Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Correspondances d'érudits au xviiie et xixe siècles

 | 
Marie-France de Palacio

République des Lettres et République des deux Nations

Marie-France de Palacio

Texto completo

  • 1 Konwicki T., Chronique des incidents amoureux (Fragments du roman paru à Varsovie en 1974), cité d (...)

À cette époque-là, la Lituanie était une aire géographique mal définie, une formation ethnique imprécise, une zone culturelle vague. À cette époque-là, la Lituanie était une violente tempête d’été ou plutôt peut-être le ventre d’un volcan en cours d’extinction qu’agitaient les derniers spasmes de l’agonie. La Lituanie était un grand soleil couchant laissant derrière lui des traînées de lumière étrangement belles et des lambeaux d’arc-en-ciel en train de finir de brûler.
Elle vivait ses derniers jours dans le parler polonais de Wilno, dans les chansons biélorusses, dans les proverbes lituaniens, elle se prolongeait dans des mœurs finissantes, dans des caractères exaltés un instant jusqu’à la pathologie, dans la lente et dense bonté des hommes. Elle se retirait dans l’oubli à travers un paysage plein de fleurs insensées, de doux parfums d’herbes aromatiques qui suscitaient l’angoisse mystérieuse des grandes forêts. Elle se retirait dans une ancienneté incompréhensible et de plus en plus oubliée chaque jour, à travers des étangs de tristesse nostalgique, des lacs de mélancolie, des méandres de pressentiments.
Quels étaient ces gens dont les noms étaient devenus lituaniens et les âmes polonaises, ces gens dont les noms étaient devenus polonais et les âmes lituaniennes1 ?

  • 2 L’Autre Francophonie, J. Nowicki et C. Mayaux (dir.), Paris, Champion, 2012.
  • 3 Voir La Francophonie aux XVIIIe-XIXe siècles : perspectives littéraires, historiques et culturelle (...)

1Au XVIIIe siècle, l’État polono-lituanien couvre les actuels États de Pologne, de Lituanie, de Biélorussie, de Lettonie et certaines parties de l’Estonie, de l’Ukraine, de la Slovaquie, de la Russie et de la Moldavie. Et pourtant… rares sont les études menées sur les relations entre l’élite intellectuelle et sociale de ce vaste territoire et l’Europe de l’Ouest, en particulier la France. Fort heureusement, depuis quelques années sont entreprises des recherches dans un domaine nouveau que constitue « l’autre Francophonie », pour reprendre le titre d’un colloque et d’un ouvrage récents2. L’influence de la culture française en Europe centrale et orientale pendant des siècles s’est accompagnée d’une capacité à parler et surtout lire et écrire le français, langue souvent préférée dans ce vecteur des échanges scientifiques qu’est la lettre. Les travaux d’Alexandre Stroev, Elena Gretchanaia, et Catherine Viollet sur « les manuscrits français et francophones en Russie (XVIIIe-début du XXe siècle) » et sur la francophonie aux XVIIIe-XIXe siècles3 constituent autant de témoignages de la richesse de cette pluriculturalité.

2Pour ce qui nous concerne, menant depuis quelques années des études sur l’épistolarité d’une part, les relations franco-lituaniennes de l’autre, nous avons choisi de croiser ces deux axes de recherche en nous interrogeant sur les modes épistolaires de communication du savoir entre la France et la Pologne, au siècle des Lumières puis à celui du Romantisme. Le cas de la Pologne paraissait particulièrement riche, dans sa relation complexe avec la Lituanie. Après plusieurs années de collaboration, Irena Buckley, professeur de rhétorique à l’université de Kaunas, et moi-même, avons en effet récemment publié un ouvrage étudiant les échanges culturels franco-lituaniens au XIXe siècle ; si nous y évoquons à l’occasion le rôle des correspondances, l’épistolarité y occupe une place moins déterminante que les modèles culturels, la sociabilité, les stéréotypes. D’où l’idée de compléter cette recherche par une étude à la fois plus exhaustive et plus précise, passant par l’évocation de correspondances privées, par des travaux sur les inédits, par une interrogation sur les différents types de « savoirs » véhiculés par la lettre dans le contexte si riche et si bouleversé des XVIIIe et XIXe siècles, et sollicitant des spécialistes de différents domaines scientifiques, et de différentes nationalités. Notre réflexion devait donner une place prépondérante à l’héroïque Pologne, pour qui l’engouement fut si fort en France au début du XIXe siècle, tout en laissant entendre la voix de la Lituanie, voix étouffée pendant tant de siècles par les tyrannies diverses ! La tâche était ardue. L’histoire des deux siècles servant de cadre à ces travaux a été bouleversée par les questions d’identités nationales, et il est par exemple toujours très délicat d’évoquer le grand écrivain polonais Mickiewicz sans évoquer son double, le grand écrivain lituanien Mickevičius… Rappelons pour mémoire que le grand-duché de Lituanie couvrait au XVe s le territoire de la Lituanie actuelle, de la Biélorussie, de l’Ukraine, et de certaines régions de Pologne. Deux dates seulement pour poser quelques jalons de cette histoire si complexe : en 1569, l’Union de Lublin intègre le grand-duché dans la République des Deux Nations. En 1795, la fédération est dissoute lors d’une des partitions de la Pologne au profit de la Russie impériale, de la Prusse et de l’Autriche.

