Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondances d'érudits au xviiie et xixe siècles

 | 
Marie-France de Palacio

Deuxième partie. Autour de l'émigration polonaise

Romain Rolland et M. K. Čiurlionis

Bernard Duchatelet

Texte intégral

Qui sont-ils ?

1Présentons d’abord rapidement les deux hommes.

  • 1 Rolland R., L’Esprit libre, Paris, Albin Michel, 1953, p. 33. Notons que Rolland utilise l’ancienne (...)

2Romain Rolland, né en 1866, après l’École normale supérieure, l’agrégation d’histoire et ses thèses consacrées, l’une aux Origines du théâtre lyrique, l’autre à la Décadence de la peinture italienne au XVIe siècle, commence une carrière universitaire comme historien des arts. Parallèlement, il se consacre à ce qui lui paraît essentiel : faire œuvre d’écrivain. Il commence par des pièces de théâtre, particulièrement consacrées à la Révolution (Les Loups, Danton, Le 14 juillet), poursuit par quelques biographies (Millet, Beethoven, Michel-Ange, Haendel, Tolstoï), tout en écrivant son grand roman, Jean-Christophe, œuvre qui le tient de 1903 à 1912. Une des visées de ce roman est de peindre l’état de trois pays de l’Europe, la France, l’Allemagne et l’Italie, et surtout d’éviter le conflit entre les deux premiers, en facilitant leur rapprochement. Mais l’histoire est plus forte que les efforts des hommes et ce fut la guerre de 1914. Alors en Suisse, non mobilisable, Rolland décide de rester dans ce pays, d’où il pouvait mieux juger l’attitude des belligérants. Très affecté par cette guerre, il prit une position mal comprise, avec son article, puis son livre, qui en reprenait le titre, Au-dessus de la mêlée. Blessé par les attaques dont il était l’objet, il se résolut au silence en 1915 pour prendre du recul. Comme il l’expliquera plus tard : « On comprendra que j’aie pu, en ces jours, tourner le dos à cette humanité, et lui préférer ma bonne compagne délaissée – la musique. » Et Rolland d’ajouter : « D’autres refuges d’art et de pensée s’ouvraient à moi, en ces temps », parmi lesquels « en mars 1915, la découverte des visions symphoniques du génial peintre lithuanien Čiurlionis1 ».

3Qui est donc ce Mikalojus Konstantinas Čiurlionis ? Il est né en 1875 en Lituanie, alors intégrée à l’empire russe. Très jeune, il étudie la musique. À 15 ans le voici au Conservatoire de Varsovie, où il poursuit son éducation musicale. Durant ces années d’études il compose de nombreuses partitions ; il acquiert aussi une vaste culture générale, manifestant de l’intérêt pour la littérature, la philosophie, la cosmologie et l’histoire ancienne, particulièrement les civilisations antiques de l’Égypte et son culte du soleil. En 1901 il entre au Conservatoire de Leipzig, où il fait preuve d’une grande activité de compositeur. Parallèlement, il suit les leçons du célèbre psychologue et philosophe Wundt (1832-1920) et, comme sa génération, il se passionne pour les sciences occultes. En 1902, il revient à Varsovie pour étudier à l’École des Beaux-Arts. Dès lors, il s’adonne à la peinture avec frénésie. Il mène conjointement une double carrière de compositeur et de peintre, avant que cette dernière ne prenne bientôt le dessus. Il transcrit son inspiration musicale dans des compositions colorées, pénétrées d’une vision du monde mystique et apocalyptique, où le soleil de l’Égypte tient un grand rôle. Lors de l’exposition de l’École des Beaux-Arts de Varsovie, dans les locaux de l’Académie de Saint-Pétersbourg en 1906, ses œuvres, à la limite de la peinture figurative et abstraite, attirent l’attention. Il expose dès lors à Vilnius, où il revient. Mais il s’y sent incompris et, en 1909, il retourne à Saint-Pétersbourg. Ses conditions de vie sont difficiles et, en outre, il connaît des problèmes de santé à la suite de surmenage. Il meurt à Varsovie en 1911. Il ne connaîtra qu’une gloire posthume.

  • 2 Pour une meilleure connaissance de Čiurlionis voir le no 3 des Cahiers lituaniens (automne 2002), q (...)

4Comme musicien il laisse quelque 300 compositions dans des domaines variés, l’une de ses plus connues étant le poème symphonique La Mer (1903-1907). En peinture il crée au moins le même nombre de tableaux, dont un triptyque abordant aussi le thème de la mer, intitulé Sonate de la mer (1908). Il créera plusieurs cycles de tableaux, dont La Création du monde (13 tableaux) et Le Zodiaque (12 tableaux)2.

La découverte de Čiurlionis par Rolland

5Les deux personnages ayant été rapidement présentés, revenons à la découverte de Čiurlionis par Rolland. En mars 1915, ce dernier note dans son Journal :

  • 3 Rolland R., Journal des années de guerre, 1914-1919, Paris, Albin Michel, 1966, p. 305.

Kartzewski me révèle un peintre letton, mort prématurément, Tchurlanis (ou Tschourlanis). La revue Apollon de Petrograd a publié dans son n ° 3 (mars) de 1914, une série de ses œuvres reproduites. De saisissantes visions, comme au seuil du sommeil, les yeux clos, quand on se sent choir dans le vide, des paysages intellectuels avec un sentiment vertigineux de l’espace. Plusieurs sont des « Sonates » en quatre parties, dont les images évoquent non seulement des intuitions musicales, mais le rythme de leur développement. J’en suis hanté, une partie de la nuit et de la matinée suivantes3.

