Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondances d'érudits au xviiie et xixe siècles

 | 
Marie-France de Palacio

Deuxième partie. Autour de l'émigration polonaise

Charles-Edmond Chojecki et les Goncourt : « Il y aura toujours une patrie commune où nos esprits se serreront la main »

Pierre-Jean Dufief

Texte intégral

1La famille des Goncourt est originaire de Lorraine et Edmond naquit à Nancy, la ville du roi Stanislas. Le souverain polonais réapparaîtra rapidement dans l’œuvre des deux frères sous la double image antagonique de l’exilé polonais misérable ou du monarque de la cour de Nancy. Dans La Duchesse de Châteauroux et ses sœurs, les historiens racontent le mariage de Louis XV et décrivent la difficile situation matérielle du royal beau-père :

  • 1 Edmond et Jules de Goncourt, La Duchesse de Châteauroux et ses sœurs, Flammarion-Fasquelle, p. 32.

Stanislas Leczynski, privé de son royaume de Pologne, des revenus de ses biens confisqués, de la pension que lui faisait Charles XII, et réfugié en Alsace sous le régent, vivait avec sa femme et sa fille à Wissembourg, en la compagnie de quelques officiers de la garnison, de quelques chanoines de la localité, et en une misère telle qu’il n’y avait pas toujours du pain dans le castel délabré1

2Edmond découvre, dans la cour d’honneur du château de ses cousins, à Jean d’Heurs, en 1881, un vieil oranger qui venait des jardins de Stanislas. Cet arbre, vestige d’une gloire passée, qui unit sa famille à la maison de Lorraine et de Pologne, fascine Edmond ; il l’évoque à trois reprises dans son dernier roman Chérie ; l’ancêtre de l’héroïne a servi Stanislas et dans la cour de son château familial sont conservés les vieux orangers du roi, aussi beaux que ceux des Tuileries.

  • 2 Journal, 15 mai 1848.
  • 3 Journal, 3 mars 1864.

3La Pologne chez les Goncourt va incarner, à la fois, ce qu’ils admirent et ce qu’ils rejettent. C’est une terre de vieille tradition aristocratique, une ancienne monarchie, un pays vaincu, qui ne saurait laisser insensibles deux traditionalistes, attirés par les causes perdues ; les deux frères découvrent avec sympathie, lors d’une visite chez Montalembert, un tableau brodé de l’aigle de Pologne que les dames polonaises avaient offert à l’auteur d’une Nation en deuil. Mais la Pologne est aussi associée à ce qui constitue pour les Goncourt des anti-valeurs. La cause polonaise est d’abord défendue en France par des socialistes et des révolutionnaires et les émigrés polonais viennent bien souvent nourrir les rangs de ces contestataires. Les slogans en faveur de la Pologne retentissent le 15 mai 1848 en même temps que des cris favorables à un régime auquel les Goncourt sont hostiles : « On cria “Vive la Pologne ! Vive l’organisation du Travail ! Vive Louis Blanc ! Vive Lamartine ! Vive la république démocratique2 !” » Assistant quelques années plus tard à un bal masqué chez Michelet, où les femmes étaient déguisées en nations opprimées, Jules note dans le Journal : « Il me semble voir danser les futures révolutions d’Europe3. »

4L’ambiguïté de la représentation de la Pologne chez les Goncourt s’exprime tout particulièrement dans la relation d’intimité étroite puis distante qu’ils vont entretenir avec Charles-Edmond Chojecki, qui occupe une place importante dans le Journal, où l’on note une centaine d’occurrences de son nom. La correspondance de Charles-Edmond avec les Goncourt compte une cinquantaine de lettres, aussi bien des billets que quelques longues lettres, moins nombreuses assurément que celles échangées avec Sand ou Proudhon. Charles-Edmond apparaît, dans le Journal, comme une figure de premier plan de la vie journalistique et théâtrale, un personnage assez fascinant qui incarne à la fois l’émigré polonais et le Parisien accompli. Cet aventurier, cet esprit encyclopédique ouvre aux diaristes d’autres horizons ; il suscite en eux de nouvelles curiosités ; il leur permet de nouer des relations parfois inattendues, leur faisant rencontrer aussi bien des émigrés polonais que des penseurs socialistes ; il nourrit le Journal de ses souvenirs de Pologne et raconte de savoureuses et graveleuses anecdotes sur les envers polonais cachés de la vie parisienne.