3Nous apprécions donc d’autant plus de voir réunies les contributions de Polonais, Lituaniens, Russes, Biélorusses que la fidélité à Mnémosyne eût pu désunir. Ces chercheurs d’horizons divers : juristes, historiens, économistes, naturalistes, littéraires, historiens de l’art, linguistes, français et étrangers, confèrent ainsi à la pluridisciplinarité ses lettres de noblesse, dans un dialogue francophone où il sera question de voyages (peregrinatio academica oblige), de correspondances, de tout ce qui relie les êtres au-delà des conflits de frontières. Le domaine épistolaire retenu est celui de l’érudition, entendu dans son sens le plus large, et l’on verra dans ces pages se croiser des femmes lettrées, des écrivains, des philosophes, des scientifiques au premier rang desquels les naturalistes, des Républicains et des partisans de la réaction, mais aussi des voyageurs ou des nobles curieux.

  • 4 « L’étude des contacts interculturels prend en compte des textes relevant de divers genres littéra (...)
  • 5 Id., ibid.

4Pour ce qui est du corpus épistolaire étudié dans ce recueil, nous ne pouvons que souscrire aux postulats formulés par Elena Gretchanaia, Alexandre Stroev et Catherine Viollet dans l’introduction au volume La Francophonie européenne aux XVIIIe-XIXe siècles : il s’agit bien pour nous de prendre en compte tant les prétendus minores que les majores4, d’accorder en particulier une place prépondérante aux manuscrits, aux inédits. D’autre part, le choix de la langue française, dans ces contextes, nous paraît bien participer d’une conviction d’appartenir à un espace européen, « choix permettant aux auteurs de s’inscrire dans cette communauté : l’usage de la langue française qui donne accès à cet espace littéraire aux dimensions de l’Europe, et définit les modèles à suivre5 ». Quel rôle joue le français dans cette transmission, se substitue-t-il au latin, qui permettait au XVIIe siècle encore d’ignorer les frontières nationales ? Le choix du français signifie aussi un modèle, avec ses connotations : langue de la séduction, langue des subtilités qui suscite parfois, à l’inverse, des réactions gallophobes !

  • 6 Bonnet C. et Krings V. (dir.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité. L’apport des correspondances à (...)

5Le terme d’« érudits » a été préféré à celui de « savants », en ce que le latin eruditus introduit l’idée d’instruction, de mœurs policées par le savoir, presque de raffinement, registre avec lequel le mode épistolaire présente des affinités. Erudire c’est « enseigner, instruire » dans le sens de « dégrossir », chasser le côté « rudis », fruste. La correspondance d’érudit, dans l’acception que nous lui donnerons – et qui peut être contestée – souligne davantage l’idée d’une transmission du savoir, dont le mode épistolaire serait le vecteur essentiel. S’il est bien certain et bien connu que la « République épistolaire des Lettres » fait ainsi rimer érudition et réseaux de sociabilité, nous avons souhaité démontrer que la République des Deux Nations n’en était pas exclue, qu’elle avait sa place au sein de cette respublica litterarum. Dans ce contexte scientifique, académique, la lettre constitue-t-elle une sorte de brouillon du livre à venir ? quelle relation entretient-elle avec l’œuvre du savant, et la diffusion imprimée du savoir ? Sur ce dernier point, il est utile de se référer à une étude de Christian Jacob, « Le miroir des correspondances », qui sert de liminaire à un remarquable ouvrage publié en 2008, S’écrire et écrire sur l’Antiquité6. Christian Jacob revient sur le rapport entre la correspondance et la genèse du travail savant. Il souligne la spécificité des correspondances de savants par rapport aux préfaces ou autres paratextes. Les correspondances apportent un point de vue réflexif sur ces étapes génétiques, en font un objet de communication à des tiers. La lettre n’appartient pas seulement à l’avant-texte du livre savant, elle est aussi du registre du commentaire et de la contextualisation : le savant, en écrivant sur son travail en cours à un lecteur choisi, est amené à en expliciter la visée, la méthode et les sources, les difficultés. Les lettres manifestent également le tâtonnement du travail en cours : hypothèses et certitudes, preuves et conclusions. En outre, l’interaction épistolaire influe sur l’élaboration même du savoir. C’est particulièrement évident dans le cadre d’un projet collaboratif où les correspondants partagent les avancées de leur travail. Enfin, les correspondances nous éclairent sur la réception même des œuvres.