6Passons sur les quelques erreurs. Il ne s’agit pas d’un peintre letton, mais d’un lituanien. Le nom indiqué en français dans la revue est « Tschourlianis ».

  • 4 L’ensemble des nos de la revue est mis en ligne : [http://www.v-ivanov.it/vokrug-ivanova/zhurnal-ap (...)

7Cette revue Apollon était éditée à Petrograd. Son premier numéro date de 1909 et elle durera jusqu’en 19174. Revue pluridisciplinaire, elle a été créée par des artistes, des poètes, des hommes de lettres groupés autour du peintre Alexandre Benois (1870-1960) et du poète Serge Makovski (1877-1962). Maximilian Volochine (1877-1932) participa aussi à la mise en route de la revue, qui, d’abord littéraire, accorda vite une part importante aux arts plastiques. Maurice Denis (1870-1943) en fut un des collaborateurs dès le premier numéro d’octobre 1909 ; dans le no 2 (novembre 1909) et le no 6 (mars 1910) on trouve quelques reproductions de ses peintures. Ce fut une importante revue qui s’intéressait au symbolisme. Volochine y présenta Claudel, traduisant une des Grandes Odes, « Les Muses », et aussi Le Repos du Septième jour.

  • 5 Ivanov W., « Čiurlionis et le problème de la synthèse des arts », Apollon, mars 1914, p. 6-20. Vale (...)

8Le numéro de mars 1914 de la revue (80 pages) est entièrement consacré à Čiurlionis, présentant plusieurs de ses peintures accompagnés de deux articles : le premier de Wenceslas Ivanov (1866-1949) : « Čiurlionis et le problème de la synthèse des arts5 », le second de Valerian Chudowski (1872-1919) : « Le poète de la ligne verticale », que peut-être Rolland s’est fait traduire, ne serait-ce que rapidement. Ivanov salue un art qui est « une tentative pour créer la synthèse de la musique et de la peinture avec le développement des thèmes à l’instar des modes musicaux ». Si la source de cette peinture est la réalité visuelle du monde ordinaire, la perception visuelle est traitée selon un principe dérivé de la musique. Chudowski, quant à lui, montre combien le monde de Čiurlionis, empreint de confiance et d’harmonie, apporte une leçon de beauté et d’optimisme. Il présente le peintre comme un « occultiste intuitif » : un artiste en quête de la Vie et de la Vérité, mais non d’un système. Čiurlionis ne peint pas des concepts abstraits, mais leur incarnation dans le visible. L’œuvre vit de sa vie propre sans renvoyer, à la manière d’un signal ou d’un hiéroglyphe, à quelque chose d’autre.

9Parmi les nombreuses peintures reproduites dans le cours des articles, en noir et blanc, bien sûr, à l’époque, figurent les quatre tableaux de la sonate no 3, la Sonate du Serpent (allegro, andante, scherzo et finale), l’important Cycle du Zodiaque, plusieurs tableaux et d’autres sonates, dont la sonate no 5, la Sonate de la mer.

  • 6 Voir la reproduction de ce Cycle du Zodiaque dans les Annexes, p. 101.

10On trouvera en annexe le Cycle du Zodiaque, considéré comme une des œuvres majeures du peintre6. L’ensemble de ces douze tableaux, dont l’étrangeté frappe le spectateur, est une libre interprétation plastique des signes traditionnels du Zodiaque. Les compositions de cette fantaisie cosmique sont construites selon le procédé – typique chez Čiurlionis – de la personnification des phénomènes de la nature. On remarquera que chaque tableau comporte le signe astrologique correspondant.

11Mais revenons à Rolland. Il a donc découvert le peintre en 1915. Trois ans plus tard, dans une lettre du 12 février 1918, il en reparle à son ami le peintre Gaston Thiesson (1882-1920), en termes dithyrambiques :

  • 7 Correspondance Romain Rolland ~ Gaston Thiesson (1915-1919), thèse soutenue par Roland Roudil, univ (...)

Connaissez-vous un artiste russe (de Vilna), mort en 1910, vers la quarantaine, – Tschourlianis ? un homme extraordinaire, peintre et musicien, d’une maîtrise hallucinée, qui rêvait des sortes de paysages polyphoniques, sur plusieurs plans superposés qui se relient, par d’étranges floraisons, – comme de vastes étendues océaniques avec leurs profondeurs, de larges accords avec leurs résonances. Il a fait des séries de tableaux qu’il appelle Sonates. Un ensemble de peintures sur les signes du Zodiaque. – La Russie est elle-même un Océan. Le seul en Europe, dont les abîmes n’aient pas été encore explorés. Quelle faune curieuse cache encore dans son gouffre d’humanité le pays de Dostoïevski ! J’en connais déjà quelques spécimens, sans analogie dans aucun autre pays. – Mais peut-être les analogies seraient-elles avec le monde de l’Est7.

La peinture musicale de Čiurlionis

  • 8 Voir la reproduction du tableau dans les Annexes, p. 102.
  • 9 Mark Etkind, dans sa monographie sur Čiurlionis Le Monde comme une grande symphonie (publiée en rus (...)

