Version classiqueVersion mobile

Corps et encyclopédies

 | 
Denis Hüe
, 
Jérôme de Gramont
, 
Bernard Baillaud

Le discours encyclopédique

Mutation corporelle et matière aérienne : de l’approche météorologique du corps dans les textes français du Moyen Âge

Joëlle Ducos

Texte intégral

  • 1 Placides et Timeo ou li secrés as philosphes, éd. C. Thomasset, Paris-Genève, Droz, 1980, p. 93.

Homme est si digne beste, si haute creature, si noble et si poissans, pour ce dirent les philosophes que homs estoit apelés microcosmus, de micros en grec, qui vaut a dire mundus en latin, et donques c'est-à-dire microcosmus, le menre monde, pour ce que en homme peuent estre entendus les quatre elemens1.

  • 2 B. Obrist, La cosmologie médiévale. Textes et images I. Les fondements antiques, Firenze, Sismel, 2 (...)
  • 3 Voir le manuscrit Chantilly, Ms. 65, fol. 14 v°.

1Cette citation de l’encyclopédie française du XIIIe siècle, le Placides et Timeo, relève du topos des textes latins et français du Moyen Âge : le corps humain est en relation avec le cosmos, qu’il mime dans sa structure, étant lui-même monde. Cette relation analogique de correspondance, où corps et univers se répondent, héritée d’Isidore de Séville qui l’a systématisée dans les Etymologies et le Traité de la nature, a aussi été représentée dans des schémas ou des enluminures pendant tout le Moyen Âge, sous forme de roue ou d’autres types de schémas2. L’image la plus aboutie est sans nul doute, au XVe siècle, celle des Très Riches Heures du duc de Berry, l’enluminure dite de l’homme anatomique, où chaque partie du corps est marquée d’un signe astrologique, conformément à une tradition héritée de Manilius et installée au Moyen Âge3. Zodiaque, humeurs et organisme sont en relation et se correspondent.

  • 4 P. Zumthor, La mesure du monde, Paris, éditions du Seuil, 1993, p. 20.

2Cette mise en relation systématique dans un (ou des) systèmes analogiques, rend compte de la la relation profonde entre corps et espace que P. Zumthor considérait comme fondamentale dans son livre sur La Mesure du Monde (1993) en soulignant combien « autour du corps et relativement à lui l’étendue s’organise en système4 ». Et il ajoute :

  • 5 Ibid., p. 21.

« L’anatomie humaine, avec ses formes, quasi rectangulaires ou sphériques, ses symétries, son bilatéralisme, se prête à de telles géométries. Elle impose de distinguer entre devant et derrière, d’où nécessairement entre droite et gauche5. »

3Le corps est donc au cœur de l’orientation médiévale du monde, comme le souligne la métaphore de l’arbre qu’utilise Guillaume de Conches :

  • 6 Guillaume De Conches, Dragmaticon philosophiae, éd. Italo Ronca, Turnhout, Brepols, 1997, VI, 23, p (...)

L’homme est pour ainsi dire un arbre renversé, c’est pourquoi en grec on l’appelle anthropos, c’est-à-dire « renversé ». En fait, les racines d’un arbre sont comme une tête renversée dans la terre dont elles tirent la nourriture, cependant que les branches s’épanouissent au-dessus. Au contraire la tête de l’homme vit par le souffle, plongée dans l’air comme une racine. Des nerfs en très grand nombre en sortent comme des branches et, de même que toutes les branches adhèrent à un seul tronc, de même tous les nerfs adhèrent à une même moelle qui est dans le cou et dans l’épine dorsale. Lors donc que l’âme veut mouvoir la main pour attirer ou repousser quelque chose, ou faire avancer les pieds, une partie de la substance aérienne est employée par ces nerfs aux mains et aux pieds et ainsi les fait bouger quand elle veut et vers ce qu’elle veut6.

4Corps et monde sont en constante relation métaphorique, que ce soit dans une perspective politique développée à la suite de Platon dans les commentaires du Timée, avec des parallèles établis entre cosmos, corps et société, chacun fonctionnant avec une même hiérarchie de fonctions et une même interdépendance de ses éléments, ou que ce soit dans une pensée spatiale de représentation du monde où le corps est le mode nécessaire d’étalonnage. Il n’est donc pas étonnant que le corps d’un géant soit utilisé pour indiquer l’orientation possible du ciel entre gauche et droite et pour saisir ce que peut être l’échelle cosmique, dans les représentations du ciel. Le système analogique de correspondance entre humeurs, éléments, cosmos et nature qui insiste sur la relation verticale du monde, entre ciel et terre, démontre cette même orientation de l’espace en fonction de la stature du corps. Mesure du monde, le corps apparaît dans une évidence corporelle, mais aussi dans un figement qualitatif dont témoignent les représentations de l’homme-microcosme. De fait corps et monde paraissent comme deux entités de stabilité de l’univers et l’évolution du corps par exemple est surtout envisagée en relation avec les âges de la vie ou des saisons dans une perspective cyclique qui démontre la permanence et la succession plutôt que la transformation. En témoigne le développement de Guillaume de Conches, sur les passages des âges de la vie :

  • 7 Guillaume de Conches, Ibid., VI, 26, p. 269-270 ; trad. Ibid., p. 118.

Cet âge aussi (= le premier âge), étant chaud et humide, digère sur le champ sa nourriture et en demande d’autres ; c’est pourquoi il a besoin d’un incessant flux et reflux et une fumée épaisse et continue se dégage, qui se dirige vers le cerveau et trouble l’âme qui y exerce son rôle de jugement et de compréhension. Mais lorsqu’on atteint la jeunesse qui est chaude ou sèche, cette humeur que l’homme a contractée dans le sein de sa mère se tarit ; il ne se produit plus une fumée si épaisse et le trouble intérieur n’est plus si grand. L’homme est alors apte à comprendre, ce qui se produira d’autant plus parfaitement que la lampe de la science qui convient est allumée. La vieillesse suit la jeunesse. Elle est froide et sèche, car la chaleur naturelle s’éteint. C’est pourquoi dans cet âge la mémoire reste vigoureuse, mais les forces corporelles sont défaillantes ; la mémoire provient du froid et du sec dont le rôle est de retenir ; de la chaleur dont vient l’élan proviennent les forces corporelles. En dernier lieu vient l’extrême vieillesse, froide et humide ; si bien qu’à cet âge la mémoire se ramollit et que l’homme perd la raison. Quand la chaleur naturelle s’éteint, l’homme cesse de vivre7.

5Le cycle se déroule sans possible variation et l’on voit que l’opposition élémentaire binaire, qui explicite le passage d’un âge à un autre (passage de l’humide au sec, puis du chaud au froid et enfin du sec à l’humide) se combine aussi avec l’harmonie élémentaire, comme le souligne Guillaume de Conches dans un système dit sinzugia ou conjugatio :

  • 8 Guillaume de Conches, Dragmaticon, op. cit., II, 5, p. 45 ; trad. p. 79.

Deux éléments ont été créés au milieu ; chacun reçoit donc de l’élément extrême voisin deux des qualités susdites et de l’élément éloigné une. En effet l’eau est épaisse (corpuscula), émoussée, mobile ; l’air subtil, émoussé, mobile. Dans cette synergie volumique (synzugia solida), les corps susdits sont en équilibre : ceux qui sont voisins ont deux qualités communes et diffèrent par la troisième. De même ils sont en équilibre sur la représentation plane de la syzugie. En effet, la terre est froide et sèche, l’eau froide et humide, l’air chaud et humide, le feu chaud et sec. En masse (pondere) également, ils sont en équilibre, parce que autant la terre est plus lourde que l’eau, autant l’eau est plus lourde que l’air, l’air que le feu et réciproquement8.

6Ces correspondances entre monde et corps se situent cependant dans une présentation avant tout cosmologique et non dans une analyse médicale.

