Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondances d'érudits au xviiie et xixe siècles

 | 
Marie-France de Palacio

Deuxième partie. Autour de l'émigration polonaise

Correspondances d’Astolphe-Louis de Custine avec les intellectuels polonais

Małgorzata Karpińska

Texte intégral

  • 1 Muhlstein A., Astolphe de Custine (1790-1857). Le dernier Marquis, Paris, Grasset, 1996.
  • 2 Tarn J.-F., Le Marquis de Custine ou les Malheurs de l’exactitude, Paris, Fayard, 1985 ; Gassouin (...)

1Les biographes d’Astolphe de Custine, l’auteur du « plus intelligent livre sur la Russie », comme l’a défini le brillant philosophe russe Alexandre Herzen, n’ont presque pas perçu ses liens avec les Polonais. Dans son livre dédié au marquis, Anka Muhlstein évoque seulement cinq personnages polonais. Elle ne consacre qu’une ligne à peine à chacun, dans ses relations avec Custine1. De même, les biographes précédents n’ont que très peu retracé les amitiés polonaises de Custine2.

  • 3 La connaissance de ces liens était assez répandue entre les émigrés polonais venus à Paris après l (...)
  • 4 Custine A., Lettres à Vernhagen d’Ense, Genève, Slatkine Reprints, 1979, p. 412, 414-415. De nombr (...)
  • 5 Le grand-père d’Ignacy, Rafal Gurowski, faisait des gloses rimées aux œuvres de Krasicki, ce qui e (...)
  • 6 Chopin F., Korespondencja z rodziną [Correspondance familiale], opr. K. Kobylańska, Warszawa, Piw, (...)

2Cependant, on peut trouver une exception. Il s’agit en effet d’Ignacy Gurowski, un jeune émigré politique de 1831. La famille des comtes Gurowski avait, selon Custine lui-même, des contacts avec sa grand-mère maternelle, Françoise-Léonore-Elisabeth de Sabran3. Il se peut que ces relations aient été établies lorsque la marquise quitta la France avec son frère Elzéar de Sabran4, après le début de la Révolution française. À cette époque, une importante colonie française d’émigration « blanche » avait trouvé refuge en Pologne, et même le futur Louis xviii résida un certain temps à Varsovie. Les Sabran avaient passé un long moment au sein de la colonie de l’émigration française nommée Wymysłów Francuski, située près de l’actuelle ville de Łódź. Le marquis s’était alors rendu à Varsovie, tout comme dans le domaine des Radziwiłł à Nieborów. C’est probablement à cette époque qu’il prit connaissance de l’œuvre du poète et auteur de fables polonais Ignacy Krasicki5. Il semblerait que Sabran ait même traduit quelques-unes de ses fables, dont l’inspiration fut d’ailleurs parfois puisée chez La Fontaine. Ce qui est sûr, c’est que jusqu’à la fin de sa vie Sabran composa ses propres contes selon leur modèle, en amusant ainsi les salons parisiens encore dans les années 1840. C’est du moins ce que mentionnait Frédéric Chopin6.

  • 7 Custine A., Lettres à Vernhagen, op. cit., p. 412.
  • 8 Bielecki R., Słownik biograficzny oficerów powstania listopadowego [Dictionnaire biographique des (...)
  • 9 Lucey M., The Misfit of the Family: Balzac and the social form of sexuality, Durham, Duke Universi (...)
  • 10 Murat L., « La tante, le policier et l’écrivain, Pour une protosexologie de commissariats et de ro (...)

3La famille du marquis de Custine cultiva une forte tradition de contacts cordiaux entre les Gurowski et les Sabran. C’est peut-être pour cette raison que le jeune Ignacy Gurowski (1812-1887), « cœur excellent, un esprit original […] un homme d’une figure et d’une tournure charmante7 », se retrouvant en 1833 à Paris, sollicita la protection du marquis. Cependant, il est tout aussi possible qu’ils se soient connus autrement : lors de son séjour à Paris, Ignacy, comme la plupart de ses compatriotes, avait de grands ennuis financiers. Il travaillait alors comme maître d’équitation et il a pu rencontrer Custine sur la piste d’un manège8. Quelle que fût l’origine de leur relation, durant six ans, à partir de 1835, Ignacy habita chez Custine et fut entretenu par lui, devenant ainsi son ami intime, son « mignon ». Ils formèrent alors, avec un autre partenaire du marquis – Edward Saint-Barbe, un Anglais aisé –, ce qu’ils appelèrent « notre trio9 ». En raison notamment de comportements excentriques et de nombreux scandales, ce « trio » était d’ailleurs bien connu de la police parisienne10.

  • 11 Zieliński J. -F., Wspomnienia, p. 412.
  • 12 Custine devait même au nom d’Ignacy demander la main de la comédienne. Cette histoire d’amour se t (...)
  • 13 Custine A., Lettres à Vernhagen d’Ense, p. 414-415.