12Voyons maintenant un exemple de ces fameuses sonates bâties sur une structure cyclique en trois ou quatre mouvements, celle qui est la plus souvent citée : la Sonate de la Mer, elle aussi présentée dans Apollon8. Les trois tableaux correspondent à trois mouvements. Mark Etkind (1925-1979), historien et critique d’art, la présente ainsi : « Le programme de la sonate picturale est comme une échelle des émotions : il se développe à partir de l’agitation d’un matin de tempête (Allegro), en passant par la vie énigmatique du monde sous-marin et le silence nocturne (Andante) pour aboutir à la sauvage orgie et à la danse macabre de vagues gigantesques (Finale)9. »

13Ainsi, dans sa peinture, Čiurlionis introduit un principe de composition musicale : ce n’est pas chez lui un artifice, ni même un simple procédé technique, mais une démarche en profond accord avec le sens de sa quête créatrice ; il y a une unité en profondeur entre l’inspiration musicale et picturale. Il s’agit d’hallucinations visionnaires, de l’autre côté de la nature réelle. La forme picturale originaire, tirée de la réalité, s’éloigne peu à peu de celle-ci pour atteindre le domaine de formes fantastiques, par exemple, ici, dans l’allegro et le finale. Dans son article, Wenceslas Ivanov était particulièrement sensible au profond sentiment cosmique qui se dégage de ces peintures et au lien qu’elles entretenaient entre notre univers et d’autres mondes.

  • 10 Voir la reproduction du tableau dans les Annexes, p. 102.

14Des tableaux que Čiurlionis appelle « sonates », voici un autre exemple, le premier mouvement, allegro, de la Sonate du printemps10. Celle-ci comporte, en fait, quatre tableaux correspondant à quatre parties, allegro, andante, scherzo, finale, reliées par un coloris de fond jaune-doré et finit par créer un paysage fantastique. Le premier tableau, ici présenté, a la structure traditionnelle d’un allegro de sonate, en trois parties. On y distingue nettement trois niveaux. En bas, l’exposition du motif, tiré de formes naturelles simples : quelques arbres peu élevés, qui se reflètent chacun dans un petit lac. Ce groupe « en silhouette » constitue le thème musicalo-pictural fondamental. La partie centrale de la composition reprend le thème, dans une autre perspective, et se présente comme une élaboration complexe du thème initial. Le vent a surgi ; s’élevant selon la diagonale des collines, il arrache les feuilles des arbres, qui se courbent vers la terre. Le troisième niveau, le haut du tableau, reprend le thème initial, mais avec une sonorité plus intensive : tout tend vers le ciel, vers la lumière : du jaune pâle le peintre est passé au jaune doré.

Raisons de l’intérêt de Rolland pour Čiurlionis

15Pourquoi Rolland a-t-il été à ce point intéressé par Čiurlionis et en parle-t-il à Thiesson ?

16Rappelons d’abord que depuis longtemps il a réfléchi à la question de la synthèse des arts, ne serait-ce que dans sa thèse sur les origines du théâtre lyrique, qui mêle parole chantée et musique ; sa passion juvénile pour les grands opéras de Wagner, Lohengrin, L’Anneau du Nibelung, Parsifal, l’y a aussi rendu sensible. Il a lui-même rêvé à un possible « roman musical » et son Jean-Christophe tente parfois d’opérer la synthèse entre roman et musique.

  • 11 Voir Youssofi A., Correspondance entre Romain Rolland et Gaston Thiesson (1912-1914), mémoire de DE (...)
  • 12 Rolland R., Le Cloître de la rue d’Ulm, Avant-propos d’André George, « Cahiers Romain Rolland », no(...)

17S’il parle de Čiurlionis à Thiesson, c’est qu’il s’adresse à un peintre avec qui il a déjà longtemps discuté sur la peinture de son époque et avec qui il a entretenu, juste avant la guerre, une correspondance sur la question11. Il a visité, en 1912, nombre de galeries et de collections, particulièrement celle de Durand-Ruel. À la différence de Thiesson, Rolland n’aime pas Cézanne ; il lui préfère Renoir et surtout Monet, qu’il avait découvert lorsqu’il était rue d’Ulm et qu’il qualifiait alors de « fougueux musicien12 », et dont, en 1912, il fait l’éloge dans son journal :

  • 13 Rolland R., De Jean-Christophe à Colas Breugnon, pages de journal, préface de Jérôme et Jean Tharau (...)

Je le regarde comme le plus grand poète de la peinture française, qui va toujours en s’élevant, du réalisme vibrant des paysages précis aux purs rêves de lumière. C’est une sorte de Shakespeare ou de Shelley. Il met l’éternité dans une seconde de vie, et, maître de la vie, il finit par créer avec elle des poèmes hallucinés, éblouissants et vertigineux comme des rêves d’Orient13.

  • 14 Rolland R., Jean-Christophe, Paris, Albin Michel, 1966, p. 954.

18Il est alors enthousiasmé par les impressionnistes, qu’il évoquait déjà dans un volume de Jean-Christophe, Dans la maison : ils « avaient ouvert à l’œil un monde nouveau, – Christophes Colombs de la lumière14 ». Et à propos du Salon d’automne de 1912, dont il rend compte dans la Bibliothèque universelle et Revue suisse, il se dira « frappé de la grandeur et de la nouveauté du mouvement – un Nouveau Monde de l’œil et de l’esprit ». Il y parle évidemment de Monet :

  • 15 Rolland R., « Chronique parisienne », Bibliothèque universelle et Revue suisse, janvier 1913, p. 17 (...)