  • 9 The Prose Salernitan Questions edited from a bodleian Manuscript (Auct.. F. 3. 10), éd. Brian. Lawn (...)
  • 10 Voir par exemple B 8 « Queritur quod tempus huic actioni conveniat » (ibid., p. 4), B 153 « Queritu (...)

7Les questions salernitaines9 s’appuient, comme pour le cosmos, sur une opposition de qualités (sec vs humide, chaud vs froid), mais dans une relation entre monde et corps assez différente : le corps n’est pas dans une relation parallèle et symétrique au monde mais un objet régi par les lois naturelles. Ce qui se produit dans la nature est objet d’étude dans la mesure où tout fait peut donner des informations pour l’étude corporelle. Ainsi les phénomènes météorologiques, peu abordés dans l’évocation analogique d’un cosmos figé autour des quatre éléments, donnent lieu à des questions : la cause de la grêle, la relation entre pluie et chaleur, les souffles de vents et leurs conséquences sont autant de sujets d’interrogation insérés dans des développements plus strictement médicaux10.

  • 11 Voir D. Jacquart, « La scolastique médiévale », dans Histoire de la pensée médicale en Occident, T. (...)
  • 12 Ibid., p. 184.
  • 13 Ibid., p. 184-185. Voir également la synthèse de J. K. Long dans son introduction à son édition, Ba (...)
  • 14 Ibid. p. 190 : le Canon d’Avicenne apparaît dans le programmes dans les années 1270-1320.

8Cette relation entre météorologie et médecine n’est pas une nouveauté médiévale : le corpus hippocratique et en particulier le traité Airs, eaux et lieux ont montré l’importance du milieu pour l’état de santé du malade. En outre, à partir de la fin du XIIe siècle, sous l’influence de l’école salernitaine, la médecine n’a plus été seulement considérée comme un art mécanique, mais aussi comme une branche de la physique (scientia naturalis)11. Une physique médicale a pu être fondée à partir des traités aristotéliciens sur la Physique et sur la Génération et la corruption : Ursus de Salerne qui en est le représentant le meilleur avec son traité De commixtionibus elementorum12. Les qualités élémentaires, dites qualités substantielles (chaud, froid, humide et sec), chez les auteurs salernitains, sont considérés comme essentiels, non pour montrer des correspondances, mais par leurs transformations qui donnent naissance aux corps élémentés13. Les éléments ne sont donc plus considérés comme étant réalisés à l’état pur dans le monde naturel, mais comme se mélangeant, se transformant et se détruisant et une gradation des qualités est déterminée (supérieure, moyenne et inférieure). Les esprits ou pneumata, formés d’air et de feu, sont essentiels dans cette mutation corporelle qui peut amener aussi bien à la génération qu’à la maladie. La médecine, s’inspirant de la physique aristotélicienne, transforme ainsi la relation analogique-même si cette dernière est toujours répétée dans les textes-en mettant en évidence le mélange des éléments ; la connaissance du Canon d’Avicenne ne fit que renforcer plus tard cette approche14. Une semblable évolution se produit dans la Physique : la diffusion du corpus aristotélicien permet d’envisager le monde sublunaire comme soumis aux mutations élémentaires et de l’expliquer plus précisément que dans les cosmologies héritées du Timée de Platon. Sont alors envisagées la génération et la destruction de l’ensemble des corps naturels, depuis les étoiles filantes à la pluie jusqu’au corps humain, en passant par les plantes et les minéraux, la différence entre le minéral et le vivant étant l’âme.

9Cette mutation élémentaire et qualitative est particulièrement importante dans le cas de l’air : élément fondamental dans la médecine médiévale, il fait partie des « choses non naturelles », des causes de maladie ainsi appelées selon l’expression d’origine arabe diffusée à la suite de l’Ysagogé de Johannitius (XIe siècle). Un certain nombre de facteurs sont en effet susceptibles de modifier l’équilibre de la complexion, cette dernière étant définie comme un mélange de qualités premières au sein d’un corps naturel : l’air ambiant, la nourriture et la boisson, le sommeil et la veille, l’inanition et la réplétion, le mouvement et le repos, les passions de l’âme. L’air et ses modifications selon les saisons, les reliefs, l’orientation des vents paraissent ainsi déterminants et des relations s’instaurent entre physique et médecine dans une continuité entre corps et air.

10Cette relation, qui amène à insérer le corps dans un fonctionnement général de l’univers soumis à la génération et à la corruption et qui permet d’associer aristotélisme et galénisme, est cependant plus complexe à exposer dans le cadre d’une encyclopédie, latine ou française : l’ordre d’une encyclopédie médiévale est souvent centré sur une séparation des domaines et des champs de savoir. La combinaison de la physique et de la médecine dans une iatrophysique est d’autant plus difficile à classer dans des parties et des chapitres, généralement structurés autour d’autorités qui fonctionnent comme garants de domaines et repères épistémologiques dans des classifications de savoirs plus figées qu’elles ne le sont dans la réalité du monde savant. Si Vincent de Beauvais, par ses rédactions successives, témoigne d’une attention aux évolutions des savoirs et des sources utilisées par le monde savant, d’autres au contraire sont plus conformes à des schémas anciens.

11L’encyclopédie de Barthélemy l’Anglais est plus conventionnelle sur ce point que celle de Vincent de Beauvais : si elle est une rédaction et non une stricte compilation, elle se réfère souvent à des sources qui relèvent d’une tradition établie, plutôt qu’à des savoirs plus récents. Plusieurs livres y sont consacrés au corps, dans une perspective anatomique (livre V), dans son évolution (livre VI, âges de l’homme, effets de la nourriture, sexe, travail) et du point de vue des thérapies (livre VII médecine). Le livre IV ouvre la série : son intitulé, de elementaribus qualitatibus et quatuor humoribus ex quibus componunur corpora tam hominum quam brutorum, démontre la matérialité du corps humain ou animal commune avec le monde. Mais la séparation avec le cosmos est effective dans le plan, puisque les livres sur le cosmos suivent ceux sur le corps de manière nettement séparée (livre VIII à XIV). L’encyclopédiste a donc tenté de montrer la continuité matérielle (livre IV), mais aussi la distinction entre les domaines d’études. Telle est la signification du premier chapitre du livre IV (de qualitate) qui s’ouvre par l’évocation des éléments et des qualités élémentaires et principalement de l’homme, le plus noble des corps composés :

  • 15 Bartholomeus Anglicus, De proprietatibus rerum, op. cit., p. 207.

Quatuor itaque sunt elementa et elementares qualitates, ex quibus constitutitur omne animatum corpus materialiter, precipue corpus humanum, quod inter omnia elementa est nobilissimum et nobilissime inter omnia composita ordinatum ; ut puta proprium anime rationalis organum ipsius operationibus tam naturalibus quam voluntariis deputatum. Est itaque corpus hominis compositum ex quatuor elementis, scilicet ex terra, aqua, igne et aere, quorum quodlibet habet proprias qualitates. Sunt etiam quatuor prime et principales, scilicet caliditas et frigiditas, siccitas et humiditas, que dicutur prime, quia primo labuntur ab elementis in elementata. Dicuntur etiam prinicpales quia ab eis omnes secundarii effectus oriuntur15.

  • 16 Ibid., introduction, p. 191-192.

12La suite du livre traite successivement des quatre qualités, de la nourriture et de la boisson, reprenant partiellement l’énumération des choses non naturelles en partie. Ce sont aussi les humeurs qui sont au centre du livre, avec leur génération, leurs effets et leurs opérations, leurs propriétés respectives et particulièrement celle du sang. R. James Long, qui a effectué deux éditions successives de ce livre, met en évidence son originalité, et considère qu’il est un des plus importants de l’encyclopédie16 : c’est le seul consacré spécifiquement aux qualités en relation avec le corps humain sans se contenter d’une description convenue des éléments. Ses sources témoignent d’une connaissance précise de Constantin l’Africain et de la littérature salernitaine. L’inspiration médicale y est donc évidente, avec une étude élémentaire centrée sur l’humain, telle qu’elle apparaît aussi dans les écrits salernitains.