6Nous nous interrogerons également sur les lois qui président à ce genre épistolaire particulier ; peut-on parler d’une autre étiquette épistolaire, d’un genre nouveau ? Constate-t-on l’émergence de nouveaux codes de civilité… académiques ? On le voit, les questions de fond sont aussi des questions de forme, et inversement…

  • 7 Voir notamment l’article d’Arnoldas Piročkinas, « Jonas Jablonskis (1860-1930) et le réveil de la (...)

7La question identitaire se pose également, même si accessoirement, et elle touche évidemment à la question de la langue épistolaire. L’écriture suppose-t-elle une koinè ? Que se passe-t-il quand une langue disparaît purement et simplement, rayée de la carte par le régime tsariste, et qu’elle ne se conserve que parmi les paysans, quelques érudits et quelques prêtres ? Quand une langue ne peut plus être instrument d’échange et d’impulsion culturelle7, ne risque-t-elle pas de se figer, ou de disparaître de l’horizon des échanges scientifiques ? Quelle part le sentiment nationaliste, identitaire peut-être, occupe-t-il dans ces échanges où se déploie la sociabilité de la société savante ? quel profil d’homo academicus, citoyen d’un univers humaniste, du milieu savant, se dégage-t-il de ces correspondances où la joie de l’échange de savoir l’emporte sur celle de l’identité nationale ?

8Le présent recueil situe d’abord le contexte de ces correspondances, en s’attachant à la situation géopolitique en question, dans une section intitulée « Aspects politiques : projets francophones de réforme pour la République des Deux Nations… » Les deux premiers articles de ce chapitre précisent le milieu historique et politique dans lequel vont s’établir les correspondances. Dans son étude des « Considérations sur le gouvernement de la République Polono-Lituanienne » de Jean-Jacques Rousseau, Linas Venclauskas montre combien l’historiographie est longtemps restée marquée par les idées datant de la Russie des Tsars, selon laquelle la République des Deux Nations était un modèle d’État vicieux, nécessitant d’être réformé. Bouleversements qui eurent lieu par la suite, au cours des trois partages de l’État en 1772, 1793 et 1795. En réalité, la RDN, à l’écart d’un système absolutiste alors de mise, reposait sur une conception originale, pour partie nobiliaire et pour partie démocratique. Or, au moment des partages, l’un des membres de la Confédération de Bar, qui luttait contre l’annexion de la Russie, s’adressa à Jean-Jacques Rousseau en lui demandant des conseils sur la façon de réformer la gestion de la République des Deux Nations. En résultèrent les Considérations sur le gouvernement de Pologne, que Rousseau écrivit en 1770-1771.

9Linas Venclauskas étudie ensuite les positions de Rousseau, à la fois modernes et ancrées dans les idées reçues de l’époque (celle de l’anarchie au sein de la République des Deux Nations). Le lecteur y découvre, sous la plume d’un universitaire historien lituanien, ce que Rousseau comprit de la situation complexe de la RDN, les conseils judicieux qu’il put prodiguer, les erreurs aussi qu’il commit dans ses conseils, faute de posséder toutes les données géographiques, politiques et économiques.

10C’est ce que démontrent également Aleksandra Szadok-Bratuń et Marek Bratuń, qui, en étudiant la correspondance inédite d’Élie Bertrand, se penchent sur la participation d’un francophone à la vie de la République de Stanislas Auguste Poniatowski. Élie Bertrand (1713-1797), savant suisse dont les ouvrages de paléontologie et de minéralogie connurent une renommée internationale, fut un de ceux qui contribuèrent à diffuser les idées des Lumières en Pologne. La correspondance d’Élie Bertrand et d’une aristocrate polonaise, Catherine Zamoyska Mniszech, met en valeur ses projets de réforme de la République des Deux Nations (agriculture, droit, politique). Cette correspondance contient de précieuses informations sur la situation sociopolitique de la République, mais aussi, après le premier Partage, elle abonde en réflexions sur l’égalité des droits des dissidents, la tolérance, l’anarchie, la liberté. Parfait connaisseur du système politique de la République nobiliaire, Élie Bertrand pouvait jouer un rôle de passeur de culture, et de témoin objectif, permettant d’informer l’opinion politique européenne au sujet des affaires polonaises. La correspondance avec la famille Mniszech, mais également avec Stanislas Auguste Poniatowski et son entourage, en fournit de nombreuses preuves.