Il crée, avec ses amis, une langue nouvelle, une palette simplifiée, composée de sept ou huit couleurs, les plus proches de celles du spectre solaire ; il décompose les teintes, il multiplie les éléments, il use d’une polyphonie de touches bigarrées, croisées, juxtaposées. Et avec cet orchestre lumineux, il entonne un hymne intarissable au soleil. Toute son œuvre n’est qu’une suite d’odes enivrées, à la gloire de la lumière15.

  • 16 Voir à ce sujet : Duchatelet B., « De l’admiration de Romain Rolland pour Claude Monet », Cahiers d (...)

19« Polyphonie », « orchestre lumineux » « hymne intarissable au soleil », tels sont les termes utilisés pour qualifier la peinture de Monet16… Rolland n’hésite pas à associer peinture et musique.

  • 17 D’après la copie dactylographie faite à partir d’une photocopie de l’original (Fonds Romain Rolland (...)

20Et voici qu’avec Čiurlionis, il découvre encore un autre monde, un nouveau Christophe Colomb, comme en témoigne une lettre écrite à la veuve de ce peintre-musicien. Celle-ci, ayant appris par Camille Drevet (1880-1969), militante féministe et pacifiste, qu’elle rencontra à Genève, que Rolland s’intéressait aux œuvres de son mari, elle lui écrivit le 21 mars 1930, et lui fit parvenir quelques partitions et reproductions d’œuvres. Elle l’invitait à venir en Lituanie et se proposait de lui procurer quelques livres sur ce pays. À quoi Rolland répondit le 10 avril 193017, rappelant l’heureuse découverte de 1915 :

  • 18 Чурляниc par Б. А. Лемана : B. A. Leman, Čiurlionis, Petrograd, éd. N. I. Boutkovskaïa, 1912, 28 p.
  • 19 Šalkauskis S., Sur les confins des deux mondes essai synthétique sur le problème de la civilisation (...)

Villeneuve (Vaud) Villa Olga
10 avril 1930
Chère Madame
Je vous suis infiniment reconnaissant de votre lettre et de votre précieux envoi. Voici une quinzaine d’années que j’avais, soudainement, fait la rencontre de Čiurlionis, (dans les pages d’une revue russe : je crois qu’elle s’appelait Apollon) ; et ç’avait été pour moi un coup de foudre.
Je n’avais cessé de rechercher, depuis, même pendant la guerre, les moyens de le connaître mieux. Et ce n’était point facile. J’avais pu cependant mettre la main sur deux volumes, contenant des productions de ses œuvres,
– l’un : Чурляниc par Б. А. Лемана [Tschournalis par B. A. Leman]18.
– l’autre : Sur les confins de deux mondes, par Stasys Šalkauskis19. – Les livres que vous avez la bonté de m’envoyer, complètent excellemment ces aperçus.
Je ne saurais vous dire combien je suis pénétré par cet art vraiment magique, qui a su enrichir – non seulement la peinture – mais la vision humaine, de la polyphonie et de la rythmique musicale (ces contrepoints et ces fugues). Quels ne pourraient être les développements d’une si féconde découverte, dans la peinture des grands 126 bernard Duchatelet espaces, dans la fresque monumentale ! C’est un Nouveau Continent de l’esprit, dont Čiurlionis reste le Christophe Colomb.
Un des traits qui m’ont frappé dans beaucoup de ses compositions, c’est la vue qui plane, du faîte d’une tour, ou d’une muraille vertigineuse, sur d’immenses étendues. Je me demande ce qui a pu donner naissance à ces impressions, dans un pays comme le vôtre qui, je crois, ne lui fournissait pas ces motifs escarpés. J’imagine qu’il devait être lui-même sujet au vertige et à ces sortes de sensations de vol plané – comme on en a quelque fois au moment de s’endormir.
A-t-il écrit ses impressions ? Un journal ?
– Pour sa musique, je ne puis trop vous remercier de me fournir les moyens de la connaître enfin. – Les livraisons que vous m’avez envoyées paraissent d’époques bien différentes. On y remarque diverses influences. Ce qui m’a semblé le plus original, ce sont les 7 Préludes et Fugue. On y sent passer des remous de l’atmosphère dans les forêts et sur les plaines. Je souhaite de connaître, un jour, la symphonie : La Mer.
– Je ne puis malheureusement voyager facilement : car ma santé est très chancelante. Je le regrette beaucoup.
Veuillez agréer, chère Madame, l’assurance de ma respectueuse sympathie.
Romain Rolland

Je m’aperçois que la date de ma lettre est celle d’un anniversaire qui nous est cher. Je m’associe respectueusement à vos souvenirs.
P. S. Strawinsky m’avait aussi parlé avec sympathie des œuvres de Čiurlionis. Il possédait, m’a-t-il dit, une de ses peintures.
Croyez que Kaunas et son musée eussent été pour moi un lieu de pèlerinage ; et j’aurais eu grande joie à venir vous saluer. Je veux espérer que, malgré tout, l’occasion se présentera pour moi de voir, un jour, votre antique Lithuanie, dont le nom est pour nous tous évocateur de tant de mystères. J’adresse ma fervente sympathie à l’héroïque peuple paysan, qui a su sauver, au prix de combats et de souffrances séculaires, son âme libre et sa langue harmonieuse aux amples déroulements.

21Quels livres ont-ils été envoyés ? Difficile de le dire. Quant aux partitions, il s’agit sans doute de celles que conserve le Département de la Musique à la Bibliothèque nationale de France, parmi lesquelles se trouvent, effectivement, les 7 Préludes et Fugue pour piano, ainsi que des Chants folkloriques.