  • 17 Barthélemy l’Anglais, livre IV, op. cit, p. 216 : « Eadem videtur esse ratio commentatoris super li (...)
  • 18 Barthélemy l’Anglais, op. cit., p. 218 : « Nam humore et calore omnia generantur, ut dicit Philosop (...)
  • 19 Barthélemy l’Anglais, ibid., p. 220 : “Est enim humiditas naturalis mobilis et fluxibilis, male in (...)

13Trois références relèvent cependant d’un autre type de sources : les commentaires aristotéliciens. L’une renvoie au commentaire sur les Météorologiques d’Aristote par Alfred de Sareshel sur la naissance des fleuves dans les montagnes, ce qui démontre le pouvoir d’attraction de la sècheresse17 ; la deuxième indique que tout est généré par la chaleur et l’humidité18 et le dernière est une allusion au De generatione et corruptione à propos de l’humidité qui est mobilis et fluxibilis19. Ces trois courtes citations témoignent de la montée de l’aristotélisme et donnent le signe d’une possible intégration des théories physiques dans la médecine. Mais les livres suivants consacrés au corps marquent une séparation claire entre les deux approches, même si les éléments restent au cœur de l’explication. Toutefois, comme souvent dans les encyclopédies médiévales, le plan et les références aux autorités ne donnent qu’une indication partielle sur les choix épistémologiques de l’auteur, qui met en évidence une vision du monde, parfois démentie par les développements internes à l’encyclopédie. Ce sont plus souvent les chapitres, leur contenu et leur structure qui révèlent l’intention profonde de l’encyclopédiste. La relation du corps au monde en est la preuve. Si le plan général montre une séparation, physique et médecine se mêlent de manière plus subtile dans les chapitres.

14Le livre XI consacré à l’air démontre la porosité des champs de savoir. Le premier chapitre, qui définit l’air, en est un exemple. La définition première est celle de l’élément physique, même si les références sont Isidore et Bède :

  • 20 Barthélemy l’Anglais, De genuinis rerum coelestium, terrestrium et inferarum proprietatibus, Francf (...)

Aer est dictus eo quod ferat et ab aqua feratur, ut dicit Isidorus. Aer autem partim pertinet ad materiam terrestrem; partim ad materiam coelestem, ut dicit Beda. Nam pars aeris superior pura, clara, et quieta, ubi procello et ventosi motus non possunt attingere, pertinent ad coelestem, pars vero inferior sphaerae aquae et terrae vicina, turbulenta, grossa et compacta, ex humidis et terreis vaporibus corpulenta, pertinent ad terrestrem. Et haec pars aerea diversas ex se producit species. Nam ut, dicit Isidorus, aer vehementer concitatus, facit ventos coruscationis et tonitrua, confractus nubila, conspissatus pluvias, congelatus nivem et grandinem, distentus serenitatem, ut dicit Isidorus et Beda. Plus autem habet raritatis et inatitatis quam caetera elementa. Est autem aer secundum Constantinum elementum simplex, substantialiter humidum et calidum. Ex propria enim natura seu substantia est humidus, sed ex vicinitate orbis calidum et ideo secundum utriusque qualitatis proprietatem aer est sui naturaliter diffusivus, a superficie terrae et aquae usque ad sphaeram ignis undique extensivus. Ex substantiae autem sua subtilitate et raritate transparens est et perspicuus. Unde ratione diaphaneitatis suae et transparentia est influenciae coelestis virtutis et impressionis solaris luminis receptivus20.

  • 21 Ibid. : « Virtutis inspirandi et respirandi est aer omnibus animantibus ministrativus. Omnium enim (...)
  • 22 Ibid. : « Nam si vapor fuerit foetidus et corruptus ac venenosus, aer corrumpitur et inficitur, cui (...)

15Les propriétés indiquées sont celles de l’élément aérien de la zone sublunaire : chaleur, clarté, transparence, élément vital pour les oiseaux, position autour de la terre. Mais on peut constater un entrelacement entre référence médicale et description naturelle : la citation de Constantin le suggère, mais est suivie immédiatement après de réflexions sur la substance de l’air, se réchauffant au contact du ciel et sur sa transparence, développements classiques de cosmologie. Le mélange entre considérations médicales et physiques se poursuit ensuite : l’air est élément vital pour tous les êtres vivants, se transforme et a ainsi une action sur le corps21. La mutation de l’air et de sa corruption sont aussi évoqués dans leurs conséquences corporelles22. La référence à Constantin marque le changement de discours et indique que l’air est considéré moins comme élément que comme air ambiant, chose non naturelle qui agit sur le corps. Les causes de mutations de l’air ensuite développées marquent le même mélange entre deux approches de cet élément : sont affirmées trois causes de mutations de l’air, l’une qui relève de la physique par la chaleur du soleil, l’autre de l’astrologie associant planètes et chaleur, et la dernière, dans une perspective médicale, selon les lieux, les saisons et la proximité des cadavres, l’encyclopédiste s’inspirant du traité hippocratique relu par Avicenne. On voit ainsi que la dénomination aer est polysémique et renvoie à trois référents et trois domaines de savoir, l’airélément (météorologie), l’air soumis aux astres (astro-météorologie), et l’air ambiant (médecine).

16Ce passage, qui est révélateur de la technique d’écriture encyclopédique par la juxtaposition de théories différentes, est un témoin des relations entre médecine et physique et montre une météorologie à la fois physique et médicale. Il indique aussi comment le passage d’un concept (air ambiant – chose non naturelle) à un autre (l’air-élément et l’air-élémenté dans une perspective physique et d’astro-météorologie) se fait par le biais d’un nom identique, qui est commun aux champs de savoir, même si le concept diffère.

17Cette porosité entre médecine et météorologie n’est pas réservé au chapitre 1 : il se retrouve dans le livre entier et tout spécialement dans le dernier chapitre constitué de deux paragraphes au contenu opposé, la brise et la pestilence :

Aura est aer leviter motus et agitatus, aestuantibus refrigerium, algentibus praebens calorem. Quae quanto est purior, tanto delectabilior et sanior est. Quae si fuerit temperata et debitas qualitates temporis non exierit, maxime vitae hominis est congrua, et sanitatis conservativa si vero contrario modo se habuerit, maxime est nociva, si vero contrario modo se habuerit, maxime est nociva quia pestilentiae et corruptionis non modicae est inductiva. Est autem pestilentia aeris corruptio ex siccitatis et pluviarum distemperantia ex meritis hominum contingens, ut dicit Isidorus. Et dicitur pestilentia, quasi pastulentia, quia totam naturam hominis perambulat et depascit. Nam corruptio aquis et pluviis in aere, quibus spirando et edendo pascimur, statim corrumpimur et diversis passionibus necessatio lacessimur, ut patet supra in eodem libro ubi de proprietibus aeris dictum est.

18L’air corrompu apparaît comme l’ultime stade de la mutation aérienne, à la frontière de la météorologie et de la médecine, au point que Barthélemy l’Anglais renvoie à son propre livre et à ce qu’il en a dit précédemment.

19Cette expression, air corrompu ou aer corruptus, n’a pourtant pas exactement le même sémantisme selon la discipline. Si on regarde dans le Compendium de epidemia de la faculté de médecine de Paris écrit en 1348, l’air corrompu équivaut à épidémie :

  • 23 Tractatus de epidemia compositus a quodam practico de Montepessulanao, anno 1349, éd. L. Michon, Do (...)

Epidemia enim dicitur ab epi quod est supra et dimos quod est continens vel aer qui corruptus est23.

  • 24 Voir sur cette question, J. Ducos, « L’air corrompu dans les traités de peste », Air, miasmes et co (...)

