Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondances d'érudits au xviiie et xixe siècles

 | 
Marie-France de Palacio

Quatrième partie. Correspondances de naturalistes

De Guettard à Bory Saint-Vincent : la Lituanie et la Pologne dans la correspondance et les notes des naturalistes français

Piotr Daszkiewicz

Texte intégral

Introduction

  • 1 Guettard J.-E., Mémoire sur la nature du terrain de la Pologne et des minéraux qu’il renferme. Pre (...)
  • 2 Dubois de Jancigny J.-B., Essai sur l’histoire littéraire de Pologne. Réflexions générales sur les (...)
  • 3 Fonds René Antoine Ferchault de Réaumur 69/J, les lettres de Bielinski (comte F.), côte 66/8, Arch (...)
  • 4 Daszkiewicz P., « La caille de Pologne et l’ours de Lituanie - la faune de Pologne dans l’œuvre de (...)

1Au dix-huitième siècle, la République des Deux Nations ‒ soit l’État polono-lituanien ‒ était, avec une surface d’environ 990 000 km2, l’un des plus grands pays d’Europe. Jean-Etienne Guettard (1715-1786) remarqua en 1764 que « La Pologne est le plus grand royaume de l’Europe, son étendu est d’environ trois cents lieus de l’Orient à Occident, & d’environ deux cents cinquante du Midi au Septentrion1 ». Le territoire de ce pays s’étalait alors sur les actuels États de Pologne, de Lituanie, de Biélorussie, de Lettonie et partiellement aussi d’Estonie, d’Ukraine, de Slovaquie, de Russie et de Moldavie. Diverses espèces d’animaux très exotiques pour les Français, faisaient partie de la faune de la République des Deux Nations : le bison d’Europe, l’élan, le saïga (unique antilope européenne), le glouton, le putois marbré, le spalax (rat-taupe), le tarpan (cheval sauvage), le bobak (marmotte des steppes), la polatouche (écureuil volant). D’autres comme l’ours ou le lynx, déjà très rares en France, y étaient communs. Il n’y a rien d’étonnant à ce que, à l’époque des Encyclopédistes et de l’Histoire naturelle de Buffon, cette vaste partie de l’Europe intéressât beaucoup les naturalistes français. Les histoires les plus fantastiques circulaient encore au sujet de la Pologne et de la Lituanie. Rappelons seulement celle répétée par Jean-Baptiste Dubois de Jacigny (1752-1808), affirmant que « On prétend aussi qu’un ours affamé qui trouve un enfant abandonné, le déchire aussitôt, mais que, si cet enfant a été allaité par une ourse, il le transporte dans sa tanière & le nourrit avec ses petits2. » On croyait non seulement à la présence d’ours blancs en Lituanie, mais même aux dragons dans les steppes ukrainiennes. L’annonce d’une prime, par le grand maréchal de couronne Franciszek Bieliński (vers 1683-1766), versée aux pêcheurs trouvant des hirondelles hivernant au fond des lacs, afin de répondre à la demande de René Antoine Ferchault de Réaumur (1683-1757), montre bien une certaine naïveté, mais aussi l’effort déployé pour confirmer ou invalider de pareilles hypothèses3. Le mystérieux « pouc », cité par Buffon, qui obligea les habitants d’un village en Volhynie à abandonner des cultures de leurs jardins, n’était rien d’autre qu’une ordinaire taupe4 !

2La curiosité scientifique ne constituait pas l’unique raison de l’intérêt porté à la nature. Il s’agissait parfois d’intérêts hautement stratégiques comme ce fut le cas avec les efforts de l’administration française pour réouvrir et prendre le contrôle de la mine de zinc et de plomb à Olkusz, ou les visites et les travaux dans la mine de sel à Wieliczka, ou encore assurer la possibilité d’importation du pin de Riga afin de pouvoir produire des mâtures pour les besoins de la marine.

Correspondance et correspondance naturaliste

  • 5 Cette lettre est disponible en ligne sur les pages du Centre Scientifique de l’Académie Polonaise (...)

3Traiter de « la correspondance et les notes des naturalistes », en tant que matériel de travail, demande quelques précisions. Par « la correspondance des naturalistes » on entend des lettres écrites et/ou reçues par des naturalistes, des lettres « ouvertes » qui ont été écrites dans le but d’être publiées, comme celle envoyée par Jean-Emmanuel Gilibert (1741-1814) de Grodno à Louis Vitet (1736-1809) à Lyon et qui fut imprimée par l’administration royale5 probablement dans le but de faire connaître en Europe la politique du développement économique et culturel de Stanisław August Poniatowski (1732-1798) et Antoni Tyzenhauz (1733-1785). À titre de curiosité remarquons que l’exemplaire de la lettre imprimée de la collection du Muséum National d’Histoire Naturelle à Paris a été envoyé par Gilibert à Jussieu avec des compléments manuscrits et de nombreux détails supplémentaires sur la visite royale à Grodno.