4La liaison du marquis et de Ignacy était publique et connue dans les cercles mondains et elle dura jusqu’en 1841. C’est grâce à elle que l’émigré polonais – modeste, bien qu’issu de bonne famille – put devenir un familier des salons, en se faisant inviter non seulement par les amis artistes du marquis, mais aussi par les aristocrates polonais comme les Czartoryski11. Gurowski, doté d’un tempérament sexuel exubérant, avait connu en même temps de nombreuses autres aventures, entre autres avec la célèbre actrice Rachel12. Bien que Custine eût l’habitude de causer de ses frasques avec ses amis avec légèreté et humour, l’aventure suivante de Gurowski mit un terme à leur relation13 : Gurowski avait séduit, enlevé et finalement épousé le 26 juin 1841 à Dover Isabel Fernanda de Borbón y Borbón, fille du prince de Cadix et infante espagnole.

  • 14 Avant 1830 il avait entrepris des études de droit à l’université de Varsovie.
  • 15 Budzyński M., Wspomnienia z mojego życia [Les souvenirs de ma vie], t. II, Poznań, J. K. Żupanski, (...)

5La correspondance entre Ignacy Gurowski et Custine fut quasiment inexistante, et certainement pas d’ordre intellectuel, car bien que Ignacy eût étudié le droit à Heidelberg, le marquis le décrivait comme « gracieusement ignorant de toutes choses14 ». Même si cette assertion peut apparaître comme une simple figure de style, d’autres personnes voyaient également Ignacy Gurowski de la même manière. Un de ses compatriotes a même décrit le bel Ignacy comme étant « presque privé de capacités intellectuelles15 ». C’est pourtant en grande partie Gurowski qui, grâce à ses relations avec la colonie polonaise en France, avait réussi à susciter chez Custine de l’intérêt pour la Pologne. Même s’il est évident qu’en préparant son voyage pour la Russie, Custine se serait probablement intéressé à la Pologne.

6Le rapport du marquis avec la pensée d’Adam Gurowski, frère aîné d’Ignacy, était particulièrement important. Adam, qui avait participé activement à l’insurrection polonaise de 1831 et était un radical, était un penseur politique hors du commun, mais en même temps un homme sans caractère. Il considérait la morale et l’éthique comme un decorum sans autre signification. À partir de 1835 il changea de bord politique : devenu adepte du panslavisme, il prônait la nécessité du déclin de la culture polonaise contaminée par des influences latines, et voyait en la Russie le pays du futur, dont la mission historique serait l’unification de tous les Slaves. Dès lors ses compatriotes le considérèrent comme un méprisable renégat.

  • 16 La présence aux côtés de la femme du tsar de Cecilia Fredriks n’était pas sans importance. Demisœu (...)
  • 17 Forycki R., Między apostazją a palinodią polityczną : hrabia Adam Gurowski i markiz de Custine [En (...)
  • 18 Biblioteka Polska w Paryżu (ensuite BPP), 1109.

7Les opinions d’Adam Gurowski ont fortement influencé la façon de penser du marquis et ont en partie motivé son choix de la Russie comme destination de son prochain voyage16. En effet, en 1835, après quelques années d’émigration en France, Adam Gurowski adressa une lettre-supplique au tsar demandant l’amnistie et l’autorisation de retour en Russie. Il réussit à obtenir cette grâce, mais ne parvint pas à gagner la confiance de Nicolas 1er. En allant en Russie en 1839, Custine pensait alors rendre visite à l’ami polonais qui habitait déjà à cette époque à Pskov. Il y obtint une petite charge de fonctionnaire, mais il était placé sous la surveillance policière, et n’avait pas l’autorisation de quitter la ville. Face à la méfiance grandissante et à l’animosité des autorités russes, Custine renonça à son projet de visite à Pskov. La rencontre n’eut donc pas lieu, mais Custine écrivit à Gurowski une lettre intéressante. Il s’agit de l’unique trace conservée de leur correspondance. Cette lettre témoigne de relations très proches entre Custine et Adam17, ainsi que des rapports constants du marquis avec toute la famille des Gurowski. Le marquis y évoque entre autres un projet de visite à la branche de la famille qui habitait désormais en permanence dans la partie de la Pologne annexée par la Russie. Custine aidait également à la recherche d’une gouvernante pour les enfants de la sœur d’Adam, Maria Mulinen. La fin de la lettre n’est pas très claire. Le marquis, qui craignait manifestement le contrôle de cette correspondance, écrivait en effet de façon voilée. On peut pourtant en déduire qu’il connaissait certains plans politiques secrets de Gurowski, et tout en les soutenant, il soulignait la nécessaire patience pour leur réalisation. Compte tenu de la fuite soudaine de Gurowski hors de Russie, on peut supposer que le marquis était au courant des intentions risquées du Polonais. La lettre se terminait par l’affirmation « croyez à mes regrets – et à ma vieille amitié18 ».