20La définition est clairement médicale : l’air ambiant corrompu est cause de maladie, et donc signifie « épidémie »24. Mais l’air corrompu, dans un contexte météorologique, peut signifier aussi tous les signes météorologiques précédant la maladie : comètes, dragons, foudres, éclairs, tonnerres et tremblements de terre. La corruption de l’air doit être comprise dans un sens aristotélicien, comme le changement élémentaire qui provoque, par les exhalaisons émises par la terre et l’eau, la génération de nouveaux phénomènes. Dans les encyclopédies, on retrouve régulièrement une opposition entre l’air espés, sombre et corrompu, et l’éther, qualifié de pur air. La polysémie du nom aer/air favorise le passage du médical au physique, de l’air-atmosphère à la matière aérienne soumise à la corruption, qui peut aussi bien être l’air ambiant que l’air composante interne du corps.

  • 25 Y. Schauwecker, Die Diätetik nach dem ‘Secretum secretorum’in der Version von Jofroi de Waterford, (...)
  • 26 Ibid., p. 83 : « Ces quatre tens sont semblables as quatre elemens et as quatre complexions des que (...)
  • 27 Ibid., p. 83 « Et por ce que cel temps est chaut et moiste, le sanc, qui est de samblable complexio (...)
  • 28 Printemps : « Toute la terre […] resemble une tres belle jovencelle qui bien s’est atiree de toutes (...)
  • 29 Ibid., p. 74 : « Si cum Galiens li tres sages mires et Ysidres li boens clers le tesmoingne ne peut (...)
  • 30 Marilyn Nicoud, « Diététique et saisons », dans Le temps qu’il fait au Moyen Âge. Phénomènes atmosp (...)

21Si le système n’est pas aussi complet que dans Barthélemy l’Anglais, la relation physique et médicale entre corps et air ambiant ou entre corps et météorologie est souvent développée dans les encyclopédies françaises. Le Secret des secrets adapté par Jofroy de Waterford se termine par un ensemble de chapitres consacrés à la diététique et à la physiognomonie et adapté d’un pseudo-Aristote25. Le système explicatif des traités de médecine y est peu présent par rapport à des conseils sur les régimes de santé à suivre. Mais, dans le chapitre consacré aux quatre saisons, on retrouve la relation entre cosmos, phénomènes météorologiques et corps, avec un développement en deux temps. Par exemple, pour le printemps, l’auteur commence par une évocation assez conventionnelle des modifications naturelles : les neiges fondent, les rivières courent, les plantes verdissent et grandissent, les animaux engendrent et les oiseaux chantent26. Dans un deuxième temps, ce sont les modifications du sang et le régime spécifique au printemps qui sont énumérés27. Pour chaque saison, on retrouve la même structure avec, en guise de transition, une comparaison avec une femme de la jeunesse à la vieillesse, rappelant le système analogique entre saisons, corps et âges28. Toutefois ce sont les qualités et leurs modifications qui marquent l’unité entre nature et corps humain L’affirmation du rôle élémentaire est soulignée, et par delà le rôle et l’influence du ciel29. Le Secret des secrets souligne ainsi la dépendance du corps par rapport aux astres, mais ne signifie pas d’échanges entre l’air et le corps, sauf dans la perspective des saisons qui elles-mêmes sont déterminées par les astres et les constellations : à ce titre il donne des conseils de diététique, qui correspondent à l’importante littérature médiévale à ce sujet30, sans donner les clés de cette relation entre évolution du temps qu’il fait et modifications corporelles.

22Bien différent est le Placides et Timeo : cette encyclopédie, très fortement influencée par l’aristotélisme, décrit le monde sublunaire comme le lieu des mixtes, soumis à la génération et à la corruption. Les échanges entre le corps et le monde existent, car c’est ce qui explique les modifications naturelles et physiques des êtres animés et inanimés. Ainsi la porosité des corps est mise en évidence, par l’étymologie du nom vens :

  • 31 Placides et Timeo, op. cit., § 347, p. 165 ; repris également, § 356, p. 170 : « Li vens, qui est v (...)

Item vens est vapeur, c'est-à-dire alans par les poriaux. Et comme je vous ay autre fois dit au commenchement de nostre doctrine, les poriaus sont le chief et et les extremités des vaniaux, petis pertruis par lesquels les humeurs issent et les paux31.

23Les arbres supportent donc l’entrée du vent par ces pores, ce qui peut amener une souffrance quand le vent est trop froid. Il faut rapprocher ce passage des paragraphes concernant la sueur :

  • 32 Ibid, § 237-238, p. 106-107.

De requief, par destreche de caleur concheue dedens le corps ist par toutes les extermités des vaines d’omme sanc, les quelles extremités sont appelees « porry », et ce sont des petis treus qui rendent le sueur, quant la caleur est concheue, et le sueur si vient du sanc qui par les estroites voies s’esclarsist. Et par ou le sueur prent plus naturelment se voie, la viennent par nature plus volentiers pauls et petit poilet, si come desous les aisselles des bras et es lieus secrés, aussi comme l’erbe qui sourt de la terre et vient plus volentiers es lieux moistes et chaulz que ailleurs, si comme vous veés es prés. Et tout aussi viennent les pauls es lieus moistes, si comme en le fin du ventre par desous et dessous les aisselles des bras, si comme je vous ai dit, car ce sont les plus moistes lieus de l’omme. Et tout ainsi comme vous veés frequentamment le rousee monter contre les feulles des abres, tout aussi vient le sueur par les pauls, car trop plus a que vous ne cuidiés de pelés sur homme, qui pour le premeresce d’iauls et pour le soutieuté ne peuent estre veus ; ce poés vous savoir, se vous regardés vostre char contre vous et contre le clarté du solail32.

24La relation entre météorologie et corps est ainsi clairement exposée : les pores permettent une circulation de l’air pénétrant dans les corps, ce qui apparaît aussi bien dans la nature entre la terre et l’air avec la rosée, ou bien dans les arbres qui sont pénétrés par le froid qui fait geler les bourgeons ou dans le corps avec l’évacuation de la sueur. Ce parallélisme, qui met en évidence une structure identique des corps mixtes, animés ou inanimés, démontre les vertus de l’air : il peut influer et générer aussi bien maladies, rosée que gel. C’est en particulier le vent, c’est-à-dire l’air en mouvement, qui apparaît comme le phénomène météorologique qui est le plus important pour agir sur les corps, alors que l’air ambiant n’est guère mentionné.

  • 33 Définition qui n’est pas celle d’Aristote qui en fait un corps formé d’exhalaison terrestre, Voir J (...)

25L’encyclopédie n’est en effet pas aussi influencée par les textes médicaux et hippocratiques dans son évocation de l’air que par les sources de philosophie naturelle, qu’il s’agisse de Sénèque qui affirme la puissance fondamentale et vitale du vent ou de le traité De generatione et corruptione. Dans cette encyclopédie, le mot vent est polysémique : si, dans les passages météorologiques, il a le sens d’air en mouvement33, dans ceux qui sont liés au corps, il apparaît comme la traduction du pneuma grec, de même que esperit et ventosité, c’est-à-dire des souffles qui véhiculent les facultés et les vertus.

  • 34 Barthélemy l’Anglais, op. cit., XI, c. III, de ventis : vents d’est : « Venti autem orientales secu (...)
  • 35 Dragmaticon philosophiae, op. cit., V, 2, p. 141 : « Nihil est aere convertibilius ; positus uero i (...)
  • 36 Albert le Grand, De natura loci, éd. P. Hossfeld, Ashendorff, 1980. C’est de là que vient la théori (...)
  • 37 Thémon le juif, Quaestiones super quatuor libros Meteororum, éd. G. Lokert, Paris 1518, fol. 174r°- (...)
  • 38 Ibid. Pour Vitruve, voir De l’architecture, I, éd. et trad. P. Fleury, Paris, Les Belles Lettres, 1 (...)

