Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Correspondances d'érudits au xviiie et xixe siècles

 | 
Marie-France de Palacio

Première partie. Aspects politiques : projets francophones de réforme pour la République des Deux Nations

Élie Bertrand et l’affaire polonaise : transfert d’idées juridiques et politiques dans une correspondance inconnue

Aleksandra Szadok-Bratuń und Marek Bratuń

Volltext

  • 1 Weidmann M., « Un pasteur-naturaliste du XVIIIe siècle : Élie Bertrand (1713-1797) », Revue histor (...)
  • 2 Rosner A., « Mniszech Michał Jerzy Wandalin », E. Rostworowski (dir.), Polski Słownik Biograficzny(...)
  • 3 Dymnicka-Wołoszyńska H. et Wołoszyński R. W., « Mniszech Józef Jan Tadeusz », E. Rostworowski (dir (...)

1Les études consacrées à la participation d’étrangers à la vie de la République de Stanislas Auguste Poniatowski ne prennent pas en considération le personnage d’Élie Bertrand (1713-1797)1. Pourtant, son activité pédagogique liée à l’éducation et la formation des frères Mniszech ‒ Michel Georges Vandalin (1742-1806)2 et Joseph Jean Thaddée (?-1797)3 ‒, mais aussi son activité liée à l’implantation des idées des Lumières en Pologne, et aux tentatives de réformer la République nobiliaire et d’informer l’opinion publique européenne des affaires polonaises, méritent indéniablement notre estime et attention.

2Élie Bertrand est né dans une famille de huguenots de Toulouse qui avait quitté la France un an avant la révocation de l’Édit de Nantes (1685) pour s’installer en Suisse, d’abord à Genève, puis à Yverdon et Orbe. C’est à Orbe qu’est né le 13 mai 1713 Élie Bertrand et c’est là qu’il a reçu sa première formation. Les années 1728-1738 sont celles de ses études à Lausanne, Genève et Leyde, consacrées à la littérature grecque et romaine, la philosophie, les mathématiques, la théologie, le droit naturel et la physique expérimentale. En 1740 il devient pasteur calviniste à Ballaigues, et à partir de 1756 il assure ses devoirs ecclésiastiques à l’Église Française de Berne. Au début de l’année 1744, il épouse Louise Main, issue d’une famille de huguenots français habitant dans la ville suisse de Morges. De cette union sont nés un fils et une fille.

  • 4 Bibliothèque des sciences et des beaux arts, La Haye 1754-1780 ; Nouvelle bibliothèque germanique, (...)
  • 5 Bertrand E., Mémoire sur la structure intérieure de la terre, Zurich 1752 ; id., Essai sur les usa (...)
  • 6 Voir surtout Bertrand E., Dictionnaire universel des fossiles propres et des fossiles accidentels (...)

3Élie Bertrand savait habilement concilier ses devoirs de prêtre et son activité scientifique. Il enrichissait systématiquement la collection privée du cabinet d’histoire naturelle, collaborait à des périodiques européens connus (la Bibliothèque des sciences et des beaux arts, la Nouvelle bibliothèque germanique ou le Journal helvétique4), dans lesquels il publiait des fragments de ses ouvrages. Il fut aussi l’auteur de quelques travaux théoriques significatifs dans le domaine de la géologie, qui le rendirent célèbre à l’échelle internationale5. Son activité scientifique lui valut de l’estime et, en l’espace de dix ans (1752-1762), Élie Bertrand devint membre de seize académies et sociétés scientifiques européennes. En juin 1759 fut créée la Société Économique de Berne dont Élie Bertrand devint secrétaire à vie pour toute la Suisse française. Les devoirs de Bertrand englobaient la correspondance – et parmi ses correspondants il y avait des célébrités de l’époque : Voltaire (1694-1778), Albrecht von Haller (1708-1777), Carl von Linné (1707-1778), Pierre Louis Moreau de Maupertuis (1698-1759), Jean Henri Samuel Formey (1711-1797). Il rédigeait aussi des comptes rendus des réunions de la Société et veillait à la publication de matériaux dans les Mémoires et Observations recueillies par la Société Économique de Berne. Grâce aux efforts d’Élie Bertrand, deux institutions importantes furent créées à cette époque à Yverdon. Le 1er juin 1761 on y créa la filiale de la Société Économique mentionnée, et deux ans plus tard, en 1763, on y fonda la Bibliothèque Publique Municipale, à laquelle Bertrand offrit plus tard sa collection. Tout en menant une vive activité sur la scène de la Société Économique, le savant helvète ne négligeait pas ses recherches scientifiques et publia successivement des ouvrages de paléontologie et de minéralogie qui contribuèrent à sa renommée internationale6.

  • 7 Weidmann M., « Un pasteur-naturaliste du XVIIIe siècle : Élie Bertrand (1713-1797) », art. cit., p (...)
  • 8 Weidmann M., « Un pasteur-naturaliste du XVIIIe siècle : Élie Bertrand (1713-1797) », art. cit., p (...)

4Comme le souligne Marc Weidmann, il importe d’accorder une attention particulière aux relations d’Élie Bertrand avec Voltaire7. Leur correspondance date des années 1754-1773. Bertrand séjournait souvent à Ferney et ses conversations cordiales avec l’auteur de Candide tournaient autour de questions politiques, géologiques et religieuses. Le 30 novembre et le 9 décembre 1755 Bertrand prononça deux sermons consacrés au tremblement de terre de Lisbonne. Voltaire l’apprit et exprima son souhait de connaître leur contenu, ce qui leur valut une publication presque immédiate à Genève8.

  • 9 Dymnicka-Wołoszyńska H., « Mniszchowa z Zamoyskich Katarzyna », E. Rostworowski (dir.), Polski Sło (...)
  • 10 Bratuń M., « Nieznana korespondencja Élie Bertranda z rodziną Mniszchów z lat 1761-1770 », Czasopi (...)
  • 11 Id., “Ten wykwintny, wykształcony Europejczyk”. Zagraniczne studia i podróże edukacyjne Michała Je (...)
  • 12 Ibid., p. 151-228. Voir aussi du même auteur : « Paris aux yeux des jeunes Sarmates éclairés en 17 (...)

5Les premiers contacts d’Élie Bertrand avec la République nobiliaire eurent lieu au début des années soixante du dix-huitième siècle. C’est alors que s’engagea un échange de correspondances entre Élie Bertrand et Catherine, née Zamoyska Mniszech (vers 1723-1797)9, la mère de magnats polonais en route vers Berne10. L’éducation suisse de Michel Georges et de Joseph Mniszech sous tutelle d’Élie Bertrand, qui résulta de cette correspondance, dura de 1762 à 176511. Le savant helvète mit à disposition de ses disciples son propre cabinet d’histoire naturelle, il leur permit d’adhérer à la Société Économique de Berne, il les introduisit dans la célèbre « coterie » de Julie de Bondeli (1731-1778), active dans les années 1750-1770. Il consacrait aussi beaucoup de temps à des voyages en Suisse. Ayant achevé leur éducation à Berne, les frères Mniszech effectuèrent, en compagnie de leur précepteur, un voyage éducatif en Europe dans les années 1765-1768. Leur itinéraire passait par la France, l’Allemagne, la Hollande, l’Angleterre, l’Italie et l’Autriche12.

