Version classiqueVersion mobile

Corps et encyclopédies

 | 
Denis Hüe
, 
Jérôme de Gramont
, 
Bernard Baillaud

Le discours encyclopédique

Mutation corporelle et matière aérienne : de l’approche météorologique du corps dans les textes français du Moyen Âge

Joëlle Ducos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Homme est si digne beste, si haute creature, si noble et si poissans, pour ce dirent les philosophes que homs estoit apelés microcosmus, de micros en grec, qui vaut a dire mundus en latin, et donques c'est-à-dire microcosmus, le menre monde, pour ce que en homme peuent estre entendus les quatre elemens1.

Cette citation de l’encyclopédie française du XIIIe siècle, le Placides et Timeo, relève du topos des textes latins et français du Moyen Âge : le corps humain est en relation avec le cosmos, qu’il mime dans sa structure, étant lui-même monde. Cette relation analogique de correspondance, où corps et univers se répondent, héritée d’Isidore de Séville qui l’a systématisée dans les Etymologies et le Traité de la nature, a aussi été représentée dans des schémas ou des enluminures pendant tout le Moyen Âge, sous forme de roue ou d’autres types de schémas2. L’image la plus aboutie est sans nul doute, au XVe siècle, celle des Très Riches Heures du duc de Berry, l’enluminure dite de l’homme a...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search