Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Correspondances d'érudits au xviiie et xixe siècles

 | 
Marie-France de Palacio

Première partie. Aspects politiques : projets francophones de réforme pour la République des Deux Nations

Considérations de Jean-Jacques Rousseau sur le gouvernement de la République polono-lituanienne

Linas Venclauskas

Texte intégral

1L’historiographie lituanienne, au sens plein du terme, s’est formée après la Première guerre mondiale. La communauté lituanienne en avait grandement besoin. Après de longues années d’occupation, il fallait créer une société et un état modernes, et mettre en valeur les spécificités de l’identité lituanienne. Toutefois, cette nécessité s’accompagna d’une limitation du champ des études historiques, dans la mesure où la majorité des sujets étaient traités dans une perspective nationaliste. L’influence d’une conception de l’époque de la Russie des Tsars, selon laquelle la République des Deux Nations (la RDN) était un modèle d’État vicieux, qu’il fallait réformer, était encore vive. C’est une telle conception qui avait présidé aux trois partages de l’État en 1772, 1793 et 1795.

2En réalité, la RDN de cette époque-là se distinguait du modèle européen. Alors qu’au XVIIIe siècle les idées d’absolutisme et de pouvoir fort du monarque étaient une évidence, la noblesse de la RDN, elle, élisait élisait ses rois, prenait une part active dans la gestion de l’État, promulguait des lois, les modifiait, etc. Ainsi, la noblesse vivait dans des conditions singulières, pour ainsi dire démocratiques. Or les États centralisés, ou ceux qui organisaient les partages d’autres pays, ne voulaient et ne pouvaient en donner qu’une image négative, soulignant le danger que représentait cette forme de « chaos » dans un pays. Les opinions différaient largement. Les uns étaient pour la réforme de l’ordre établi et son maintien, tandis que les autres préféraient se rapprocher de la Russie des Tsars.

  • 1 Kiaupa Z., Lietuvos valstybės istorija, Baltos lankos, 2004, p. 129.

3Au milieu de l’année 1767, les opposants au roi Stanislas Auguste Poniatowski et « La Famille » (« La Famille » était un groupe de nobles, dirigé par les Czartoryski, qui voulaient des réformes – une augmentation des effectifs de l’armée, l’abrogation du liberum veto, la réforme des Diètines, etc.)1 commencèrent à s’unir à Vilnius et Radom. Le 2 juin 1767, les républicains et leurs alliés, dirigés par K. S. Radvila, au cours de la conférence de la Confédération de Vilnius, proclamèrent un acte hostile aux réformes. La conférence de Vilnius reconnut les droits politiques des dissidents, la légimité des Confédérations de Sluck et Torun.

4Le 3 juin 1767, à Vilnius, fut proclamée la confédération générale du Grand Duché Lituanien libre. Son objectif était de mettre fin aux réformes de 1764-1766, de destituer Stanislas Auguste et Czartoryski. Le 23 juin 1767, la Confédération de Radom naquit. Et au mois d’octobre, la Diète commença son travail à Varsovie, surveillée par l’armée russe. Le Souverain de la République, Stanislas Auguste Poniatowski, passa dans le camp des confédérés et de la Russie.

5La République rétablit l’ancien régime social. Les droits essentiels « éternels et irrévocables » furent restaurés – les privilèges de la noblesse, le droit à la désobéissance au souverain, l’élection libre du souverain, le droit presque illimité du « liberum veto ». Le 24 février 1768, les dissidents de la République furent déclarés égaux dans leurs droits. La Diète reconnut Catherine II comme la garante du maintien du régime politique à l’intérieur de la République. Les confédérés de Radom avaient violé la souveraineté de l’État et avaient poussé la République vers la dépendance conditionnée juridiquement à la Russie.