26C’est en effet principalement le vent qui est au centre d’une médecine météorologique. Dans l’encyclopédie de Barthélemy l’Anglais, l’influence du vent sur le corps humain est aussi développée dans le livre XI. Après la description physique et l’indication de l’origine des vents, l’encyclopédiste précise systématiquement pour chacun d’entre eux l’action du vent sur le corps avec des références à Hippocrate, Galien et Constantin34. On peut noter que cette influence a lieu aussi bien sur les plantes que sur les êtres humains. On peut s’interroger sur cette importance du vent et de son action dans de si nombreux textes. De fait elle n’est pas propre ni à la médecine médiévale ni à la physique médiévale : Sénèque déjà insistait sur le vent comme moyen d’équilibrer l’air et la terre et comme bienfait naturel. Les encyclopédistes et - avant eux-les savants médiévaux, sans se référer explicitement à Sénèque, ont intégré cette idée, comme dans le Sidrach où le vent est présenté comme le plus fort élément du monde. Mais elle peut aussi être associée aux directions et au lieu d’origine du vent. Ainsi Guillaume de Conches explique-t-il par le lieu la diversité des vents : à une question du duc de Normandie sur la contradiction entre un air chaud et humide et un vent du nord froid et sec, il répond en effet que c’est en raison de la facilité du vent à se transformer et à sa capacité à prendre les qualités du lieu d’où il vient, mais aussi de ceux qu’il traverse35. Albert le Grand développe également ces idées dans son traité De natura loci : le lieu, selon lui, est aussi important pour les qualités dont il imprègne l’air que le père l’est pour le fils, mais réciproquement le vent influe aussi sur le lieu dont il peut changer les qualités, la notion d’accident permettant de justifier les changements36. La mise en relation entre théorie aristotélicienne, déterminisme local et corpus médical aboutit à des nomenclatures qui sont faites moins sur les directions que sur les effets néfastes ou favorables du vent comme dans Thémon le Juif37 : alors que les roses des vents au XIVe siècle sont souvent l’occasion d’une longue énumération, il ne signale que les quatre vents principaux et surtout développe sur leurs effets : les vents du sud amènent des maladies, la paresse et le sommeil et parfois la pluie et la chaleur ; les vents du nord renforcent l’être humain, enlèvent les mauvaises humeurs dans l’air, sont très sains, d’où l’idée qu’il n’est pas nécessaire d’avoir des fenêtres au sud, mais plutôt au nord. Cette dernière notation est une reprise de Vitruve qui oriente ville et habitations en fonction des vents, le critère de choix étant un lieu très sain, élevé, exempt de brumes et de gelées, exposé à une orientation ni chaude, ni froide, mais tempérée38.

27Vents, lieux et corps sont ainsi en relation pour par la recherche d’un bon air et d’un lieu favorable à la santé. Cette perspective, qui relève presque de la diététique et est à usage pratique, n’est pourtant pas autant développée qu’on pourrait le croire dans les textes français, qu’il s’agisse d’encyclopédie ou de gloses encyclopédiques dans les traductions. On pourrait penser que les gloses qu’Evrart de Conty, médecin de Charles V, intègre dans sa traduction des Problèmes, développent abondamment ces points. Dans le texte d’Aristote, seuls quatre problèmes évoquent cette question dans la partie XXVI :

Problème 16 : « Pourquoy est ce que le vent austral samble estre puant ? » : il permet d’indiquer les causes de putréfaction liées à la chaleur et à l’humidité que prend le vent en passant par les marais ;

Problème 21 : « Pourquoy est ce que les chiens venatoires quant ilz chassent aucune beste ou tamps que Zephirus vente ne le peuent mie trouver ? » : une référence à Hippocrate introduit l’idée selon laquelle le vent du sud fait du mal aux sens humains car il est chaud et humide alors que c’est le vent d’ouest qui nuit à l’odorat des chiens car il est froid ;

Problème 42 : « Pourquoy est ce quant Boreas vente, nous mengons lors et digerons trop mielx que quant le vent austrin vente ? » : le froid favorise la digestion car elle rassemble la chaleur, selon le principe de la réaction des contraires (antiperistasis) ;

Problème 49 : « Pourquoi est ce que quand les vens austrins ventent sans ploeuve qu’il engendrent fievres legierement ? » : le traducteur ne donne pas de réponse véritable mais effectue un long développement sur la fièvre.

28Le développement médical est donc induit par la question qui porte sur des causes de maladie, la fièvre ou sur de relations entre vent et corps. Mais à la différence du texte de Barthélémy l’Anglais, l’approche est d’abord physique et les effets de l’air ou du vent sont d’abord justifiés par des phénomènes de condensation ou de subtilité qui interviennent d’abord dans la nature, puis dans le corps. La relation entre médecine et météorologie se fait donc de manière plus subtile que dans l’encyclopédie du XIIIe siècle, dans la mesure où il ne s’agit pas d’un collage de citations, mais d’une intégration à l’intérieur d’un développement physique. En revanche une continuité entre les deux domaines apparaît dans les concepts et le lexique employé : Evrart de Conty parle de la nature des vents, mais surtout de leur complexion. Ce mot désigne la nature première du vent qui peut être modifiée au contact des régions qu’ils traversent, comme la complexion humaine se transforme par le biais des choses non naturelles. D’autres termes montrent les échanges et le fonctionnement semblable entre corps et nature : outre les qualités qui fondent la complexion de chaque objet naturel, les échanges se font par le biais des fumees, exalations, ventosités, vapeurs ou fumosités.

  • 39 Cf. Evrart de Conty, XXVI, 33 : « Se l’air est amellés de ventosité, lors est li vens et plus grans (...)
  • 40 Evrart de Conty, XXV, 7 : « L’air devient espés par les partie seiches et terrestres par les fumosi (...)

29Ces cinq termes employés dans la météorologie désignent tous les types d’exhalaisons telluriques qui, en se condensant ou en se combinant, génèrent les phénomènes atmosphériques. Fumee paraît réservée à l’exhalaison sèche, vapeur à l’exhalaison humide et exalation est le calque employé en particulier dans les définitions. En revanche fumosité et ventosité sont des termes plus intéressants dans la mesure où leurs emplois sont moins spécifiquement réservés à la météorologie. Ventosité en effet a un emploi bien connu dans les textes médicaux avec une polysémie puisqu’il peut désigner aussi bien la flatulence que le souffle39. Dans les textes météorologiques, il désigne des particules d’exhalaison plus petite que les fumées ou les vapeurs. Fumosité est employé en médecine pour les humeurs qui se transforment en vapeurs40. Mais c’est aussi une désignation des brumes ou de l’exhalaison sèche. Cette polysémie des termes selon les domaines de savoirs n’empêchent pas une grande fortune de ces deux termes : la petitesse extrême qui est un de leurs traits sémantiques et leur statut d’hyponymes par rapport à vent expliquent leur emploi aussi bien en médecine qu’en météorologie : ils sont l’équivalent de pneuma dont la polysémie est identique avec deux acceptions, « souffle météorologique » et pneuma médical, mais ils se distinguent du vent avec une analyse plus précise et plus complexe de la matière que dans les encyclopédies françaises du XIIIe siècle. Le passage de la mutation élémentaire à la mutation corporelle est désormais exprimé en français : l’analyse qualitative et élémentaire qui permettait d’expliquer les humeurs, les saisons et les passages du chaud au froid devient beaucoup plus fine où l’unité matérielle est désormais l’exhalaison, la particule de pneuma qui passe du monde naturel au corps. Le lexique le prouve : si element, humeur, vents sont fréquents dans les premiers textes en langue vulgaire, fumee, vapeur puis fumosité et ventosité deviennent usuels comme termes.