  • 19 Voir Gadon L., Wielka Emigracja w pierwszych latach po powstaniu listopadowym [Grande Émigration d (...)

8La proximité avec Ignacy Gurowski et sa famille a permis de renforcer et d’élargir les contacts de Custine avec d’autres Polonais, et favorisé son intérêt grandissant pour la Pologne. D’ailleurs, à partir de 1831, la Pologne était très en vogue en France. De nombreux habitants de Paris accueillirent l’Insurrection de novembre 1831 avec exaltation. On était ravi du courage des Polonais, on s’enthousiasmait devant les vertus polonaises, ainsi que devant l’héroïsme d’Emilia Plater. Dans la mode féminine triompha un temps une tenue dite « à la polonaise19 ».

9Le marquis de Custine fréquentait alors de nombreux Polonais, et suivant la mode épistolaire de l’époque, il échangeait des lettres avec certains d’entre eux. La personne la plus importante parmi ses amis polonais était sans doute le prince Adam Czartoryski, d’une famille aristocratique parmi les plus grandes de Pologne. Dans sa jeunesse, il avait été envoyé à la cour de Saint-Pétersbourg, en tant qu’otage politique, garant de la loyauté de sa famille envers la Russie. Ami du grand prince Alexandre, et intimement lié avec sa femme après le couronnement de ce dernier (1801), il devint le réel dirigeant des affaires politiques internationales russes. Malgré une mise à pied rapide (1803) il resta très influent dans ce domaine, surtout en ce qui concerne les contacts avec l’Europe, et plus particulièrement l’Angleterre et la France. Cette position fut de nouveau renforcée par son active participation au Congrès de Vienne (1815). Durant l’Insurrection de novembre (1830-1831), il fut à la tête du Gouvernement National. Après l’échec de l’insurrection, Czartoryski fut condamné à mort et ses biens furent confisqués par le tsar, il réussit alors à obtenir un asile politique en France. Sa demeure parisienne, l’Hôtel Lambert, devint le centre de l’activité politique des émigrés polonais, surtout pour le parti de droite. Le prince lui-même en était un acteur important, il essayait d’attirer l’attention des hommes politiques, de propager l’idée de l’indépendance polonaise, et de conquérir l’appui des opinions publiques française et anglaise.

  • 20 Sur Czartoryski voir par exemple : Kukiel M., Czartoryski and European Unity, 1770-1861, Princeton (...)

10Dans ce but, les contacts avec des personnalités influentes lui étaient indispensables, et les personnes comme Custine étaient pour lui de grands alliés. Czartoryski, bien qu’homme politique à l’époque, était un excellent érudit. Fin connaisseur en matière d’art, c’est à lui que sa famille doit l’acquisition de la « Dame à l’hermine », célèbre œuvre de Leonard. La plume lui était elle aussi familière, il est en effet l’auteur d’un poème, « Bard polski » (1795), ainsi que d’un traité fondamental pour la pensée pacifique européenne « Essai sur la diplomatie » (1830), sans oublier le traité philosophique « O pocieszeniu », qui fait référence au traité de Boèce20.

  • 21 Bibliothèque des Czartoryski à Cracovie, (en suite BCz), 7032, folio non numéroté. Je remercie cha (...)
  • 22 Voir Pezda J., Ludzie i pieniądze. Finanse w działalności Adama Jerzego Czartoryskiego i jego oboz (...)

11Les affinités au sein du milieu aristocratique et la facilité à nouer des contacts entre les personnes de cette classe sociale sont une évidence. Il est donc possible qu’ils se soient vus à Vienne lors du Congrès. Leurs contacts parisiens sont cette fois-ci bien confirmés. Custine, comme de nombreux aristocrates et intellectuels de l’époque, fréquentait souvent l’Hôtel Lambert. Après une de ces réunions, il écrivit même une lettre particulièrement courtoise à la famille du prince. Il est plein d’admiration devant la beauté du palais « illuminé – par les ressources magiques de l’industrie moderne21 », mais aussi devant la noblesse de la famille Czartoryski – très bien née, d’importance et de position remarquables, et aidant ses compatriotes dans leur position difficile d’émigrés. Custine ne prenait pas seulement part aux rencontres mondaines, mais aussi aux ventes polonaises de charité, les « bazars » organisés une fois par an par la femme du prince, Anne, qui y conviait l’aristocratie polonaise émigrée, ainsi que la communauté parisienne. Les recettes des lots et des gages alors vendus étaient destinées à aider les émigrés polonais se trouvant dans une situation difficile ; elles permettaient aussi d’attribuer des bourses à de jeunes Polonais, et soutenaient également une pension pour femmes fondée par la princesse Anna Czartoryski et sa belle-sœur, sœur préférée du prince Adam, la poétesse préromantique, la princesse Maria Wirtemberska22. Le marquis fabuleusement riche était conscient, à travers les histoires de familles entendues dans les salons, des conditions difficiles dans lesquelles vivaient les émigrés, c’est peut-être pour cela qu’il soutenait cette initiative, et se montrait très généreux. Elle faisait clairement partie de ce penchant moral de l’aristocratie qu’il affectionnait.