6Après la Diète de Radom de 1768, le 29 février 1768 à Bar, ville de la région de Podolie, naquit la Confédération antirusse. Son objectif était la lutte contre l’influence de la Russie et contre son homme lige, Stanislas Auguste. Cherchant de l’aide, les confédérés de Bar s’adressèrent à l’Angleterre, à la France, et à la Turquie. Ils commencèrent leur activité sur le territoire du Grand-duché de Lituanie (GDL) en juillet 1768. Les dirigeants de cette confédération étaient Juozapas Sapiega, Mykolas Kazimieras Oginskis et Karolis Stanislovas Radvila. Celui-ci considérait la confédération de Bar comme la suite de la Fédération de Radom. Mykolas Jonas Pacas fut nommé au poste de maréchal suprême de la Confédération générale du GDL. Les premiers régiments des confédérés de Bar furent formés en Lituanie en 1768 par Simonas Kosakovskis.

7En 1768-1772, la Confédération de Bar s’était étendue à l’ensemble de l’État, ralliant de nombreux nobles. Mais la tentative des Confédérés de Bar de détrôner Stanislas Auguste échoua. La France avait aidé les Confédérés de Bar par de l’argent, des instructeurs militaires et des attaques sporadiques contre les régiments militaires russes, mais cette aide n’avait pas été efficace. En 1768, la Turquie déclara la guerre à la Russie. Celle-ci détourna par conséquent son attention de la Lituanie, mais pas pour longtemps. Les événements en cours n’en furent pas pour autant ralentis, au contraire. Les victoires militaires des Russes dans les Balkans entraînèrent une opposition entre l’Autriche et la Russie. En 1769, l’Autriche et la Prusse conclurent un traité. Et les Prussiens s’interposèrent comme arbitres entre l’Autriche et la Russie.

  • 2 Plasseraud Y., Histoire de la Lituanie : un millénaire, Crozon, Éditions Armeline, 2009, p. 120-12 (...)

8Les deux pays acceptèrent que la GDL fût une zone d’influence de la Russie. De peur que la Russie n’annexe la Lituanie toute seule, malgré les conventions, la Prusse accéléra son intention de partage du Grand Duché Lituanien2.

9Dans un tel contexte, le comte Mykolas Wielhorskis (Michał Wielhorski), un des activistes de la Confédération de Bar, s’adressa à deux intellectuels parmi les plus célébres – Jean-Jacques Rousseau et Gabriel Bonnot de Mably –, pour leur demander des conseils sur la façon de réformer la gestion de la République des Deux Nations. Les deux philosophes apportèrent leurs suggestions. Mais notre article ne s’attachera qu’aux Considérations sur le gouvernement de Pologne, que Rousseau écrivit en 1770-1771. C’est la dernière œuvre achevée de l’auteur, même si par la suite, il commença à écrire un Projet de constitution pour la Corse. Les deux œuvres furent publiées après le décès du philosophe. Mais à partir de 1771, des variantes manuscrites des commentaires de Rousseau apparurent dans la RDN.

10Dans le contexte de l’historiographie lituanienne, on peut constater que l’opinion prédominante fut pendant très longtemps qu’au XVIIIe siècle la situation dans la RDN se dégradait, que l’anarchie y régnait, que le patriotisme était en berne, etc. Actuellement cette opinion commence à changer à mesure que l’on présente les processus qui eurent réellement lieu. Le but de l’historiographie moderne est de les exposer, de les démontrer grâce aux sources, sans laisser prise à l’ancienne opinion défavorable à cet État, opinion en partie imposée par les voisins, et qui ne fut que source de malentendus et d’anarchie. Il faut néanmoins reconnaître que la tendance historique prépondérante souligne malgré tout certaines propensions de la RDN à l’isolement. Ainsi, même si le cliché mentionné, selon lequel il n’y aurait rien eu de positif dans cet État, se révèle totalement erroné, on peut toutefois, en même temps, reconnaître clairement le manque d’intégration de la RDN dans le processus européen.