30Ainsi la continuité entre cosmos et corps, d’abord limitée à un système de correspondance analogique, s’exprime de plus en plus en français : jeu de qualités au départ, c’est ensuite une relation intime entre un corps soumis aux modifications naturelles externes et internes. Alors que les deux domaines de savoir, physique et monde médical était présenté comme séparé, les concepts et les termes qui désignent la matérialité du corps et les états différents de l’air construisent progressivement une médecine météorologique ou une météorologie du corps. D’une certaine manière c’est l’aboutissement de la théorie de l’homme comme microcosme : il n’est pas seulement l’image du monde, il y participe pleinement, soumis aux mêmes lois naturelles et ayant la même identité matérielle.

Annexes

Annexe : Jean Corbechon, Livre de proprietés de choses, XI, chapitre 1 (ms. Bnf 22531)

L’air est ainsi appellé por ce que il porte le feu et est porté de l’eaue sicomme dit Ysidore.

L’air en partie si appartient a la nature du ciel sicomme dit Bede, car la plus haulte partie de l’air qui est clere et pure ou les vens et oraiges ne pueent monter appartient au ciel et la plus basse partie de l’air qui touche l’eaue et la terre qui est grosse et trouble, sy appartient a la terre et ceste page contient en soy moult de diverses choses, car selon Ysidore l’air quant il est fort esmeu, fait les vens et les tonnoirres et les esclers. Quant il est espés, il fait les pluyes. Quant il est/fol 183r °/angelé, il fait la neige et la gresle et quant il est estandu, il fait le beau temps et va sery.

L’air, selon Constantin, est un simple element, moiste et chault en sa substance, car de sa propre nature, il est moiste, mais il est chault pour le voysinaige du feu et du ciel dont il est pres.

L’air par sa moisteur et par sa chaleur se espant et estant par tout des la terre jusques au feu lassus en son cercle.

L’air par la soubtilleté de sa substance est cler et transparant, et pour ce il recoit l’influance du ciel et la lumiere du souleil.

L’air donne a toute personne et a toute beste vivant vertu de respirer, car c’est le souspirail de toutes beste et la propre habitacion de tous oyseaulx et sans l’air ne puet vivre creature qui ait ame.

L’air pour cause de sa legiereté est moult mouvant et se tourne de legier aux qualités opposites et pour ce est il souvent mué par les fumees de la mer et de la terre et se la fumee est puante et corrompue et vesnineuse, l’air en est corrompu et, se la fumee est pure et nette et de bonne oudeur, l’air si en prent tantost la qualité.

De rechief l’air qui nous avironne nous est moult prouffitable pour nostre arme et pour le nourrissement de nos esperis, car se l’air est pur et cler, les humeurs et les esperis seront purs et clers et, se l’air est trouble et gros, les humeurs seront troubles et les esperis gros, sicomme dit Constantin et un autre medecin appelle Philaret.

L’air est un element pour les corps et pour les esperis, car l’esvantement de l’air est cause pour quoy les esperis sont meilleurs et plus purs et garde les esperis et les humeurs de trop grant chaleur, car l’air qui est ataint de pomon au cuer et du cuer a tout le corps donne attrempance a toute la personne et de ce vient que l’air mue tout le corps, car il entre dedens les esperis et se mesle avecques la substance des choses qui donnent la vie au corps et pour ce, se l’air est pur et attrempé en ces qualitez, il est moult prouffitable a la conservation de la vie et, se il est corrompu et desattrempé, il blesce et corrompt la vie et tout le corps, sicomme dit Constantin.

Tant comme l’air est plus pres du ciel, tant est il plus pur et tant comme il est plus pres de terre, tant est il plus froit et plus gros et participe plus les qualités de la terre et, tant comme l’air est plus gros et plus espés, de tant y empraint plus fort le souleil sa chaleur car, tant y sont les rays du souleil plus espés qu’ils fierent l’un sur l’autre et se entrebrisent par quoy ils causent moult grant chaleur.

Quant l’air est moiste et espés et les rays du souleil se refierent dedens, il s’y engendre diverses couleurs sicomme il appert en l’arc du ciel.

L’air devient espés par trois causes : aucunnesfoiz par les parties seiches et terrestres, par les fumositez qui se meslent avecques l’air, aucunnefois par froydure qui angele la moysteur de l’air et par ce il est plus espés que par avant.

Aucuneffoiz il advient par nouvelle generacion de l’air qui se mesle avec l’autre de quoy le premier devient plus espés.

L’air est attenvy par les causes contraires, sicomme quant les fumees le degastent ou quant la chaleur le fait plus delié et plus cler ou quant le feu se engendre d’aucunes parties de l’air quant l’air est ou derrenier degré de moysteur et il est bien tenve et la chaleur forte se fiert dedens, adont il se convertist en feu.

L’air se mue selon la substance et ses qualités en moult de manieres sicomme dit Avicene.

Premierement il se mue selon ce que le souleil se approuche ou se esloingne de luy, car en approuchant il/fol 183v °/eschauffe et en esloingnant il deffroyde.

Derechief l’air se mue par la mutation des estoilles et des planettes, car quant le souleil est avecques une froyde planette sicomme est Saturne et en un froit signe, l’air est adonc froit. Et quant le souleil est en un chault signe avecques une chaude planette sicomme est Mars, adont l’air est chault excessivement.

Derechief l’air est mué par le divers siege et par la diverse disposition de la terre, car en septentrion l’air est froit et sec et en la partie de austre il est chault et sec et en orient il est chault et moiste et en occident il est froit et moiste.

Derechief l’air se mue selon la hautesce ou la basseur de la terre, car es montaignes l’air est plus froit que es vallees et de ce rent Constantin la cause en son Pentegny ou il dit que ce est pour bise qui plus franchement court par les montaingnes que par les vallees.

Autre cause y assigne Macrobe qui dit que ce est pour les rays du souleil qui se assemblent et multiplient plus es vallees que es montaignes et pour ce les neiges sont plus tost fondues es vallees que es montaignes, car la chaleur y est plus grande pour les rays du souleil qui si assemblent et ad ce s’acorde Aristote ou IIIIe chappitre du premier livre de metheores ou il dit que la multiplication des rays dou souleil qui tendent a terre comme a leur centre est cause de telle chaleur.

Derechief l’air est mué pour le voysinaige de la mer, car l’air et la terre pres de la mer de septentrion est froit et sec pour les fumees froides et seiches qui yssent de cette mer et l’air pres de la mer de austre est chault et moiste pour les chaudes et moistes fumees qui en montent en l’air.

Derechief l’air se mue pour la prouchaineté des charoingnes et des pourretures par quoy il est corrompu.

Ceste corruption de l’air advient en la fin d’esté et plus souvent en autompne, car adont il est plus soutil de sa nature et de tant est il plus tost converti en la qualité que on lui offre soit bonne ou mauvaise ; et pour ce l’air est adonc corrompu pour les mauvaises fumees qui montent des charoingnes et des pourretures des eaues et des autres lieux et se meslent avecques l’air. Et atant souffise ce qui est dit de l’air en general.

Jean Corbechon : livre XI, c. 3

Le quart vent principal est appellé bise qui se lieve soubz le pole artique et a deux autres vens aux coustez, l’un vers occident qui est appellé aquillon et l’autre vers oryent qui est appellé chorus. Ce vent est appellé bise pour les montaignes de yperboree ou il reigne sicomme dit Ysidoire. Ce vent sourt de lieux plains de eaues angelees qui sont moult loing du cercle du souleil et de montaignes tres hautes desquelles il vient a nous. Et pour ce que les vapeurs de ce pays ne se pueent desgeler pour la grant froydure qui y reigne, pour tant nous fait le vent de bise l’air pur et sery et restraint la tempeste qui vient du vent de austre et la reboute sicomme dit Ysidoire.

Le vent de bise par la force de sa froidure restraint le dessus des terres et des eaues et le convertist en glace ou en cristal selon la disposition et la dureté de la matiere.