  • 20 Rolland R., « La lumière du soleil », article publié dans Schweizerische Instrumentalmusik, 25, 193 (...)

22Cette lettre nous montre que Rolland, à coup sûr, ne s’est pas contenté d’un emballement passager. Il a poursuivi sa quête en se procurant des volumes concernant Čiurlionis. Et les questions qu’il pose (« A-t-il écrit ses impressions ? Un journal ? ») prouvent bien l’intérêt qu’il lui porte. Elles indiquent aussi à quel point il se soucie de la biographie d’un artiste pour en mieux comprendre l’œuvre. Que l’on lise ses articles ou ses ouvrages sur Berlioz, Haendel, Beethoven, par exemple, pour s’en convaincre. C’est d’ailleurs chez lui non seulement une pratique, mais une théorie, ainsi qu’il le proclame dans un article de 1936 : « J’attache un grand prix à la biographie des artistes. […] Il faut étudier l’œuvre dans l’homme, l’art dans l’artiste : ils ne se distinguent point20. »

  • 21 Les deux lettres de Mme Čiurlionis sont conservées dans le Fonds Romain Rolland (Bibliothèque natio (...)

23Son désir sera exaucé. La correspondance, en effet, se poursuivit. Le 25 mai, dans une autre lettre, Mme Čiurlionis revenait à la charge ; elle souhaite voir Rolland en Lituanie : elle lui ferait les honneurs de la « Galerie Čiurlionis » à Kaunas ; elle explique que, malgré l’insistance d’Ivanov, elle n’a pu se décider à écrire sur son mari ; mais elle est prête à en parler à Rolland de vive voix ; elle se propose de venir à Villeneuve en septembre, lors d’un prochain séjour à Genève (elle faisait partie de la délégation lituanienne à la Société des Nations)21. Effectivement, elle est allée à Villeneuve rendre visite à Rolland. Elle lui a offert deux reproductions du cycle « Zodiaque », « Sagittaire » et « Vierge ».

24Voici le récit qu’en fait Rolland dans son Journal :

28 septembre. – Mme Sophie Čiurlionis, venue de Genève, où elle est déléguée de Lithuanie à la Société des nations. J’ai correspondu déjà avec elle, au sujet de son mari, le génial peintre, dont l’œuvre entrevue par moi, au travers de reproductions imparfaites, m’a fasciné, dans les premiers mois de la guerre.
Il était mort peu avant, en 1911, à 36 ans.
Mme Č. a la quarantaine, le visage rond et rustique, clair et souriant ; elle parle assez bien le français ; elle est lectrice de langue et littérature lithuanienne à l’université de Kaunas (l’unique ville importante du vieux petit pays passé de 40 000 âmes à un peu plus de 100 000). – Je l’interroge sur son mari. Je dis la ressemblance que j’ai trouvée entre ses traits et ceux de Nietzsche. Elle dit que l’unique photographie, d’après laquelle on le connaît, est exacte, mais ne reflète pas son expression habituelle qui était douce, assez gaie, calme, souriante. Il travaillait sans relâche, jour et nuit, couvrant de ses peintures l’envers des toiles déjà peintes.
Il disait : – « je dois me hâter. Je n’aurai pas le temps de tout exprimer. » – il disait encore : – « même s’il ne me venait plus d’idées nouvelles ; il me faudrait quarante ans pour exprimer toutes celles que j’ai dans la tête. »
Il était pénétré de l’esprit de la musique, qu’il trouvait le plus beau de tous, le plus parfait. On sait qu’il a introduit la forme sonate en ses peintures. Il disait qu’elle n’aurait pas moins de beaux résultats en poésie. – Je n’arrive pas à me faire expliquer d’où lui est venue son extraordinaire obsession des vastes étendues survolées en planant, comme du faîte d’une montagne à pic ou d’une tour. Il n’a guère voyagé qu’en pays allemands et russes ; et la terre de Lithuanie est basse, avec des collines. Je découvre, à la fin, inutilement, qu’il a pourtant été au Caucase ; et cela peut suffire. Un seul jour, un seul instant de vue vertigineuse. Il ne faisait de paysages réels qu’à titre d’études. Il y puisait des motifs qu’ensuite il composait à la façon du symphoniste. – Son œuvre presque toute entière est réunie au musée de Kaunas (Kowno). Mme Čiurlionis a refusé d’en rien vendre, – bien qu’à la mort de son mari elle fût dans la gêne, avec une fille de six mois. Pendant la guerre, l’œuvre a couru de grands risques, elle a été précipitamment emballée, et au dernier moment, expédiée en Russie, à Voroneje, où s’étaient groupés des centaines de Lithuaniens, ayant leurs écoles etc.
Puis en 1918, sous la menace des Allemands, l’émigration lithuanienne s’est dispersée ; et finalement la Russie soviétique a renvoyé en Lithuanie l’œuvre de Čiurlionis. – Je dis combien il est regrettable et dangereux qu’elle soit toute concentrée à Kaunas. D’une part, la gloire de Čiurlionis est ainsi étouffée. Et de l’autre, son œuvre entière est exposée aux hasards (toujours menaçants à cette heure) d’une destruction totale. – Je ne semble pas convaincre Mme Č.
L’orgueil lithuanien ne veut pas se dessaisir de son unique génie artistique.
Ceux qui vous aiment trop sont de périlleux ennemis. – Pays de paysans qui n’a ni industries, ni grandes propriétés, ni grosses fortunes, – à part une seule banque et un seul aristocrate russe-lithuanien, comte Zoubov, qui doivent alimenter les fonds de bienfaisance et d’œuvres sociales. (Il y a aussi des colonies lithuaniennes nombreuses, aux États-Unis.)
Mais en général, l’esprit de parti politique vient diviser encore les ressources insuffisantes. C’est le parti catholique populaire qui est le plus puissant et évince les autres. – À quelques heures de Kaunas (naguère, 1 heure ½ en express) est Vilna que la Pologne a arrachée à la Lithuanie, Vilna ville déchue, où la majorité des habitants, juifs et blancs-russes, opprimés par la Pologne aspirent à rentrer dans la Lithuanie. Mme Č. dit quel changement moral s’est opéré, depuis la victoire, dans ses amis Polonais ; il est devenu impossible de causer avec eux (même les meilleurs) de sujets politiques. Pour eux, la Pologne a la mission de dominer les peuples qui l’entourent, pour leur bien, en leur imposant, de gré ou de force, la haute civilisation et la langue polonaises. – Jadis la Pologne opprimait, s’assignait aussi une mission, mais c’était d’être le Christ des nations. À présent qu’elle a la force, la mission est de mettre le Christ en croix !
– Mme Č. parle avec une prudente ironie de la Société des nations, où l’on passe son temps en banquets et congratulations. – Elle voudrait à toute force, m’arracher la promesse de venir à Kaunas, le printemps prochain.
Cette langue lithuanienne, si vieille – et si nouvelle – car elle avait été à peu près dénuée jusqu’à présent de littérature savante, commence lentement à faire son éducation, en traduisant les classiques Européens. Mme Čiurlionis a traduit et fait jouer Tartuffe.
Elle traduit L’Avare. On lui a demandé de traduire Colas Breugnon ; mais elle y trouve de grandes difficultés.

