Version classiqueVersion mobile

La captivité des prisonniers de guerre

 | 
Jean-Claude Catherine

Du Stalag au musée, trois exemples en Europe

Traces de la vie quotidienne des PG français : des baraques en ruine de Sandbostel à la chapelle française de Soest en passant par les fresques murales du port de Brême1

Helga Bories-Sawala

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Helga Bories-Sawala, Klaus Volland (éd.), 60 ans depuis la Libération. Sandbostel, Brême, Caen. Un (...)

1Une image largement répandue dans l'opinion publique autant française qu'allemande est celle du prisonnier de guerre affecté au travail dans une ferme allemande pour remplacer le paysan appelé sur le front. Or, il y eut également de nombreux prisonniers de guerre dans les grands centres urbains qui travaillèrent dans toutes les branches de l'artisanat, du commerce, des services, de l'industrie et aussi dans des « bataillons de travail » spécialisés dans le déblayement, la construction, la couverture, la vitrerie, etc. Pour pouvoir les employer plus facilement dans l'industrie d'armement, nombre de prisonniers des villes furent transformés en ouvriers civils.

  • 2 Yves Durand, La captivité, histoire des prisonniers de guerre français 1939-1945, Paris, Fédératio (...)

2Contrairement aux officiers des Oflags, la plupart des hommes de troupe ne resta que peu de temps au Stalag avant de partir en kommando de travail. Les conditions concrètes de vie furent évidemment très différentes entre ces deux catégories mais également d'un kommando à l'autre2. Nous évoquerons quelques exemples, en insistant sur les traces encore visibles de ce passé : les baraques en ruine du camp de Sandbostel (Stalag X B), la chapelle française de Soest (Oflag VI A), redécouverte il y a quelques années comme les gigantesques fresques murales peintes par des prisonniers de guerre d'un kommando dans le port de Brême, qui montrent des scènes de la vie quotidienne des prisonniers de guerre.

Le camp de Sandbostel

  • 3 Werner Borgsen, Klaus Volland, Stalag X B Sandbostel. Zur Geschichte eines Kriegsgefangenen- und K (...)

3La plupart des prisonniers de guerre affectés dans les divers kommandos de Brême était passée par le Stalag X Β de Sandbostel3, situé au milieu des marais, entre les fleuves Elbe et Weser. Y furent internés, pendant la durée de la guerre, environ un million de détenus appartenant à 46 nationalités, parmi eux des personnalités connues comme Louis Althusser, Gaston Aufrère, Leo Malet, Giovanni Guareschi, Wiktor Tschukarin. Les premiers détenus, en septembre 1939, étaient les prisonniers de guerre polonais, suivis par leurs camarades français et belges, souvent encore logés sous des tentes, puis en 1941 les Serbes. Les prisonniers de guerre soviétiques auxquels on refusait tout statut ou protection et dont deux millions étaient morts auparavant, affamés et abandonnés sans toit ni vivres dans les Frontstalags en Union soviétique, arrivaient au camp au bout de leurs forces, après des marches interminables. Ils connurent un traitement particulièrement inhumain dans ce camp, tout comme les internés militaires italiens arrivés en 1943. Ceux-ci, après le revirement italien, avaient refusé de continuer à combattre aux côtés de l'armée allemande.

4Le camp, projeté pour abriter 12 000 détenus et peuplé en moyenne de 30 000 à 50 000 prisonniers, connut une période particulièrement dramatique à la fin de la guerre, avec l'arrivée de milliers de déportés concentrationnaires. Devant l'avancée les troupes alliées et pour qu'ils ne soient pas libérés vivants et en mesure de témoigner, les SS les avaient évacués de divers camps de concentration et de leurs camps extérieurs, et mis en marche en direction de la mer du Nord, puis « entreposés » à Sandbostel. Dans la nuit du 19 au 20 avril, une révolte de la faim durement réprimée se solda par 300 morts. Ensuite, un comité international de prisonniers obtint la permission de venir en aide aux détenus concentrationnaires affectés de typhus et mourants. Ce comité réussit même à avertir clandestinement de leur présence les troupes britanniques qui libérèrent enfin, après d'âpres combats, le camp le 29 avril 1945 (illustration 71).