Le type du Polonais

  • 4 Claretie J., Souvenirs, III, 195.

5Dans ses Souvenirs, Jules Claretie évoque une conversation avec Charles-Edmond et il note : « Sa vie, qui fut un drame où le sang et pas seulement l’encre a coulé, serait un maître livre. “Que ne publiez-vous vos mémoires, vos souvenirs de guerre, votre jeunesse en Pologne ?” “Le moi est haïssable !” répondit-il4. »

6Le Journal des Goncourt témoigne de cette discrétion, de ce goût des rapides aperçus d’un passé qui n’est jamais évoqué que pour nourrir une conversation de salon ou de dîner ; la forme du journal est tout particulièrement adaptée à saisir ces éclats de mémoire :

  • 5 Journal, 15 mai 1859.

Charles Edmond – [qui] a connu tout le monde et vécu partout et [qui] n’ouvre ses mémoires que par échappées, tirant une figure, un souvenir, un éclair qui vous montre une vie pleine de coudoiements avec mille aventures et toutes sortes de femmes5

  • 6 Un tableau de la maison de Bellevue reproduisait la scène.

7Le futur bibliothécaire du Sénat naquit le 16 novembre 1822 dans la partie orientale de la Pologne, en Podlachie, dans un milieu de propriétaires terriens. Il fut très tôt marqué par des visions violentes ; lors d’un retour en traîneau à travers les forêts, le soir, tout jeune enfant, poursuivi par les loups, il n’eut la vie sauve que grâce au sacrifice d’un domestique qui s’était jeté du traîneau pour servir de proie aux carnassiers6. Dès seize ans il s’engage dans les luttes politiques. Charles-Edmond lève le voile sur son enfance et sa jeunesse dans ses lettres à Proudhon où il se présente en victime :

  • 7 Lettre à Proudhon, 12 mai 1852.

Depuis quatorze ans je mène la vie politique ; depuis douze je vis dans l’exil. J’ai commencé ma carrière en subissant à Varsovie publiquement, la torture. Ma famille m’a renié, à cause de mes opinions radicales, mon premier pays m’a abreuvé de calomnies7.

  • 8 Journal, 31 mai 1858.

8À vingt ans, il fonde un journal, l’Écho, poursuivi par les autorités. Il s’installe comme réfugié à Paris en 1844 et enseigne au collège polonais des Batignolles. En mars 1848, il est condamné par les tribunaux autrichiens pour avoir pris part à la Diète révolutionnaire de Prague. Charles-Edmond publie des articles dans des journaux qui militent pour l’émancipation des nationalités opprimées. Il participe à la Tribune des peuples de Mickiewicz, journal fondé en 1849, qui disparaîtra vite ; il écrit aussi à La Voix du peuple de Proudhon qui prend position contre Louis Napoléon Bonaparte. Proudhon est emprisonné et Charles-Edmond est expulsé. Il voyage en Suisse, en Italie et s’embarque le 26 juin 1850 pour l’Égypte où il passe un an. Le Slave curieux se passionne pour l’histoire et la culture égyptiennes dont il devient un amateur particulièrement éclairé. Le 22 novembre 1852, le voilà de retour à Paris. En 1854, il prend part à la guerre de Crimée dans les rangs de l’armée turque puis à l’état-major du maréchal Prim, où il fit la connaissance du prince Napoléon. À la fin de l’année 1854, il fit paraître en polonais un gros roman historique sur la noblesse de Galicie au XIXe siècle dont le titre traduit est Alkhadar, épisode de la mémoire de nos pères. Le 5 février 1855, il adresse sa première lettre à George Sand pour accompagner l’envoi d’un souvenir, une médaille que la petite fille de Sand, qui venait de mourir, avait donné à la fille naturelle de Charles-Edmond, sa camarade de pension. Le 23 novembre 1855 est jouée sur la scène de l’Odéon La Fiorentine, pièce historique sur les intrigues de la Régence autour de Concini et de Leonora Galigaï. En 1856, le prince Napoléon qui appréciait l’érudition de Charles-Edmond, sa connaissance des langues et de l’histoire des peuples, l’emmène à bord de son yacht, La reine Hortense, en expédition d’exploration en Islande, au Groënland et aux îles Feroë. En 1857, Chojecki s’installe avec sa compagne Julie dans une maison à Bellevue, où les Goncourt connaîtront des moments particulièrement heureux. Nommé directeur de la section littéraire de La Presse, il occupe dans le monde du journalisme et du théâtre une place déjà importante lorsqu’il rencontre les Goncourt le 31 janvier 1858 chez Mario Uchard, un ancien agent de change devenu auteur de pièces de théâtre. Les diaristes brossent aussitôt le portrait du nouveau-venu dans le monde du Journal ; cet être de contrastes est d’abord une voix « douce, sourde et tout à coup éclatante et tonnante quand il s’anime ». Les Goncourt ont aussitôt besoin de classer, de répertorier cette nouvelle figure dans une catégorie générale, ici celle de la race et Charles-Edmond devient aussitôt un type, celui de l’exilé polonais, avec ses traits physiques (il est « blond comme le chanvre ») et sa psychologie (« nuageux, systématique, les idées violentes, le sourire aimable et caressant de l’œil des Slaves, le charme un peu asiatique et félin de ces peuples, évadés du mysticisme8 »).