6Le premier séjour d’Élie Bertrand en Pologne dura du 21 septembre 1765 au 28 mai 1766. Il vint alors à Varsovie avec les frères Mniszech, après avoir achevé l’étape franco-allemande de leur voyage éducatif. Sur demande du roi Stanislas Auguste Poniatowski ainsi que des représentants du milieu de magnats polonais (on ne peut exclure que parmi ceux-ci il y ait eu les princes Czartoryski et André Zamoyski), il élabora quelques projets de réformes de la République des Deux Nations. Le biographe d’Élie Bertrand, Frédéric Samuel Ostervald (1713-1795), a ainsi présenté ce premier séjour du savant helvète à Varsovie, tout en commentant les projets réformateurs préparés :

  • 13 Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, ms. Hist. 860a, Frédéric Samuel Ostervald,(...)

Monsieur Bertrand passa l’hiver à Varsovie et jusqu’au milieu de mai 1766 […]. Pendant ce séjour le roi donna de fréquents témoignages de bienveillance au philosophe suisse. Mais au milieu des amusements d’une société brillante, le savant ne demeurait pas oisif. À la réquisition du roi, dont toutes les intentions étaient patriotiques et les vues grandes, de même que sur les demandes de divers seigneurs, il composa plusieurs mémoires sur des sujets importants, tous relatifs à la Pologne. L’affranchissement des paysans, tous serfs dans ce pays-là, fut le premier sujet qu’il traita. […] Il traita ensuite une autre question non moins importante, mais plus délicate, celle de l’autorité ecclésiastique qu’il réduisait à une autorité purement spirituelle, soumise à la puissance souveraine. […] On demanda encore à notre voyageur un projet d’éducation nationale, un plan pour l’établissement d’une société ou académie royale des sciences et des arts utiles à Varsovie. […]. Il écrivit aussi ses idées sur le commerce de la Pologne et les moyens de l’étendre, sur l’utilité des foires et la police à établir pour y attirer des marchands. On s’occupa encore de l’établissement d’une société pour favoriser l’emploi des laines du pays et la fabrication des draps13

  • 14 Bratuń M., « Nieznany projekt Élie Bertranda dotyczący zreformowania rolnictwa Rzeczpospolitej », (...)
  • 15 Kumor B., « Projekt założenia Akademii Nauk i Sztuk Pożytecznych w Warszawie (1766) », Kwartalnik (...)

7Comme il ressort de la description de Frédéric Samuel Ostervald, Élie Bertrand se pencha en premier lieu sur la réforme de l’agriculture polonaise, en préparant le Projet pour augmenter le revenu des terres par la propriété des paysans polonais et pour perfectionner par là l’agriculture, dans lequel il critiquait l’esclavage servile non seulement contraire à la dignité humaine, mais aussi désavantageux pour le niveau général de l’agriculture14. Puis il prépara le Projet pour l’établissement d’une Académie des Sciences et des Arts Utiles à Varsovie en 1766, dans lequel il soutenait – en invoquant aussi bien ses propres expériences acquises dans la Société Économique de Berne, que celles des académies semblables à Londres, à Berlin et à Paris – que la fondation d’une telle académie était le moyen le plus sûr et le plus rapide d’illuminer la nation15.

  • 16 Dymnicka-Wołoszyńska H. et Wołoszyński R. W., « Mniszech Józef Jan Tadeusz », op. cit., p. 479.

8Les deux projets énumérés sont les seuls qui soient conservés de la période du séjour du savant helvète à Varsovie. Élie Bertrand était aussi censé préparer un projet concernant le développement du commerce en Pologne, ainsi que celui de l’instauration d’une institution de support de l’utilisation et de la production des laines du pays. On ne peut exclure que son projet ait eu quelque chose en commun avec la Compagnie des Manufactures de Laines fondée le 11 avril 1766, dont les actionnaires étaient entre autres : André Zamoyski, Antoine Tyzenhaus et Joseph Jean Thaddée Mniszech16.

9Élie Bertrand séjourna une deuxième fois en Pologne en 1768 (juin-septembre). Il y venait pour rendre ses fils à Catherine née Zamoyska Mniszech, après leur voyage éducatif en Europe, mais aussi pour répondre à l’appel de l’Assemblée Nationale de la République qui lui offrit au printemps 1768 un indigénat (le diplôme date du 10 septembre 1768) et l’invita en même temps à s’installer à Varsovie. En échange d’une rémunération de 1 200 ducats, Élie Bertrand devait prendre place à la tête d’une Société Économique projetée, mais aussi diriger un des « départements » de la future Académie de Médecine et d’Économie, englobant la philosophie, l’histoire naturelle et l’agriculture. Une lettre datant du 23 mars 1768, adressée à son ami suisse, Vincenz Bernhard Tscharner (1728-1778), témoigne de doutes importants d’Élie Bertrand quant à la prise finale de décision :

  • 17 Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne [BBB], ms. Historia helvetica, XII.92.164, lettre d’Élie B (...)

J’éprouve, mon cher Monsieur, combien il est désagréable d’être éloigné d’amis, dont on connaît les lumières. Je me trouve dans une incertitude, qui a quelque chose de pénible, et j’ose espérer que votre amitié vous fera prendre part, et vous engagera à me communiquer vos idées avec franchise. La diète de Pologne m’a agréé avec Herrenschwand à l’ancienne noblesse, et en m’accordant l’indigénat me déclare habile à jouir de tous les emplois. À cette faveur de la nation le roi en a ajouté une autre, en faisant expédier un diplôme de baron enregistré dans la matricule de la grande chancellerie. Ce n’est pas ce qui cause mon embarras. Je puis emporter de grands diplômes, les oublier dans mon cabinet et vivre en Suisse comme j’ai vécu. Mais la diète m’a assigné une pension de 12 cent ducats pour venir m’établir à Varsovie et être directeur de la classe de l’académie, qu’on y veut former, qui embrassera la philosophie, l’histoire naturelle et l’agriculture. L’autre classe regardera la médecine, la botanique, la vétérinaire. Quatre cent mille florins sont destinés tous les ans pour cet établissement. On me mande que je serai logé dans le palais acheté pour l’académie et que le roi me destine un supplément de 400 ducats par an sur son trésor et une gratification pour les frais de mon transport. Tous ces avantages me flatteraient et me seduiraient si je n’avais que 30 ans. Mais je considère mon âge, la répugnance de ma femme et l’incertitude des établissements dans un pays tel que la Pologne, et ces considérations contrebalancent des motifs, dont un reste d’ambition est peut-être la source. Un attachement, que je ne puis vaincre, pour ma patrie, et que de petits désagréments occasionés par l’envie n’ont pu altérer, m’y rappelle. Une maison bien réparée, une campagne nouvellement achetée, assez de rentes pour vivre comme mes pareils, et laisser à mon fils, s’il est raisonnable, comme j’ai lieu de le croire, de quoi se soutenir. Voilà, mon cher Monsieur, les raisons principales, qui me font pencher pour ma patrie, où je vivrai tranquille et dans la plus grande sûreté, et où j’espère que l’envie satisfaite qui m’avait chassé de Berne me laissera en repos. D’un autre côté, on veut ranimer mon ambition éteinte en me faisant envisager des établissements pour mon fils ; en me faisant observer que je n’aurai attaché qu’au Roi, chargé seul de diriger absolument cette académie à sa volonté ; qu’en Suisse je ménerai une vie inutile, qu’ici je pourrai faire le bien ; que je pourrai me procurer des plaisirs réels en formant une bibliothèque et un cabinet d’histoire naturelle pour la Republique ; que le bien que je ferai ne m’exposera à aucune envie, enfin que je puis compter sur la bienveillance du Roi et de plusieurs amis considérables qui me souhaitent etc. Daignez, mon cher Monsieur, peser ces raisons avec moi et me dire ce que vous pensez. Comme je ne renoncerais point à la Suisse, où je pourrais revenir si Dieu me conserve, où mon fils pourrait aussi se retirer, si la Pologne, ne lui convenait pas, je ne pense pas que l’on s’imagine que je doive renoncer à ma patrie, ni payer de traite foraine. C’est encore un point, Monsieur et cher ami, que je vous prie de m’éclaircir17

10La réponse de Vincenz Bernhard Tscharner à ces doutes largement détaillés d’Élie Bertrand n’est pas connue. Cependant, elle n’était probablement pas encourageante, si l’on prend en considération la décision finale du précepteur suisse, prise trois mois seulement après son arrivée dans la République qui ressentait déjà les conséquences sociopolitiques et financières de la confédération de Bar (29 II 1768).