4Les lettres rédigées comme des récits de voyage ou de guerre constituent une autre catégorie de correspondance des naturalistes. C’est le cas des Lettres écrites en Allemagne, en Prusse et en Pologne dans les années 1805, 6, 7 et 8 de Jean-Philippe Graffenauer. On doit aussi remarquer un caractère bien particulier d’une partie de la correspondance des naturalistes de l’époque napoléonienne : il s’agit plus de rapports de renseignements militaires ou économiques que de « lettres classiques ».

  • 6 Tome IV, p. 50.
  • 7 Bibliothèque Centrale du Muséum National d’Histoire naturelle, côte Ms 2184.

5La correspondance des naturalistes présentait, au XVIIIe et au XIXe siècles, une particularité. Les lettres accompagnaient des envois des spécimens et parfois même les collections entières d’objets naturalistes : minéraux, fossiles, plantes d’herbiers, des animaux naturalisés ou leurs fragments. Pour cette raison, ces lettres contiennent souvent des dessins. Il n’est d’ailleurs pas rare de retrouver les traces de cette correspondance dans les publications scientifiques de l’époque pour ne citer que la lettre de Balthasar Hacquet (1739-1815), dont le principal sujet est la corne d’aurochs, retrouvée par ce naturaliste à Szczebrzeszyn, près de Cracovie. D’importantes parties de cette lettre ont été reprises par Georges Cuvier (1769-1832) dans la description de cette espèce dans les Recherches sur les ossemens fossiles de quadrupèdes, où l’on rétablit les caractères de plusieurs espèces d’animaux que les révolutions du globe paraissent avoir détruites6. Ces lettres ont souvent, d’autre part, été (et parfois le sont encore) conservées comme documentation scientifique, aide à la connaissance de l’origine et du caractère des objets de la collection naturaliste. Remarquons aussi la spécificité de certaines notes des naturalistes. Le papier était encore une denrée rare à cette époque. Il arrivait que les naturalistes-voyageurs utilisent des matériaux très variés. Dans les archives de J.-E. Guettard7, nous trouvons ses notes par exemple sur des jeux de cartes ou des programmes de théâtre ; ces supports sont parfois également de précieuses sources d’information.

Portrait-robot des voyageurs naturalistes français en Pologne et en Lituanie

  • 8 Laissus Y., « Les voyageurs naturalistes du Jardin du roi et du Muséum d’histoire naturelle : essa (...)

6Je voudrais m’inspirer de l’article d’Yves Laissius sur les voyageurs naturalistes du Jardin du roi et du Muséum d’histoire naturelle et essayer de répondre à la question suivante : « Qui sont les voyageurs-naturalistes ? Dans cette appellation deux éléments se combinent en proportions variables, pour donner des résultats aussi imprévisibles que le sont les individus eux-mêmes8. »

  • 9 On peut trouver parfois des informations particulièrement intéressantes sur la Pologne et la Litua (...)

7La tâche s’avère rapidement plus difficile que dans le cas des correspondants du Muséum. Elle est pratiquement impossible à mener à bien, car hormis le fait de voyager dans cette partie de l’Europe9 et de s’intéresser aux sciences naturelles, nous ne trouvons aucun trait commun entre ces personnages. Ils ne sont liés ni par une institution, ni par leur formation professionnelle, ni par le caractère de leurs voyages. Seul J.-E. Gilibert est venu en République des Deux Nations en qualité de naturaliste (mais aussi médecin), afin d’y organiser un enseignement à la demande de l’administration du roi Stanisław August Poniatowski. Jean-Etienne Guettard ‒ qui passa en Pologne et en Lituanie deux années (1760-62) et à qui nous devons la première carte géologique, les descriptions floristiques, l’article sur la mine du sel de Wieliczka, mais aussi diverses notes sur les mœurs et la politique ‒ accompagna en qualité de médecin l’ambassadeur de France Antoine-René Voyer d’Argenson, marquis de Paulmy (1722-1787). Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814) tenta de s’engager dans l’armée de Radziwiłł en Lituanie. Balthasar Hacquet, avant de devenir professeur des sciences naturelles, était un militaire de carrière en service en Saxe puis en Autriche. Citons enfin tout une pléiade de savants qui se sont trouvés en Pologne et Lituanie en qualité d’officiers de l’armée napoléonienne, de médecins ou d’ingénieurs : Dominique-Jean Larrey (1766-1842), Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent (1778-1846), Jean-Philippe Graffenauer (1775-1838), Baron Jean Dejean (1780-1845). Marcel de Serres (1783-1862) visita une partie de la Pologne en qualité de haut fonctionnaire de l’administration du Premier Empire : « Inspecteur des arts, sciences et manufactures » à Vienne.

