Version classiqueVersion mobile

Les Aït Ayad

 | 
Chadia Arab

Première partie. Le champ migratoire des Aït Ayad en France

Chapitre III. Organisation des filières migratoires en France, entre Angers, Dijon et Lunel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour bien comprendre comment s’organise la création de l’espace migratoire des Aït Ayad, je vais d’abord m’intéresser au champ migratoire entre Beni Ayatt et la France qui se construit au milieu du xxe siècle. Trois grands pôles d’installation français apparaissent pour les Aït Ayad : Angers, Dijon et Lunel. Il semblerait que très rapidement la filière migratoire vers Angers soit devenue la plus importante.

Ces filières sont permises grâce à un contexte économique et politique favorable. Dans les années 1960, la France et l’Europe occidentale de manière plus générale, encourage l’immigration. Des départs massifs des Marocains s’organisent et viennent combler les besoins en main-d’œuvre de l’Europe. Des filières migratoires vers la France se mettent en place de façon régulière et les migrants occupent rapidement des travaux dans la construction du bâtiment, dans les mines, ou encore dans l’agriculture et l’industrie. Les migrants n’ont que très peu circulé avant d’atteindre leurs pôle...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search