  • 23 . BCz, 7032, folio non numéroté.

12Dans cette lettre, le marquis exprimait ces sentiments de nostalgie envers le passé, sa culture et son esthétique, mais aussi envers l’ancien régime, et la place qu’y occupaient les familles aristocratiques. Il écrivit que la soirée à l’Hôtel Lambert lui rappelait le souvenir « d’un siècle plus glorieux que le nôtre sous le rapport de l’élégance, de l’esprit dans la vie intime, et du bel idéal dans la littérature et dans les arts23 ! » Selon lui, lors de cette période antérieure, bien meilleure, les familles aristocratiques étaient à la tête de la société, mais y avaient aussi des obligations ; ce qui leur valait en échange le respect. On retrouve cette désillusion face à la société contemporaine, de plus en plus égalitaire, dans une autre lettre du marquis adressée à une de ses correspondantes polonaises – la comtesse Józefina Radolińska – :

  • 24 Breza E., Monsieur le Marquis de Custine en 1844 lettres adressées à Mme Comtesse Joséphine Radoli (...)

En Pologne, où les grandes familles prennent leurs fermiers et leurs régisseurs parmi la pauvre noblesse, l’ingratitude de ces gens envers les maisons au service desquelles ils se sont enrichis et qui les protègent jusqu’à élever souvent leurs enfants aux emplois éminents de l’État, cette ingratitude est une des choses qui m’a toujours le plus révolté24.

  • 25 Tarn J.-F., Le Marquis de Custine, p. 317.

13Les Czartoryski ont aussi rencontré Custine durant la période estivale. Leurs résidences d’été ‒ Montfermeil pour les Czartoryski et Saint Gratien pour Custine ‒ n’étaient pas bien éloignées l’une de l’autre. La présence de la famille princière à la réception d’adieu organisée par Custine le 11 mai 1839, la veille de son départ en Russie, était là encore une preuve d’intimité25. Ces rapports proches ont été renforcés par la correspondance. Le sort tragique des archives polonaises durant le XXe siècle nous laisse penser que seule une fraction de la correspondance entre le marquis et la famille Czartoryski a été conservée. Peut-être les collections françaises cachent-elles encore des trésors.

  • 26 Handelsmann M., Książę Adam Czartoryski [Le comte A. Czartoryski], t. III, Warszawa, Drukarnia Pol (...)

14Leur correspondance précédant la période de la guerre de Crimée n’a certainement pas été préservée. On sait néanmoins, sans nul doute, que Czartoryski profitait alors du soutien de Custine en ce qui concerne ses plans politiques. De telles lettres avaient été vues avant la Seconde guerre mondiale par le brillant historien polonais, biographe de Czartoryski, Marceli Handelsmann. Dans le contexte de la mise en place par le prince d’une machine de propagande en France, il mentionnait entre autres le nom de Custine26.

  • 27 BCz 7035, f. 55. Dans cette lettre Custine invitait les Czartoryski à Saint-Gratien. Cette maison (...)
  • 28 BCz. 6149 folio non numéroté.
  • 29 Ibid., 5452, f.259-260.

15Un reliquat de correspondance entre Custine, le prince et ses plus proches correspondants a cependant été conservé dans la bibliothèque des Czartoryski à Cracovie. D’après ces lettres, leurs rapports étaient plutôt étroits : ainsi le marquis propose des promenades printanières dans sa calèche aux dames Czartoryski et à leurs enfants27, à un autre moment il demande la date du retour d’Allemagne du fils Czartoryski28. C’est avec tristesse qu’il annonce au couple Czartoryski et à la princesse Wirtemberska le décès de son oncle Elzéar de Sabran. Cette perte fut pour lui particulièrement douloureuse car son oncle « c’est la dernière personne qui m’ait vu naitre, c’est le dernier parent ». Custine revient également aux relations, mentionnées précédemment, du marquis de Sabran avec la Pologne : « sa jeunesse s’était passée en partie dans ce glorieux pays, et l’hospitalité que ma grand mère y avait trouvée était restée en souvenirs dans nos cœurs29 ».

  • 30 BCz, 5452, f.249. Ce paragraphe s’inscrit en contrepoint de l’affirmation de la biographie de Cust (...)
  • 31 BCz, 5452, f. 249.