8Deux choses importantes pour ce « portrait-robot » : les quelques siècles de relations, les deux reines et un roi français de Pologne et Lituanie, plusieurs alliances et quelques actions diplomatiques et militaires communes n’ont pas changé le fait que cette partie d’Europe reste très peu et très mal connue en France, et ce au moins jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Les sources viables d’information, comme les rapports des officiers de marine chargés des achats du bois des mâtures, restaient quasiment inconnues à l’époque. Les naturalistes qui s’y rendaient avaient souvent le sentiment de faire un dangereux et lointain voyage. J.-E. Gilibert, dans son éloge de Joseph Dombey (1742-1794), rapporta le fait suivant :

  • 10 Gilibert J.-E., « Notice sur la vie et les travaux d’Antoine Dombey, médecin naturaliste », Recuei (...)

[…] je me rendois en Pologne, appelé par le plus instruit et le plus infortuné des Rois, je désirois voir les plantes rares de Suisse et surtout de converser avec savans Naturalistes de ces contrées ; occupé à disposer les espèces de ma dernière herborisation, je fus agréablement interrompu par les questions d’un Voyageur qui me dit : « Nous ne nous sommes jamais vus, mais nous nous connoissons, nous nous aimons. Les mêmes goûts, la même ambition nous conduisent vers deux points opposés du globe, vous vous rendez en Pologne, je pars pour le Pérou ; nous allons l’un et l’autre parcourir, au péril de notre vie, de vastes contrées, mais nous serons heureux si nous pouvons reculer les bornes d’une science qu’on ne peut aimer qu’avec passion10. »

9Notons aussi divers attitudes et degrés de sympathie envers les habitants. En outre, ces sentiments étaient souvent plus influencés par les sympathies politiques que par l’expérience du voyage. J.-E. Gilibert s’est livré, à plusieurs reprises, à un véritable éloge des habitants de la République des Deux Nations. Décrivant la chute de ces pays, il écrivit :

  • 11 Gilibert J.-E., Histoire des Plantes d’Europe ou élémens de botanique pratique, tome second, Amabl (...)

Toutes ces causes réunies ont donné des fers au plus ancien Peuple libre de l’Europe : et dans quel temps ? précisément à l’époque glorieuse où un autre Peuple, qui paroissoit façonné depuis tant de siècles à l’esclavage, a osé briser tout-à-coup des fers qui avoient été rivés pendant quinze siècles ; dans un temps où ce Peuple a non-seulement conquis la liberté la plus entière, mais délivré du joug des despotes presque tous les habitans des régions qui environnent ses limites ; dans un temps où, repoussant l’Europe entière coalisée pour le rendre de nouveau esclave, ce grand Peuple a su contenir les mécontens dans l’intérieur, étouffer toutes les factions, donner un essor prodigieux au Génie des Sciences et des Arts. Heureux ce Peuple, s’il sait garantir des causes destructives de la Liberté, qui ont, sous nos yeux conduit à l’esclavage une Nation jadis si brave, franche, gaie et ingénieuse ; qui, comme l’avoit remarqué l’Ambassadeur Français, Polignac, ressombloit, à tant égards, aux Français11 !

10J.-B. Bory de Saint-Vincent, dans la lettre envoyée de Varsovie à Léon Dufour, le 3 mai 1807, remarqua en revanche :

  • 12 Lauzun P., Correspondance de Bory de St Vincent, Maison d’édition et imprimerie moderne, Agen, 190 (...)

Pour moi jeté au milieu des barbares Sarmates, je serais toujours tenté de penser que la civilisation, à peine introduite chez ce peuple, n’a fait que le dégrader. Il n’a même plus les vertus féroces qui le firent un peu distinguer par les Romains. En vérité je ne crois pas qu’il soit au monde une plus vile et plus plate canaille que ces Polonais. Voilà donc pour quels gens nous nous battons. Au reste le caractère de paresse, d’orgueil, de fausseté, d’ignorance est presque commun à tous les catholiques12.

Décrire un pays peu connu

  • 13 Gilibert J.-E., Histoire des Plantes d’Europe ou élémens de botanique pratique, op. cit., t. 2, p. (...)

11La méconnaissance de la Pologne et de la Lituanie explique le fait qu’une grande partie des informations contenues dans les lettres et les notes ne sont que des descriptions géographiques, très élémentaires, des paysages, des rivières, des marais, des villages et des villes, des forêts, etc. Ceci n’empêche pas que, dans les mêmes sources, nous trouvions des informations d’une grande valeur scientifique comme les descriptions de la géologie et de la flore (dont le premier usage de la systématique linnéenne dans cette partie de l’Europe) de Guettard, les notes faunistiques, floristiques et médicinales de Gilibert, les mesures météorologiques ou la cartographie géologique, et beaucoup d’autres encore. C’est aussi grâce à J.-E. Guettard que nous connaissons de nombreux anciens noms vernaculaires polonais de plantes car il les notait sur ses listes des espèces observées en Pologne. Ces naturalistes avaient parfois conscience que leurs observations allaient à l’encontre de préjugés, Gilibert remarqua : « le climat en Lithuanie est rigoureux, mais il n’est pas aussi froid qu’on imagine13 ».

