partisan de Gustave III, séjournant à Paris en mai-juin 1776 qui, en mars 1775 à Strasbourg, a été initié à la loge la Candeur, avec un autre jeune Suédois, lieutenant Samuel Troil ; voir : Comte de Creutz, La Suède & les Lumières. Lettres de France d’un Ambassadeur à son Roi (1771-1783), éd. Marianne Morlander Beyer, 2e éd., Paris, Michel de Maule, 2012, p. 151-152, 208-209 ; Pierre-Yves Beaurepaire, L’Autre et le Frère. L’Étranger et la Franc-maçonnerie en France au XVIIIe siècle, Paris, H. Champion, 1998, p. 400-401.

78 « Je suis jeune, il est vrai ; mais aux âmes bien nées. /La valeur n’attend point le nombre des années », Pierre Corneille, Le Cid (II, 2). Michal Jan Borch, drapé dans les habits de la tragédie classique, considère le don comme une offense qui le met au-dessous de son correspondant.

79 Marie Adélaïde Clotilde Xavière de France (1759-1802), dit Madame Clotilde, sœur de Louis XVI, reine de Sardaigne (1796-1802).

80 Nîmes, Carré d’Art Bibliothèque, Ms 138, f. 364r°-v°.

81 Ibid., f. 361r°-362r°.

82 Le 28 novembre 1775.

83 Carl Linnæus (von Linné ; 1707-1778), naturaliste suédois.

84 Gabriel Rzączyński (1664-1737), Historia Naturalis Curiosa Regni Poloniae, Magni Ducatus, Litvaniæ annexarumque provinciarum, Sandomir, 1721.

85 Charles-Joseph Devillers (de Villers ; 1724-1810), naturaliste, membre de l’Académie de Lyon (1764).

86 Étienne Piestre, éditeur et libraire lyonnais, commis des frères de Tournes. Identification incertaine. La lettre ne comporte ni date, ni adresse du destinataire. Elle se trouve parmi la correspondance de Séguier avec Étienne Piestre et les frères de Tournes.

87 Nîmes, Carré d’Art Bibliothèque, Ms 312, f. 70r°.

88 Nîmes, Carré d’Art Bibliothèque, Ms 138, f. 365r°-v°.

89 En 1732 à Nîmes, Séguier rencontre le marquis Scipione Maffei (1675-1755), écrivain et savant véronais, l’accompagne dans ses voyages à Paris, en Grande-Bretagne, dans les Pays-Bas et en Autriche et s’installe avec lui à Vérone jusqu’à la mort du marquis.

90 Le marquis véronais Michele Enrico Sagramoso (1720-1791), diplomate et savant, chevalier de l’ordre de Malte et bailli depuis 1776, ministre plénipotentiaire de Malte en Pologne depuis 1772 ; bonne connaissance de Maffei, franc-maçon comme lui, Séguier et Linné ; voir correspondance de Linné avec Sagramoso (1748) et Séguier (1744-1761), The Linneaen Correspondence, URL : [http://linnaeus.c18. net/Letters/].

91 Jean de Müller (1752-1809), historien, membre de la Société helvétique (1773), fréquente le cercle de Charles Bonnet, donne des cours d’histoire universelle en 1779-1780, auteur de Die Geschichten der Schweizer (1780) ; Dictionnaire historique de la Suisse (notice d’André Weibel), URL : [http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F16568.php].

92 Mémoire sur le sel.

93 Quod si deficiant vires, audacia certe / Laus erit : in magnis et voluisse sat est (Si les forces me manquent, on me louera du moins d’avoir osé : car il est grand d’avoir tenté une grande entreprise), Sextus Propertius, Élégies, II, X, 5.

94 Claudien (Claudius Claudianus) (v. 370-v. 408), poète latin.

95 Borch voulait écrire « vous ».

96 Le Camus, receveur des gabelles au département de Lyon, naturaliste, membre de l’Académie de Lyon (1775), membre de l’Académie de Dijon, correspondant de la Société des sciences de Montpellier ; Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon… pour l’année 1787, p. 107. Auteur des mémoires Description des salines de Bex, dans le canton de Berne (1775), Observation sur électrophore (1777), Origine et formation des basaltes, Origine des gouttes d’eau renfermées dans les cristaux de roche et autres corps, Dissertation sur ce qu’on doit appeler sable, gravier, cailloux, silex et galet, Dissertation sur l’origine de la houille ou charbon de terre, etc. ; Delandine A.-F., Manuscrits de la bibliothèque de Lyon, t. 2, p. 176, 189, 219, 202-203, 241-243, 253-254, 269.

97 Bonnet C., Recherches sur l’usage des feuilles dans les plantes, et sur quelques autres sujets relatifs à l’histoire de la végétation, 1756.

98 Pierre Joseph Macquer (1718-1784), auteur du Dictionnaire de chimie (1761).

99 Jean-Étienne Guettard (1715-1786), géologue, minéralogiste et botaniste, auteur des Mémoires sur différentes parties des sciences et arts (3 vol., 1768-1770).

100 Roger Joseph Boscovich (1711-1787), prêtre jésuite, astronome, physicien et philosophe dalmate.

101 Les salines de Wieliczka et de Bochnia.

102 Archives de l’Académie des Sciences (Saint-Pétersbourg), f. 1, opis 3, no 65 (Eingekommene Briefe, 1780-1781), f. 203r °-v °. Je remercie cordialement Ekaterina Vassilieva qui m’a communiqué la transcription de cette lettre.

103 Serguei Guerassimovitch Domachnev (1743-1795), écrivain, militaire, chambellan, directeur de l’Académie des sciences (1775-1783).

104 Lythologie sicilienne, ou Connaissance de la nature des pierres de la Sicile, Rome, 1778.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540