  • 18 Cité d’après Fabre J., Stanislas Auguste Poniatowski et l’Europe des Lumières. Étude de cosmopolit (...)

11Dans sa lettre au roi Stanislas Auguste Poniatowski datant du 12 août 1768, Élie Bertrand écrivait non sans reproches et sans cacher son amertume : « Les circonstances jettent de l’incertitude sur tous les projets formés par le génie de Votre Majesté : les Muses et les Arts que votre voix, Sire, s’efforçait d’appeler, s’enfuiront effrayés par les cris de l’affreuse discorde, de l’odieuse anarchie et du fanatisme cruel18. »

12Un mois plus tard, au début de septembre 1768, le savant suisse avait quitté la Pologne pour ne jamais plus y retourner.

  • 19 Candaux J. D., « Felice Fortunato Bartolomeo de (1723-1789) », M. Jorio (dir.), Historisches Lexik (...)
  • 20 Donato C., Hardesty-Doig K., « Notice sur les auteurs des quarante-huit volumes de « discours » de (...)
  • 21 Bertrand E., « Confédération polonaise », F. B. de Felice (dir.), Encyclopédie, ou Dictionnaire un (...)
  • 22 Weidmann M., « Un pasteur-naturaliste du XVIIIe siècle : Élie Bertrand (1713‒1797) », art. cit., p (...)

13De retour en Suisse, Élie Bertrand commença à collaborer avec Fortunato Bartolomeo de Felice (1723-1789)19. Il prépara pour l’Encyclopédie d’Yverdon, parue dans les années 1770-1780, cent soixante-dix articles relevant de domaines aussi variés que la géologie, l’entomologie, la botanique, la philosophie et la théologie20. Parmi eux se trouvent des articles consacrés à la République des Deux Nations, prenant pour sujet l’histoire politique et le droit public21. Le savant helvète entreprit aussi une collaboration avec la Société Typographique de Neuchâtel qui publiait le Journal helvétique. C’est là qu’Élie Bertrand publia des critiques, des notes et des annonces22.

14En dehors de son activité de publiciste, Bertrand s’occupait aussi des affaires de la bibliothèque d’Yverdon, en lui transmettant aussi bien des fonds que des livres. Il offrit au musée fondé à Yverdon en 1764 la collection de son propre cabinet d’histoire naturelle. Son salon à Yverdon se transforma en un lieu de rencontres littéraires, philosophiques et sociales.

  • 23 Ibid., p. 102.

15La correspondance conservée témoigne des contacts épistolaires entretenus par Bertrand avec la famille Mniszech jusqu’en 1775 et d’un intérêt cordial porté aux affaires polonaises. En 1784, il reçut du roi de Pologne la médaille « Merentibus23 ».

16Il mourut à Yverdon le 20 août 1797, à l’âge de quatre-vingt-quatre ans.

  • 24 Bibliothèque municipale de Versaille, Fonds Lebaudy, mss. 4o. 58‒60, Recueil des lettres écrites p (...)
  • 25 Madurowicz-Urbańska H., « Łoyko (Łojko) », E. Rostworowski (dir.), Polski Słownik Biograficzny, Wr (...)

17La correspondance joue un rôle fondamental dans le processus d’implantation en Pologne des idées des Lumières, y compris des idées à caractère juridique et politique. C’est la raison pour laquelle c’est la correspondance – et plus particulièrement la correspondance inconnue – qui constituera la source des réflexions présentées ci-dessous. La source épistolaire la plus importante et en même temps la plus large est la correspondance de Versailles intitulée Recueil des lettres écrites par messieurs les comtes de Mniszech et par Monsieur Bertrand à Madame la comtesse de Mniszech24. Elle montre en détails les relations entre le savant helvète et Catherine née Zamoyska Mniszech, mais aussi celles avec l’ami de la maison Mniszech, l’éminent juriste, historien et économiste Félix Łoyko (1717-1779)25. Elle informe avec exactitude du déroulement des études des frères Michel Georges et Joseph Mniszech à Berne, mais aussi de leurs voyages éducatifs à travers l’Europe occidentale. Enfin, elle contient des réflexions à caractère juridique et politique liées à une discussion réformatrice sur la forme de la République nobiliaire.

  • 26 Bibliothèque de l’Institut National Ossoliński à Wrocław [BOs], ms. 2688/II, Listy (Arends-Białozz (...)

18La correspondance d’Élie Bertrand avec la famille Mniszech pour la période 1761-177026, conservée dans la Bibliothèque de l’Institut National Ossoliński à Wrocław, dans le recueil appelé Archives des Mniszech, constitue un complément important de la correspondance de Versailles mentionnée. Elle se compose de neuf lettres d’Élie Bertrand, adressées dans leur majeure partie à Catherine née Zamoyska Mniszech et à Joseph Mniszech, concernant aussi bien les contacts préliminaires du savant suisse avec l’aristocrate polonaise que la phase finale du second séjour d’Élie Bertrand en Pologne. Les lettres traitées constituent un matériel de source inappréciable, contenant des informations sur la situation sociopolitique de la République en 1768 dans le contexte international, mais aussi sur les causes qui rendaient impossible la création à Varsovie aussi bien d’une Société Économique que de l’Académie de Médecine et d’Économie, institutions auxquelles Bertrand était censé lier la suite de son séjour en Pologne. Elles permettent aussi, ce qui est important, de déterminer assez exactement la date du départ définitif d’Élie Bertrand de la République des Deux Nations (début du mois de septembre 1768).

19Tant pendant la période d’études supplémentaires à Berne (1762-1765) que lors de leurs voyages éducatifs à travers l’Europe occidentale (1765-1768), Élie Bertrand et ses disciples étaient informés de l’état actuel des affaires polonaises par Catherine née Zamoyska Mniszech et Félix Łoyko. Le sujet de ces nouvelles épistolaires était avant tout la situation sociopolitique intérieure, complexe et détériorée, de la Pologne, qui engendrait une inquiétude qu’on peut facilement comprendre – à l’intérieur et à l’extérieur de ses frontières.

  • 27 Voir à ce sujet Bratuń M., « L’Encyclopédie d’Yverdon et le nouveau regard sur le gouvernement de (...)