9Charles-Edmond est un personnage-relais, un informateur pour les écrivains curieux des coutumes et de l’histoire des pays du nord. Dans une lettre du 20 septembre 1868, il donne des précisions sur les expressions et les mœurs des Lithuaniens à Mérimée qui l’avait interrogé sur la Lithuanie alors qu’il préparait Lokis. Mérimée lui reprochera d’ailleurs par la suite de lui avoir donné des indications fausses. George Sand recourt également aux services de Charles-Edmond lorsqu’elle prépare l’Homme de neige ; elle souhaite des renseignements, un titre d’ouvrage sur la Dalécarlie au XVIIIe siècle dans une lettre du 29 novembre 1857 ; elle demande encore le 26 décembre « quelque chose d’historique sur le XVIIIe siècle en Suède » et le 29 décembre Charles-Edmond lui annonce l’envoi du volume de l’Univers qui contient l’histoire de la Suède. Les Goncourt n’ont guère ouvert leur œuvre romanesque à l’étranger, à l’exception de la Faustin et des Frères Zemganno qui évoquent l’Allemagne et l’Angleterre et ils ne recherchent pas de détail sur la Pologne, la Suède ou la Lithuanie ; les souvenirs polonais sont absents de l’échange épistolaire avec les deux frères alors qu’ils viennent abondamment nourrir les pages du Journal.

10En Charles-Edmond, les Goncourt ont trouvé un causeur comme ils les aimaient, un homme qui avait le sens de la formule bien frappée et qui savait les distraire par ses récits piquants et indiscrets. La Pologne donne une note nouvelle, singulièrement romanesque à nombre de pages du Journal ; elle y est tour à tour symbole de courage, de souffrance mais elle est aussi associée à de louches tripotages. La note initiale est celle de la valeur guerrière que Charles-Edmond fait entendre dans les « amusants dimanches » de Mario Uchard, où il apparaît « plein de récits d’héroïsmes romains de la Pologne, de légendes d’atrocités russes ». Proudhon avait essayé de corriger son disciple des excès d’une imagination qui fascine les Goncourt. Lors du siège de Paris, en 1870, Charles-Edmond anime les dîners Brébant de ses souvenirs :

  • 9 Journal, mardi 18 octobre 1870.

Ce qu’on mange fait raconter à chacun ce qu’il a mangé d’extraordinaire et Charles Edmond assure avoir mangé du mammouth, retrouvé en Sibérie et dont Saint-Pétersbourg fit la gracieuseté d’envoyer un morceau aux autorités de Varsovie. Nous nous inclinons tous9

11Charles-Edmond satisfait la curiosité naturelle des diaristes par ses propos indiscrets qui dévoilent les envers sordides de l’héroïsme polonais qui sont aussi les envers de la brillante société parisienne.

  • 10 Journal, 3 octobre 1864.

À propos de Mme Feydeau, Charles Edmond me raconte qu’à Varsovie dans le ghetto, il y avait une vieille juive, la Manassé, dont le métier était de prêter de l’argent aux fils de famille ; une femme qui avait toujours un billet de mille francs pour un jeune homme de l’aristocratie, de l’argent à 10 ou 15 par mois ; femme qui connaissait et tutoyait toute la noblesse. Comme seconde corde à son arc, elle avait un tas de nièces,-nièces, il faut bien lui rendre cette justice, assez bien choisies […] Mme Feydeau fut de ce troupeau de nièces10

  • 11 Journal, 25 octobre 1858.