5Le nombre de prisonniers morts par maladies, épuisement et répression n'a jamais été établi avec certitude, mais il est de l'ordre de plusieurs dizaines de milliers, pour la plupart enterrés dans des fosses communes. Depuis 1992, une association civique œuvre pour la sauvegarde de ce site, abandonné à la dégradation progressive par des autorités locales peu soucieuses de rendre célèbre ce lieu de souffrances et de crimes. L'attention grandissante de l'opinion publique et les participations internationales, notamment françaises, aux commémorations annuelles de la libération du camp, ont fini par aboutir, soixante ans après, à la désignation d'une partie du camp pour y réaliser un centre de documentation et de commémoration.

6Heureusement, la plupart des prisonniers français n'ont connu ce camp que tout au début de leur captivité, ayant été affectés rapidement à un des nombreux kommandos de travail agricoles, artisanaux ou industriels.

La chapelle de Soest

7Les architectes Guillaume Gillet et son ami René Coulon sont parmi les premiers 1 300 officiers français qui arrivent dans l'Oflag VI A à Soest en juillet 1940. Le camp devait finir par contenir environ 5 000 prisonniers de diverses nationalités à la fin de la guerre. À partir de septembre 1940, ils vont décorer une mansarde destinée à la pratique religieuse, un droit reconnu par la Convention de Genève. Les peintures dévotes couvrent l'ensemble du local exigu et montrent le Christ prisonnier, les corps de métier français, la Vierge Marie et une carte de la France et ses divers saints régionaux (illustration 72). Les officiers, confinés au camp, s'appliquent à briser la monotonie militaire des journées par des activités intellectuelles et culturelles, une université, un théâtre, plusieurs ensembles musicaux ainsi que divers sports. Les paquets des familles et de la Croix-Rouge permettent la survie malgré les rations alimentaires allemandes insuffisantes. La libération du camp, dans des conditions dramatiques, les 5 et 6 avril, fait plusieurs morts et des blessés graves.

8Les fresques murales de la chapelle ne sont découvertes qu'après de départ de l'armée belge qui avait utilisé la caserne du camp jusqu'en 1994. La sauvegarde de ce lieu unique, protégé comme monument historique depuis 1995, est assurée par un groupe de citoyens de Soest qui fondent, en étroite coopération avec l'amicale des anciens prisonniers, un atelier historique et une association appelée « Mémoire et Avenir — La Chapelle française de Soest ». Le 60e anniversaire de la libération du camp a été marqué, en 2005, par une commémoration impressionnante réunissant plus de 200 invités venus de France, parmi eux d'anciens officiers captifs et leurs familles.

Captivité et travail forcé à Brême

9À Brême, l'accroissement rapide du secteur d'armement avait entraîné, dès avant la guerre, une pénurie aigue de main-d'œuvre et nécessité la réquisition forcée de travailleurs civils allemands d'autres parties du Reich. L'évolution de la guerre, appelant au front des contingents grandissants d'ouvriers ne faisait qu'accroître ces besoins. Ainsi, la ville demandait l'attribution de prisonniers de guerre et un premier groupe de 40 Français a été affecté au port de Brême et logé sur le navire Brommy dès septembre 1940.

10Ces chiffres devaient augmenter rapidement. En tout, environ 4 200 prisonniers de guerre français furent affectés aux différents kommandos de travail à Brême pendant la guerre. Si on y ajoute les déportés concentrationnaires, les travailleurs civils des deux sexes réquisitionnés dans les pays occupés en Europe de l'Est comme de l'Ouest, ainsi que les prisonniers de guerre des autres nationalités et les « internés militaires » italiens, les travailleurs étrangers étaient au nombre d'environ 70 000. Cette main-d'œuvre nombreuse compensait les appels toujours plus nombreux d'ouvriers allemands pour partir sur le front comme soldats. Elle devait assurer les besoins de l'économie de guerre ainsi que l'approvisionnement général de la population et la prestation de services variés. Souvent, ils constituent un tiers des effectifs dans les entreprises et même la quasi-totalité dans certains domaines. Ainsi, la construction d'abris anti-aériens est effectuée par 99 % d'étrangers. Il y avait des prisonniers de guerre affectés au travail dans presque tous les secteurs de l'économie : dans l'industrie d'armement, sur les chantiers navals (AG Weser), à la construction de véhicules (Borgward) et d'avions (Weser-Flug), mais aussi dans les services de voirie, dans le port, à l'usine à gaz, chez de nombreux artisans, dans l'agriculture et enfin à la construction de la base de sous-marins de Farge, sans compter les kommandos spécialisés dans la réparation des destructions causées par les bombardements alliés (Bau — und Arbeitsbataillons), couvreurs et vitriers notamment, qui pouvaient être envoyés de ville en ville, selon les besoins.