11Mais alors, comment se fait-il que, dans un tel désordre et dans un tel isolement, une Constitution moderne ait pu naître, la troisième au monde et la deuxième en Europe (après les États Unis et la France) ? Il s’avère de plus en plus nettement, preuves à l’appui, que la Lituanie et, surtout, la Pologne, n’étaient pas des pays marginaux, hors des processus, et qu’elles n’étaient pas méconnues des autres pays. Les commentaires de Jean-Jacques Rousseau sur la gestion de la RDN en témoignent. Sans oublier qu’un autre intellectuel européen célébre – Voltaire – collaborait beaucoup avec Catherine II, la tsarine de Russie, en propageant ses idées de despotisme éclairé. Ainsi la RDN se retrouva indirectement dans le champ de bataille intellectuel des deux philosophes les plus illustres du moment, avec, d’une part, les idées de Voltaire sur le despotisme éclairé, soutenues par la tsarine Catherine II, et, d’autre part, les propositions de Rousseau sur la façon de créer la république et de réformer la gestion de la RDN. Outre la création de la monarchie absolue, la tsarine tentait d’élargir le territoire de la Russie. Une de ses cibles était l’État Lituano-Polonais, qui cherchait une possibilité de se réformer et de prendre des forces. Ce simple fait montre bien que la RDN n’était pas une terre inconnue, que ses processus internes intéressaient non seulement ses propres habitants mais l’Europe entière, et que l’élite du pays communiquait beaucoup avec l’Europe.

12Quel est, donc, le projet de Jean-Jacques Rousseau ?

13Sa réflexion se déploie en quinze chapitres, consacrés à différents domaines : l’administration, l’ordre social, l’éducation, etc. Une des premières remarques de Rousseau est la suivante :

  • 3 Rousseau, Considérations sur le gouvernement de Pologne et sur sa réformation projetée [posth., 17 (...)
  • 4 Ibid., p. 7.

Une bonne institution pour la Pologne ne peut être l’ouvrage que des Polonais ou de quelqu’un qui ait bien étudié sur les lieux la nation polonaise et celles qui l’avoisinent3. En lisant l’histoire du gouvernement de Pologne, on a peine à comprendre comment un État si bizarrement constitué a pu subsister si longtemps4.

  • 5 Ibid., p. 45-46.

14Ainsi, il apparaît que tout ce qui se passait dans la RDN était bien connu en Europe Occidentale et même suivi de près. En revanche, le philosophe écrit clairement que seul le pays peut trouver lui-même la solution à ses problèmes. L’auteur reste persuadé que le destin du pays est entre les mains de ses propres citoyens, et ne voit pas en quoi le développement du pays impliquerait certains dangers. Selon Rousseau, les défauts majeurs inhérents au développement du pays étaient les suivants : « le liberum veto, les confédérations, et l’abus qu’ont fait les particuliers du droit qu’on leur a laissé d’avoir des gens de guerre à leur service. Ce dernier abus est tel, que si l’on ne commence pas par l’ôter, toutes les autres réformes sont inutiles. J’avoue que les places fortes ont besoin de gardes ; mais pourquoi faut-il des places qui sont fortes seulement contre les Citoyens et faibles contre l’ennemi5 ». L’auteur, il est vrai, utilise dans son texte le terme d’anarchie. Plusieurs pays centralisés de l’Occident ne voyaient pas autrement le système de la RDN. Entre autres faits marquants, le monarque était élu et n’était que le premier parmi les égaux, les diètines des nobles s’occupaient des questions de gestion de l’État, et pas seulement des petites questions d’administration locale, et c’est à cette époque que le phénomène des confédérations apparut. Néanmoins, d’une manière ou d’une autre, le pays a survécu, et s’est transformé sans cesse en s’adaptant aux situations nouvelles. Un des points faibles des recommandations de Rousseau est le suivant : l’auteur ne parle que des affaires internes du pays, sans tenir compte de la politique des pays voisins, ni de la conjoncture internationale et régionale. Toutefois, à la fin de ses suggestions, le philosophe remarque :

  • 6 Ibid., p. 83-84.

