Version classiqueVersion mobile

La captivité des prisonniers de guerre

 | 
Jean-Claude Catherine

L’art, du témoignage à la mémoire de la captivité

L'œuvre de captivité du peintre Pierre Péron

Françoise Péron

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1En juin 1940, Pierre Péron se trouve parmi les 35 000 soldats piégés à Dunkerque (illustration 26). Fait prisonnier le 4 juin sur la plage de Malo-les Bains, il est emmené en Autriche. Après un long et pénible transfert et un séjour d'un mois dans le camp central du pays, il est placé au Stalag XVII A (illustration 14), non loin de Vienne. Sa captivité durera vingt-cinq mois parmi lesquels il passera l'essentiel du temps en kommando de travail à Brück-an-der-Leitha, petite ville de 6 000 habitants située à 7 kilomètres du camp où il est contraint de travailler dans différentes entreprises : une scierie, une auberge, une fabrique de pain. Étant adjudant et ayant quelques connaissances de la langue allemande, il devient assez vite le porte-parole de ses camarades, en majorité bretons (illustration 29).

  • 1 Pierre Péron, La fin des Bonshommes de neige, Coop-Breizh, 2004, 40 p.

2Les mois passent... L'espoir d'une libération rapide s'amincissant de jour en jour, il faut tenir envers et contre tout. Pierre Péron est assailli par de terribles moments de désespoir dont il rend compte dans les notes manuscrites qu'il couche d'une petite écriture serrée, sur les carnets qui ne le quittent jamais. Cependant, lorsqu'une opportunité lui permet de se procurer du papier et de la peinture, il dessine et il peint : le camp, les barbelés, ses camarades, ses godillots, une paire de pince à linge sur un fil..., tout ce qu'il a sous les yeux. Il peint aussi tout ce qu'il ne voudrait pas oublier : le visage de ses enfants, sa maison de Brest, les paysages de Bretagne. Il illustre des pages humoristiques pour le journal du camp, il participe à la création d'un orchestre de fortune, le « Klumpett jazz », il rédige des contes dont l'un, La fin des Bonshommes de neige1, adressé à ses enfants mais aussi vision prémonitoire de la défaite des nazis, sera imprimé après son retour en France. Car, feignant d'être atteint de la maladie contagieuse de la malaria, il réussit, grâce à la complicité du médecin français du camp, à revenir en France et à être officiellement démobilisé en août 1942.

3Aujourd'hui, avec le recul de plus de soixante ans par rapport aux événements, nous pouvons nous situer au-delà de l'émotion et nous interroger plus fondamentalement sur le sens d'une telle œuvre faite en captivité, sur la façon dont un don, celui du dessin, peut aider à tenir moralement dans une situation d'adversité. Notre questionnement porte aussi sur le rôle qu'un artiste, s'appuyant sur son art, peut jouer auprès de ses compagnons d'infortune et inversement sur la valeur de témoignage d'une telle œuvre. Enfin, d'un point de vue plus formel mais lourd de conséquences, on peut également se demander si des circonstances exceptionnellement dures peuvent contribuer à faire surgir ou à faire s'épanouir, un talent personnel.

4La réponse à donner n'est pas simple. Dans le cas de Pierre Péron, nous scruterons une œuvre réalisée par un individu ayant la chance de disposer d'un don et le courage de le mettre en œuvre et de s'en servir dans des circonstances très difficiles pour tenir et pour aider les autres à tenir.

5En effet lorsque Pierre Péron est mobilisé en 1939, il a 34 ans. C'est un homme marié et père de deux enfants qui exerce le métier de professeur de dessin. C'est aussi un artiste qui a déjà une vraie vie de créateur derrière lui. À 18 ans, étant élève aux Beaux-Arts de Nantes, il réalise sa première exposition de peinture et il crée les décors pour une revue irrévérencieuse parodiant l'histoire du roi Gradlon. À 19 ans, il commence à publier régulièrement dans La Dépêche de Brest : lettrines, caricatures et dessins humoristiques ayant trait à la vie locale. Cette collaboration se poursuivra jusqu'à la guerre si bien qu'il devient rapidement une figure populaire à Brest, même si, après son mariage en 1924, il s'est exilé volontairement à Paris pour y trouver un travail dans la publicité et se rapprocher du monde des arts ; notamment des artistes bretons qui comme lui veulent produire des œuvres contemporaines inspirées de la culture bretonne mais néanmoins débarrassées du folklore qui fleurissait à cette époque. Il revient d'ailleurs le plus souvent possible en Bretagne. Avec son ami René-Yves Creston, il entreprend un tour de Bretagne à bicyclette pour faire, de chapelles en calvaires, des relevés des motifs populaires d'art sacré. Il peint des paysages à Camaret, Ouessant, dans les monts d'Arrée... À 27 ans, en 1932, il exécute sa première commande importante : la décoration du cinéma Armor de Brest, qui consistait en quatre grandes fresques murales ayant pour thème « La mer », et qui révèle son sens de la stylisation et du mouvement. À Paris, il gagne sa vie dans la publicité et réalise des projets d'affiches pour les grands magasins mais la crise économique qui s'installe alors en France l'empêche de poursuivre plus avant dans ce domaine du graphisme et c'est à regret qu'il devient en 1933 professeur de dessin aux écoles de la ville de Saint-Denis. Son adhésion au groupe des Seiz Breur en 1935 l'amène à participer deux ans plus tard à la décoration du pavillon de la Bretagne édifié pour l'exposition internationale de Paris. Ainsi Pierre Péron a de multiples cordes à son arc. Avant que la guerre n'éclate, il a déjà produit des bandes dessinées dont Les aventures extraordinaires de Peskett relatant la rencontre au fond de la mer d'un petit homme poisson et d'une sirène, il a illustré plusieurs livres et il continue à exposer régulièrement.