12L’économie du pays, tant les manufactures que l’agriculture, restait un des sujets de prédilection de ces écrits naturalistes. Gilibert décrivit, dans sa lettre à Vitet, la visite royale dans diverses fabriques dont la manufacture de draps et étoffes en soie, de dentelles, la fabrique de cierges et bougies, etc. Guettard s’intéressait particulièrement aux activités économiques liées aux ressources minéralogiques et géologiques ; nous lui devons par exemple les descriptions de nombreuses carrières, mais aussi des informations sur les perles d’eau douce, ou encore sur la manufacture des objets faits d’agates appartenant à la famille Radziwiłł en Lituanie.

13Tous les naturalistes français en Pologne et en Lituanie s’intéressaient à l’ambre. Ils la cherchaient et l’achetaient, décrivaient les inclusions d’animaux et de plantes, effectuaient des analyses chimiques, émettaient diverses hypothèses sur l’origine (supposant une résine fossilisée ou encore du miel pétrifié dans des conditions particulières), présentaient toute la chaîne de production de pêche et de récolte, en passant par la vente des pierres brutes, leur traitement par les tourneurs, la production des fausses pièces, allant jusqu’à l’analyse économique de cette branche de l’industrie.

14Dans les descriptions d’agriculture, c’est la différence avec la France qui attirait le plus l’attention de ces voyageurs. Gilibert remarqua que :

  • 14 Gilibert J.-E., ibid., t. 3, p. XXV-XXVI.

Le seigle est le fond de la nourriture, non-seulement des paysans, mais encore des gentilshommes, et nous pouvons assurer que ce pain de Seigle est beaucoup plus léger, beaucoup plus savoureux que celui qu’on fait en France avec le même grain ; au reste, ce pain à une propriété bien constaté en France et en Lithuanie, c’est qu’il se digère avec facilité, et ne constipe point. On ne cultive l’Orge en Lithuanie, que pour faire de la bière, et dans les terrains humides et argileux. Le froment y est rare. […] Après le seigle, le Froment et l’Orge, la récolte en menus grains, la plus spacieuse, est celle de Bled-Sarrasin, qui s’est si bien accommodé de ce climat, qu’on en trouve partout de spontanée14.

  • 15 Ibid., p. XXIX.

15Guettard décrivit les tentatives d’introduction en Pologne des mûriers blancs, il s’intéressa à la « tirsa », une plante des steppes dont les cosaques nourrissaient leurs chevaux ; à la culture et l’usage du pavot blanc et à la coutume de consommer les graines de cette plante par la noblesse de la République des Deux Nations. Les cultures de chanvre, de seigle et blé, de lin, la production d’hydromel, la consommation des fruits forestiers, l’usage des graines des choux sauvages pour produire de l’huile, la production du charbon de bois et de potasse à la base des arbres feuillus, reviennent dans les notes de la majorité de ces voyageurs. Gilibert remarqua que « Plusieurs plantes écrasées leur fournissent un suc doux et muqueux, qu’ils font fermenter, et dont ils retirent un esprit ardent et très vif. Nous ne citerons que la Berce ou l’Heracleum Sphondilium. On ne sauroit imaginer quelle quantité de ces eaux de vie des grains et autres peuvent boire impunément ces paysans15. »

16En décrivant les habitants de la République des Deux Nations, les voyageurs français remarquent toujours leur grande diversité culturelle, religieuse et ethnique. Outre les Polonais et Lituaniens, ils s’intéressaient aux Juifs, Tartares, Allemands, Ruthénes. Hacquet est le premier à décrire les Huculs et leurs coutumes. Guettard et Graffenauer décrivent les coutumes funéraires : la forme du cercueil, la tradition de deuil, la réception suivant l’enterrement, etc. Les voyageurs-naturalistes remarquent également un système politique anachronique avec une bourgeoisie citadine peu nombreuse, une administration qui marche très mal, une impossibilité de réformer l’État en raison des conflits d’intérêts et de la puissance de grandes familles aristocratiques. Guettard et Bory Saint-Vincent soulignent la faiblesse et le peu d’intérêt pour la culture scientifique. Nombreux aussi sont ceux qui remarquent la misère et le manque de liberté des paysans ; seul Gilibert semble juger leur situation différemment :

  • 16 Ibid., p. XX-XXI.

Ces paysans sont serfs ou enfants de la glèbe. Ils appartiennent tous à des maîtres ; mais leur sort en est-il plus malheureux ? À l’abri du besoin réel, s’ils perdent par quelque malheur leur maison, leurs bestiaux, si les récoltes manquent, leur maître est obligé de leur rebâtir des maisons, de remplacer leurs bestiaux, et de leur fournir des grains. Ce paysan a des terres qu’il transmet à ses enfants, et que le Seigneur ne peut lui enlever. Le plus pauvre a deux bœufs, deux vaches, un cheval et des cochons ; il possède au moins soixante bicherées de fonds. Ces faits posés, développons l’industrie des ces hommes si méprisables en apparence et si mal jugés par nos voyageurs, qui leur ont à peine accordé un instinct supérieur à celui des animaux16.

  • 17 Gilibert J.-E., Le Médecin naturaliste ou Observations de Médecine et d’Histoire Naturelle, Reyman (...)

