Version classiqueVersion mobile

Corps et encyclopédies

 | 
Denis Hüe
, 
Jérôme de Gramont
, 
Bernard Baillaud

Corps de l’État, corps du pouvoir

Saint-Simon ou les chroniques du corps royal

François Raviez

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qu’il me soit permis, Messieurs (et Mesdames), d’ouvrir un cadavre devant le colloque.

Par l’ouverture de son corps, qui fut faite par Mareschal son premier chirurgien, avec l’assistance et les cérémonies accoutumées, on lui trouva toutes les parties si entières, si saines, et tout si parfaitement conformé, qu’on jugea qu’il aurait vécu plus d’un siècle sans les fautes dont il a été parlé, qui lui mirent la gangrène dans le sang1. On lui trouva aussi la capacité de l’estomac et des intestins double au moins des hommes de sa taille, ce qui est fort extraordinaire2, et ce qui était cause qu’il était si grand mangeur et si égal. (V, 468)

Louis le Grand, quatorzième du nom, l’était donc aussi par ses boyaux. On sait qu’il est d’usage de dépecer le corps des princes, d’y chercher les causes de leur mort, mais aussi peut-être le secret de leur différence. La dépouille est donc, écrit Michelle Caroly dans Le Corps du Roi-Soleil, « dépecée, disséquée, décapitée, la tête sciée en deux3 ». Le p...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search