12Charles-Edmond fait donc pénétrer les diaristes dans une Pologne qui constitue les coulisses mal famées de la scène parisienne. Il remet en cause certaines visions convenues et fait découvrir aux deux frères des personnages qui les sortent absolument de leur cercle habituel. Le 9 mai 1858, dans une conversation rapportée dans le Journal, il brosse un portrait de Proudhon en homme sensible et délicat. Les deux frères rencontrent chez Charles-Edmond le révolutionnaire russe, Alexandre Herzen, dont ils notent les propos de façon objective dans leur Journal le 8 février 1865 ; ils croisent toujours chez Charles-Edmond, en janvier 1862, à plusieurs reprises, l’élu de Mouffetard, Darimon. On pourrait imaginer que ces rencontres occasionnent des discussions vives entre gens de bords politiques opposés. Les Goncourt paraissent au contact de Charles-Edmond accepter paisiblement des différences qu’ils évoquent en souriant. Il semble que l’ancien révolutionnaire ait, de son côté, mis un singulier bémol à ses revendications. La correspondance avec Proudhon, ou même les lettres à Sand, qui précèdent l’échange épistolaire avec les Goncourt, sont fortement politisées et développent une pensée républicaine et sociale commune aux épistoliers. Avec Proudhon, les discussions sont parfois vives à propos du sort de la Pologne. Vers 1858, ces passions semblent apaisées ; Charles-Edmond sait en tous cas adapter son propos à deux interlocuteurs qui se montrent bien indifférents au sort de la Pologne. On relève seulement une mention un peu ironique dans le Journal à propos du pays martyr ; les diaristes notent cette réplique pour l’un de leurs nombreux projets, resté à l’état d’ébauche et intitulé « Rêve de dictature » : « Ah ! c’est vous, Koyeski ? Je dois vous dire que je ne peux pas, pour vous, reconstituer la Pologne ; ce seraient des complications11… »

13Charles-Edmond et les Goncourt semblent se retrouver dans un commun dédain de la politique pour découvrir l’harmonie des heureuses synthèses dans une sphère supérieure ; c’est ce qu’exprime une lettre de Jules à laquelle les deux frères tenaient puisqu’ils la recopièrent dans le Journal :

  • 12 Lettre du 13 mars 1858.

Nos illusions sont dans le passé, vos religions sont dans l’avenir ; mais si loin que soient vos dieux des nôtres, il y aura toujours une patrie commune, où nos esprits se serreront la main, une certaine Jérusalem des libres et nobles idées, où nous chercherons ensemble la consolation et le courage12.

  • 13 Desurvire E., Charles Edmond Chojecki, publication Tuti, 3 vol. , 2011, texte cité t. III, p. 55.

14Dans une lettre au prince Napoléon, le 22 juin 1873, Charles-Edmond reviendra sur cette idée d’une infériorité de la politique, donnant un lointain écho aux propos de Goncourt et témoignant ainsi d’une communauté de vision : « Au-dessus de la politique du jour, il existe une sphère de philosophie et d’art, où des esprits libres et des caractères honnêtes peuvent frayer entre eux à l’aise13. »

15Ainsi se retrouve défini et défendu, au temps des grandes confrontations idéologiques, un idéal de l’honnête homme, de l’homme des cénacles.

Le Parisien accompli

16Aux yeux des contemporains, Charles-Edmond apparaît comme un personnage important de la vie parisienne, comme un homme qui possède toutes les qualités mondaines que l’on attend d’un vrai Parisien. Les notices nécrologiques insistent toutes sur ce sens des relations, sur cet entregent qui lui ouvrit toutes les portes. Adolphe Brisson, dans son article intitulé « L’Ami des artistes » note :

  • 14 Brisson A., « L’Ami des artistes », La Liberté, 2 décembre 1899.

Il a tenu dans les lettres une place assez considérable qu’il ne devait pas précisément à ses œuvres personnelles, mais à l’abondance, au choix et à la sûreté de ses relations. Voilà plus de cinquante ans qu’il appartenait à la vie parisienne […] il se résigna spirituellement à n’être qu’un amateur distingué et, ne pouvant devenir tout à fait l’émule des grands artistes de ce temps, il fut leur directeur de conscience et leur ami14.