17Ces voyageurs, souvent médecins de formation, s’intéressaient beaucoup aux problèmes de santé. La plique plica polonica, considérée comme une maladie endémique propre à la Pologne, fut ainsi le sujet de nombreux notes, travaux et lettres. Guettard laisse des notes sur l’état de la médecine en Pologne, les remèdes, les médecins, l’organisation des soins. Gilibert décrivit en détail l’épidémie de variole en 1778, à Grodno. Il remarque aussi un rapport entre les habitudes et la présence de certaines maladies : « Les Lithuaniens n’ont aucun égard à l’adoucissement du froid ; ils échauffent autant leurs fourneaux, lorsque le froid est à 0, que lorsque le froid est le plus vif. Cette chaleur de leurs chambres ne les empêche pas de sortir : aussi doit-on prévoir que les suppressions de transpiration sont fréquentes, que les rhumes, les catarres simples ou avec fièvres sont très communes17. »

18La cuisine est un autre sujet des écrits naturalistes. Les archives de l’Académie des Sciences à Paris conservent un manuscrit de Guettard intitulé Manière de préparer certains mets polonnois contenant des recettes de choux aigre, barszcz (bortch, soupe de betteraves), de queues d’écrevisses et de nombreuses sortes de pâtes. À titre d’exemple :

Pour faire les pâtes mêlées nommées vulgairement Kluski mieszane il faut prendre trois œufs et de la farine qu’il faut mesurer avec les coques d’œufs de sorte qu’il y ait autant d’œuf de Beurre de lait que de farine. Ensuite il faut battre le tout ensemble dans un plat de terre ou d’étain, en faire une pâte claire comme pour des Crêpes et les frire à petit feu dans une terrine en les mêlant toujours assez qu’elles ne brûlent. Lorsqu’elles deviennent dures il faut les verser dans un plat, ensuite battre autant d’œuf qu’auparavant et les fouetter comme de la pâte à choux les verser dans une terrine, les arroser de lait, ou de bouillon, et les laisser cuire un quart d’heure.

Animaux, animaux domestiques, animaux de compagnie

19Les animaux constituaient un des sujets majeurs de la correspondance et des notes des naturalistes. Aujourd’hui, notre attention est souvent attirée par les informations anecdotiques ou celles, qui, tout simplement, nous étonnent, comme l’existence de toute une culture d’élevage de chameaux en République des Deux Nations, vestige de plusieurs siècles de relations avec la Turquie et l’Orient. Nous ne devons cependant pas oublier qu’à la fin du XVIIIe et dans la première moitié du XIXe, les observations et les notes faites par les naturalistes français en Pologne et en Lituanie trouvaient leur place dans la discussion des plus importants problèmes de la biologie. Il ne s’agissait pas uniquement de la simple constatation d’une absence ou présence d’une telle ou autre espèce inconnue en France, mais plutôt de la discussion sur les aires de répartition et les relations entre les faunes européenne et nord-américaine. Les observations et les expériences de Gilibert sur le bison d’Europe constituaient une importante étape dans les études portant sur cette espèce et sur l’aurochs, mais aussi sur la domestication et les liens des animaux domestiques avec leurs ancêtres sauvages. Ses tentatives de croiser le bison avec le bovin domestique et ses descriptions d’une tradition lituanienne de croiser les chiens avec les loups, contribuaient à la réflexion sur la définition de la notion d’espèce et des limites de l’hybridation. Remarquons la postérité et l’importance de ses travaux : les observations au sujet des préférences alimentaires du bison d’Europe ont été utilisées, plus d’un siècle plus tard, lors de la restitution des populations des bisons, après la disparition, en 1919, de cette espèce. Parmi les informations utilisées par Tadeusz Vetulani dans ses recherches, faites entre les deux guerres, sur la race chevaline la plus proche du tarpan, dont le résultat est Konik polski, se trouvaient les observations de Hacquet au sujet des derniers tarpans dans les biens de Zamoyski. Les descriptions des races locales sont une précieuse source d’information à l’époque d’un retour vers les races rustiques et d’une politique de préservation du patrimoine génétique des animaux domestiques. La lettre de Hacquet à Cuvier est probablement la première description du cheval Hucul (dit « cheval barbet » des Carpates).

20Les écrits de Gilibert nous permettent de connaître les animaux de compagnie, le commerce de fourrure ou les traditions des chasses en Lituanie. Il mentionne souvent des animaux qui ne font plus partie de la faune de Lituanie et de Pologne :

  • 18 Gilibert J.-E., Abrégé du Système de la Nature de Linné, Histoire des Mammaires ou des Quadrupèdes (...)

Les peaux des gloutons étoient assez communes dans nos marchés de Lithuanie ; le poil m’en a paru doux et soyeux au tact ; on les emploie surtout pour faire des gants et pour faire garnir l’intérieur des bottes d’hiver. Cet animal est certainement indigène en Lithuanie ; j’en ai vu un individu chez un seigneur, qui étoit très-privé ; il avoit été pris très jeune dans ses forêts18.

