Version classiqueVersion mobile

Corps et encyclopédies

 | 
Denis Hüe
, 
Jérôme de Gramont
, 
Bernard Baillaud

Le discours encyclopédique

Corpus romanesque et corps encyclopédique : Raymond Queneau

Bernard Baillaud

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Au lieu de LE POEME, la petite divagation que je vous ai envoyée aura pour titre : LE CORPS DU POEME1 »

Dans un article de 1938, publié par la revue Volontés sous le titre « Richesse et limite », Raymond Queneau écrit à propos de l’idée d’encyclopédie une phrase qui nous paraît mériter commentaire : « Mais une Encyclopédie vraie est actuellement une absurdité2 ». Contextuellement, la conjonction mais s’oppose aux efforts des collaborateurs d’une encyclopédie, « qui s’associent en vue d’une prétendue synthèse ». Ces efforts seraient vains, selon Queneau, et buteraient, non pas sur le manque d’exactitude des énoncés spécialisés, mais sur l’absence de synthèse à laquelle la science occidentale s’est elle-même condamnée. Le bon sens voudrait aujourd’hui, écrit Queneau, qu’une encyclopédie se présentât comme un simple instrument de travail, comme le font, avec une juste modestie, le Larousse du XXe siècle et l’Encyclopédie française. Ici le mouvement de la pensée est barré ; ici s’arrêt...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search