Le vent de bise dont et ses deux compaignons qui sont frois et secs endurcissent les corps et clouent les pertuis et nettoyent les humeurs et font les esperis et les sangs plus soubtilz et plus deliés ; ilz aydent la digestion et confortent la vertu retentive et delivrent l’air de pestillance et sy croissent la vertu engendrant et de ce dit Aristote ou XIIIIe livre des bestes que se le vent de bise vente en la conception de une personne, il sera masle. Constantin dit aussi que le vent d’aquillon restraint les mauvaises humours et les empesche que elles ne voysent aux autres membres mais il fait la tous pour la sécheresse de la poytrine et fait la terre et le corps aspres et retrait les nerfs par sa froydure et par sa seicheresce et pour ce il empesche les membres de leurs oeuvres, il blesce les fleurs et les foins tendres et brusle les vignes quant elles sont en bourgons ou en fleurs aucunesfoiz et oste la verdure des arbres et des herbes, il seiche les humeurs dedens et dehors et pour ce nuist il aux tisiques car il destruist le pomon par sa secheresce sicomme dit Galien. Quant il vente a plain, il fait l’air delié et sec ; les parties de l’air et de la terre et de l’eaue qui sont moystes il fait onnyes par la gelee et pour ce est il appellé aquillon pour ce qu’il lie les eaues par gelee.

Le XIe chappitre de l’aure

L’aure est l’air doulcement et legierement meu qui reffroide les eschauffez et eschauffe les reffroidies et de tant comme il est plus pur, de tant est il plus souef et delittable.

L’aure, quant elle est attrempee et ne excede point les qualitez du temps, elle est tres convenable a la vie de la personne/l90v °/et la garde et tien en santé et s’il est du contraire, elle est tres nuisant au corps, car elle est cause de corruption et de pestillance, car pestillance n’est autre chose que corruption de l’air par eaues et par pluyes desattrempees, laquelle pestillance vient par nos pechiez sicomme dit Ysidoire.

Pestillance est ainsi appellee pour ce qu’elle pest et mengue toute la nature de la personne, car quant l’air, les eaues et la terre sont corrompues, nous somme tantost corrompus, car nous en vivons et adont nous somme travaillez et mal menez de diverses maladies sicomme il appert cy devant ou nous avons parlé des proprietez de l’air.

Notes

1 Placides et Timeo ou li secrés as philosphes, éd. C. Thomasset, Paris-Genève, Droz, 1980, p. 93.

2 B. Obrist, La cosmologie médiévale. Textes et images I. Les fondements antiques, Firenze, Sismel, 2004.

3 Voir le manuscrit Chantilly, Ms. 65, fol. 14 v°.

4 P. Zumthor, La mesure du monde, Paris, éditions du Seuil, 1993, p. 20.

5 Ibid., p. 21.

6 Guillaume De Conches, Dragmaticon philosophiae, éd. Italo Ronca, Turnhout, Brepols, 1997, VI, 23, p. 259-260 ; trad. M. Lemoine et C. Picard-Parra, dans Théologie et cosmologie au XIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2004, p. 110.

7 Guillaume de Conches, Ibid., VI, 26, p. 269-270 ; trad. Ibid., p. 118.

8 Guillaume de Conches, Dragmaticon, op. cit., II, 5, p. 45 ; trad. p. 79.

9 The Prose Salernitan Questions edited from a bodleian Manuscript (Auct.. F. 3. 10), éd. Brian. Lawn, Londres, The British Academy, 1979.

10 Voir par exemple B 8 « Queritur quod tempus huic actioni conveniat » (ibid., p. 4), B 153 « Queritur in qua composita commixtione abundet aer et aque » (ibid., p. 76) ; B163 « Queritur unde habeat fieri grandines ? » (ibid., p. 82).

11 Voir D. Jacquart, « La scolastique médiévale », dans Histoire de la pensée médicale en Occident, T. 1 Antiquité et Moyen Âge, dir. M. D Grmek, Paris, éditions du Seuil, 1995, p. 182.

12 Ibid., p. 184.

13 Ibid., p. 184-185. Voir également la synthèse de J. K. Long dans son introduction à son édition, Bartholomeus Anglicus, De proprietatibus rerum, vol. 1, livre IV, éd R. J. Long, 2004, Brepols, Turnhout, p. 192-196.

14 Ibid. p. 190 : le Canon d’Avicenne apparaît dans le programmes dans les années 1270-1320.

15 Bartholomeus Anglicus, De proprietatibus rerum, op. cit., p. 207.

16 Ibid., introduction, p. 191-192.

17 Barthélemy l’Anglais, livre IV, op. cit, p. 216 : « Eadem videtur esse ratio commentatoris super librum Metheorrorum, ubi dicit quod fontes et flumina nascuntur de montibus, quia cum cavernosi et spongiosi et plurtimum etiam contineant calidi, fit a montibus magna attractio et ratione vacui et etiam ratione calidi aeris interclusi. » Voir Alfred of Sareshel’s Commentary on the Metheora of Aristotle, éd. James K. Otte, Leyde-New York, Copenhague-Cologne, 1988, p. 44-45.

18 Barthélemy l’Anglais, op. cit., p. 218 : « Nam humore et calore omnia generantur, ut dicit Philosophus. » Voir Aristote, Météorologiques, 378b26-379a11.

19 Barthélemy l’Anglais, ibid., p. 220 : “Est enim humiditas naturalis mobilis et fluxibilis, male in se terminabilis, sed tamen sistitur termino alieno, ut dicit Philosophus”. Voir Aristote, De generatione et corruptione 329b30-31.

20 Barthélemy l’Anglais, De genuinis rerum coelestium, terrestrium et inferarum proprietatibus, Francfort, 1601, livre 10, c. 1. Pour une comparaison, voir la traduction de Jean Corbechon en annexe.

21 Ibid. : « Virtutis inspirandi et respirandi est aer omnibus animantibus ministrativus. Omnium enim animantium est respiraculum, et volatilium coeli proprium habitaculum. Sine enim aere non potest vivere aliqua animata creatura. Aer enim ratione levitatis, substantialis est, naturaliter mobilis et alterabilis ; ac vertibilis in oppositas qualitates. Unde ex vaporibus terrae et maris saepe recipit immutationem. »

22 Ibid. : « Nam si vapor fuerit foetidus et corruptus ac venenosus, aer corrumpitur et inficitur, cui talis vapor pestis et admiscetur. Si vero fumus ex pura et munda substantia fuerit resolutiva et odorifera, aer odoriferam et naturam amicabilem ex incorporatione fumi odoriferi, recipit qualitatem. Item aer nos circumdans, summe nobis est utilis propter anhelitus necessitatem, et vitalis spiritus continuum nutrimentum. Si enim clarus, lucidus et purus fuerit, humores atque spiritus erunt lucidi atque puri. Si vero turbidus et nebulosus, humores erunt turbidi, spriritus grossi ac infecti, ut dicit Constantinus et Philaretus, et aer est elementum et corporum et spirituum. »

23 Tractatus de epidemia compositus a quodam practico de Montepessulanao, anno 1349, éd. L. Michon, Documents inédits sur la grande peste de 1349, Paris, 1860, p. 7.

24 Voir sur cette question, J. Ducos, « L’air corrompu dans les traités de peste », Air, miasmes et contagion, les épidémies dans l’Antiquité et au Moyen Âge, éd. S. Bazin-Tacchella, D. Quéruel et E. Samama, Langres, éd. Dominique Guéniot, 2001, p. 87-104.

25 Y. Schauwecker, Die Diätetik nach dem ‘Secretum secretorum’in der Version von Jofroi de Waterford, Teiledition und lexicalische Untersuchung, dans Würburger medizinhistorische Forschungen, 92, Würzburg, Verlag Königshausen und Neubmann GmbH, 2007.