  • 19 Ibid., p. 245.
  • 20 Ibid., p. 390.

21Ses remarques expliquent même la fameuse « présence » de l’ours blanc : « En voyageant en Lithuanie, j’ai vu constamment devant les lits des riches propriétaires, des peaux des ours blancs, mais on les fait venir du Nord ; je n’ai connu aucun qui ait vu dans leurs forêts ces ours blancs19. » Nous apprenons aussi beaucoup de ses écrits sur les traditions médicinales et croyances populaires : « Dans presque toutes les maisons, en Lithuanie, on conserve des bagues dont le chaton est rempli, par un fragment taillé, de corne du pied d’élan ; je peux assurer, d’après une foule d’épreuves dont j’ai été témoin, que cette amulette et la poudre de corne d’élan, n’ont jamais retardé d’un seul jour d’accès d’épilepsie20. » Et sur les bisons :

  • 21 Ibid., p. 436.

En Lithuanie on sale la chair, que l’on conserve sous l’eau dans des tonneaux. On la mange bouillie, et c’est une nourriture très saine et des plus agréables. Autrefois les rois de Pologne l’envoyaient en présent aux empereurs […]. On a remarqué que la peau du front, même préparée, conserve longtemps une odeur de musc ; d’où on peut conclure que l’assertion des anciens médecins lithuaniens, sur l’application de cette peau pour faciliter l’accouchement des femmes nerveuses, n’est pas aussi absurde21.

22Il décrivit aussi les causes de la diminution de la population des castors :

  • 22 Ibid., p. 306.

Les Lithuaniens mangent volontiers la chair du castor, qui, bien apprêtée, ne nous a pas paru désagréable, surtout les pattes et la queue, cuites sur le grille, et assaisonnées de pain râpé et de fines herbes, sont très délicates, étant assez grasses et muqueuses. Les peaux de castor servent à garnir, en Lithuanie, l’intérieur des bottes d’hiver ; c’est une bonne fourrure qui concentre bien la chaleur : on trouve en Lithuanie une variété de castors plus grands que les roux qui sont tout noirs […]. Les castors blancs ou bariolés de gris et de fauve, ne sont, suivant les chasseurs lithuaniens, que des variétés d’âge ; ils sont très rares, parce qu’on ne laisse pas vieillir ces animaux, vu qu’on leur donne perpétuellement la chasse pour avoir leur peau, et surtout le castoréum qui est préféré à celui de Canada22.

23Nous savons que « les seigneurs de Lithuanie » avaient pour animaux de compagnie notamment des marmottes des steppes, et qu’ils furent probablement les premiers à faire un élevage de souris blanches :

  • 23 Ibid., p. 321.

On trouve fréquemment en Lithuanie des souris blanches comme la neige, à l’iris des yeux rose. Les dames les élèvent ; elles deviennent assez familières pour connoître les personnes qui les nourissent. Dans cet état de domesticité, elles se propagent. Nous en avons conservé plusieurs années ; on les tient dans des boîtes. C’est un joli animal, très propre à poils doux et soyeux. […] Les souris élevées dans des boîtes, deviennent si familières, qu’elles mangent tranquillement dans le creux de la main. Les femmes les cachent dans leur sein, elles sortent de leur niche lorsqu’on les appelle23.

24Les ours tenaient une très importante place dans la culture de la République des Deux Nations :

  • 24 Ibid., p. 248.

En Lithuanie on chasse les ours de plusieurs manières ; la plus commune consiste à ouvrir une fosse dans l’endroit de la forêt où on a rencontré l’ours ; on couvre la fosse de branches sèches et cassantes ; on pose dessus ces branches des lits de gazon, et au centre un plat de miel ; l’ours alléché arrive, fait rompre par son poids branchage, et tombe dans la fosse. […]
Les Lithuaniens ont été de tout temps renommés pour l’éducation des ours : comme ces animaux, pris jeunes, deviennent doux et même caressans, ils leur apprennent à danser au son de la musette, etc. J’en ai vu d’assez bien dressé pour se tenir derrière leur maître debout lorsqu’il était à table, et qui au moindre commandement lui donnoit une assiette.
Un Seigneur de Lithuanie introduisit le grand général Braniski dans son salon, entre une haie de dix ours droits, et lui présentant les armes. Quelque brave qui fût le général, il s’arrêta un moment avant de traverser cette redoutable garde24.