11Avec la section suivante, Autour de l’Émigration polonaise, le livre aborde la question mieux connue de l’émigration polonaise à Paris, mais sous un jour particulier, celui de l’épistolarité. La correspondance d’Astolphe-Louis de Custine avec plusieurs acteurs du milieu de l’émigration, présentée par Małgorzata Karpińska, donne une idée des mondanités aristocratiques gravitant autour de l’Hôtel Lambert. La correspondance reflète les émotions, les faits divers des salons, elle ne fait pas place aux réflexions plus profondes. Le lecteur y croise Ignacy Gurowski, jeune émigré politique de 1831, favori pendant six ans, qui eut le mérite de susciter chez Custine l’intérêt pour la Pologne, mais également son frère, Adam, devenu renégat et panslaviste, dont les opinions influèrent sur la pensée du marquis, et le décidèrent à faire le voyage de Russie. Surtout, se dégage de cette correspondance l’importante figure du prince Adam Czartoryski. À lui, comme à d’autres correspondants polonais, Custine exprime sa nostalgie de l’aristocratie et sa désillusion face à la société contemporaine, de plus en plus égalitaire. Les lettres de Custine à Chopin, pendant la période 1835-1839, dépeignent le milieu artistique dans lequel il évoluait. La correspondance de Custine avec ses destinataires polonais reflète ainsi parfaitement le ton de la conversation d’usage dans les salons aristocratiques.

12S’il fréquenta aussi Adam Czartoryski pendant l’insurrection de 1830-1831, c’est à un bord politique bien différent qu’appartenait Joachim Lelewel, autre figure de savant liée à l’émigration. Ingrida Bakutyte, qui a consulté les lettres de Lelewel à ses correspondants français conservées à la bibliothèque de l’université de Vilnius, retrace le parcours de cet homme toujours chassé par les événements politiques. Venu en France après avoir perdu son poste de professeur d’histoire à l’université de Vilnius en raison de ses contacts avec les Philomates en 1824, il fut arrêté en France, en 1833, au domicile du général Lafayette et déporté à Tours (son républicanisme déplaisant à la monarchie, et l’ambassadeur de Russie souhaitant son exil de France). Lelewel s’installa à Bruxelles où il devint professeur à l’université libre de Bruxelles. En Belgique, il poursuivit son activité patriotique en faveur de la Pologne et son activité scientifique, essentiellement numismatique. Si celle-ci en est le sujet principal, la correspondance de Lelewel témoigne de sa fidélité à la cause polonaise, à laquelle souscrivent ses correspondants français. De nombreuses lettres sont ainsi des demandes de protection de Lelewel à ses amis français pour ses amis polonais. Le mélange des genres, entre rigueur scientifique et compassion, fait de ces lettres de poignants témoignages de l’humanité de Lelewel, au-delà de la persévérance avec laquelle, privé de tout, en exil perpétuel, il se livra à sa passion numismatique et à ses travaux d’historien.

13Inga Walc-Bezombes s’intéresse quant à elle à la correspondance d’un autre savant, le poète, diplomate et linguiste spécialisé en langues orientales et slaves, Aleksander Chodźko, qui, lui aussi, avait fait ses études à Vilnius. L’étude des lettres professionnelles (liées à son parcours d’auteur et de savant) reflète les méandres d’une carrière scientifique à la fois brillante et toujours décevante. Personnage complexe, Chodźko fut l’ami intime d’Adam Mickiewicz dont il assura durant près d’un quart de siècle la succession à la chaire des littératures et langues slaves du Collège de France. Inga Walc-Bezombes isole, dans la correspondance de Chodźko qu’elle a exhaustivement étudiée, les échanges avec George Sand et Edgar Quinet. La confrontation du journal intime de Chodźko et de ses lettres conservées au Collège de France révèle la difficulté avec laquelle le savant tente de trouver une place parmi les orientalistes français, après avoir démissionné du service de la diplomatie russe en 1844. C’est à cette fin qu’il s’adresse à Edgar Quinet, collègue et ami de Mickiewicz. Les manuscrits inédits confrontent deux « je » différents : celui des lettres, où l’épistolier tente d’obtenir un poste en dénigrant ses rivaux, celui des carnets, où le scripteur fait entendre une plainte beaucoup plus poignante. « 15 septembre 1848, Lausanne. Je laisse ici les parents, ma femme et mon enfant. Je vais seul à Paris pour réfléchir comment vivre. Jamais encore devant tant de besoins je n’ai été si démuni. » Deux facettes complémentaires que dévoile cette correspondance, et qui donne une autre image, plus fragile, du brillant orientaliste.

14S’il a été question de Mickiewicz dans les deux articles précédents, l’étau se resserre autour de lui dans la section suivante, plus précisément consacrée aux arts et aux lettres.