20Rappelons que deux années du règne de Stanislas Auguste Poniatowski (1765-1766) furent une période d’activité réformatrice intense dans le domaine fiscal, celui de l’éducation et du système politique. Les tentatives de réformes parlementaires se heurtèrent toutefois à un refus catégorique aussi bien des opposants politiques (le parti de « patriotes » appelés « républicants ») que des cours de Pétersbourg et de Berlin. S’appuyant sur un traité signé le 11 avril 1764, Frédéric, Roi de Prusse, et Catherine, Tsarine de Russie, prirent l’engagement de défendre les intérêts de leur confession, à savoir celles des citoyens polonais orthodoxes et protestants, ce qui leur fournit un prétexte pour intervenir dans les affaires intérieures de la République des Deux Nations. Par contre, les dissidents, qui éprouvaient l’intolérance et la limitation de leurs droits étaient voués aux protectorats russe et prussien. Voici les raisons pour lesquelles, d’inspiration russe, des confédérations se formèrent : la lituanienne (orthodoxes) à Słuck (20 III 1767), celle de la couronne (protestants) à Toruń (24 III 1767) et la générale à Radom (23 VI 1767). Des ennemis des réformes introduites après 1764, des partisans de la déposition de Stanislas Auguste Poniatowski et de l’entière restitution des libertés de la noblesse adhérèrent à cette dernière. L’ambassadeur russe en Pologne, le prince Nicolas Repnine (1734-1801) devait aider à la réalisation des postulats mentionnés. Une assemblée, appelée « de Repnine » (5 X 1767 - 5 III 1768), vota des « lois cardinales », dont le but était d’empêcher les réformes du système politique en Pologne. Il confirma aussi les règles de « liberté d’or » de la nation de noblesse (élections libres, liberum veto et droit de résilier son obéissance au roi) et introduisit l’égalité en droits des orthodoxes et protestants. La réponse fut la création de la confédération armée de Bar, situé dans la région de Podolie (29 II 1768), dont le but était de défendre la foi catholique, et qui était contraire à l’égalité des droits des autres religions, à Stanislas Auguste Poniatowski et à la Russie. Ce fut le début d’une guerre civile sanglante de quatre ans, qui freina le programme des réformes entamées et en conséquence conduisit au premier partage de la Pologne (5 VIII 1772), voté par l’assemblée de partage à Varsovie (30 IX 1773)27.

21C’est dans un tel contexte de transformations sociopolitiques survenant en Pologne que se déroula un dialogue d’idées spécifique entre Élie Bertrand, Catherine née Zamoyska Mniszech et Félix Łoyko. Ce dialogue concernait des notions aussi fondamentales que l’égalité des droits des dissidents, la tolérance, l’anarchie, la liberté, l’attitude de l’opinion publique européenne par rapport aux affaires polonaises. Dans ce débat idéologique, Élie Bertrand se fit d’un côté connaître comme critique acharné de l’anarchie, de la discorde, de l’intolérance et du fanatisme, de l’autre comme légaliste conséquent, partisan de la soumission aux lois. Ajoutons tout de suite que son engagement dans les affaires polonaises n’était ni feint, ni superficiel. Au contraire – il était marqué d’une profonde sensibilité et d’une véritable préoccupation. Nous en retrouvons les preuves dans la correspondance conservée.

  • 28 BMV Rdl II, p. 392r°, lettre d’Élie Bertrand à Catherine née Zamoyska Mniszech d’Yverdon du 23 jui (...)

22Le 23 juin 1767, Élie Bertrand écrivait d’Yverdon, en Suisse, à Catherine née Zamoyska Mniszech : « La Pologne est devenue pour moi une seconde patrie, et tout ce qui peut inquiéter Votre Excellence m’occupe et me chagrine28. » Cette lettre du savant suisse constitue une réponse empreinte d’émotion à une lettre de l’aristocrate polonaise qui nous est inconnue, et dans laquelle – nous pouvons le déduire du contenu de la réponse – celle-ci traite de la question des dissidents en Pologne.

  • 29 BMV Rdl III, p. 52r° -57r°, lettre de Catherine née Zamoyska Mniszech à Élie Bertrand de Varsovie (...)

23Quelques mois plus tard, déjà lors du voyage en Italie, Élie Bertrand reçut une lettre particulièrement importante de son informatrice polonaise, adressée à lui et ses disciples, et datée du 8 septembre 1767 à Varsovie29. La lettre mentionnée fut écrite moins d’un mois avant « l’assemblée de Repnine » et contenait des informations confidentielles concernant la situation intérieure de la Pologne à l’époque. Elle montrait le personnage de l’ambassadeur russe, Nicolas Repnine, ainsi que son rôle dans toute l’entreprise. Elle dévoilait les ignobles intentions de la Tsarine Catherine liées à sa volonté d’introduire en Pologne la tolérance à tout prix, en réalité prétexte d’une intervention intérieure. Elle présentait les principaux acteurs de la confédération générale comme des mécontents, ainsi que les actions infâmes de la cour de Pétersbourg, ayant pour but d’empêcher d’informer l’opinion publique européenne des affaires de la République des Deux Nations :

  • 30 BMV Rdl III, p. 55v° -56r°, lettre de Catherine née Zamoyska Mniszech à Élie Bertrand de Varsovie (...)

Vous me direz, mon bon ami, et pourquoi donc n’envoyez-vous pas des ambassadeurs aux pays étrangers : il est de l’intérêt de toute l’Europe de vous garantir de perte, une bonne négociation pourrait vous sauver. Mon cher ami, les gens sensés savent tout cela et le désirent, mais c’était le premier soin de la cour de Pétersbourg d’empêcher notre roi de faire des liaisons avec d’autres cours, d’envoyer [des ambassadeurs] aux pays étrangers, et d’avoir le moindre commerce au dehors. Cette précaution va si loin, que même les gazettes dans les pays étrangers sont à la disposition des ambassadeurs de Russie, qui ont la bonté de se donner la peine de diriger l’article de Varsovie, et cela pour cacher toute l’oppression où nous sommes, et pour donner au procédé de la cour de Pétersbourg le beau nom de l’humanité de l’impératrice de Russie. Pour cette même raison le public n’a lu que les déclarations de la part de la cour de Pétersbourg, notre réponse fondée sur la vérité aurait ouvert les yeux à toute l’Europe sur l’injustice et sur notre perte prochaine, et Monsieur Voltaire aurait été démenti sur ses ridicules éloges, mais on nous fait taire. Vous dirai-je plus, la gazette même de Varsovie n’a pas la permission de dire les événements publics, pour que nous pauvres citoyens en province ignorent de quoi il s’agit30.

24Cette lettre témoigne du profond souci patriotique de Catherine née Zamoyska Mniszech, préoccupée du sort de sa patrie. Elle possède aussi une valeur éducative, puisque Catherine encourage Michel et Joseph à continuer avec assiduité leur formation dans le domaine de l’économie au sens large du terme, qui est, selon leur mère, censée jouer un rôle fondamental dans la réforme future de la Pologne :

  • 31 Ibid., p. 56r°-v°.

[…] il est nécessaire qu’ils redoublent leur application. Ils verront combien les gens éclairés avec des principes honnêtes auraient pu sauver leur patrie. Ils sont jeunes, ce sera à eux dans la suite de profiter des circonstances pour relever leur pays de sa ruine. Qu’ils réfléchissent donc dès à présent, afin que leur capacité dans son temps réponde à la grandeur de l’entreprise. En attendant que ce moment arrive, ils seront destinés à leur arrivée en Pologne à donner toute leur application à l’économie, chose qui doit toujours entrer dans le principe des gens de bien, en travaillant à leur faire un état d’aisance, ils se rendront indépendants et en situation de travailler au bien de la patrie, car en tout, c’est le point de vue qui les doit guider, il faut donc pour cela, qu’ils continuent à se former des idées justes sur toutes les branches de l’économie31.

25Élie Bertrand était conscient de la position affaiblie de Stanislas Auguste Poniatowski et concevait très clairement les intentions de l’impératrice russe, qui sous prétexte d’introduire en Pologne la tolérance, méditait une intervention intérieure et en conséquence la paralysie politique de la Pologne. Conscient de la situation intérieure détériorée de la Pologne, il répondit, malgré les nombreuses activités dues à son séjour en Italie, à Catherine née Mniszech Zamoyska, dans une lettre écrite à Rome le 17 octobre 1767 :

  • 32 BMV Rdl III, p. 215r° -217r°, lettre d’Élie Bertrand à Catherine née Zamoyska Mniszech de Rome du (...)