26 Ibid., p. 83 : « Ces quatre tens sont semblables as quatre elemens et as quatre complexions des quelz ai avant dit. […]. Li tens de ver est chaut et moiste a la semblance de l’air, et porc el tens, toutes choses commencent a renoveler et reverdir en estaut, les tempestes soi comenchent a retraire, les noifs soi demettent ens es montaingnes, les rivieres corrent, entor les mons les fontainnes sordent, les humors d’arbes et d’erbes montent de la racine jesques az rams, les semences lievent, les blez croissent, les prés raverdissent, les flors colourent la terre, les arbres soi vestent de fuiles, boutonnent et germent. Les bestes engendrent, la pasture renovelle, toutes vives choses reprennent lur vertus. Li oisel chantent, li rossignos lur orgues mostrent. Tote la terre rechoit entierement son aornement et sa biautei et ressemble une tres belle jovencelle qui bien s’est atiree de toutes manieres d’aornemens ens por soi mostrer az noches. »

27 Ibid., p. 83 « Et por ce que cel temps est chaut et moiste, le sanc, qui est de samblable complexion, croist en ceste saison plus que en nul autre tens de l’an et s’espant par touz les menbres du cors. En cel tens fait bon de mangier viandes atemprees, com sunt pouchins de gelines, colons, faisans et les oef de geline et letuse savage, qui scariole est appellee, et lait de chievre et boire bon vin et atempré. Nul tens n’est plus convenables a segnier, movement de cors et purgation de ventre, compaignie de femme, baing et soujors et possions od beverages d’espiserie. Et mecines laxatives sunt a user en cel tens, car qu’anqui est vuit par sengnier ou par autre mescine cel tens restore hastivement par sa chaline et sa moistece. »

28 Printemps : « Toute la terre […] resemble une tres belle jovencelle qui bien s’est atiree de toutes manieres d’aornemens por soi mostrer as noches « (ibid., p. 83) ; été : « Et lors resemble le mont une espouse parcure de cors, parfaite d’eage, en plainne vertu de naturel chalour » (ibid.) ; automne : « Lors resemble le monde une femme de grant eage, qui ja est refroidie, si a mestier d’estre chaudement vestue por ce que ja jovente en est passee et la vielhece aproche, par quoi n’est merveilhe se biatei at perdue »(ibid., p. 84) ; hiver : « En cel tens, le monde resemble une vielhe toute derochié d’aage et de travail, si qu’ele ne puet mie vivre, car elle est toute despoilhie de biaté, de force et de vertu. » (ibid., p. 85) Cette comparaison avec une femme et non un homme est originale.

29 Ibid., p. 74 : « Si cum Galiens li tres sages mires et Ysidres li boens clers le tesmoingne ne peut parfitement savoir la science et l’art de medecine se il ne soit astrenomien. Et por ce riens ne dois faire-et maimement de ce qui apartient a la garde de ton cors-sens consel de astronomien. Ne crois a fol qui dient, que nuls homs ne peut avenir a la science des estoiles et des planetes por ce que tant sont loings de nous. Car por sovent esgarder, grant voille et estude, li anchien philosophe ont l’art controvee et certaines ruiles donnees de movemens des estoiles. […] Mais je toi di, Alixandres, que Dieux li glorious at si establi, que les elemens et quanqui est fais des elemens sunt governez par les estoiles et par les planetes. »

30 Marilyn Nicoud, « Diététique et saisons », dans Le temps qu’il fait au Moyen Âge. Phénomènes atmosphériques dans la littérature, la pensée scientifique et religieuse, éd. J. Ducos et C. Thomasset, Paris PUPS, 1998, p. 59-68. Pour une présentation plus complète, voir du même auteur, Les Régimes de santé au Moyen Âge : naissance et diffusion d’une écriture médicale, XIIIe-XVe siècles, Rome, École française de Rome, 2007.

31 Placides et Timeo, op. cit., § 347, p. 165 ; repris également, § 356, p. 170 : « Li vens, qui est vapeur, va par les poriaux des arbres, si les estraint par dehors et les estraice, si ques li porions en issent a estrois, car cascunne cose par nature a deffence contre le cose que de se nature li est contraire. »

32 Ibid, § 237-238, p. 106-107.

33 Définition qui n’est pas celle d’Aristote qui en fait un corps formé d’exhalaison terrestre, Voir J. Ducos, La météorologie en français, (XIIIe - XIVe siècle), Paris, Champion, 1998, p. 157-161. On la trouve dans le traité hippocratique Des vents : « Le vent est un flux et un écoulement d’air » (éd. et trad. J. Jouanna, Paris, Les Belles-Lettres, III, 1, p. 106.

34 Barthélemy l’Anglais, op. cit., XI, c. III, de ventis : vents d’est : « Venti autem orientales secundum Constantinum sunt salubres in ortu diei, qui ab aere veniunt temperamento et subtiliato » ; vents d’ouest : « Venti occidentales in fine diei sunt salubriores et temperatiores, quia Sol in occidente subtiliat eos et depurat, quia ergo regiones occidentales aerem non habent perfecte temperamentum un calore et humore, ideo eorum aqua mutabilis est et turbida, eo quod in principio diei radiis solaribus non digeratur. Nam in principio diei ventus ibi nimis est frigidus, in vespero vero calefit, ut dicit Constantinus » ; vents du sud : « Poros corporum aperit, virtutes animales impedit, gravitatem in corpore facit, ut dicit Hippocrates. Venti, inquit, australem auditum gravant, caliginosi sunt, et capita gravantes, pigri dissolventes » ; vents du nord : « Quod ventus aquilonaris humores malis contrahit et impedit, ne in alia membra discurrant, veruntamen tussim facit propter pectoris desiccationem, terra et corporum asperitates facit, frigiditate et siccitate sua nervos percutit, contrahit et constingit, ideo a motu et operatione membra impedit, flores et fructus teneros laedit et corrumpit, vineas germinantes et florentes exurit, herbarum et arborum vigorem spoliat atque tollit, humores desiccat exteriores et interiores, et ideo phtisicis est nocivus, quia pulmonem sua siccitate dilacerat et ulcerat ut dicit Galenum. »

35 Dragmaticon philosophiae, op. cit., V, 2, p. 141 : « Nihil est aere convertibilius ; positus uero inter rigidum et calidum elementum, cito in eorum naturas conuertitur. Ex uicinitate igitur terrae qualitates illius contrahit. Quales igitur sunt terrae cardines, talis inde enim nascitur uentus. Est autem orientalis regio calida et humida, unde uentus qui inde nascitur calidus est et humidus. Occidentalis uero regio frigida et sicca, ex qua nascitur uentus frigidus et siccus. Duo capita terrae frigida sunt et humida ; ex his uenti frigidi et humidi nascuntur. »

36 Albert le Grand, De natura loci, éd. P. Hossfeld, Ashendorff, 1980. C’est de là que vient la théorie albertinienne du climat.

37 Thémon le juif, Quaestiones super quatuor libros Meteororum, éd. G. Lokert, Paris 1518, fol. 174r°-174v°.

38 Ibid. Pour Vitruve, voir De l’architecture, I, éd. et trad. P. Fleury, Paris, Les Belles Lettres, 1990.

39 Cf. Evrart de Conty, XXVI, 33 : « Se l’air est amellés de ventosité, lors est li vens et plus grans et plus fors. » A rapprocher des emplois dans Le Régime du santé d’Aldebrandin de Sienne : « Le moust est inflatif a cause de la ebulition qu’il fait en corps humain, laquelle engendre ventosités » et dans la version française de Bernard de Gordon : « A habiter sont III choses necessaires : chaleur, ventosité et humidité. »

40 Evrart de Conty, XXV, 7 : « L’air devient espés par les partie seiches et terrestres par les fumositez qui se meslent avecques l’air. » ; à comparer avec Simon de Phares et Bernard de Gordon (dans DMF 2012 (www.atilf.fr) : « Aucuns dient qu’il prennent avis aux fumosités qu’il veoit saillir des eaues en certains temps et jours de la lune » (Simon de Phares) ; « La cause de ceste passion ce sont humeurs engendrees au foye qui se convertissent en fumosités et es vapeurs et sont boutees a la superfice du corps par la vertu regitive. » (Bernard de Gordon)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search