Version classiqueVersion mobile

Corps et encyclopédies

 | 
Denis Hüe
, 
Jérôme de Gramont
, 
Bernard Baillaud

Corps de l’État, corps du pouvoir

Conclusion I

Bernard Baillaud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous sommes partis de l’idée d’un thème, le corps, inscrit dans un type de textes, l’encyclopédie, avant de nous lancer dans le jeu des prépositions. Fallait-il parler du corps dans l’encyclopédie ? C’était parler du traitement du thème par un texte. Le discours sur le corps pouvait bien alors se révéler discordant. Mais le corps fournissait aussi la métaphore du corpus, si bien que l’encyclopédie elle-même devenait un corps propre, qui à nouveau pouvait bien puiser dans le lexique de la physiologie ou de l’anatomie le vocabulaire descriptif de ses parties. L’encyclopédie devenait alors l’avenir du corps. Au premier abord, le corps est utile ; mais il est aussi lisible : la séméiotique est la première des sémantiques. Non seulement il est l’objet du langage, mais il y accède – et sans doute n’en serait-il pas l’objet si déjà il ne s’y prêtait lui-même. À l’inverse, le corpus se fait corps, vivant comme un organisme, si bien que coiffe, tête et queue, par exemple, sont les termes des...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search