16Cependant, Custine écrivit une lettre particulièrement importante au prince Czartoryski le 9 mai 1843. Il y formulait une cordiale demande protection et d’appui pour son tout dernier livre, récemment édité : La Russie en 1839. L’écrivain y évoquait les attaques qu’il avait à subir en conséquence de la publication du livre – « les uns me trouvent trop catholique, les autres trop antirusse, les autres trop aristocrate30 ». Custine pensait que son livre devrait également être défendu par Czartoryski dans l’intérêt de l’affaire polonaise. Il terminait ainsi : « Ma récompense serait d’être trouvé juste pour les esprits tels que le Vôtre31. » Il est très plausible, ce qui serait compréhensible, que la publication du livre ait été précédée de conversations et discussions entre Czartoryski et Custine. Czartoryski était un excellent connaisseur des questions politiques en Russie, il connaissait ce pays et comprenait sa politique comme peu de personnes en Europe. Il était donc un interlocuteur particulièrement précieux. Les relations de ces deux hommes ont de toute évidence facilité l’échange des opinions.

  • 32 Chopin F., Korespondencja [Correspondance], rassemblée par B. E. Sydow, Warszawa, PIW, 1955, lettr (...)

17De plus, Custine correspondait fréquemment avec Frédéric Chopin. Il nous est parvenu seize lettres des années 1835-1839. Il a connu le « cher Chopinet », comme il avait l’habitude de l’appeler, au fameux salon de Madame Récamier, qui réunissait l’élite intellectuelle et artistique du Paris de son temps. Plus tard, ils ont fréquenté le même cercle artistique. Cette correspondance, dont on conserve uniquement les lettres de Custine, reflétait principalement le monde des salons. Le marquis invitait Chopin aux dîners, l’encourageait à lui rendre visite à Saint Gratien. Au printemps 1835, Chopin fut invité à écouter la relation du destin tragique des parents de Custine durant la Révolution32. Ce texte a servi par la suite d’introduction au livre La Russie en 1839.

  • 33 Ibid., lettre non datée, p. 264-265.
  • 34 Voir Szulc T., Chopin w Paryżu : życie i epoka [Chopin à Paris, sa vie et son époque], Warszawa, « (...)
  • 35 Chopin F., Korespondencja [Correspondance], lettre non datée p. 422.

18Les expressions d’admiration pour l’art de Chopin devinrent de plus en plus chaleureuses avec le temps : « l’art, comme vous le sentez, pourra seul réunir les hommes divisés par le positif de la vie ; on s’aime, on s’entend dans Chopin33 ». Custine voyait en Chopin non seulement un artiste brillant mais, semble-t-il également, un homme séduisant34 – il courtisait clairement ce dernier, dont il comprenait certainement l’âme polonaise. Il s’en moquait légèrement comme en témoigne cette adresse à Frédéric : « Polonniaiseur », ou une autre fois : « Je crois la nature polonaise si volatile, je ne puis m’empêcher, Monsieur, de craindre que vous n’ayez oublié notre dîner d’aujourd’hui35. »

  • 36 Ibid., lettre du 6 mars 1835.
  • 37 Cette opinion a été répétée à Delfina Potocka par Custine. : cit in Wierzyński K., Życie Chopina [ (...)

19D’autres fois, ce qui est caractéristique de la période précédant son départ en Russie, il prend un ton beaucoup plus grave dans les lettres, montrant une réelle compréhension et une vraie compassion pour les souffrances d’une nation sans patrie : « La Pologne n’est malheureuse qu’en masse, chacun de ses enfants a une étoile particulière qui le dédommage des malheurs publics36. » Custine s’intéressait également à la musique polonaise. On sait grâce aux lettres de Chopin à Delphine Potocka que le marquis demanda à Chopin de lui faire connaître les œuvres des plus éminents compositeurs polonais. Il en éprouva une certaine déception, trouvant que la musique polonaise, avant Chopin, ne se distinguait en rien de la musique française ou allemande. Selon Chopin, qui, gêné, rapporte les mots du marquis, il devait dire que « la musique polonaise commence par Chopin37 ».