Vous ne serez jamais libres tant qu’il restera un seul soldat russe en Pologne, et vous serez toujours menacés de cesser de l’être tant que la Russie se mêlera de vos affaires. Mais si vous parvenez à la forcer de traiter avec vous comme de Puissance à Puissance et non plus comme de protecteur à protégé6.

  • 7 Ibid., p. 84.

15Et bientôt, il exprime même la possibilité pour la RDN de devenir une alliée géopolitique de l’Occident : « l’intérêt commun des puissances de l’Europe et surtout de vos autres voisins, est de vous laisser toujours pour barrière entre eux et les Russes7 ».

16Étant républicain, il ne propose pas de renforcer l’institution de la monarchie. Au contraire, il indique que :

  • 8 Ibid., p. 48-49.

Le liberum veto n’est pas un droit vicieux en lui-même, mais sitôt qu’il passe sa borne il devient le plus dangereux des abus : il était le garant de la liberté publique ; il n’est plus que l’instrument de l’oppression. […] Au lieu donc d’abolir les confédérations, déterminez les cas où elles peuvent légitimement avoir lieu, et puis réglez-en bien la forme et l’effet. Sans les Confédérations il y a longtemps que la République de Pologne ne serait plus8.

  • 9 Ibid., p. 40.
  • 10 Ibid., p. 41.

17Ainsi, le philosophe considère que, par principe, il faut réformer les structures existantes de façon qu’elles deviennent des aides à la création du bien général, et non les instruments de la réalisation des propres intérêts limités. Lorsqu’il évoque la question de l’institution royale, Rousseau propose d’entretenir les rois avec splendeur et de leur donner la possibilité d’une vie digne de leurs statuts, sans toutefois leur attribuer un budget à part, ainsi que de créer un système rendant l’usurpation du pouvoir impossible : « C’est un grand mal que le Chef d’une nation soit l’ennemi-né de la liberté dont il devrait être le défenseur […] Rendez l’usurpation impossible à vos Rois, vous leur en ôterez la fantaisie9. » Puis : « La majesté du trône doit être entretenue avec splendeur, mais il importe que de toute la dépense nécessaire à cet effet on en laisse faire au Roi le moins qu’il est possible10. »

18L’auteur propose qu’après la mort du roi, le bilan de sa vie soit établi par les citoyens et jugé avec les conséquences nécessaires :

  • 11 Ibid., p. 80-81.

Je voudrais donc qu’après la mort de chaque Roi son corps fût déposé dans un lieu sortable, jusqu’à ce qu’il eût été prononcé sur sa mémoire ; que le tribunal qui doit en décider et décerner sa sépulture fût assemblé le plus tôt qu’il serait possible ; que là sa vie et son règne fussent examinés sévèrement ; et qu’après des informations dans lesquelles tout citoyen serait admis à l’accuser et à le défendre, le procès bien instruit fût suivi d’un arrêt porté avec toute la solennité possible. Que si au contraire il était trouvé coupable d’injustice, de violence, de malversation, et surtout d’avoir attenté à la liberté publique, sa mémoire serait condamnée et flétrie, son corps privé de la sépulture royale serait enterré sans honneur comme celui d’un particulier11.

  • 12 Ibid., p. 187
  • 13 Ibid., p. 19.
  • 14 Ibid., p. 214.
  • 15 Ibid., p. 51.