Conclusion

25La période dont traite cet article est bien particulière dans l’histoire de la Pologne et de la Lituanie car, en 1795, l’État polono-lituanien, jadis une des plus grandes puissances, disparut de la carte de l’Europe après plus de quatre siècles d’existence. Les voyageurs-naturalistes français témoignèrent de ce déclin et décrivirent la nouvelle situation géopolitique. Un des ingénieurs, officier napoléonien, écrivit dans un rapport de renseignement militaire avant l’offensive de 1812, conservé aux archives de la Défense à Vincennes, que malgré quinze ans passés depuis la fin de la République des Deux Nations, personne n’acceptait de se soumettre aux autorités russes en Lituanie et que l’armée française pouvait compter sur le soutien entier des populations. Néanmoins, une grande partie de ces témoignages présente une image du monde qui était en train de disparaître. Grâce aux naturalistes français, nous disposons également d’une riche documentation sur les anciennes coutumes. Il est difficile – pour ne dire pas presque impossible – de retrouver ailleurs de telles informations, par exemple sur le dressage des ours, l’élevage des souris blanches ou encore l’usage de berce dans la production des breuvages ou comme légume. La description détaillée de ces traditions ainsi qu’une attention particulière portée aux ressources naturelles et à leur exploitation peut être un trait commun distinguant les voyageurs naturalistes des autres voyageurs, par ailleurs bien décrits dans le livre de Marty sur les voyageurs français en Pologne. Nous pouvons aussi constater que ces notes, écrits et correspondances des naturalistes, bien qu’ils constituent une précieuse source d’information, restent souvent inconnus des historiens. Par ailleurs, ce n’est pas un fait nouveau, remarquons que les écrits de Guettard et de Gilibert n’étaient cités aux XIXe et XXe siècles que par des naturalistes. Ceci semble confirmer le fait que le phénomène des « deux cultures » décrit par Snow n’est pas une nouveauté à notre époque.

Bibliographie

Bibliographie

Cuvier G., Recherches sur les ossemens fossiles de quadrupèdes, où l’on rétablit les caractères de plusieurs espèces d’animaux que les révolutions du globe paraissent avoir détruites, tome IV, Deterville, Paris, 1812.

Daszkiewicz P., « La caille de Pologne et l’ours de Lituanie ‒ la faune de Pologne dans l’œuvre de Buffon », Annales du Centre Scientifique de l’Académie Polonaise des Sciences à Paris, no spécial 3, « Buffon (1707-1788) et la Pologne : actes du colloque franco-polonais à l’occasion du 300e anniversaire de sa naissance tenu à Paris le 8 juin 2007 », p. 77-96.

Dubois de Jancigny J.-B., Essai sur l’histoire littéraire de Pologne. Réflexions générales sur les progrès des sciences et des arts, histoire naturelle et géographie, G. J. Decker, imprimeur du Roi, Berlin, 1778.

Gilibert J.-E., « Notice sur la vie et les travaux d’Antoine Dombey, médecin naturaliste », Recueil des Actes de la Société de Santé de Lyon, 1798, p. 453-464.

Gilibert J.-E., Le Médecin naturaliste ou Observations de Médecine et d’Histoire Naturelle, Reymann et Compagnie, Lyon, 1800.

Gilibert J.-E., Abrégé du Système de la Nature de Linné, Histoire des Mammaires ou des Quadrupèdes et Cetacées, chez l’éditeur, Lyon, 1805.

Gilibert J.-E., Histoire des Plantes d’Europe ou élémens de botanique pratique, tome second, Amable Leroy, Lyon, 1798 et Tome troisième, 1806.

Graffenauer, J.-P., Lettres écrites en Allemagne, en Prusse et en Pologne dans les années 1805, 6, 7 et 8, Amand Koenig Paris – Strasbourg, 1809.

Guettard J.-E., Mémoire sur la nature du terrain de la Pologne et des minéraux qu’il renferme. Première Partie. Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, 1764, p. 234-257 et p. 293-336.

Laissus Y., « Les voyageurs naturalistes du Jardin du roi et du Muséum d’histoire naturelle : essai de portrait-robot afin de dégager un certain nombre de traits, caractéristiques de la formation, des moyens ou de la personnalité de ces voyageurs et qui permettent de mesurer mieux la valeur et les limites de leur action », Revue d’histoire des sciences, Vol. 34, no 3-4, p. 259-317.

Lauzun P., Correspondance de Bory de St Vincent, Maison d’édition et imprimerie moderne, Agen, 1908-1912.

Marty M., Voyageurs français en Pologne dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : écriture, Lumières et altérité, Honoré Champion, Paris, 2004.

Annexes

Annexes

1 – Lettre de Balthasar Hacquet à Cuvier. Bibliothèque Centrale du Muséum National d’Histoire Naturelle. Ms 634. La lettre contient le dessin de la corne fossile trouvée par Hacquet à Szczebrzeszyn.

2 – Imprimé joint par Gilibert à sa lettre à Jussieu. Bibliothèque Centrale du Muséum National d’Histoire Naturelle. Ms CRY 503/642-643

3 – Notes de Guettard, Bibliothèque Centrale du Muséum National d’Histoire Naturelle. Ms 2184.

5 – Chaumière de Bialowieza de Jakub Sokołowski (vers 1821). Muséum National, Cracovie.

6 – Portrait d’Auguste Dejean (1780 – 1845)

Notes

1 Guettard J.-E., Mémoire sur la nature du terrain de la Pologne et des minéraux qu’il renferme. Première Partie. Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, 1764, p. 234.