  • 15 Chojecki C.-E., billet inédit, BnF, Naf 22461, f. 188

17La correspondance de Charles-Edmond avec les Goncourt témoigne de son sens de l’amitié et de sa capacité à organiser des réseaux. Ce sont des invitations à déjeuner ou à dîner à Bellevue et le ton des billets donne la note de conversations volontiers « potaches » : « Cela vous va-t-il de manger un morceau de Julie, – non, chez Julie, voulais-je dire, – samedi prochain15 ? » Le Journal multiplie les récits de dîners chez Charles-Edmond et Julie, à Bellevue. Un petit groupe se constitue qui rassemble auteurs de pièces de théâtre (Mario Uchard, Dennery) et journalistes (Saint-Victor). Les Goncourt aiment ces rencontres où ils goûtent le bonheur d’une compagnie enjouée ; ils apprécient le sens de la conversation, le goût du mot et de l’aphorisme de leur ami polonais et le Journal se fait le recueil de ses formules heureuses. Charles-Edmond leur apparaît comme l’un de ces personnages-synthèses qui réconcilient l’esprit de races opposées. Jules et Edmond vivaient leur couple fraternel comme l’union du Latin et du Germain et Charles-Edmond réunit en lui, à leurs yeux, le Slave et le Parisien :

Charles Edmond, l’esprit fin, le charme félin presque, pénétrant et doux des Slaves ; l’accent de l’esprit tout français ; une ironie merveilleusement bonhomme, une science de la matière des mots et de la méchanceté des tours ; des lectures et des systèmes ; des passions qui tonnent tout à coup dans sa voix, – mais un éclair, un moment – bientôt ramenée à la note musicale de son parler.

  • 16 Chojecki C.-E., lettre inédite, BnF, Naf 22461, f. 284.

18Esprit systématique et ironie, douceur et violence de la voix se fondent dans une heureuse harmonie. C’est l’harmonie qui caractérise en effet Charles-Edmond et son couple. Le Journal conservera la mémoire de ce paradis bientôt perdu, qui revivra lors de la publication d’extraits par Edmond. Chojecki lui écrit le 26 juin 1886 après la lecture de cette première version du Journal : « Merci de votre envoi. Nous nous en sommes délectés ma femme et moi et avons revécu nos meilleures années de la rue St Georges. À tant de points de vue ce sont nos plus précieux souvenirs16. »

  • 17 . Chojecki C.-E., in Edmond et Jules de Goncourt, Correspondance générale, Champion, 2004, t. 1, p. (...)

19Hôte apprécié de la rue Saint Georges et de Bellevue, Charles-Edmond va bientôt devenir « une puissance », selon l’expression de Marie-Louise Neron dans La Fronde du 2 décembre 1899. Directeur de la section littéraire de la Presse, il peut ouvrir ses colonnes aux grands romanciers, ses amis. La situation n’est pas facile pourtant et lui attirera bien des déboires ; ses discrètes pressions et une annonce du journal à propos de Salammbô suscitent l’ire de Flaubert qui écrit à Feydeau le 24 juin 1858 : « Quant à la presse et au Charles-Edmond, merde, contre-merde et remerde ! » Les Goncourt, eux, n’ont aucune réaction agressive lorsque leur ami, très contrarié, leur annonce que leur roman, Les Hommes de lettres, ne pourra pas être publié dans La Presse devant la pression des journalistes, profession fort malmenée dans l’œuvre : « Il m’arrive un accroc épouvantable avec votre roman. J’en suis exaspéré. J’ai convoqué St Victor qui en a été outré. Veuillez bien venir me voir, nous en causerons17. »

20Le refroidissement de cette amitié, très forte en 1859, ne viendra que beaucoup plus tard lorsque la réussite sociale de Charles-Edmond semblera aux Goncourt excessive, ruinant l’ancienne heureuse harmonie. Bibliothécaire du Sénat, commissaire général de l’Égypte à l’Exposition universelle de 1867, Charles-Edmond continue à faire bénéficier ses amis de quelques faveurs et à leur ouvrir les vastes perspectives de sa large culture. Il invite les deux frères à un curieux spectacle réservé à quelques privilégiés, lors de l’Exposition universelle de 1867 : le démaillotage d’une momie. Les Goncourt racontent de façon saisissante la scène dans le Journal. Charles-Edmond avait acquis lors de son exil en Égypte une solide culture d’égyptologue et il adresse aux deux frères le monumental catalogue qu’il avait rédigé pour l’exposition : L’Égypte à l’Exposition universelle de 1867. L’érudit initie les deux frères à la culture égyptienne qu’ils ne connaissent guère et Jules remercie Charles-Edmond, faisant de cet ouvrage un modèle d’écriture historique :

  • 18 Lettre de Jules du 3 août 1867 (mal datée par Edmond de 1868).