J’ai toujours compris que vous aviez besoin d’un appui contre la R.[ussie] et que roi éloigné, naturellement jaloux de l’influence de cette puissance croissante dans le nord, était le seul, qui peut venir au secours d’un parti raisonnable, qui souhaite de conserver l’independance de la république. […] Je comprends que les dissidents sont le pretexte par lequel la R.[ussie] cherche à en imposer à l’Europe, où la raison a fait assez de progrès pour qu’elle approuve, un projet dicté par la tolérance. […] Rien ne me paraît plus effrayant, Madame, que le projet de garantie, tel que vous le présentez. Ce serait le tombeau de la liberté, ou le lien de la servitude32.

26En revanche, dans une lettre à Félix Łoyko – écrite à Venise le 16 janvier 1768, donc six semaines avant la formation de la confédération de Bar – Élie Bertrand livrait son inquiétude face au développement de la situation en Pologne, en considérant sa situation intérieure par rapport à celle de l’Europe ; il s’y exprimait aussi sans détour sur les fondements de la vraie liberté dans la République des Deux Nations :

  • 33 BMV Rdl III, p. 293r° -294r°, lettre d’Élie Bertrand à Félix Łoyko de Venise du 16 janvier 1768.

J’avoue, Monsieur, que l’état de la Pologne m’affecte vivement. On souffre de voir une nation libre et généreuse opprimée avec si peu de ménagement. Si la maison d’Autriche faisait mine d’y prendre intérêt, elle aurait aussitôt le roi de P[russe] sur les bras. Si la France voulait s’en mêler, l’Angleterre qui voit avec jalousie 62 vaisseaux de ligne construits depuis la paix dans les ports de Brest et de Toulon, saissisait un pretexte pour recommencer la guerre. […] J’ose vous dire, Monsieur, que je vois à présent en Pologne une sorte de servitude différente parce qu’elle vient de dehors, mais jamais je n’ai aperçu chez vous de vraie liberté. Elle ne saurait se trouver que lorsqu’il y a un souverain unique, absolu, dont la force supérieure à toute autre, en tout temps, est composée des forces réunies de la nation, ou dans un chef, ou dans un corps suffisant33.

27Par sa bienveillance affichée envers les Polonais, Élie Bertrand adoptait une attitude légaliste, désapprouvant avec insistance toute manifestation d’anarchie, de liberté incontrôlée et de querelles politiques. Il soulignait toujours que la fin du retard de la Pologne, son développement économique et l’ordre politique devraient être fondés sur une notion de liberté proprement définie, consistant en une soumission respectueuse aux autorités et aux lois. Pour le prouver nous citerons deux fragments épistolaires peu éloignés dans le temps l’un de l’autre.

28Le premier provient d’une lettre écrite à Vienne le 6 février 1768 et adressée à Félix Łoyko :

  • 34 BMV Rdl III, p. 304r°, lettre d’Élie Bertrand à Félix Łoyko de Vienne du 6 février 1768.

Il faut que se formant de justes idées de la liberté on comprenne qu’elle ne peut se trouver que sous la dépendance absolue d’un souverain permanent ; diète, sénat ou toute autre forme ; il faut qu’il y ait un souverain qui ait constamment le pouvoir de commander et la puissance de se faire obéir sans résistance : que ni confédération, ni crédit, ni [mot illisible] de parti formant des ligues, ne puisse arrêter l’action du prince qui commande. Il me semble que le ministère du roi bien instruit aurait dû comprendre qu’il lui convenait que la Pologne eût un gouvernement ; que cette unanimité le détruit et que la Pologne dans cet état ne lui peut servir ni de barrière, ni d’allée utile34.

  • 35 Stocki E., « Herrenschwand (Herrenszwand) De Greng Jan Fryderyk », K. Lepszy (dir.), Polski Słowni (...)

29Le second fait en revanche partie d’une lettre écrite le 11 juillet 1768 à Wiśniowiec et adressée à Johann Friedrich von Herrenschwand (1715-1798)35 – lettre contenant des remarques liées au projet de fondement d’une Académie de Médecine et d’Économie à Varsovie :

  • 36 BBB, ms. Historia helvetica, XLVII.61, lettre d’Élie Bertrand à Johann Friedrich von Herrenschwand (...)

Rien ne serait plus nécessaire pour la noblesse polonaise, qui apprendrait quels sont les vrais principes d’un bon gouvernement, d’une police avantageuse, quels sont les moyens de diriger les finances, d’encourager le commerce et les manufactures, d’augmenter la population. Elle apprendrait à se former de justes idées de la liberté qui ne peut se trouver que là où règne la subordination et la soumission aux lois36.

30Le second séjour d’Élie Bertrand en Pologne en 1768 (juin-septembre) se déroula dans une atmosphère de détérioration de la situation intérieure de la République des Deux Nations. Sa résignation croissante finirait d’ailleurs, souligne le savant helvète à plusieurs reprises dans sa correspondance, par l’amener à quitter définitivement la Pologne.

31Dans une lettre écrite le 7 septembre 1768 à Varsovie et adressée aux frères Michel Georges et Joseph Mniszech, Élie Bertrand informait des préparatifs de son départ de Pologne, d’une rencontre avec Stanislas Auguste Poniatowski, mais aussi de la situation politique de la Pologne, plus que compliquée, et de mouvements d’armées étrangères :

  • 37 BOs, ms. 2688/II, p. 111v° -112v°, lettre d’Élie Bertrand à Michel Georges et Joseph Mniszech de V (...)

On me parle très différemment de la sûreté de la route de Breslau. D’ici à lundi je prendrai mes résolutions. […] J’ai dîné hier avec le Roi, et soupé chez le Palatin de Volhynie, où je dîne aujourd’hui. […] Les Turcs rassemblent une armée ; cela est sûr, mais les uns assurent que ce n’est que pour l’ostentation. Les autres prétendent que la plus petite partie entrera en Pologne, et 70/m hommes en Russie. À la prise de Cracovie on a fait 2686 confédérés prisonniers. La plupart sont déjà relâchés sous leurs serments. Tout ce qui se débite est si contradictoire que ce serait une gazette très incertaine que de rassembler des faits que l’on assure et que l’autre traite de fable. Ce qu’il y a de sûr c’est que l’armée n’est point payée, qu’il n’y a point d’argent au trésor, que la confusion ne saurait être plus grande37.

32Dans les deux lettres suivantes, écrites de Breslau, qui se trouvait sur le trajet de son voyage de retour en Suisse, il expliquait la situation de la Pologne dans le contexte international, mais aussi les causes de l’échec de ses intentions de réformes à Varsovie.

33Le 16 septembre 1768, il écrivit de Breslau à Catherine née Zamoyska Mniszech :

  • 38 BOs, ms. 2688/II, p. 154v° -155r°, lettre d’Élie Bertrand à Catherine née Zamoyska Mniszech de Bre (...)