11Une multitude de réglementations constituait le cadre de la vie en captivité : ainsi les relations privées entre la population et les prisonniers — « L'ennemi est toujours l'ennemi » comme le rappelait sans cesse la propagande officielle — étaient strictement interdites. Les prisonniers portaient sur le dos la mention « KGF » peinte en grandes lettres blanches et il leur était défendu de marcher en groupes sur le trottoir, pour ne citer que quelques-unes des mesures discriminatoires qui marquèrent leur quotidien.

12Bientôt, les espoirs d'un retour rapide dans leurs familles et la confiance dans le régime de Vichy, qui pratiquait une collaboration d'État de plus en plus ouverte, s'étaient considérablement affaiblis parmi les prisonniers qui, en effet, furent pour la plupart retenus en Allemagne jusqu'à la fin de la guerre. Leur approvisionnement fut particulièrement dramatique pour les vêtements dès 1941 et pour la nourriture après la libération de la France quand ils ne reçurent plus les colis de chez eux qui avaient jusque-là complété les trop maigres rations allemandes. De toute manière, les contacts avec les familles étaient strictement réglementés et les rares lettres permises furent soumises à une censure systématique.

13Dans les camps, les prisonniers vivaient entassés les uns sur les autres, sans aucune intimité possible. La vermine et les épidémies étaient à l'ordre du jour. Pire encore fut le manque de protection contre les attaques aériennes — les prisonniers n'avaient pas accès aux abris réservés à la population civile et devaient se contenter de tranchées offrant seulement une protection sommaire contre les éclats. Souvent il leur fut même imposé de continuer le travail malgré l'alerte.

14Un rapport d'inspection par la Croix-Rouge du kommando 1184 Amiral Brommy du 4 août 1942, alors composé de 358 Français et 2 Belges, précise :

  • 4 Archives nationales, Paris, F/9/2915, rapport d'inspection par la Croix-Rouge du 4 août 1942.

« 4 h 1/2 : réveil. 5 h 1/2 : appel. Ensuite les prisonniers se rendent au chantier, ce qui leur prend en général une heure. Ils travaillent de 7 à 12 ou 12 h V. Après une demi-heure de repos, ils reprennent leur travail sans interruption jusqu'à 16, 17 ou 18 h. Les heures de travail sont très irrégulières suivant ce qu'il faut encore décharger ; quelquefois même au-delà de 18 heures. [...] Les groupes de travail varient en nombre jusqu'à 15 hommes suivant le travail à effectuer. Très souvent les prisonniers doivent faire des heures supplémentaires [...]. Jusqu'à la semaine dernière ils ont travaillé aussi le dimanche sans avoir une journée de repos durant la semaine4. »

15Si quelque souvenir moins amer leur reste du temps de la captivité, c'est tel ou tel geste de solidarité dont des Brêmoises et des Brêmois eurent le courage et l'expérience de camaraderie de leur « popote ».

16Paul Parize est un des prisonniers qui avait accepté de contribuer, par son témoignage, à ma recherche et à qui nous devons le nom d'un des auteurs des fresques murales, David Alloi, puisqu'il avait lui-même habité ce hangar. Il écrit en novembre 1994 dans une lettre à la petite fille d'un de ses anciens collègues du port de Brême, Dietrich Siemer :

  • 5 Archive privée Bories-Sawala.