–––––––

  • 22 Journal inédit, Fonds Romain Rolland, BnF, Département des manuscrits, NAF 26567. © Bibliothèque na (...)

Mme Čiurlionis, si prudente pourtant, nous confie, avec un fin sourire, qu’à une des dernières réunions de commission à la Société des nations, le délégué d’une grande puissance (elle ne dit point quelle : ce ne peut être que l’Angleterre ou la France) déclara insolemment qu’à son avis les délégués des petites puissances n’avaient pas droit de participer à certaines discussions ; car ils n’étaient pas assez instruits. – Sur quoi le délégué de la Norvège se leva furieux, et répliqua qu’ils l’étaient plus que la plupart de ceux des grandes puissances22

  • 23 Worobiow N., M. K. Čiurlionis : der litauishe Maler und Musiker [M. K. Ciurlionis : le peintre et m (...)
  • 24 Voir les textes en appendice.

25Quelques années plus tard, lorsque Nicolay Worobiow (1903-1954) publia son ouvrage M. K. Čiurlionis : der litauische Maler und Musiker23, il fut alerté par Mme Čiurlionis sur l’intérêt de Rolland pour l’œuvre de son mari. Il lui envoya son livre. Cet envoi valut deux nouvelles lettres de Rolland parlant du Lituanien24.

26La première date du 11 novembre 1938. Après les remerciements d’usage, Rolland rappelle dans quelles conditions il a découvert le peintre-musicien (il fut « frappé, comme d’un éclair », ce qui rappelle le « coup de foudre » de la lettre précédente), comment il a été saisi par « le caractère essentiellement musical, symphonique et polyphonique » de ses sonates, de quelle manière l’avait surtout frappé la Sonate de la Mer et l’admiration pour « la puissance d’évocation hallucinante, qui s’affirme dans “les Signes du Zodiaque” ».

  • 25 Rolland R., Le Voyage intérieur, Paris, Albin Michel, 1956, p. 107-137.

27La lettre suivante du 12 décembre 1938 remercie Worobiow de lui avoir envoyé de belles reproductions en couleur de tableaux, ajoutant : « J’ai fait aussitôt placer “ le Sagittaire ” sur le mur de mon salon à Villeneuve. » Belle marque d’intérêt ! Peut-être ce tableau lui rappelait-il le long et important chapitre du Voyage intérieur, précisément intitulé « Le Sagittaire25 ». De plus, Rolland n’hésite pas à demander à Worobiow une autre reproduction, celle du « Taureau », « pour faire pendant au divin Archer ». Pourquoi celui-là plutôt qu’un autre ? Difficile de répondre à la question. Et Rolland revient sur l’idée déjà exprimée en 1930 :

Dès à présent, il me paraît qu’on eût aimé voir revivre plus directement la personne, morale et physique, de Čiurlionis, d’après les descriptions et le souvenir de ses contemporains.
J’aimerais à connaître aussi, avec précision, les influences dominantes qu’il a subies, en peinture, en pensée, comme en musique.

  • 26 Les lettres de Worobiow, écrites en allemand, sont conservées dans le Fonds Romain Rolland (Bibliot (...)

28Manifestement, Rolland désire en savoir plus encore sur Čiurlionis. En réponse Worobiow lui écrivit une longue lettre26.

Pour conclure

  • 27 Le Voyage intérieur, op. cit., p. 342-343.