19Ici, Rousseau reste fidèle aux idées de la république et aux principes de liberté. De plus, il présume que les serfs sont comme les nobles, sauf que les premiers ont besoin d’éducation et de liberté (« mais ne libérez pas leurs corps avant de libérer leurs âmes12 »). Il est en effet persuadé que « Tout vrai républicain suça avec le lait de sa mère, l’amour de sa patrie, c’est-à-dire des lois et de la liberté13. » Ici, l’auteur évoque l’origine de l’individu. Celle-ci, selon lui, est initialement bonne, mais la régression ou les progrès de l’individu dépendront ensuite de lui-même ou de la société. Le philosophe indique qu’un des graves défauts de la constitution polonaise est que « la législation et l’administration n’y soient pas assez distinguées14 ». Et, afin que la situation s’améliore, il propose des réformes dans ce domaine et conseille d’accorder plus d’attention à l’éducation : « Il faut faire trois codes. L’un politique, l’autre civil et l’autre criminel. Ces codes seront enseignés non seulement dans les universités, mais dans tous les collèges. Rendez-les seulement honnêtes et vertueux et je vous réponds qu’ils sauront assez de droit15. »

20Dans ses commentaires, Rousseau prête surtout attention aux particularités de la RDN et au maintien de ces particularités dans divers domaines. À cette époque, la puissance militaire apparaissait de plus en plus comme une donnée essentielle de la sauvegarde de l’État. Les nations voisines de la République augmentaient aussi leurs puissances militaires mais le philosophe remarque à ce sujet :

  • 16 Ibid., p. 62-64.

La nation Polonaise est différente de naturel, de gouvernement, de mœurs, de langage, non seulement de celles qui l’avoisinent mais de tout le reste de l’Europe. je voudrais qu’elle en différât encore dans sa constitution militaire. […]
Les troupes réglées, peste et dépopulation de l’Europe, ne sont bonnes qu’à deux fins : ou pour attaquer et conquérir les voisins, ou pour enchaîner et asservir les Citoyens. Ces deux fins vous sont également étrangères. Tout citoyen doit être soldat par devoir, nul ne doit l’être par métier. Faire qu’on ne regardât plus en Pologne un soldat comme un bandit qui pour vivre se vend à cinq sous par jour, mais comme un Citoyen qui sert la patrie16.

  • 17 Ibid., p. 268.

21Ici, l’auteur évoque de nouveau la conscience civique et la solidarité – la défense de la patrie n’est pas le domaine d’un métier ou d’un travail, mais le devoir de chaque individu. Cette idée paraît noble et patriotique, mais les citoyens pourraient-ils lutter, seulement animés par leurs sentiments patriotiques, contre une armée professionnelle ? Rousseau ne tranche pas. Il propose en revanche de ne pas faire de dépenses pour les ambassadeurs et représentants d’autres pays et d’autres royautés, de ne pas avoir confiance dans les traités et les promesses car les États européens ne connaissent rien d’autre que leurs intérêts17. Le philosophe incite les citoyens de la RDN à s’occuper également de leurs intérêts, mais en gardant une position de repliement quasi autarcique, et en créant leur propre univers, exclusif et clos :

  • 18 Ibid., p. 15.

Je regarde comme un bonheur qu’ils aient un habillement particulier. Conservez avec soin cet avantage ; faites exactement le contraire de ce que fit ce Czar si vanté. Que le Roi ni les Sénateurs, ni aucun homme public ne portent jamais d’autre vêtement que celui de la nation, et que nul Polonais n’ose paraître à la Cour vêtu à la française18.

22Ainsi, ce souci du particularisme doit accompagner les citoyens de la RDN à chaque pas, en commençant par les détails les plus infimes du quotidien et de l’habillement, et en finissant par la gestion de l’État qui, comme nous l’avons déjà mentionné, était un État particulier dans le contexte européen, et cette particularité est réaffirmée par Rousseau lui-même.

23Ici, notons encore encore une idée fondamentale de Rousseau : tout à la poursuite de son idéal, il propose de créer une république de citoyens libres et responsables mais, simultanément, il reconnaît aussi que les idées qu’il propose sont difficilement réalisables dans un grand État :

  • 19 Ibid., p. 24.