« Tant d'années après, je me souviens encore très bien de votre grand-père, alors dans la soixantaine, comme mon propre père, plutôt petit, actif et fort. Il se rendait au travail bien vêtu, une casquette de matelot sur la tête, avec les insignes de la ville de Brême. D'autres ouvriers arboraient la croix gammée. Je ne connaissais pas bien leur rôle dans les entreprises, mais je me méfiais d'eux. Comme tous les autres, votre grand-père amenait son repas au travail, dans un récipient pour le réchauffer et il avait aussi une bouteille en fer blanc pour l'"ersatz" de café. Une fois, il nous a ramené une orange, cela a dû être une rareté à cette époque, dans une famille ouvrière à Brême. Il a donné aussi, à chacun d'entre nous, une paire de gants en toile, pour nous protéger du froid. Parfois, il se retournait pour être sûr qu'il n'y avait personne, et puis il nous disait ce qu'il avait appris par la radio des "tommies" (la BBC), une fois il nous a montré un tract lancé par des avions anglais. [...] Je pense que vous serez contente d'apprendre que quelqu'un en France se souvient encore, après plus de cinquante ans passés, de votre grand-père. Je pense qu'il était un de ces "Justes", ces hommes et femmes qui, au péril de leur vie, ont sauvé l'honneur de leur patrie5. »

Le Kommando Admiral Brommy

17Ce tableau (illustration 73), peint par Davis Alloi en 1942 dans le port de Brême, a été découvert par hasard en 2005 par Mme Françoise Passera, historienne au Mémorial de Caen, au moment même où elle organisait le transfert d'une des fresques murales brêmoises à l'exposition permanente du Mémorial. Son frère l'avait acquis quelques années auparavant sur un marché aux puces.

18Le cargo désaffecté du nom d'Admiral Brommy, à quai dans la partie du port destinée à l'importation de bois, servait, dans un premier temps, de logis aux prisonniers. Les conditions de sécurité et d'hygiène y étaient déplorables, comme le constate un rapport d'inspection par la Croix-Rouge du 29 novembre 1941 :

  • 6 Archives nationales, Paris, F/9/2296, rapport d'inspection par la Croix-Rouge du 29 novembre 1941.

« L'Amiral Brommy est toujours ancré au même endroit (voir rapport précédent). Des batteries de défense anti-aérienne sont établies tout autour de l'Amiral Brommy. Des bombes seraient déjà tombées tout près du Brommy, les éclats d'obus de la défense anti-aérienne crépitant sur le pont. Il est difficile d'imaginer l'effet que pourrait avoir une bombe tombant sur le navire ; pendant les alertes les prisonniers et les gardes allemands restent sur le bateau. [.] Les quartiers sont particulièrement mauvais sur ce bateau. L'officier qui nous accompagne nous déclare qu'il n'en a jamais vu de pareils. [...] L'aération est insuffisante, particulièrement dans les parties de l'avant et de l'arrière du bateau où l'humidité est très sensible. Une mauvaise odeur de pourriture se dégage de partout. Les locaux intérieurs sont particulièrement humides et nous avons vu des couchettes dont les paillasses et les couvertures étaient trempées. Peut-on s'étonner alors si beaucoup de ces prisonniers sont atteints de bronchite chronique ou de rhumatismes ? La vermine abonde à côté des souris et des rats. [...] 50 lavabos sont à la disposition des prisonniers. Ils sont très primitivement installés. Le local des douches se trouve dans la même pièce sombre que les WC de nuit et on ne peut pas se représenter l'odeur qui règne dans ce local parce que la conduite des latrines est défectueuse et que les eaux d'égout coulent dans les dortoirs adjacents. [.] L'appareil des douches est détérioré et hors d'usage depuis des semaines et, s'il fonctionnait, cela donnerait chaque fois une inondation dans les dortoirs voisins, en sorte que c'est un acte de camaraderie de ne pas l'employer. Les latrines de nuit se trouvent, comme nous l'avons dit, dans ce sombre local. Il est interdit de faire de la lumière la nuit, en sorte que les prisonniers trébuchent dans le noir sur les inégalités du sol et on peut se présenter facilement la propreté de ces latrines. [...] Le moral des prisonniers est très mauvais6. »

19Le rapport conclut :

« Les quartiers et l'hygiène de ce camp sont particulièrement défectueux et de plus l'Amiral Brommy se trouve dans une zone dangereuse : Il devrait être évacué aussi vite que possible. »

20Il attire aussi l'attention sur les méthodes brutales de discipline de son commandant :

