Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Corps et encyclopédies

 | 
Denis Hüe
, 
Jérôme de Gramont
, 
Bernard Baillaud

Corps et écritures

Roland Barthes, en substances

Georges Kliebenstein

Note de l’auteur

Les références à Barthes renvoient (sauf indications contraires) à l’édition des Œuvres complètes revue, corrigée et présentée par Eric Marty, tome I (1942-1961), tome II (1962-1967), tome III (1968-1971), tome IV (1972-1976), tome V (1977-1980), Paris, Éd. du Seuil, 2002, abrégées en OC, suivies du numéro du volume et de la page.

En pensant à Aude Matignon

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Que puis-je savoir ? On reconnaît là l’une des questions mythiques de Kant. Mais posée, peut-être, malgré le pseudo-subjectif « je », de façon un peu trop désincarnée1. Barthes inciterait plutôt à la formuler ainsi : que peut un corps « mortel » face au savoir « total » (encyclopédique)2 ? C’est que, pour Barthes, le corps est la mesure du savoir, et qu’il n’y a peut-être pas d’autre philosophie que « viagère3 ». À preuve, sa réaction à la mort de l’helléniste Paul Mazon (qui avait dirigé son Diplôme d’Études Supérieures) : « lorsqu’il est mort, je n’en ai pas fini de regretter que tout le savoir de la langue grecque disparût avec lui, et qu’un autre corps dût recommencer l’interminable trajet de la grammaire, depuis la conjugaison de deiknumi4 ». L’éloge (le thrène) est beau, et d’abord par l’énigme qu’il soulève : deiknumi est un curieux terminus a quo de l’apprentissage morphologique. Barthes, qui n’a jamais cru à l’innocence des exemples, a soutenu qu’il fallait psychanalyser le...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540