Nous trouvons en arrivant de Vichy, votre grand et beau volume. Nous mettons le nez dedans, et nous voilà pris par cette Égypte que vous faites revivre au passé et au présent. C’est bien là l’histoire, pleine d’art et de couleur, l’histoire peinte, pour ainsi dire, que méritait cette si curieuse exposition18.

  • 19 Journal, 26 novembre 1868 ; on trouve des considérations du même type les 27 octobre 1867 et 2 avri (...)

21Le refroidissement des relations date pourtant de cette période qui aurait dû plutôt susciter un élan de curiosités. L’attention jalouse des Goncourt se focalise sur la réussite matérielle de leur ami, laissant de côté l’antique civilisation que l’exposition faisait connaître au grand public. Charles-Edmond est généreusement récompensé par Nubar pacha de son rôle de commissaire pour l’Égypte ; les Goncourt voient d’un mauvais œil cette brutale aisance et déclinent désormais à propos de leur ami le stéréotype du Polonais martyr richement doté de biens matériels : « Est-il beau, ce Charles-Edmond, ce Christ polonais, crucifié d’émoluments, d’appartements au Luxembourg, de places, de sinécures, ce républicain martyr entretenu par le vice-roi d’Égypte, ami du prince Napoléon et plaqué de crachats19 ! »

22La correspondance avec Edmond de Goncourt est, contrairement à celle avec Proudhon ou même Sand, un échange épistolaire de la maturité et Charles-Edmond souvent malade y confie ses maux physiques. Sans doute faut-il voir dans cette place donnée à la maladie par un homme courageux qui avait affronté toutes sortes de périls le désir de se concilier un confrère volontiers égrotant. Mais la sympathie du temps de la jeunesse n’est pas ravivée par les lettres douloureuses du riche bibliothécaire du Sénat.

23Sans doute Goncourt est-il plus sensible aux jugements portés sur son œuvre. Charles-Edmond remercie son ami à l’envoi de chaque nouveau volume, réédition d’une œuvre ancienne ou publication d’un nouvel ouvrage. C’est là l’écriture d’un homme pressé qui n’émet le plus souvent que des jugements bien vagues. À la réception de La Fille Elisa, l’ancien aventurier insiste sur le courage qu’il y a eu à traiter de sujets tabous comme la prostitution en plein Ordre Moral mais l’intérêt littéraire de l’œuvre n’est guère évoqué :

  • 20 Chojecki C.-E., lettre inédite du 25 mars 1875, aut., BnF, Naf 22461, f. 273.

Avant de vous remercier de votre bon souvenir, j’ai d’abord voulu lire La Fille Elisa. C’est fait. La dernière ligne avalée, et je me dis que pour écrire ce livre il fallait avoir, non seulement l’énorme talent que vous y avez déployé mais encore un fier toupet20 !

24Le propos est tout à fait convenu quand il s’agit d’évoquer Chérie, le roman de la jeune fille : « Je considère Chérie comme une chose tout à fait exquise, charmante d’un bout à l’autre. »

25Manifestement le directeur littéraire de La Presse n’est pas un critique très inspiré des œuvres romanesques qui lui sont proposées. La critique de Charles-Edmond ne prend quelque ampleur et quelque intérêt lorsqu’est fait appel à sa propre expérience vécue. Les souvenirs de l’ami polonais qui eut une liaison avec Rachel ont manifestement inspiré La Faustin comme nous l’apprend incidemment la lettre de remerciement de Charles-Edmond à la réception de l’ouvrage :

  • 21 Lettre inédite du 19 janvier, BnF, Naf 22461, f. 278.

Dimanche 22, c’est mon premier jour de loisir. Je le passerai tout entier avec la Faustin. Mieux que personne vous êtes à même de juger à quel point la chose m’intéresse. Je crains seulement de regretter à l’avance que vous n’ayez pas serré le personnage de plus près. Son souvenir me remplit tellement le cerveau et son portrait me regarde sans cesse. Ah ! quelle femme ! Quel phénomène enivrant et radieux21 !