15Tomasz Szymanski aborde la question des sources ésotériques d’Adam Mickiewicz par le truchement de sa correspondance, depuis 1830 jusqu’à la mort du poète. L’analyse de nombreuses lettres, à des destinataires variés, permet de préciser la position de Mickiewicz envers l’occultisme, beaucoup plus nuancée qu’on ne l’a dit. L’étude précise en outre avec profit les frontières souvent ténues entre occultisme, ésotérisme, et foi religieuse. Les lettres mettent en valeur la lucidité de Mickiewicz à l’égard de certaines « supercheries ». De même, il récuse, par exemple, les tables tournantes. La correspondance révèle l’importance de deux sources d’inspiration essentielles : Jacob Boehme et Louis-Claude de Saint-Martin, que Mickiewicz lit et relit vers 1830-35. La troisième source, majeure, est constamment présente dans la vie et dans la correspondance du poète à partir de 1841 : Andrzej Towiański, venu de Lituanie à Paris pour y réaliser sa mission divine en fondant le Cercle de l’Œuvre de Dieu. Le prophète lituanien, dont l’ésotérisme ne pouvait manquer de plaire à Mickiewicz, lui apparut, comme à bon nombre d’émigrés polonais, sous les traits d’un véritable Messie venu affranchir la Pologne de son esclavage.

16Avec son étude sur Charles-Edmond Chojecki et le cercle des Goncourt, Pierre-Jean Dufief sonde la correspondance (une cinquantaine de lettres) et le Journal, pour donner à voir la relation complexe entre l’émigré polonais devenu parisien accompli sous le nom de Charles-Edmond, et les Goncourt. Réfugié à Paris dès 1844, Charles-Edmond deviendra l’une des sources d’anecdotes polonaises les plus appréciées des salons parisiens et du milieu journalistique, et une mine d’informations pour les écrivains (George Sand, Mérimée…). Les deux frères vont s’engouer de ce brillant causeur, qui nourrit leur imaginaire des pays du Nord. À partir de 1858, et malgré une inimitié croissante sur le tard, en raison de la trop belle réussite sociale de l’ancien émigré, Charles-Edmond alimente de ses formules bien frappées et de son esprit brillant la curiosité des Goncourt. Pierre Dufief fait revivre, grâce aux « je » épistolaire et diariste, le ton enlevé de ces échanges à la fois littéraires et mondains. Il montre aussi comment la correspondance de la maturité entre le vieux Charles-Edmond et Edmond de Goncourt change de tonalité. La relation entre Chojecki et les Goncourt révèle un versant inhabituel de l’intégration polonaise dans les milieux culturels et aristocratiques parisiens, au risque de susciter une forme d’envie, voire de xénophobie.

17Personne, jusqu’à présent, n’avait étudié l’admiration presque fascinée de Romain Rolland pour le peintre lituanien Čiurlionis. Bernard Duchatelet expose ici, à l’aide de documents inédits, la découverte de Čiurlionis par Rolland en 1915, et son enthousiasme jamais démenti au cours des décennies suivantes. Les lettres témoignent, de 1918 à 1938, du « coup de foudre » de l’écrivain pour les sonates picturales et musicales de Čiurlionis, nouveau Christophe Colomb d’un nouveau monde. La découverte du peintre vient satisfaire les aspirations du romancier à la synthèse des arts, et en particulier la synthèse entre littérature et musique, qui l’occupa toute sa vie. Outre la correspondance échangée avec des peintres et amateurs d’art, Bernard Duchatelet rend compte de la touchante relation épistolaire entre Romain Rolland et la veuve de Čiurlionis, dans les années 1930, qui aboutit d’ailleurs à une rencontre à Villeneuve. Cette riche étude est suivie de lettres inédites à Nicolas Worobiow.

18La quatrième section du présent volume, Correspondances de naturalistes, s’attache à un type particulier d’érudits : les naturalistes qui, poussant leurs investigations scientifiques dans de lointaines contrées, ont été amenés à écrire des lettres riches de précieuses données ethnographiques. Piotr Daszkiewicz, chercheur au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, brosse le portrait de la Lituanie et la Pologne dans la correspondance et les notes des naturalistes français. Il rappelle tout d’abord la richesse extraordinaire que représentait, pour les savants du XVIIIe s, le vaste territoire de la République des Deux Nations, avec sa surface d’environ 990 000 km2. Y abondaient diverses espèces d’animaux très exotiques aux yeux des Français, une aubaine pour la curiosité des Encyclopédistes. Piotr Daskiewicz étudie ici les correspondances croisées de naturalistes, mais aussi des lettres « ouvertes » qui ont été écrites dans le but d’être publiées, ou encore des récits de voyage ou de guerre. Sa réflexion porte donc également sur les modalités de l’épistolaire à vocation scientifique. L’objet littéraire qu’est la lettre de naturaliste possède ses particularités, par exemple la présence fréquente de dessins, ou les envois joints de spécimens. L’étude du support de l’écriture révèle aussi bien des surprises ; au papier, rare, étaient parfois préférés des matériaux inattendus… Les correspondances prennent le plus souvent la forme de relations de voyages, d’autant que la méconnaissance de la Pologne et de la Lituanie à l’époque conférait à l’entreprise une allure de dangereuse aventure. Les lettres abondent ainsi en descriptions géographiques, parfois d’une grande valeur scientifique. Enfin, elles possèdent une valeur ethnologique considérable, dans la mesure où les savants voyageurs y confient leurs observations sur les mœurs des pays traversés, et sur leurs diversités culturelles, religieuses et ethniques.