  • 38 PSB, Kraków 1936, t. II, p. 431.
  • 39 Heine séjournant alors à Paris, décrivait cette grande transformation de son ancien ami avec qui i (...)
  • 40 Moraczewska B., Dziennik [Journal], éd. Dobrzyńska-Rybicka, Poznań, Fr. Chocieszyński, 1911, p. 25

20Les lettres de Custine à Eugeniusz Breza sont parmi les mieux représentées de sa correspondance « polonaise » parvenue jusqu’à notre époque. C’est en effet un joli pied de nez à l’histoire, car Breza fut sans doute le moins intéressant correspondant polonais du marquis, du point de vue d’un chercheur d’aujourd’hui. Fils du ministre d’État du Duché de Varsovie, il fut durant ses études un ami très proche du poète allemand Henrich Heine. Le poète disait de Breza qu’il « est le seul homme dont compagnie ne m’ennuie pas38 ». En raison de sa participation à l’Insurrection de novembre, Breza fut expulsé du Grand-Duché de Poznań (1832). Il se réfugia à Paris et c’est sans doute là-bas qu’il connut Custine. Il était déjà alors une personne assez peu intéressante39. En effet, ayant vécu une métamorphose spirituelle, il s’intéressait aux théories théosophiques, écrivait de médiocres œuvres littéraires, mais ce qui l’attirait le plus était sans doute ce qui lui manquait toujours, c’est-à-dire l’argent. Il aimait la vie des salons, ce qui le poussait à l’oisiveté. Il voulait retourner à Poznań et, pour s’attirer la bienveillance des autorités prussiennes, il semblerait qu’il en alla même jusqu’à calomnier sa nation. Détesté par ses compatriotes pour avoir renié sa patrie, il était souvent désigné comme « pire que Gurowski40 ». Il n’est pas aisé de deviner ce qui suscita l’intérêt de Custine pour ce personnage, mais il semblerait que ce fut un sentiment ardent.

  • 41 Conservées aux archives de Poznan ces lettres ont été publiées par R. Forycki, « L’enfant terrible (...)
  • 42 Ibid., p. 48. À cette période Breza était parti en Pologne à l’aide d’un faux passeport afin de re (...)
  • 43 Ibid., p. 54.
  • 44 Ibid., p. 55.
  • 45 Ibid., p. 53.

21De la correspondance de Custine et Breza ont été conservées treize lettres des années 1840 – 184441. Les premiers échanges datant de novembre 1840 indiquent déjà une grande intimité avec Breza. Ainsi, il se plaint : « je m’y suis ennuyé, depuis que vous n’êtes plus là je ne sais plus que faire »42. Dans la lettre suivante, harassé et très touché par l’affaire de Gurowski et de la princesse espagnole, Custine souligne encore plus expressément ses sentiments pour Breza – « écrivez moi bientôt, je n’ai jamais eu plus besoin de l’amitié de l’homme qui m’a le mieux connu peut-être de tous ceux que j’ai rencontrés »43. Ces confidences de trop ont même suscité la jalousie d’Édouard Saint Barbe44. Ceci nous indiquerait que Breza aurait peut-être remplacé Ignacy dans le fameux « trio ». Les lettres à l’ami polonais sont très affectueuses et sincères. Custine ne cache pas sa douleur après le départ de Gurowski. Il va même jusqu’à lui décrire en toute franchise son histoire d’amour. Un dramatique soupir lui échappe : « Le jour où j’ai perdu Ignace45… » Il décrit également ses tentatives de consolation dans les bras de Fiodor, un ténor russe qu’il a connu en Italie. Ses lettres à l’érudit et écrivain polonais témoignent, pour ainsi dire, d’une sorte de vivisection sentimentale romantique.

22La revue de toute la correspondance « polonaise » de Custine nous révèle un choix soigné des destinataires de ses lettres. Suivant les mœurs de l’époque, il écrivait beaucoup de lettres destinées surtout aux personnes de son milieu, et de sa formation culturelle. Du point de vue du chercheur d’aujourd’hui, cette correspondance a un caractère insupportablement utilitaire – des invitations à des rencontres, des remerciements, de petites demandes. Elle contient quelquefois des descriptions de la nature, en vogue à l’époque, mais bien plus souvent des réflexions sur les émotions, dans le cas de Custine teintées par ses désirs, ses espoirs, mais aussi ses phobies homosexuelles. Ce qui est étonnant, c’est qu’on n’y trouve presque pas ou alors très rarement de réflexions sur les lectures ou de réflexions historiosophiques ou philosophiques plus profondes. Cette particularité n’est pas spécifique à la correspondance de Custine avec ses destinataires polonais. Ses lettres au baron Vernhagen d’Ense avaient le même caractère. Là aussi les interrogations, les réflexions, ou les remarques plus profondes faisaient l’effet de perles rares dans un tas de ragots et de salutations ou d’invitations conventionnelles. Il semblerait que cet aspect de la correspondance n’ait rien d’exceptionnel. Pour les personnes du milieu de Custine, et pour celles des classes les plus élevées, l’échange de lettres était non seulement une nécessité, mais aussi une convention. Elles écrivaient beaucoup, au point que parfois, sans doute, elles n’avaient pas assez de temps pour rédiger des considérations plus longues et plus nourries sur des sujets scientifiques ou littéraires. D’autant plus que les salons prospéraient encore, et que l’art de la conversation y fleurissait. Cette situation allait changer à la suite de l’éloignement des correspondants.