« Le commandant allemand du camp qui fut autrefois pilote fait tout pour pouvoir conserver son Brommy : il nous explique que, jusqu'il y a deux mois, il punissait lui-même les prisonniers en les frappant au visage à coup de poing. Il s'était habitué à cette méthode au cours de ses navigations, comme il nous le dit avec fierté. »

21Alertée ainsi par de nombreuses plaintes lors de ses inspections en 1941 et en 1942, la Croix-Rouge internationale obtint le déménagement des prisonniers français de ce navire et leur logement à terre à partir de 1942. Le Brommy hébergea ensuite des travailleurs forcés russes. Le nouveau domicile des prisonniers français, le hangar N° 27 du port aux usines, avait, lui aussi, plusieurs inconvénients dont celui d'être difficile à chauffer et à aérer.

22Dans une lettre à sa famille, un des prisonniers nous livre une description détaillée des conditions de vie :

  • 7 Archives nationales, Paris, F/9/2915, lettre d'Edmond R. du 22 février 1942 à sa famille à Lyon.

« Ma chère petite femme et ma petite Zette, [...]. Ici, dans notre nouveau local (très humide), nous sommes chauffés, pour le moment, avec de gros poêles qui brûlent du coke jour et nuit, la température peut aller. Nous profitons de ce chauffage pour faire notre cuisine (déjeuners, dîners, etc.) C'est une vraie queue pour cuisiner. Imagine-toi 450 personnes pour 5 poêles dont 3 dans le hall servant de dortoir et deux dans celui du réfectoire. Notre installation intérieure représente comme je te l'ai écrit, un grand hall avec, comme ouvertures, une porte à chaque bout, aucune fenêtre (ce qui nous oblige à avoir la lumière tout le jour), une très haute charpente couverte, mais pas de plafond (dans un grenier on est bien à vingt ans). De porte à porte, une grande allée où six hommes peuvent se tenir côte à côte, dans cette allée seuls les poêles, de chaque côté les lits sur 2, 3 et 4 étages. Je loge au 2e, un petit placard, aucun siège ni table dans ce hall, huit grosses lampes nous éclairent de jour et deux de nuit. Les W.C. et lavabos sont dans une baraque en planche à deux mètres au-dehors et, pour compléter notre local, à chaque bout des barbelés. Notre emploi du temps n'a pas changé : travail gardé par sentinelles, puis retour dans notre cellule, puisque nous ne voyons pas le soleil dans notre local, enfin le dormir. C'est peut-être le meilleur moment que nous passons de notre vie actuelle. Je ne parle pas de la nourriture ; celle-ci a diminué : un litre de soupe (choux ou rutabaga, carottes), 4/5 pommes de terre cuites à l'eau, 300 grs de pain noir, une rondelle de pâté et deux dés à coudre de margarine, la viande quelquefois un dé à coudre ou deux dans la soupe, mais le plus souvent, c'est celle des colis ; et voilà notre nouvelle installation, notre amélioration. S'il y a des clients pour ce confort, nous sommes tous décidés à changer [...]7. »

23La sécurité des prisonniers en cas d'attaque alliée pose toujours problème :

  • 8 Archives nationales, Paris, F/9/2915, rapport d'inspection par la Croix-Rouge du 4 août 1942.

« Durant ces dernières semaines, des alertes aériennes ont été données presque toutes les deux nuits. Les prisonniers doivent alors se lever, pour se rendre à l'abri [...] en cas d'alertes aux avions, 20 prisonniers doivent rester de piquet au camp, afin de pouvoir immédiatement éteindre les incendies possibles : ces prisonniers sont donc enfermés sans surveillance dans les cantonnements et sont exposés au danger pendant tout ce temps. Dernièrement un homme de l'équipe de piquet a été tué lors d'une attaque aérienne. Trois prisonniers ont été blessés (dont un a dû être amputé d'une jambe). Depuis lors, les portes restent ouvertes8. »

Fresques murales peintes par des prisonniers de guerre français à Brême

24Des travaux de construction entre l'été 1942 et début 1943 furent ensuite entrepris pour améliorer l'aération par des fenêtres supplémentaires à cette bâtisse des années 1920. Ce fut sans doute dans le courant de ces travaux que les fresques murales furent peintes par des prisonniers de guerre français du kommando Brommy.