19Philippe Edel se livre pour nous à une passionnante enquête, à la recherche des traces de correspondances des deux éminents naturalistes Georges Cuvier (1769-1832) et Louis Henri Bojanus (1776-1827.) Il étudie le destin croisé de ces deux personnalités dans le contexte de l’émergence de l’histoire naturelle comme science moderne. Bien des points communs apparaissent : tous deux représentatifs d’une certaine classe socio-culturelle, les Bildungsbürger, leurs parcours présentent également bien des similitudes. Bojanus devient en 1804 professeur titulaire d’une chaire dans la nouvelle université impériale de Vilnius ; Cuvier reçoit, quant à lui, en 1806, un diplôme honoraire de la même université. En outre, Cuvier comme Bojanus, malgré leurs origines roturières, entretenaient des relations épistolaires avec leurs souverains respectifs. C’est là un des aspects sociologiques intéressants de ces correspondances d’érudits : elles effaceraient, dans une certaine mesure, la distance de classe. Les échanges épistolaires représentent une nécessité pour communiquer avec les membres des nombreuses académies et sociétés savantes. C’est aussi l’occasion d’échanger des spécimens. Ainsi, Philippe Edel a retrouvé à la bibliothèque de l’Institut de France deux lettres de Bojanus à Cuvier (1821 et 1822), dont l’une accompagnée de l’envoi d’un ouvrage dédicacé. Là encore, la lettre se fait échange d’informations et collecte de découvertes.

20Avec la correspondance savante du comte polonais Michał Jan Borch, Alexandre Stroev clôt cette section consacrée aux épistoliers naturalistes en évoquant le comte Borch, célèbre en son temps pour ses publications portant sur l’histoire naturelle, la minéralogie et la géologie. Très tôt membre de dix-huit académies françaises et de quatorze académies italiennes, Borch dut à son titre et à sa fortune de pouvoir franchir aussi les portes des salons, de France en Italie, d’Italie en Russie. La correspondance de Borch conduit le lecteur en Italie, en Pologne, en Lettonie, en Russie et en Suisse, tant les échanges de ce grand collectionneur de minéraux et de plantes lui permirent de développer un dense réseau d’épistoliers à travers l’Europe. Borch se révèle un esprit savant, curieux, qu’intéressent aussi l’alchimie, la physiocratie, voire… la littérature. Durant ses déplacements, mais également à travers sa correspondance, Borch, membre de nombreuses sociétés savantes et académies européennes, témoigne de son aisance à tirer parti de ses relations, y compris celles que lui ouvrent les réseaux maçonniques. La fin de la vie du comte Borch paraît fort romanesque, le savant naturaliste passant durablement dans l’esprit des paysans lettons pour un magicien. Au-delà de cette légende, Borch apparaît surtout comme un précurseur d’idées modernes, notamment en matière de géologie. Comme le résume Alexandre Stroev, « à tour de rôle, le savant polonais apparaît comme polygraphe, faiseur de projets utopiques, sorcier diabolique ou précurseur d’une nouvelle branche de la science. » La correspondance dont il est ici rendu compte fait de cet aventurier de la science une personnalité méritant d’être mieux connue.

21C’est à une petite section spécifiquement lituanienne, La France et les Français, vus par le monde académique vilnois, que sont consacrés les deux articles suivants. Tous deux enseignants à l’université de Kaunas, l’un Français et l’autre Lituanienne, Loïc Boizou et Irena Buckley se sont attachés à l’exemple de l’université de Vilnius. Fondée au XVIe siècle, l’université de Vilnius fut partie prenante de la culture latine européenne, avant que la culture et la langue polonaises n’y prennent une place prépondérante au XVIIIe siècle. Cette université polonaise en latin n’en était pas moins ouverte aux idées européennes diffusées par les professeurs de divers pays invités à y travailler. Loïc Boizou s’interroge sur les langues parlées ou écrites par les savants de l’université de Vilnius, et constate leur multilinguisme. Si le polonais domine très largement, le français est la principale langue de communication internationale, rôle joué auparavant par le latin. L’étude analyse la correspondance de quelques enseignants conservée à la bibliothèque de l’université de Vilnius, et en établit une sorte de nomenclature. La lettre de savant remplit plusieurs fonctions. Elle permet des exposés théoriques mais aussi l’échange de nouvelles de l’actualité scientifique. L’étude des correspondances en français de Śniadecki, notamment, à la fin du XVIIIe siècle, illustre une relation étroite et suivie entre la France et la Lituanie dans le domaine des sciences exactes, astronomie, mathématiques et physique.