J’ai vu à Varsovie Monsieur la Roche Résident de Moldavie pour savoir ce qu’il pensait de l’armée de Turquie. Il ne la regarde jusqu’ici que comme une armée d’observation ; mais il croyait que si la Russie continue à si peu ménager la Porte on n’en vient tôt ou tard à une rupture. La cour, dit-il, de Constantinople a demandé trois choses au Résident de Russie : 1°. un dédommagement pour les dommages faits par des Cosaques russes dans divers lieux de la dépendance ottomane. 2°. que les troupes russes n’approchassent les frontières qu’à 8 milles de distance. 3°. qu’ils n’envoient aucune nouvelle troupe en Pologne. La Russie a répondu à ces trois points, en promettant tout. Il s’agit de savoir si elle tiendra parole. La Cour de Constantinople a communiqué tout cela à celle de Vienne ; et celle de Berlin est jointe à celle de Pétersbourg pour persuader à Constantinople que l’on ne veut rien faire en Pologne qui puisse intéresser la Porte, ni attenter à la liberté polonaise. Quelle infortune encore Madame pour votre malheureuse patrie s’il y avait guerre entre ces deux grandes puissances ! La Pologne en serait le théâtre, et souffrirait du choc, aussi peu ménagée de l’une que de l’autre38.

34Dans une lettre écrite de Breslau à Joseph Mniszech, le 20 septembre 1768, nous retrouvons exprimées la position de Frédéric Roi de Prusse par rapport à la Pologne, ainsi que les raisons nettement détaillées pour lesquelles l’Académie de Médecine et d’Économie n’a pas été fondée à Varsovie. Il s’est avéré que la situation politique et économique difficile de la Pologne n’était pas le seul et unique obstacle à la réalisation de cette belle idée. L’architecte même de cette institution, Johann Friedrich von Herrenschwand, voulait que l’accent, dans la future Académie, fût mis avant tout sur la médecine, et non pas à parties égales sur l’économie politique et la médecine, comme le désirait Élie Bertrand :

  • 39 Ibid., p. 113r° -v°, lettre d’Élie Bertrand à Joseph Mniszech de Breslau du 20 septembre 1768. C’e (...)

Le Roi m’a paru regarder l’établissement de l’Académie comme un projet renversé ; et quelques personnes m’en ont parlé comme d’une chose impraticable dans l’épuisement, où vont être les finances, et même toute la Pologne. Il me semble même entrevoir que d’Herrenschwand y mettra des obstacles par son entêtement à vouloir que ce soit principalement et en premier lieu une Académie de Médecine dont tout le monde ne sent pas comme l’importance. […] On dit que le R.[oi] de Prusse en parlant ici des troubles de Pologne a dit : ils finiraient bientôt, la Porte a promis de faire sortir de ses États les Conféderés et il faudra bien qu’ils se vendent ; puis on assemblera une diète de pacification, et les esprits seront reconciliés. Ce n’est pas, ce me semble, connaître la plaie que de croire qu’elle puisse être guérie si promptement. Le Roi de Prusse a parmi les officiers russes quelques uns qui cherchent les déserteurs de ses troupes, et qui les lui renvoyent de Pologne, en y joignant des recrues, qu’ils font pour lui. J’en ai vu qui étaient amenés ainsi39.

35Les larges fragments cités de cette correspondance peu connue ou complètement méconnue d’Élie Bertrand nous donnent ainsi une idée de l’engagement profond, responsable et durable du savant helvète dans les affaires polonaises. Ils montrent ses plans de réforme de la République des Deux Nations, conçus dans une période particulièrement difficile et douloureuse pour celle-ci. Ils nous fournissent des informations sur les tentatives et efforts que le savant a entrepris. Ils exposent ses opinions parfois très sévères et critiques, quoiqu’en réalité empreintes de bienveillance, envers l’anarchie et l’intolérance polonaise. Ils présentent le pasteur calviniste – surtout lorsqu’il s’agit de la dimension politique et législative de ses opinions – comme un légaliste intransigeant, pour qui l’essence de la conception de liberté consistait en une respectueuse soumission à des lois identiques pour tous. Ils nous permettent de prendre conscience du fait qu’Élie Bertrand connaissait parfaitement la réalité polonaise – grâce à ses proches contacts avec la famille Mniszech, Félix Łoyko, Stanislas Auguste Poniatowski et son entourage, mais aussi à ses propres observations et études d’ouvrages consacrés à la forme du système politique de la République nobiliaire – et qu’il avait toutes les données nécessaires pour devenir un informateur exact et objectif de l’opinion politique européenne sur les affaires polonaises.

Literaturverzeichnis

Bibliographie

Sources manuscrites

Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, ms. Hist. 860a, Frédéric Samuel Ostervald, Mémoire sur la vie de monsieur Bertrand [1789 ?].

Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne, ms. Historia helvetica, XII.92 164 ; XLVII.61. Bibliothèque de l’Institut National Ossoliński à Wrocław, ms. 2688/II, Listy (Arends-Białozzorowa).

Korespondencja Bertrandów (1761‒1770), p. 97r°-160v°.

Bibliothèque municipale de Versaille, Fonds Lebaudy, mss. 4o. 58‒60, Recueil des lettres écrites par messieurs les comtes de Mniszech et par Monsieur Bertrand à Madame la comtesse de Mniszech [t. I‒III].

Sources imprimées

Bertrand E., « Confédération polonaise », F. B. de Felice (dir.), Encyclopédie, ou Dictionnaire universel raisonné des connaissances humaines, Yverdon, 1772, t. X, p. 762-764 ; id., « Diète de Pologne », ibid., Yverdon, 1772, t. XIII, p. 775-780 ; id., « Diétines », ibid., Yverdon, 1772, t. XIII, p. 784.

—, Dictionnaire universel des fossiles propres et des fossiles accidentels contenant une description des terres, des sables, etc., La Haye 1763, t. 1-2.

—, Essai sur les usages des montagnes avec une lettre sur le Nil, Zurich 1754.

—, Mémoire sur la structure intérieure de la terre, Zurich 1752.

—, « Réflexions sur la théorie de la terre de Mr de Buffons », Journal helvétique, septembre, 1754, p. 227-245.

Bibliothèque des sciences et des beaux arts, La Haye 1754-1780.

Bratuń M., « Nieznana korespondencja Élie Bertranda z rodziną Mniszchów z lat 1761-1770 », Czasopismo Zakładu Narodowego Imienia Ossolińskich, no 14, 2003, p. 91-98.

—, « Nieznany list Katarzyny z Zamoyskich Mniszchowej do Élie Bertranda z 8 września 1767 roku », Zeszyty Naukowe Uniwersytetu Opolskiego, no 34, 1998, p. 71-82.

—, « Nieznany projekt Élie Bertranda dotyczący zreformowania rolnictwa Rzeczpospolitej », Czasopismo Zakładu Narodowego Imienia Ossolińskich, no 16, 2005, p. 97-114.

—, « Paris aux yeux des jeunes Sarmates éclairés en 1766-1767 d’après une correspondance inédite de Joseph et Michel Georges Mniszech », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, t. 371, 1999, p. 257-274.

—, « Vincenz Bernhard Tscharner w służbie Stanisława Augusta Poniatowskiego. Niezrealizowany projekt podróży do Polski na podstawie nieznanej korespondencji », Czasopismo Zakładu Narodowego Imienia Ossolińskich, no 15, 2004, p. 23-34.

Journal helvétique, Neuchâtel 1738-1769.

Kumor B., « Projekt założenia Akademii Nauk i Sztuk Pożytecznych w Warszawie (1766) », Kwartalnik Historyczny, no 2, 1978, p. 395-406.

Nouvelle bibliothèque germanique, Amsterdam 1746-1760.

Littérature secondaire

Bratuń M., « Die polnische Deutschlandreise in der zweiten Hälfte des 18. Jahrhunderts am Beispiel von Graf Michael Georg Mniszechs Reisebeschreibung 1765 », Das achtzehnte Jahrhundert, no 1, 2000, p. 13-24.

—, « Encyklopedia z Yverdon na tle swoich czasów », Czasopismo Zakładu Narodowego Imienia Ossolińskich, no 23, 2012, p. 83-89.