Vos vastes provinces ne comporteront jamais la sévère administration des petites Républiques. Commencez par resserrer vos limites, si vous voulez réformer votre gouvernement. Peut-être vos voisins songent-ils à vous rendre ce service. Ce serait sans doute un grand mal pour les parties démembrées. Que si ces retranchements n’ont pas lieu, je ne vois qu’un moyen qui pût y suppléer peut-être et ce qui est heureux, ce moyen est déjà dans l’esprit de votre institution. Que la séparation des deux Polognes soit aussi marquée que celle de la Lituanie : ayez trois États réunis en un19.

  • 20 Plasseraud Y., Pays Baltes, Paris, Groupement pour les droits des minorités, 1989, p. 59-60.

24Le modèle proposé est ainsi précisément celui de la Confédération, et il s’impose comme le schéma nécessaire à la mise en œuvre des propositions théoriques. De plus, cette remarque révèle une bonne connaissance du système de Confédération sur lequel, depuis la création de la République de Deux Nations après l’Union de Lublin (1569), le pays était fondé – la Lituanie et la Pologne avaient une indépendance partielle et, même si le pays était appelé « la Pologne » à l’Ouest, sa double origine (le Royaume de Pologne et le Grand-Duché de Lituanie20) n’était pas ignorée, loin de là.

25Ainsi, selon Rousseau, une réforme territoriale et administrative était nécessaire à la survie de l’État. L’idée semble cohérente : dans une république où les décisions sont prises par les citoyens, plus la communauté est restreinte, plus l’accord entre les citoyens est aisé à obtenir, à plus forte raison si les citoyens de ces petits États se consacrent entièrement aux affaires importantes du pays et leur sacrifient la recherche des plaisirs et des divertissements :

  • 21 Ibid., p. 15.

Il faut abolir, même à la Cour, à cause de l’exemple, les amusements ordinaires des cours, le jeu, les théâtres, comédies, opéra ; tout ce qui effémine les hommes, tout ce qui les distrait, les isole, leur fait oublier leur patrie et leur devoir ; tout ce qui les fait trouver bien partout pourvu qu’ils s’amusent ; il faut inventer des jeux, des fêtes, des solennités qui soient si propres à cette Cour-là qu’on ne les retrouve dans aucune autre21.

26L’auteur tente de trouver des arguments, plus loin, pour étayer sa position quelque peu utopique :

  • 22 Ibid., p. 55-57.

Cultivez bien vos champs, sans vous soucier du reste, Pour vous maintenir heureux et libres, ce sont des têtes, des cœurs, et des bras qu’il vous faut. Les systèmes de finance font des âmes vénales, et dès qu’on ne peut que gagner, on gagne toujours plus à être fripon qu’honnête homme. Peu songer à l’étranger, peu vous soucier du commerce ; mais multiplier chez vous autant qu’il est possible et la denrée et les consommateurs22.

27Théoriquement, cette idée semble attirante – créer une société autarcique et égalitaire où chacun, ne manquant de rien, est entièrement dévoué à son pays et à sa prospérité. Mais un tel État, ainsi replié sur soi, était peu concevable. Il lui aurait fallu prétendre à une sorte d’invisibilité, alors que par sa superficie, il était un des plus grands d’Europe et que son territoire et ses ressources attiraient les États voisins, c’est-à-dire, l’Autriche, la Hongrie, la Russie, la Prusse. Certes, Rousseau était bien conscient de la situation mais il campait sur ses positions :

  • 23 Ibid., p. 54.