26Le ton de la lettre, le souvenir puissant, presque halluciné de Rachel, donnent le ton de confidences qui ont nourri le portrait de la grande actrice, puissante figure créée en quelque sorte en collaboration avec Charles-Edmond. Le théâtre fait ainsi la continuité d’une relation commencée chez Mario Uchard, sous le signe du petit théâtre pour se terminer sur la nekuya de l’actrice grâce au roman de la grande tragédienne disparue. La correspondance de Charles-Edmond se fait singulièrement diserte dès qu’il s’agit de théâtre. Il félicite Edmond après la lecture de Blanche de la Rochedragon de la vérité de ses personnages historiques, les jugeant du point de vue même du créateur :

  • 22 . Id., f. 267

Je trouve vos personnages admirablement dessinés. La chanoinesse est sans doute une cousine de la maréchale de Grancey de Voltaire. Une vraie grande dame du dernier siècle où il y a eu encore de grandes dames. Boucharel et le comte, parfaits. Deux couches sociales admirablement résumées. Je ne vous parle pas de Perrin ; il était le moins difficile à faire. En somme, deux heures de lecture, on ne saurait mieux employées. Si la pièce était à la veille d’être mise en répétition, je me permettrai peut-être quelques petites observations de vil carcassier22.

27Ainsi la boucle est-elle bouclée. Les petites observations du vil carcassier font écho à bien des conversations entendues dans le monde du petit théâtre qui avait vu éclore l’amitié entre les Goncourt et ce personnage à la fois si proche et si différent d’eux : ce Polonais connut une vie romanesque et aventureuse, tandis que les deux frères vécurent une existence recluse ; mais ils eurent en commun le goût de la conversation, la passion du XVIIIe siècle. Le Bellevue de Charles-Edmond constitue dans le Journal un de ces lieux rustiques de bonheur hautement civilisé bien éloigné des violences de sa Pologne natale, dont quelques souvenirs viennent apporter une note exotique et héroïque dans un journal de la vie littéraire.

Notes

1 Edmond et Jules de Goncourt, La Duchesse de Châteauroux et ses sœurs, Flammarion-Fasquelle, p. 32.

2 Journal, 15 mai 1848.

3 Journal, 3 mars 1864.

4 Claretie J., Souvenirs, III, 195.

5 Journal, 15 mai 1859.

6 Un tableau de la maison de Bellevue reproduisait la scène.

7 Lettre à Proudhon, 12 mai 1852.

8 Journal, 31 mai 1858.

9 Journal, mardi 18 octobre 1870.

10 Journal, 3 octobre 1864.

11 Journal, 25 octobre 1858.

12 Lettre du 13 mars 1858.

13 Desurvire E., Charles Edmond Chojecki, publication Tuti, 3 vol. , 2011, texte cité t. III, p. 55.

14 Brisson A., « L’Ami des artistes », La Liberté, 2 décembre 1899.

15 Chojecki C.-E., billet inédit, BnF, Naf 22461, f. 188

16 Chojecki C.-E., lettre inédite, BnF, Naf 22461, f. 284.

17 . Chojecki C.-E., in Edmond et Jules de Goncourt, Correspondance générale, Champion, 2004, t. 1, p. 446.

18 Lettre de Jules du 3 août 1867 (mal datée par Edmond de 1868).

19 Journal, 26 novembre 1868 ; on trouve des considérations du même type les 27 octobre 1867 et 2 avril 1868.

20 Chojecki C.-E., lettre inédite du 25 mars 1875, aut., BnF, Naf 22461, f. 273.

21 Lettre inédite du 19 janvier, BnF, Naf 22461, f. 278.

22 . Id., f. 267

Auteur

Directeur du Centre des correspondances de Brest de 1995 à 2007, président de la Société des amis des frères Goncourt, Pierre-Jean Dufief a publié des éditions de correspondances (Correspondance Goncourt-Daudet, Droz, 1996 ; Correspondance Flaubert-Goncourt, Flammarion, 1998 ; Correspondance générale des Goncourt, Tome 1, Champion, 2004) ; il a consacré de nombreux articles au genre épistolaire : « Sainte-Beuve : correspondance et histoire littéraire », RHLF, décembre 2012. Professeur à l’université de Paris Ouest Nanterre depuis 2008, il anime un séminaire sur les correspondances et les journaux personnels.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540