29De ces quelques textes (Journal et lettres) une conclusion s’impose : l’avide curiosité de Rolland, qui s’intéresse au monde et, passionnément, se tourne toujours vers d’autres horizons. Désireux de dépasser les barrières, lui qui se trouvait, enfant, enfermé dans ce qu’il appelait la « Ratoire », il s’ouvre à toutes les nouveautés. En Čiurlionis, par ailleurs, il retrouve la grande voix qu’il entend depuis son enfance, et qu’il évoque dans Le Voyage intérieur, la « grande voix de la mer », précisant : « Notre Océan, à nous, venus du Nord, est celui du vent grave, qui passe dans les cimes des forêts, – ce flux et ce reflux du Souffle Éternel dans la Nuit. L’orgue des sphères27. » N’est-ce pas aussi ce qu’il découvrait dans certaines partitions du compositeur : « On y sent passer des remous de l’atmosphère dans les forêts et sur les plaines. »

Appendice

  • 28 D’après des dactylographies faites à partir de photocopies des originaux (Fonds Romain Rolland, BnF (...)

30Deux lettres de Romain Rolland à Nicolas Worobiow28

31I

32Vézelay (Yonne) 14 grand’rue St Étienne
11 novembre 1938

33Cher Monsieur Worobiow
J’ai eu un grand plaisir à recevoir votre livre excellent sur M. K. Čiurlionis et je vous en remercie.

34Mon intérêt pour Čiurlionis ne date pas de ces dernières années. Il remonte à l’année 1914, où le hasard mit dans mes mains le n ° de la revue russe Apollon, qui lui était consacré.

35J’en fus frappé, comme d’un éclair. Pendant les années de guerre, je cherchais, en Suisse où j’habitais, d’autres documents et renseignements sur Čiurlionis, dont je parlais avec admiration à ceux qui me visitaient. Parmi ceux-ci, le compositeur Igor Strawinsky me dit qu’il possédait dans sa collection une toile de Čiurlionis.

36Ce qui m’avait saisi surtout, dans les reproductions de certaines œuvres de Čiurlionis, – et particulièrement de ses « sonates », – c’était le caractère essentiellement musical, symphonique et polyphonique, – par développement d’un même motif, et par superposition de plans simultanés. La Meeressonate m’en paraît un des modèles les plus achevés. (Dirai-je que la reproduction en couleur du finale me semble moins saisissante que la simple reproduction en blanc et noir ?)

37J’admire aussi beaucoup la puissance d’évocation hallucinante, qui s’affirme dans « les Signes du Zodiaque ».

38Je n’ai pas encore eu le temps d’étudier de près votre livre ; mais une première lecture rapide m’a fait reconnaître son prix. Il était indispensable qu’un tel livre fût écrit ; et j’espère qu’il fera pénétrer en Occident le nom et le génie de Čiurlionis.

39Veuillez croire, cher Monsieur Worobiow, à ma cordiale sympathie.

40Romain Rolland

41II

42Suisse
Villeneuve (Vaud) villa Olga
12 décembre 1938

43Cher Monsieur Nicolay Worobiow
Vous m’avez fait grand plaisir, en m’envoyant ces belles reproductions en couleur de tableaux de Čiurlionis. J’ai fait aussitôt placer « le Sagittaire » sur le mur de mon salon à Villeneuve (où je passe l’hiver). – Je ne voudrais pas avoir l’air de vous mendier des cadeaux ; mais j’aurais envie de posséder aussi la reproduction du « Taureau », pour faire pendant au divin Archer. Ayez la bonté de me la faire envoyer contre remboursement ; et en même temps, donnez-moi l’indication de la maison, où l’on peut se procurer ces reproductions de Čiurlionis, et leur catalogue. J’en ferai part à des amis.

44Mon exemplaire de votre volume est resté à Vézelay, où je retournerai, au printemps. Je compte alors le relire et vous communiquer mes observations.

45Dès à présent, il me paraît qu’on eût aimé voir revivre plus directement la personne, morale et physique, de Čiurlionis, d’après les descriptions et le souvenir de ses contemporains.

46J’aimerais à connaître aussi, avec précision, les influences dominantes qu’il a subies, en peinture, en pensée, comme en musique. – Les influences japonaises sont évidentes – (encore que, sur une personnalité aussi hypersensible, il ait suffi de deux ou trois estampes, une fois vues, pour déclencher le jeu de la fantaisie créatrice). J’ai cru comprendre que Čiurlionis ne goûtait guère la peinture française. – Mais n’avait-il pas des affinités avec certaine peinture anglaise, whistlérienne, mêlée d’influences mystiques, Rose-croix ? – Ce qui me manque, c’est de connaître les écoles du Nord, scandinaves, baltes et russes (encore que les Russes me paraissent avoir été de médiocres peintres – en dehors de la décoration de théâtre – et, bien entendu, en mettant à part le glorieux passé des Icônes).

47Je viens de lire, dans une revue belge de musique, « Syrinx », un article signé André Combaire, sur « Čiurlionis, peintre et compositeur lithuanien ». L’article est assez superficiel ; mais je me réjouis de voir le nom se répandre enfin parmi le public d’Occident.

48Veuillez croire, cher Nikolay Worobiow, à ma cordiale sympathie.
Romain Rolland

Annexes

Annexes

Les signes de Zodiaque

Les signes de Zodiaque

Sonate du printemps (allegro)

Sonate du printemps (allegro)

Notes

1 Rolland R., L’Esprit libre, Paris, Albin Michel, 1953, p. 33. Notons que Rolland utilise l’ancienne orthographe : « Lithuanie/lithuanien ».

2 Pour une meilleure connaissance de Čiurlionis voir le no 3 des Cahiers lituaniens (automne 2002), qui contient outre l’excellent article de Lorand N., « M. K. Čiurlionis (1875-1911), le monde comme symphonie » (p. 7-14), une série de reproductions de peintures et quelques extraits de fragments littéraires de cet artiste.