2 Dubois de Jancigny J.-B., Essai sur l’histoire littéraire de Pologne. Réflexions générales sur les progrès des sciences et des arts, histoire naturelle et géographie, Berlin, G. J. Decker, imprimeur du Roi, 1778, p. 333.

3 Fonds René Antoine Ferchault de Réaumur 69/J, les lettres de Bielinski (comte F.), côte 66/8, Archives de l’Académie des Sciences à Paris,

4 Daszkiewicz P., « La caille de Pologne et l’ours de Lituanie - la faune de Pologne dans l’œuvre de Buffon », Annales du Centre Scientifique de l’Académie Polonaise des Sciences à Paris, no spécial 3, « Buffon (1707-1788) et la Pologne : actes du colloque franco-polonais à l’occasion du 300e anniversaire de sa naissance tenu à Paris le 8 juin 2007 », p. 87.

5 Cette lettre est disponible en ligne sur les pages du Centre Scientifique de l’Académie Polonaise des Sciences à Paris http://www.academie-polonaise.org/images/stories/pliki/PDF/Roczniki/R12/gilibertvitet.pdf

6 Tome IV, p. 50.

7 Bibliothèque Centrale du Muséum National d’Histoire naturelle, côte Ms 2184.

8 Laissus Y., « Les voyageurs naturalistes du Jardin du roi et du Muséum d’histoire naturelle : essai de portrait-robot afin de dégager un certain nombre de traits, caractéristiques de la formation, des moyens ou de la personnalité de ces voyageurs et qui permettent de mesurer mieux la valeur et les limites de leur action », Revue d’histoire des sciences, vol. 34, no 3-4, p. 262.

9 On peut trouver parfois des informations particulièrement intéressantes sur la Pologne et la Lituanie, même dans des lettres de naturalistes qui n’ont jamais mis les pieds dans cette partie de l’Europe. Philippe Picot de Lapeyrouse (1744-1818), naturaliste toulousain et riche mécène des sciences, correspondait avec Antoine Gouan (1733-1821) de Montpellier (le roi acheta son herbier sur la demande de Gilibert) et Jean Hermann (1738-1800) de Strasbourg au sujet des collections naturalistes et du cabinet du roi à Varsovie (Bibliothèque Centrale du Muséum, côte Ms 1990-1994).

10 Gilibert J.-E., « Notice sur la vie et les travaux d’Antoine Dombey, médecin naturaliste », Recueil des Actes de la Société de Santé de Lyon, 1798, p. 457

11 Gilibert J.-E., Histoire des Plantes d’Europe ou élémens de botanique pratique, tome second, Amable Leroy, Lyon, 1798, p. XIV-XV.

12 Lauzun P., Correspondance de Bory de St Vincent, Maison d’édition et imprimerie moderne, Agen, 1908-1912, p. 112.

13 Gilibert J.-E., Histoire des Plantes d’Europe ou élémens de botanique pratique, op. cit., t. 2, p. VI.

14 Gilibert J.-E., ibid., t. 3, p. XXV-XXVI.

15 Ibid., p. XXIX.

16 Ibid., p. XX-XXI.

17 Gilibert J.-E., Le Médecin naturaliste ou Observations de Médecine et d’Histoire Naturelle, Reymann et Compagnie, Lyon, 1800, p. 103.

18 Gilibert J.-E., Abrégé du Système de la Nature de Linné, Histoire des Mammaires ou des Quadrupèdes et Cetacées, chez l’éditeur, Lyon, 1805, p. 259.

19 Ibid., p. 245.

20 Ibid., p. 390.

21 Ibid., p. 436.

22 Ibid., p. 306.

23 Ibid., p. 321.

24 Ibid., p. 248.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/55370/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/55370/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende 1 – Lettre de Balthasar Hacquet à Cuvier. Bibliothèque Centrale du Muséum National d’Histoire Naturelle. Ms 634. La lettre contient le dessin de la corne fossile trouvée par Hacquet à Szczebrzeszyn.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/55370/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende 2 – Imprimé joint par Gilibert à sa lettre à Jussieu. Bibliothèque Centrale du Muséum National d’Histoire Naturelle. Ms CRY 503/642-643
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/55370/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende 3 – Notes de Guettard, Bibliothèque Centrale du Muséum National d’Histoire Naturelle. Ms 2184.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/55370/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende 4 –
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/55370/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Légende 5 – Chaumière de Bialowieza de Jakub Sokołowski (vers 1821). Muséum National, Cracovie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/55370/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 6 – Portrait d’Auguste Dejean (1780 – 1845)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/55370/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 91k

Auteur

Piotr Daszkiewicz, après avoir exercé comme chercheur en Génétique et en Dendrologie en Pologne, est depuis 1993 Chargé de mission scientifique au Muséum national d’Histoire naturelle. Il a soutenu en 2001 une thèse sur l’histoire de l’introduction du pin de Riga en France. Collaborateur des institutions d’émigration polonaise (dont Kultura de l’Institut Littéraire à Maison Laffitte) et depuis 1993 du Centre Scientifique de l’Académie Polonaise des Sciences à Paris

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540