22Loïc Boizou expose ensuite les diverses motivations des lettres, échanges à propos d’étudiants (et d’échanges d’étudiants !), mais surtout problèmes concrets : questions d’argent, achat de matériel scientifique ou acheminement des marchandises. Il note aussi la présence, certes plus discrète, d’écrits intimes, où le français, langue des sentiments, joue son rôle. En bref, comme le constate l’auteur, « la langue française ne se voyait exclue d’aucun champ de la correspondance des intellectuels vilnois ».

23Irena Buckley s’attache quant à elle à un cas précis, exemple très intéressant de la multiculturalité et du polylinguisme des savants polonais au XVIIIe siècle, celui de Georg Adam Forster. Sous l’influence des idées des Lumières, l’intérêt pour les sciences exactes s’affirma au sein de l’université de Vilnius dès le milieu du XVIIIe siècle. En 1781, le naturaliste français Jean Emmanuel Gilibert fut invité à y diriger la chaire d’histoire naturelle. Lorsque Gilibert quitta l’université de Vilnius, le recteur de l’université, l’astronome Marcin Poczobut-Odlanicki, invita pour le remplacer Georg Adam Forster. De 1784 à 1787, Forster enseigna à l’université de Vilnius la minéralogie, la botanique, la zoologie et la paléontologie. C’est à Vilnius qu’il écrivit les lettres qui sont considérées comme un classique de la littérature épistolaire allemande. Au milieu des lettres en allemand, se trouve une lettre de Forster en français, précisément destinée à Marcin Poczobut. Le naturaliste écrivait, lisait et parlait parfaitement le français. Ses lettres ne se réduisent pas à des informations de caractère intime : nombre de remarques concernent les réalités historiques, politiques et sociales de la Lituanie, la vie culturelle vilnoise de cette époque et les activités académiques de l’université. Dans cette correspondance très attentive à la réception des idées et de la culture françaises, les stéréotypes abondent, et ce n’est pas sans irritation que l’Allemand constate la francophilie ambiante, et le choix, au sein de la multilinguistique université de Vilnius, du français comme principale langue de communication.

24Intitulée « De l’érudition à l’agrément : correspondances d’amour et d’aventure », la dernière section de ces études consacrées aux correspondances savantes fait la part belle au sentiment, décidément compatible avec l’érudition !

25Denis Kondakov propose, en étudiant la correspondance de la princesse polonaise Franciszka Urszula Radziwillowa (1705-1753), qui vécut en Biélorussie, une réflexion féconde sur le rôle du français dans la correspondance d’une femme de lettres. Fait notable, les lettres sont souvent bilingues. Denis Kondakov analyse les premières lettres connues de la princesse, celles des années 1725-1727, essentiellement adressées à son mari Michal Kazimierz Radziwill, grand écuyer et maréchal du Grand-Duché de Lituanie, et à sa belle-mère. Le français est choisi pour parler des sentiments mais également pour réfléchir, notamment sur la condition féminine. C’est la langue de la littérature, de la religion et de la philosophie. Si le polonais prédomine en un premier temps, très vite le français apparaît pour évoquer les effusions du cœur ; il vient alors s’insérer dans la lettre en polonais. Comme le constate Denis Kondakov, « les phrases en polonais et en français s’enchaînent comme des maillons sans rompre l’unité logique de la pensée ». C’est donc de préférence en français que va s’exprimer l’amour, conjugal mais aussi maternel. Mais le français joue également un rôle stylistique et intertextuel, il permet, dans la correspondance, les allusions et références littéraires. Et l’auteur de démêler l’écheveau des modèles littéraires de cette correspondance, nourrie de la lecture des romans galants, des nouvelles de Boccace et des pièces de théâtre moralisatrices.