3 Rolland R., Journal des années de guerre, 1914-1919, Paris, Albin Michel, 1966, p. 305.

4 L’ensemble des nos de la revue est mis en ligne : [http://www.v-ivanov.it/vokrug-ivanova/zhurnal-apollon].

5 Ivanov W., « Čiurlionis et le problème de la synthèse des arts », Apollon, mars 1914, p. 6-20. Valerian Chudowski, « Le poète de la ligne verticale », ibid., p. 22-58. Le lien pour ce numéro est : [http://www.v-ivanov.it/apollon/apollon_1914_03.pdf].

6 Voir la reproduction de ce Cycle du Zodiaque dans les Annexes, p. 101.

7 Correspondance Romain Rolland ~ Gaston Thiesson (1915-1919), thèse soutenue par Roland Roudil, université Paul Valéry (Montpellier 3), 2011, tome I, p. 532.

8 Voir la reproduction du tableau dans les Annexes, p. 102.

9 Mark Etkind, dans sa monographie sur Čiurlionis Le Monde comme une grande symphonie (publiée en russe Mir kak boljsaïa simfonia, Izdatelstbo Iskusstvo, Leningrad, 1970. et traduite en lituanien en 1976). Cité par Charles Ridoux : [http://ridoux.fr/page33.html] : Présentation de l’œuvre du peintre lituanien M. K. Ciurlionis.

10 Voir la reproduction du tableau dans les Annexes, p. 102.

11 Voir Youssofi A., Correspondance entre Romain Rolland et Gaston Thiesson (1912-1914), mémoire de DEA, Faculté des lettres de Brest, 1991, dactylographié, inédit, 112 p.

12 Rolland R., Le Cloître de la rue d’Ulm, Avant-propos d’André George, « Cahiers Romain Rolland », no 4, Paris, Albin Michel, 1952, p. 129.

13 Rolland R., De Jean-Christophe à Colas Breugnon, pages de journal, préface de Jérôme et Jean Tharaud, Paris, Éditions du Salon Carré, 1946, p. 56.

14 Rolland R., Jean-Christophe, Paris, Albin Michel, 1966, p. 954.

15 Rolland R., « Chronique parisienne », Bibliothèque universelle et Revue suisse, janvier 1913, p. 173.

16 Voir à ce sujet : Duchatelet B., « De l’admiration de Romain Rolland pour Claude Monet », Cahiers de Brèves, no 23 (décembre 2010), p. 22-24.

17 D’après la copie dactylographie faite à partir d’une photocopie de l’original (Fonds Romain Rolland, BnF). © Bibliothèque nationale de France et Chancellerie des universités de Paris.

18 Чурляниc par Б. А. Лемана : B. A. Leman, Čiurlionis, Petrograd, éd. N. I. Boutkovskaïa, 1912, 28 p.

19 Šalkauskis S., Sur les confins des deux mondes essai synthétique sur le problème de la civilisation nationale en Lituanie, Genève, Atar, 1919, 271 p.

20 Rolland R., « La lumière du soleil », article publié dans Schweizerische Instrumentalmusik, 25, 1936, p. 164 et reproduit par Alain Corbellari dans Les Mots sous les notes, Genève, Droz, 2010, p. 332-333.

21 Les deux lettres de Mme Čiurlionis sont conservées dans le Fonds Romain Rolland (Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits).

22 Journal inédit, Fonds Romain Rolland, BnF, Département des manuscrits, NAF 26567. © Bibliothèque nationale de France et Chancellerie des universités de Paris. Remerciements à Mme Eglé Kačkuté-Hagan de m’avoir signalé cette visite et à Mme Martine Liègeois d’avoir transcrit le texte.

23 Worobiow N., M. K. Čiurlionis : der litauishe Maler und Musiker [M. K. Ciurlionis : le peintre et musicien lituanien], 95 p. + [17] p. de pl., 1938, Kaunas, verl. der Buchhandlung pribačis. (8 Z R Rolland 14.380.) Né en Lituanie, d’une famille russe, il suivit des études en histoire de l’art, archéologie classique, langues et littératures slaves à Marburg, Berlin et Munich. Après un enseignement à l’université de Vilnius (1941-1944), il émigra aux États-Unis en 1948.

24 Voir les textes en appendice.

25 Rolland R., Le Voyage intérieur, Paris, Albin Michel, 1956, p. 107-137.

26 Les lettres de Worobiow, écrites en allemand, sont conservées dans le Fonds Romain Rolland (Bibliothèque nationale de France, département des manuscrits). Elles viennent d’être publiées en traduction française par Bernard Duchatelet et Siegrun Barat : « À propos de M. K. Čiurlionis, trois lettres de Nicolaï Worobiow à Romain Rolland », Cahiers Lituaniens, no 12, p. 43-48.

27 Le Voyage intérieur, op. cit., p. 342-343.

28 D’après des dactylographies faites à partir de photocopies des originaux (Fonds Romain Rolland, BnF). © Bibliothèque nationale de France et Chancellerie des universités de Paris.

Table des illustrations

Titre Les signes de Zodiaque
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/55368/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Sonate de la mer
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/55368/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Sonate du printemps (allegro)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/55368/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Auteur

Professeur émérite à l’université de Bretagne Occidentale, où il a créé et dirigé un Centre d’études du roman français du XXe siècle, puis dirigé le Centre d’études des correspondances.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540