Si vous ne voulez que devenir bruyants, brillants, redoutables, et influer sur les autres peuples de l’Europe, vous avez leur exemple, appliquez-vous à l’imiter. Cultivez les sciences, les arts, le commerce, l’industrie, ayez des troupes réglées, des places fortes, des Académies, surtout un bon système de finances qui fasse bien circuler l’argent, il n’y aura pas une guerre en Europe où vous n’ayez l’honneur d’être fourrés : si le bonheur vous en veut, vous pourrez rentrer dans vos anciennes possessions, peut-être en conquérir de nouvelles. Mais si par hasard vous aimiez mieux former une nation libre, paisible et sage qui n’a ni peur ni besoin de personne, qui se suffit à elle-même et qui est heureuse ; alors il faut prendre une méthode toute différente, maintenir, rétablir chez vous des mœurs simples, des goûts sains, un esprit martial sans ambition, former des âmes courageuses et désintéressées ; appliquer vos peuples à l’agriculture et aux arts nécessaires à la vie, rendre l’argent méprisable et s’il se peut inutile, chercher, trouver, pour opérer de grandes choses, des ressorts plus puissants et plus sûrs. Je conviens qu’en suivant cette route vous ne remplirez pas les gazettes du bruit de vos fêtes, de vos négociations, de vos exploits, que les philosophes ne vous encenseront pas, que les poètes ne vous chanteront pas, qu’en Europe on parlera peu de vous : peut-être même affectera-t-on de vous dédaigner ; mais vous vivrez dans la véritable abondance, dans la justice, et dans la liberté ; mais on ne vous cherchera pas querelle, on vous craindra sans en faire semblant, et je vous réponds que les Russes ni d’autres ne viendront plus faire les maîtres chez VOUS, ou que, si pour leur malheur ils y viennent, ils seront beaucoup plus pressés d’en sortir23.

28Le philosophe et penseur était, bien sûr, fasciné par une telle perspective – un État qui n’a pas de prétentions par rapport aux autres, qui est géré harmonieusement et avec justesse, qui ne cherche pas à être puissant et à exercer une trop grande influence, qui ne prête pas trop d’importance aux choses matérielles mais beaucoup à la science, à la culture et aux traditions. Malheureusement, les intérêts pragmatiques, la nécessité de trouver de nouvelles ressources et de nouveaux territoires, devinrent alors en Europe des questions de plus en plus actuelles et pressantes.

29L’auteur achève ses considérations sur une idée identique à celles par lesquelles il a commencé son traité : il ne peut que prodiguer des conseils mais les décisions et leur réalisation restent entre les mains des citoyens eux-mêmes :

  • 24 Ibid., p. 86-87.

je n’ai pas l’honneur d’être Polonais et dans une situation pareille à celle où vous êtes, il n’est permis de donner son avis que par son exemple. […] J’avoue même que quelque singularité qu’on leur trouve, je n’y vois rien, quant à moi, que de bien adapté au cœur humain de bon, de praticable, surtout en Pologne, m’étant appliqué dans mes vues à suivre l’esprit de cette République24.

30En cette même année 1772, au moment où Rousseau terminait ses commentaires, le premier partage de la RDN avait lieu et son territoire était amputé par les États voisins. Si on considère ce partage à la lumière des propositions de l’auteur, il n’y avait pas là matière à consternation : certes, le partage était douloureux pour les territoires perdus, mais en même temps, il facilitait l’administration du pays. Pourtant, deux partages suivirent encore, et la RDN disparut de la carte politique du monde.

31Sans doute, une partie des idées proposées par l’auteur était assez utopique, pourtant, tant que l’État exista, certaines furent réellement appliquées. La Constitution du 3 mai 1791, la troisième au monde et la deuxième en Europe (après les Constitutions des États-Unis et celle de France), présente ainsi des assertions et des idées analogues aux commentaires de Rousseau.

Conclusion

32Peu à peu, dans l’historiographie de la Lituanie et de la Pologne, l’opinion qui prétendait qu’au XVIIIe siècle la RDN s’était perdue dans l’impossible résolution de ses difficultés, et qu’elle avait peu intéressé l’Europe de l’Ouest, évolue et se modifie. Ce qui se passait dans le pays était en réalité observé attentivement à l’Ouest. C’était un des États les plus vastes d’Europe et, qui plus est, cet État avait un mécanisme exclusif de gestion et d’administration qui intéressait non seulement la noblesse européenne et les politiciens, mais aussi les philosophes et les penseurs politiques. Jean-Jacques Rousseau n’était donc pas une exception.