—, « L’Encyclopédie d’Yverdon et le nouveau regard sur le gouvernement de Pologne à la veille du premier partage », J. D. Candaux, A. Cernuschi, C. Donato, J. Häseler (dir.), L’Encyclopédie d’Yverdon et sa résonance européenne. Contextes-contenus-continuités, Genève, Slatkine, coll. « Travaux sur la Suisse des Lumières, 7 », 2005, p. 241-256.

—, « Le voyage en France du comte Mniszech, de son frère et de leur précepteur chez Jean François Séguier (juin, juillet, août 1765) », G. Audisio, F. Pugnière (dir.), Jean François Séguier (1703-1784). Un Nîmois dans l’Europe des Lumières, Aix-en-Provence, Édisud, 2005, p. 149-163.

—, “Ten wykwintny, wykształcony Europejczyk”. Zagraniczne studia i podróże edukacyjne Michała Jerzego Wandalina Mniszcha w latach 1762-1768, Opole, Wydawnictwo Uniwersytetu Opolskiego, 2002, p. 41-48.

Candaux J. D., « Felice Fortunato Bartolomeo de (1723-1789) », M. Jorio (dir.), Historisches Lexikon der Schweiz, Basel, Stiftung Historisches Lexikon der Schweiz und Schwabe & Co. AG, 2005, t. 4, p. 462.

Donato C., Hardesty-Doig K., « Notice sur les auteurs des quarante-huit volumes de « discours » de l’Encyclopédie d’Yverdon », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, no 11, octobre 1991, p. 133-141.

Dymnicka-Wołoszyńska H., « Mniszchowa z Zamoyskich Katarzyna », E. Rostworowski (dir.), Polski Słownik Biograficzny, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1976, t. XXI, p. 454-457.

Dymnicka-Wołoszyńska H. et Wołoszyński R. W., « Mniszech Józef Jan Tadeusz », E. Rostworowski (dir.), Polski Słownik Biograficzny, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1976, t. XXI, p. 478-480.

Fabre J., Stanislas Auguste Poniatowski et l’Europe des Lumières. Étude de cosmopolitisme, Paris, Societé d’Édition, Les Belles Lettres, 1952.

Fatio O., « Bertrand Élie (1713-1797) », M. Jorio (dir.), Historisches Lexikon der Schweiz, Basel, Stiftung Historisches Lexikon der Schweiz und Schwabe & Co. AG, 2003, t. 2, p. 334.

Madurowicz-Urbańska H., « Łoyko (Łojko) », E. Rostworowski (dir.), Polski Słownik Biograficzny, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1973, t. XVIII, p. 447-451.

Mason H., « Voltaire and Élie Bertrand », M. Magdelaine, M. C. Pitassi, R. Whelan, A. MCKenna (dir.), De l’Humanisme aux Lumières, Bayle et le protestantisme. Mélanges en l’honneur d’Elisabeth Labrousse, Paris-Oxford, Universitas-Voltaire Foundation, 1996, p. 715-726.

Rosner A., « Mniszech Michał Jerzy Wandalin », E. Rostworowski (dir.), Polski Słownik Biograficzny, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1976, t. XXI, p. 480-484.

Stocki E., « Herrenschwand (Herrenszwand) De Greng Jan Fryderyk », K. Lepszy (dir.), Polski Słownik Biograficzny, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1960-1961, t. IX, p. 466-467.

Wahl E., « Bertrand Élie (1713-1797) », J. Sgard (dir.), Dictionnaire de la presse 2 : Dictionnaire des Journalistes (1600-1789), Oxford, Voltaire Foundation, 1999, t. 1, p. 92-93 ;

Weidmann M., « Un pasteur-naturaliste du XVIIIe siècle : Élie Bertrand (1713-1797) », Revue historique vaudoise, t. XCIV, 1986, p. 63-108.

Anmerkungen

1 Weidmann M., « Un pasteur-naturaliste du XVIIIe siècle : Élie Bertrand (1713-1797) », Revue historique vaudoise, t. XCIV, 1986, p. 63-108 ; Wahl E., « Bertrand Élie (1713-1797) », J. Sgard (dir.), Dictionnaire de la presse 2 : Dictionnaire des Journalistes (1600-1789), Oxford, Voltaire Foundation, 1999, t. 1, p. 92-93 ; Fatio O., « Bertrand Élie (1713-1797) », M. Jorio (dir.), Historisches Lexikon der Schweiz, Basel, Stiftung Historisches Lexikon der Schweiz und Schwabe & Co. AG, 2003, t. 2, p. 334.

2 Rosner A., « Mniszech Michał Jerzy Wandalin », E. Rostworowski (dir.), Polski Słownik Biograficzny, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1976, t. XXI, p. 480-484.

3 Dymnicka-Wołoszyńska H. et Wołoszyński R. W., « Mniszech Józef Jan Tadeusz », E. Rostworowski (dir.), Polski Słownik Biograficzny, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1976, t. XXI, p. 478-480.

4 Bibliothèque des sciences et des beaux arts, La Haye 1754-1780 ; Nouvelle bibliothèque germanique, Amsterdam 1746-1760 ; Journal helvétique, Neuchâtel 1738-1769.

5 Bertrand E., Mémoire sur la structure intérieure de la terre, Zurich 1752 ; id., Essai sur les usages des montagnes avec une lettre sur le Nil, Zurich 1754 ; id., « Réflexions sur la théorie de la terre de Mr de Buffons », Journal helvétique, septembre, 1754, p. 227-245.

6 Voir surtout Bertrand E., Dictionnaire universel des fossiles propres et des fossiles accidentels contenant une description des terres, des sables, etc., La Haye 1763, t. 1-2.

7 Weidmann M., « Un pasteur-naturaliste du XVIIIe siècle : Élie Bertrand (1713-1797) », art. cit., p. 80-83 ; au sujet des relations de Bertrand avec Voltaire voir aussi Mason H., « Voltaire and Élie Bertrand », M. Magdelaine, M. C. Pitassi, R. Whelan, A. MCKenna (dir.) De l’Humanisme aux Lumières, Bayle et le protestantisme. Mélanges en l’honneur d’Elisabeth Labrousse, Paris-Oxford, Universitas-Voltaire Foundation, 1996, p. 715-726.

8 Weidmann M., « Un pasteur-naturaliste du XVIIIe siècle : Élie Bertrand (1713-1797) », art. cit., p. 82.

9 Dymnicka-Wołoszyńska H., « Mniszchowa z Zamoyskich Katarzyna », E. Rostworowski (dir.), Polski Słownik Biograficzny, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1976, t. XXI, p. 454-457.

10 Bratuń M., « Nieznana korespondencja Élie Bertranda z rodziną Mniszchów z lat 1761-1770 », Czasopismo Zakładu Narodowego Imienia Ossolińskich, no 14, 2003, p. 91-98.

11 Id., “Ten wykwintny, wykształcony Europejczyk”. Zagraniczne studia i podróże edukacyjne Michała Jerzego Wandalina Mniszcha w latach 1762-1768, Opole, Wydawnictwo Uniwersytetu Opolskiego, 2002, p. 41-48.

12 Ibid., p. 151-228. Voir aussi du même auteur : « Paris aux yeux des jeunes Sarmates éclairés en 1766-1767 d’après une correspondance inédite de Joseph et Michel Georges Mniszech », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, t. 371, 1999, p. 257-274 ; « Die polnische Deutschlandreise in der zweiten Hälfte des 18. Jahrhunderts am Beispiel von Graf Michael Georg Mniszechs Reisebeschreibung 1765 », Das achtzehnte Jahrhundert, no 1, 2000, p. 13-24 ; « Le voyage en France du comte Mniszech, de son frère et de leur précepteur chez Jean François Séguier (juin, juillet, août 1765) », G. Audisio, F. Pugnière (dir.), Jean François Séguier (1703-1784). Un Nîmois dans l’Europe des Lumières, Aix-en-Provence, Édisud, 2005, p. 149-163.