25Treize tableaux de grand format montrent des scènes de leur vie quotidienne en captivité : on voit les prisonniers en train de décharger des navires, quittant les bateaux après la journée de travail, pendant la toilette du matin, devant l'établi, lors de la distribution de vêtements, en train de laver leur linge, d'éplucher des pommes de terre, pendant une pause-cigarette et enfin pendant leur sommeil. Ces fresques couvrent sur les deux murs en longueur du hangar une superficie de 105 mètres carrés allant d'une hauteur du sol de 2,40 m à 4,40 m (jusqu'en haut des lits superposés). Les tableaux sont d'une composition simple et ont été réalisés en couleurs en détrempe, appliquées sur une couche de chaux, par des non-professionnels ayant à leur disposition des moyens rudimentaires. Parmi les différents auteurs, dont les styles et les signatures varient, seul le nom de David Alloi nous est connu par un témoignage.

26Les tableaux ayant été peints, évidemment, avec l'accord des autorités, les éléments de critique par rapport aux conditions de vie et de travail qu'ils contiennent, ne pouvaient pas être exprimés sans ambages, mais il fallait recourir à des moyens plus subtils qui doivent être décryptés par un regard attentif sur des détails qui paraissent à première vue anodins (illustration 74).

27La partie du port où furent logés les prisonniers de guerre de ce kommando, avait été nommée d'après le bois, une des principales marchandises arrivant dans les ports brêmois. Cette matière de première importance, en provenance avant tout des pays scandinaves, fut utilisée entre autres à la construction des nombreux camps de baraques destinés à l'hébergement des nombreux travailleurs forcés et prisonniers, qui furent construits partout sur le territoire brêmois.

28Ce qui attire d'emblée le regard du spectateur dans cette représentation du déchargement de troncs, c'est un crochet surdimensionné qui semble être suspendu à quelque plafond, mais qui s'avère, de toute évidence, simplement destiné à soulever les troncs de bois. Le nœud coulant qui les tient ensemble, n'est pas non plus sans évoquer, au-delà de sa fonction apparemment banale, des associations d'idées inquiétantes. Enfin, le prisonnier qui trébuche indique les dangers du travail et les risques d'accidents (illustrations 75 et 76).

29Visiblement soulagés d'avoir terminé leur journée de travail, les prisonniers remontent sur le quai.

30Les prisonniers de guerre travaillaient souvent 60 heures ou plus par semaine. De plus, ils pouvaient être obligés à travailler le dimanche pour déblayer les rues et les maisons après des attaques aériennes ou pour labourer les jardins de particuliers.

31Le rare temps libre qui leur était concédé était donc hautement apprécié par les prisonniers, comme en témoigne également la grande part que prennent ces motifs dans les situations représentées par les fresques murales : 10 tableaux sur 13 montrent soit des situations de détente soit d'entretien ou de toilette.

32Il est à noter que tous les tableaux représentent uniquement les prisonniers eux-mêmes — contrairement à la réalité, surveillants, sentinelles ou contre-maîtres allemands en sont les grands absents (illustration 77).

33Ce furent notamment les conditions sanitaires absolument insuffisantes qui régnaient sur le cargo désaffecté Brommy qui déterminèrent la Croix-Rouge internationale à exiger, à la fin 1941, le transfert à terre des prisonniers de guerre français qui y avaient été logés.

34Le hangar sur le quai du port des usines, qui leur servit de logis à partir du printemps 1942, disposait, lui, de lavabos, mais, comme le souligne le tableau, il n'y avait qu'un seul petit miroir, de sorte que les prisonniers devaient s'entraider pour pouvoir se raser (illustration 78).

35L'homme de confiance français distribue aux prisonniers le courrier tant attendu et les précieux coupons qui permettaient de recevoir les colis de la part de la famille. Les hommes ont l'air contents et joyeux. Les prisonniers représentés portent des vêtements de travail mélangés à des pièces d'uniforme couleur kaki. Le fil barbelé que l'on discerne à l'arrière-plan est un indice mettant en évidence la situation de captivité dans laquelle ils se trouvent (illustration 79).