33Une partie des nobles de la RDN s’était adressée au philosophe en lui demandant comment changer la direction du pays. Elle obtint en retour une étude assez exhaustive, recelant de nombreux conseils sur ce qu’il lui semblait préférable de changer et sur la façon de le faire. Pour Rousseau, une telle étude dut constituer un champ de recherche intéressant, dans la mesure où il dut non seulement présenter ses opinions théoriques, mais aussi penser à leur application pratique et concrète. Pour qui est au fait de la situation de la Pologne et de la Lituanie à l’époque, ses remarques et conseils prouvent une bonne connaissance de la situation et de ses difficultés.

34En traitant de tous les domaines de la vie publique, de la politique et de l’administration, Jean-Jacques Rousseau envisagea des solutions variées. Une partie est utopique, telles les propositions de mener une vie autonome, de ne pas se mêler des conflits extérieurs et de rester à l’écart de la politique internationale. Ces propositions ne pouvaient pas être réalisées en raison de la conjoncture politique de ce temps-là dans la région, et de la situation géopolitique de la RDN. Néanmoins, ses propositions de réformes plus libérales et plus démocratiques dans le gouvernement et l’administration de l’État, sa proposition éclairante de répartition des pouvoirs, son incitation à prêter plus d’attention au maintien des particularismes et du patriotisme, l’accent mis sur l’éducation et la conception du bien général, ont contribué à l’évolution des réformes, même s’il vrai que le destin en a décidé autrement quant à leurs résultats.

35Ainsi, il paraît important de souligner, pour conclure, non seulement le fait que la RDN était tout à fait visible dans l’Europe de ce temps-là, mais aussi l’insistance avec laquelle Rousseau émit à plusieurs reprises l’idée que les problèmes du pays ne seraient résolus que par la société politique du pays elle-même. Selon lui, un point de vue extérieur ne pouvait que conseiller, proposer des variantes, des réformes mais non résoudre les problèmes qui se posaient. Une partie des idées des philosophes a commencé à être mise en pratique, une autre partie s’est retrouvée dans la Constitution du 3 mai 1791. Il faut les envisager non seulement comme des opinions théoriques de penseurs, mais également comme des tentatives concrètes pour créér une RDN plus moderne, plus démocratique, intégrant la modification des structures administratives, politiques et sociales de l’État.

Notes

1 Kiaupa Z., Lietuvos valstybės istorija, Baltos lankos, 2004, p. 129.

2 Plasseraud Y., Histoire de la Lituanie : un millénaire, Crozon, Éditions Armeline, 2009, p. 120-121.

3 Rousseau, Considérations sur le gouvernement de Pologne et sur sa réformation projetée [posth., 1782], édition électronique Chicoutimi, Québec, 22.03.2002, p. 6.

4 Ibid., p. 7.

5 Ibid., p. 45-46.

6 Ibid., p. 83-84.

7 Ibid., p. 84.

8 Ibid., p. 48-49.

9 Ibid., p. 40.

10 Ibid., p. 41.

11 Ibid., p. 80-81.

12 Ibid., p. 187

13 Ibid., p. 19.

14 Ibid., p. 214.

15 Ibid., p. 51.

16 Ibid., p. 62-64.

17 Ibid., p. 268.

18 Ibid., p. 15.

19 Ibid., p. 24.

20 Plasseraud Y., Pays Baltes, Paris, Groupement pour les droits des minorités, 1989, p. 59-60.

21 Ibid., p. 15.

22 Ibid., p. 55-57.

23 Ibid., p. 54.

24 Ibid., p. 86-87.

Auteur

Enseignant du département d’histoire et vice-doyen de la faculté des sciences politiques et de la diplomatie de l’université Vytautas Magnus (Kaunas) est docteur en sciences humaines.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540