13 Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne, ms. Hist. 860a, Frédéric Samuel Ostervald, Mémoire sur la vie de monsieur Bertrand [1789 ?], p. 35-38.

14 Bratuń M., « Nieznany projekt Élie Bertranda dotyczący zreformowania rolnictwa Rzeczpospolitej », Czasopismo Zakładu Narodowego Imienia Ossolińskich, no 16, 2005, p. 97-114.

15 Kumor B., « Projekt założenia Akademii Nauk i Sztuk Pożytecznych w Warszawie (1766) », Kwartalnik Historyczny, no 2, 1978, p. 395-406.

16 Dymnicka-Wołoszyńska H. et Wołoszyński R. W., « Mniszech Józef Jan Tadeusz », op. cit., p. 479.

17 Bibliothèque de la Bourgeoisie de Berne [BBB], ms. Historia helvetica, XII.92.164, lettre d’Élie Bertrand à Vincenz Bernhard Tscharner de Vienne du 23 mars 1768. Voir aussi à ce sujet : Bratuń M., « Vincenz Bernhard Tscharner w służbie Stanisława Augusta Poniatowskiego. Niezrealizowany projekt podróży do Polski na podstawie nieznanej korespondencji », Czasopismo Zakładu Narodowego Imienia Ossolińskich, no 15, 2004, p. 23-34.

18 Cité d’après Fabre J., Stanislas Auguste Poniatowski et l’Europe des Lumières. Étude de cosmopolitisme, Paris, Les Belles Lettres, 1952, p. 273.

19 Candaux J. D., « Felice Fortunato Bartolomeo de (1723-1789) », M. Jorio (dir.), Historisches Lexikon der Schweiz, Basel, Stiftung Historisches Lexikon der Schweiz und Schwabe & Co. AG, 2005, t. 4, p. 462.

20 Donato C., Hardesty-Doig K., « Notice sur les auteurs des quarante-huit volumes de « discours » de l’Encyclopédie d’Yverdon », Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, no 11, octobre 1991, p. 133-141. Voir aussi Bratuń M., « Encyklopedia z Yverdon na tle swoich czasów », Czasopismo Zakładu Narodowego Imienia Ossolińskich, no 23, 2012, p. 83-89.

21 Bertrand E., « Confédération polonaise », F. B. de Felice (dir.), Encyclopédie, ou Dictionnaire universel raisonné des connaissances humaines, Yverdon, 1772, t. X, p. 762-764 ; id., « Diète de Pologne », ibid., Yverdon, 1772, t. XIII, p. 775-780 ; id., « Diétines », ibid., Yverdon, 1772, t. XIII, p. 784. Voir aussi à ce sujet Bratuń M., « L’Encyclopédie d’Yverdon et le nouveau regard sur le gouvernement de Pologne à la veille du premier partage », J. D. Candaux, A. Cernuschi, C. Donato, J. Häseler (dir.), L’Encyclopédie d’Yverdon et sa résonance européenne. Contextes-contenues-continuités, Genève, Slatkine, coll. « Travaux sur la Suisse des Lumières, 7 », 2005, p. 241-256.

22 Weidmann M., « Un pasteur-naturaliste du XVIIIe siècle : Élie Bertrand (1713‒1797) », art. cit., p. 98.

23 Ibid., p. 102.

24 Bibliothèque municipale de Versaille, Fonds Lebaudy, mss. 4o. 58‒60, Recueil des lettres écrites par messieurs les comtes de Mniszech et par Monsieur Bertrand à Madame la comtesse de Mniszech [BMV Rdl]. Le tome I, comptant 548 cartes, contient des lettres écrites entre le 6 V 1761 et le 21 XII 1764 ; le tome II, ayant 416 cartes, englobe des lettres rédigées entre le 17 I 1765 et le 16 VII 1767 ; le tome III, composé de 461 cartes, contient des lettres écrites entre le 20 VI 1765 et le 3 VI 1768.

25 Madurowicz-Urbańska H., « Łoyko (Łojko) », E. Rostworowski (dir.), Polski Słownik Biograficzny, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1973, t. XVIII, p. 447-451.

26 Bibliothèque de l’Institut National Ossoliński à Wrocław [BOs], ms. 2688/II, Listy (Arends-Białozzorowa). Korespondencja Bertrandów (1761-1770), p. 97r°-160v°.

27 Voir à ce sujet Bratuń M., « L’Encyclopédie d’Yverdon et le nouveau regard sur le gouvernement de Pologne à la veille du premier partage », art. cit., p. 243-245.

28 BMV Rdl II, p. 392r°, lettre d’Élie Bertrand à Catherine née Zamoyska Mniszech d’Yverdon du 23 juin 1767.

29 BMV Rdl III, p. 52r° -57r°, lettre de Catherine née Zamoyska Mniszech à Élie Bertrand de Varsovie du 7 septembre 1767. Voir à ce sujet Bratuń M., « Nieznany list Katarzyny z Zamoyskich Mniszchowej do Élie Bertranda z 8 września 1767 roku », Zeszyty Naukowe Uniwersytetu Opolskiego, no 34, 1998, p. 71-82.

30 BMV Rdl III, p. 55v° -56r°, lettre de Catherine née Zamoyska Mniszech à Élie Bertrand de Varsovie du 7 septembre 1767.

31 Ibid., p. 56r°-v°.

32 BMV Rdl III, p. 215r° -217r°, lettre d’Élie Bertrand à Catherine née Zamoyska Mniszech de Rome du 17 octobre 1767.

33 BMV Rdl III, p. 293r° -294r°, lettre d’Élie Bertrand à Félix Łoyko de Venise du 16 janvier 1768.

34 BMV Rdl III, p. 304r°, lettre d’Élie Bertrand à Félix Łoyko de Vienne du 6 février 1768.

35 Stocki E., « Herrenschwand (Herrenszwand) De Greng Jan Fryderyk », K. Lepszy (dir.), Polski Słownik Biograficzny, Wrocław, Zakład Narodowy im. Ossolińskich, 1960-1961, t. IX, p. 466-467.

36 BBB, ms. Historia helvetica, XLVII.61, lettre d’Élie Bertrand à Johann Friedrich von Herrenschwand de Wiśniowiec du 11 juillet 1768.

37 BOs, ms. 2688/II, p. 111v° -112v°, lettre d’Élie Bertrand à Michel Georges et Joseph Mniszech de Varsovie du 7 septembre 1768.

38 BOs, ms. 2688/II, p. 154v° -155r°, lettre d’Élie Bertrand à Catherine née Zamoyska Mniszech de Breslau du 16 septembre 1768.

39 Ibid., p. 113r° -v°, lettre d’Élie Bertrand à Joseph Mniszech de Breslau du 20 septembre 1768. C’est l’auteur qui souligne.

Autoren

Avocate, docteur en droit, adjointe à l’université de Wrocław (Pologne) à l’Institut des Sciences d’Administration.
Professeur à l’université de Wrocław (Pologne) à l’Institut de Journalisme et de Communication Sociale. Ses intérêts scientifiques portent sur la déontologie des médias, la communication interculturelle, l’histoire des idées (l’« art de voyager » dans l’Europe moderne) et les liaisons polono-suisses au Siècle des Lumières.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540