Notes

1 Muhlstein A., Astolphe de Custine (1790-1857). Le dernier Marquis, Paris, Grasset, 1996.

2 Tarn J.-F., Le Marquis de Custine ou les Malheurs de l’exactitude, Paris, Fayard, 1985 ; Gassouin O., Le Marquis de Custine : le courage d’être soi-même, Paris, Lumière et Justice, 1987. La relation entre la vision de la Russie décrite par Custine et le panslavisme d’Adam Gurowski a été dernièrement étudiée par l’historien polonais H. Głębocki, >Diabeł Asmodeusz< w niebieskich binoklach i kraj przyszłości. Hr. Adam Gurowski i Rosja, [Diable Asmodée en binocles bleus et le pays d’avenir. Le comte A. Gurowski et la Russie] Kraków, Arkana Historii, 2012, p. 668-703.

3 La connaissance de ces liens était assez répandue entre les émigrés polonais venus à Paris après l’Insurrection de Novembre, voir : Zieliński J.-F., Wspomnienia z tułactwa, [Souvenirs d’exil] éd. E. Wróblewska, Warszawa, Pax, 1989, p. 412.

4 Custine A., Lettres à Vernhagen d’Ense, Genève, Slatkine Reprints, 1979, p. 412, 414-415. De nombreux représentants de cette génération de la famille Gurowski ont étudié en France, et le grand oncle d’Ignacy – Władysław était lié avec la cour de Stanisław Leszczyński à Luneville et servit un temps dans l’armée française, voir : Polski Słownik Biograficzny (par la suite PSB), Wrocław etc. Ossolineum, 1960-1961, t. IX, p. 171-173.

5 Le grand-père d’Ignacy, Rafal Gurowski, faisait des gloses rimées aux œuvres de Krasicki, ce qui est encore un point de rencontre entre les centres d’intérêt des représentants des deux familles, voir : Wójcicki J., Papierowe wojny Rafała hrabi Gurowskiego [Les guerres de papier du comte Rafał Gurowski], in Między księgami. Badania literackie nad dawną książką. Konferencja Zakładu Historii Literatury Baroku i Dawnej Książki Uniwersytetu Śląskiego, Katowice 13-15 październik 2010.

6 Chopin F., Korespondencja z rodziną [Correspondance familiale], opr. K. Kobylańska, Warszawa, Piw, 1972, p. 158.

7 Custine A., Lettres à Vernhagen, op. cit., p. 412.

8 Bielecki R., Słownik biograficzny oficerów powstania listopadowego [Dictionnaire biographique des officiers de l’Insurrection de Novembre], Warszawa, DIG, 1996, t. II, p. 132. Bien que faisant partie de grandes familles et possédant le titre de comtes, les Gurowski se trouvaient cependant dans une situation financièrement très difficile ; de plus, leurs biens fonciers ont été confisqués en octobre 1841 en représailles de leur participation à l’insurrection de 1831 et leur émigration en France. Voir: H. Głębocki, op. cit., p. 32-33 et 681.

9 Lucey M., The Misfit of the Family: Balzac and the social form of sexuality, Durham, Duke University Press, 2003, p. 97.

10 Murat L., « La tante, le policier et l’écrivain, Pour une protosexologie de commissariats et de romans », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2007/2 (no 17), p. 50. Selon la police le penchant homosexuel devait être héréditaire dans la famille des Gurowski au moins depuis trois générations.

11 Zieliński J. -F., Wspomnienia, p. 412.

12 Custine devait même au nom d’Ignacy demander la main de la comédienne. Cette histoire d’amour se termina par un scandale. Une fois rejeté, Ignacy frappa son rival plus chanceux, par ailleurs pair de France.

13 Custine A., Lettres à Vernhagen d’Ense, p. 414-415.

14 Avant 1830 il avait entrepris des études de droit à l’université de Varsovie.

15 Budzyński M., Wspomnienia z mojego życia [Les souvenirs de ma vie], t. II, Poznań, J. K. Żupanski, 1880, p. 278-280.

16 La présence aux côtés de la femme du tsar de Cecilia Fredriks n’était pas sans importance. Demisœur d’Ignacy et d’Adam, Cecila était aussi considérée comme la sœur biologique de la tsarine, sur qui elle exerçait une grande influence. Elle servait d’appui à Custine à la cour impériale.

17 Forycki R., Między apostazją a palinodią polityczną : hrabia Adam Gurowski i markiz de Custine [Entre l’apostasie et la palinodie politique : comte A. Gurowski et marquis de Custine], « Blok-Notes Muzeum Literatury im. Adama Mickiewicza », t. X, 1991, p. 319-322.