36Les contacts avec la France étaient strictement réglementés et les rares lettres autorisées étaient soumises à une censure systématique. Les colis de vivres qu'envoyaient les familles étaient la seule façon d'améliorer les rations allemandes, généralement monotones et insuffisantes. Souvent, des « popotes » partageaient le contenu des colis de façon conviviale. Les prisonniers connurent des périodes de famine surtout en début de captivité et après la libération de la France, quand ces colis firent défaut.

  • 9 Helga Bories-Sawala, Retrouvailles. Ehemalige Kriegsgefangene und zivile Zwangsarbeiter besuchen B (...)
  • 10 Hans-Christoph Hoffmann, Erforschen, pflegen, schützen erhalten. Ein Vierteljahrhundert denkmals-p (...)

37Ces fresques murales peintes par des prisonniers de guerre dans le port de Brême constituent un document historique unique. De telles représentations de la vie quotidienne en captivité sont tout à fait exceptionnelles. Pendant longtemps ces tableaux étaient tombés dans l'oubli. Les murs du hangar avaient été repeints après la guerre et l'on s'en était servi de nouveau pour le stockage de marchandises. C'est seulement en 1989 qu'un ancien prisonnier russe, en visite à Brême, se souvint d'avoir aperçu ces fresques dans le camp de ses camarades français et permit ainsi leur redécouverte9. Or, comment les sauver de la menace d'une dégradation ultérieure ? Le projet de les conserver dans le hangar même se heurta aux projets du propriétaire de reconstruire cette partie du port. En 1996, les tableaux purent enfin être décollés, sauvegardés et en partie restaurés par l'Office régional des monuments historiques10. Depuis 2001, quatre d'entre eux sont exposés publiquement et en permanence au foyer des archives d'État de la ville de Brême et un autre a été inauguré au tout nouveau musée du port. Enfin, un cinquième a été solennellement intégré, le 18 juin 2005, dans la collection permanente du Mémorial pour la Paix à Caen, en présence d'une délégation de citoyens de Brême dans le cadre du projet « La captivité et ses lieux de mémoire franco-allemands », à l'occasion du soixantenaire de la fin de la guerre et de la libération des camps. Ainsi, non seulement le public a-t-il de nouveau accès à des représentations authentiques de cette période de l'histoire brêmoise dont il ne reste que très peu de traces visibles dans la ville, mais aussi leur présence à Caen symbolise-t-elle les efforts conjugués des sciences historiques, des institutions et des associations aussi bien françaises qu'allemandes pour prendre un soin commun de cet héritage.

Notes

1 Helga Bories-Sawala, Klaus Volland (éd.), 60 ans depuis la Libération. Sandbostel, Brême, Caen. Une documentation des commémorations, avril à juin 2005, édition bilingue, Brême, 2007.

2 Yves Durand, La captivité, histoire des prisonniers de guerre français 1939-1945, Paris, Fédération nationale des combattants prisonniers de Guerre, 1980.

3 Werner Borgsen, Klaus Volland, Stalag X B Sandbostel. Zur Geschichte eines Kriegsgefangenen- und KZ-Auffanglagers in Norddeutschland 1939-1945, Bremen, Temmen, 1991.

4 Archives nationales, Paris, F/9/2915, rapport d'inspection par la Croix-Rouge du 4 août 1942.

5 Archive privée Bories-Sawala.

6 Archives nationales, Paris, F/9/2296, rapport d'inspection par la Croix-Rouge du 29 novembre 1941.

7 Archives nationales, Paris, F/9/2915, lettre d'Edmond R. du 22 février 1942 à sa famille à Lyon.

8 Archives nationales, Paris, F/9/2915, rapport d'inspection par la Croix-Rouge du 4 août 1942.

9 Helga Bories-Sawala, Retrouvailles. Ehemalige Kriegsgefangene und zivile Zwangsarbeiter besuchen Bremen, publié par Landeszentrale für politische Bildung et Fachbereich 10 der Universität Bremen, 1996.

10 Hans-Christoph Hoffmann, Erforschen, pflegen, schützen erhalten. Ein Vierteljahrhundert denkmals-pflege in der Freien Hansestadt, Bremen, Hausschild, 1998.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search