26Pour clore le recueil, Anne-Marie Nida nous propose de découvrir l’étonnant destin du chevalier Joseph Maximilien Cajetan Wiklinskÿ, modèle de l’aventurier des Lumières, dont elle a découvert à l’île Maurice la correspondance et un manuscrit de voyages. Elle retrace le parcours insensé à travers les colonies de ce militaire malgré lui, en comparant le manuscrit du récit de voyage (adressé au roi) avec différents documents d’archives et avec la correspondance entre 1774 et 1783, date à laquelle sa trace se perd à Versailles, alors qu’il a trente-trois ans. Ce sont quatorze années d’errance volontaire d’un jeune Franco-polonais dans ces pays exotiques qui nous sont retracées. Le récit de voyages abonde en observations judicieuses. En outre, Anne-Marie Nida montre combien le jeune chevalier pose un regard moderne, éclairé, sur les mœurs des pays traversés. Le récit de voyage et la correspondance fourmillent de remarques sur l’implantation des villes, l’agriculture, l’économie, les comportements des autochtones. Un portrait s’esquisse et se confirme, à travers les observations de voyages mais également dans la correspondance, celui d’un jeune homme d’une grande sensibilité, aux confins de la folie parfois. La correspondance à des supérieurs hiérarchiques est également étudiée, et permet de découvrir de l’intérieur les usages et les injustices de l’armée du roi. De toute évidence, Wiklinski apparaissait comme une sorte de rebelle, dont l’aristocratie militaire ne savait que faire. En somme, le travail mené par Anne-Marie Nida sur ces manuscrits inédits représente un apport précieux à l’ethnologie et à l’histoire, et nous présente de surcroît un personnage attachant.

  • 8 Qui constitue l’un des axes d’étude majeurs de notre livre : Buckley I., Palacio M. -F. de, L’Éden (...)

27On sait avec quelle justesse teintée d’ironie Daniel Beauvois considère le « mythe des Confins », lituanisation de l’âme polonaise, rêverie des origines édéniques8, etc. Et certes, l’imaginaire romantique a redessiné la réalité historique (y compris contemporaine). Espérons toutefois que ce recueil, réunissant, en un dessein pluriculturel, Lituaniens, Polonais, Russes, Biélorusses, Français, confirmera le renouveau esquissé par Beauvois :

  • 9 Beauvois D., « Le mythe des Confins ou comment y mettre fin » (traduit du polonais par Élisabeth D (...)

Certes, un style nouveau dans les écrits consacrés aux relations polono-lituaniennes, polono-biélorusses, polono-ukrainiennes se fait jour depuis quelques années grâce aux solides travaux d’historiens lucides tels que J. Bardach, P. Lossowski, Z. Wôjcik, J. Ktoczowski, H. Wisner et d’autres. Les congrès scientifiques où des histo riens des quatre pays concernés confrontent leurs points de vue se multiplient à Rome, Wilno, Varsovie, Kiev, Kamieniec, Lublin. Lentement, ils se rapprochent d’un dénominateur commun, mais la route est encore longue9

28Il nous paraît que la réflexion sur l’échange épistolaire entre ces pays et la France, de l’harmonie relative de la République des Deux Nations aux partages et « lésions » du XIXe siècle, permet, avec une certaine variété du champ de connaissance et d’exploration (non uniquement historique), de troquer le pessimisme contre l’espérance, sans toutefois sombrer dans la mythologisation.

Notas

1 Konwicki T., Chronique des incidents amoureux (Fragments du roman paru à Varsovie en 1974), cité dans Tadeusz Konwicki, écrivain et cinéaste polonais d’aujourd’hui, textes réunis par Hélène Wlodarczyk, Presses universitaires de la Sorbonne, 1986, p. 82-83. Je remercie Inga Walc-Bezombes de m’avoir communiqué ce beau texte.

2 L’Autre Francophonie, J. Nowicki et C. Mayaux (dir.), Paris, Champion, 2012.

3 Voir La Francophonie aux XVIIIe-XIXe siècles : perspectives littéraires, historiques et culturelles, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 2012.

4 « L’étude des contacts interculturels prend en compte des textes relevant de divers genres littéraires, indépendamment de la hiérarchie et du “canon” littéraire. » (Op. cit., p. 14)

5 Id., ibid.

6 Bonnet C. et Krings V. (dir.), S’écrire et écrire sur l’Antiquité. L’apport des correspondances à l’histoire des travaux scientifiques, Grenoble, éditions Jérôme Millon, 2008.

7 Voir notamment l’article d’Arnoldas Piročkinas, « Jonas Jablonskis (1860-1930) et le réveil de la langue lituanienne », Cahiers Lituaniens, no 4, automne 2003, p. 23-30.

8 Qui constitue l’un des axes d’étude majeurs de notre livre : Buckley I., Palacio M. -F. de, L’Éden lituanien et la Babylone française, Paris, Garnier, 2012.

9 Beauvois D., « Le mythe des Confins ou comment y mettre fin » (traduit du polonais par Élisabeth Destrée-Van Wilder), dans Mythologie polonaise, Rubès J., van Crugten A. (dir.), Bruxelles, éditions Complexe, p. 78.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540