18 Biblioteka Polska w Paryżu (ensuite BPP), 1109.

19 Voir Gadon L., Wielka Emigracja w pierwszych latach po powstaniu listopadowym [Grande Émigration dans les premières années après l’Insurrection de Novembre], [Paryż], Ksiegarnia Polska, 1960, p. 178.

20 Sur Czartoryski voir par exemple : Kukiel M., Czartoryski and European Unity, 1770-1861, Princeton University Press Princeton, NJ 1955.

21 Bibliothèque des Czartoryski à Cracovie, (en suite BCz), 7032, folio non numéroté. Je remercie chaleureusement le docteur Janusz Pezda de la bibliothèque des Czartoryski à Cracovie de m’avoir signalé l’existence de la correspondance de Custine avec les Czartoryski.

22 Voir Pezda J., Ludzie i pieniądze. Finanse w działalności Adama Jerzego Czartoryskiego i jego obozu na emigracji w latach 1831-1848 [Les hommes et l’argent. Les finances dans l’œuvre de A. J. Czartoryski et de son entourage en émigration durant les années 1831-1848], Kraków, Universitas, 2003, p. 158-193.

23 . BCz, 7032, folio non numéroté.

24 Breza E., Monsieur le Marquis de Custine en 1844 lettres adressées à Mme Comtesse Joséphine Radolińska, Leipsick, Librairie Étrange, 1845, p. 25. Hrabina Radolińska était parente d’un autre ami polonais de Custine, Eugeniusz Breza. Radolińska, qui s’intéressait aux arts, fut la mère du poète et compositeur italien Arrigo Boito, auteur de nombreux livrets d’opéra.

25 Tarn J.-F., Le Marquis de Custine, p. 317.

26 Handelsmann M., Książę Adam Czartoryski [Le comte A. Czartoryski], t. III, Warszawa, Drukarnia Polska, 1949, p. 226 et 301.

27 BCz 7035, f. 55. Dans cette lettre Custine invitait les Czartoryski à Saint-Gratien. Cette maison fut décrite par Sainte-Beuve, comme par d’autres de ses contemporains, comme « une véritable Sodome et Gomorrhe ». Les princes n’ont donc probablement pas accepté l’invitation.

28 BCz. 6149 folio non numéroté.

29 Ibid., 5452, f.259-260.

30 BCz, 5452, f.249. Ce paragraphe s’inscrit en contrepoint de l’affirmation de la biographie de Custine, selon laquelle ce livre n’a pas suscité « de critiques, mais des ventes ». Muhlstein A., Astolphe de Custine, p. 303.

31 BCz, 5452, f. 249.

32 Chopin F., Korespondencja [Correspondance], rassemblée par B. E. Sydow, Warszawa, PIW, 1955, lettre du 4 mars 1835, p. 422.

33 Ibid., lettre non datée, p. 264-265.

34 Voir Szulc T., Chopin w Paryżu : życie i epoka [Chopin à Paris, sa vie et son époque], Warszawa, « Alfa-Vero », 1999, p. 175. Les biographes de Chopin formulent parfois des interrogations quant à ses éventuels penchants homosexuels.

35 Chopin F., Korespondencja [Correspondance], lettre non datée p. 422.

36 Ibid., lettre du 6 mars 1835.

37 Cette opinion a été répétée à Delfina Potocka par Custine. : cit in Wierzyński K., Życie Chopina [Vie de Chopin], Kraków, Wydawnictwo Literackie, 1978, p. 575-576.

38 PSB, Kraków 1936, t. II, p. 431.

39 Heine séjournant alors à Paris, décrivait cette grande transformation de son ancien ami avec qui il n’avait plus aucune relation.

40 Moraczewska B., Dziennik [Journal], éd. Dobrzyńska-Rybicka, Poznań, Fr. Chocieszyński, 1911, p. 25.

41 Conservées aux archives de Poznan ces lettres ont été publiées par R. Forycki, « L’enfant terrible de l’émigration polonaise » : Ignace Gurowski d’après la correspondance inédite d’Astolphe de Custine, [w:] « Toute la France est polonaise ! » La présence polonaise en France aux XIXe et XXe siècles, Poznań-Paris 2007, p. 44-67.

42 Ibid., p. 48. À cette période Breza était parti en Pologne à l’aide d’un faux passeport afin de rendre visite à son père malade.

43 Ibid., p. 54.

44 Ibid., p. 55.

45 Ibid., p. 53.

Auteur

Chercheuse spécialisée dans l’histoire sociale et celle du parlementarisme du XIXe siècle est aussi adjointe au directeur de l’Institut d’Histoire de l’université de Varsovie, et chef de section de l’histoire du XIXe siècle. Après des études d’histoire dans le même Institut, elle y fait carrière à partir de 1978, soutenant en 1987 sa thèse sous la direction du professeur A. Zahorski ; elle est professeur de l’université de Varsovie depuis 2012.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540