6En captivité, Pierre Péron a réalisé une œuvre importante dont l'existence actuelle relève d'un véritable miracle. Il en ramena tout simplement une partie dans sa valise de rapatrié sanitaire. Quant à l'autre partie, elle lui a été expédiée, par colis postal à travers l'Europe en guerre, par le médecin complice du camp qui l'avait aidé à se libérer. Et c'est dans le village de Plougoulm, dans le Nord Finistère, où il avait rejoint sa famille qui fuyait les bombardements de Brest, qu'elle lui est parvenue.

  • 2 Françoise et Yves-Marie Péron, Pierre Péron de A à Z, Coop Breizh, 2002, 255 p.

7Comme beaucoup d'anciens prisonniers, Pierre Péron n'évoquait que très rarement cette période de sa vie, sinon pour dire que ses années de captivité avaient été des années volées. D'un tempérament actif et tourné vers l'avenir, il parlait de ses projets et de ce qu'il faisait dans le moment présent. Son fils et moi-même savions que cette œuvre existait mais nous n'avons pris conscience de son ampleur et de son intérêt que lorsque, quelques années après son décès, nous avons entrepris de confectionner un ouvrage sur l'ensemble de ses créations2.

8Concernant l'œuvre réalisée par Pierre Péron durant sa captivité, trois éléments sont à retenir.

9Tout d'abord, et c'est un fait relativement rare, son témoignage graphique est complété par des témoignages écrits. Sur les carnets qui l'ont accompagné depuis la « débâcle » et les bombardements de Dunkerque jusqu'à sa libération, il a inscrit, selon les possibilités, différents types de notations. On y trouve le récit presque heure par heure de l'enfer de Dunkerque, des poèmes pour s'occuper l'esprit lorsqu'il fendait du bois : « Travaille ma hache, du prisonnier tu es l'outil./Repose-toi ma tête, pourquoi ne dors-tu ni la nuit ni le jour ? », des textes humoristiques : « C'est décidé, je reste ! », des histoires : « Je crois au père Noël. » On peut y lire également des excuses faites à son stylo au motif qu'il n'a pas eu la force de le tirer du fond de sa poche depuis plusieurs semaines, des bobards encore plus énormes que ceux qui circulent dans le camp, le texte de La fin des bonshommes de neige (illustration 34) qu'il a également illustré en captivité.

10Étant emprisonné dans un camp de travail (illustration 30), et de surcroît en Autriche, les conditions de vie des prisonniers sont certes très dures, mais elles leur laissent quelques moments de repos. L'objectif des autorités du camp n'est pas d'épuiser cette main-d'œuvre gratuite mise à la disposition des entreprises de la région pour remplacer les Autrichiens mobilisés, mais au contraire de la maintenir en état de travailler tout en évitant les évasions, bien entendu, mais aussi les découragements profonds et les mouvements de rébellion. Aussi les prisonniers qui acceptent, au moins en apparence, cet état de fait disposent-ils d'une légère marge de liberté et ceux qui sont créateurs sont encouragés à organiser des spectacles dans le camp, des distractions de diverses natures, dans la mesure où ces activités rendent supportable la condition de prisonnier et détournent les hommes de l'obsession de la fuite. Dans ce contexte, on peut penser qu'un homme comme Pierre Péron, doué de qualités d'artiste, d'inventeur de sketchs et sachant manier l'humour tout en ayant suffisamment de maîtrise pour que ces activités, ces textes amusants, ces animations collectives restent dans les limites de l'acceptable (d'autant que les autorités n'en saisissaient généralement pas le double sens corrosif), ait pu se procurer un minimum de matériel pour peindre.

  • 3 Association des Amis des archives du Calvados, « Prisonnier de guerre » Pierre Péron, Dessins, aqu (...)

11Ces éléments éclairent une œuvre produite par un artiste doté d'une grande réceptivité aux scènes qui se déroulent sous ses yeux et qu'il traduit au crayon, à la gouache, sur divers papiers, dans une forme graphique toujours forte, simplifiée, allant droit à l'essentiel, ce qui donne une portée générale, presque atemporelle, à ses œuvres3 : l'expression du désespoir total et silencieux du captif, la nature d'un camp symbolisé par les barbelés qui l'entourent (illustration 31), la prison et sa fenêtre, la vie malgré tout lorsque les hommes jouent, écrivent ou se reposent, le chant du soir entonné par un prisonnier... En effet, le plus étonnant lorsqu'on regarde ces dessins pris sur le vif (un soldat anglais mort sur la plage de Malo-les-Bains figé dans le mazout comme une statue de bronze [illustration 27]) ou recomposés de mémoire (le quadrilatère formé par les rangs de prisonniers en route pour l'exil [illustration 28], le prisonnier russe)., est de constater la puissance du dédoublement qui s'opère alors chez Pierre Péron, entre d'une part le tragique de la situation vécue par l'homme (illustration 32) et d'autre part la construction graphique que l'artiste, à la fois acteur malheureux et contraint et spectateur averti, élabore immédiatement de la scène — qu'il vit et qu'il voit, simultanément — pour en dégager la valeur esthétique, picturale et graphique. Ce qui confère alors à cette scène une puissance symbolique extraordinaire et une portée presque universelle. Façon également de prendre de la distance. À cet instant, l'art protège celui qui le pratique, même mentalement.

12En ce qui concerne Pierre Péron, cette protection est renforcée par le fait qu'il ne dispose pas d'un seul mode d'expression pictural pour traduire le tragique ou le quotidien mais d'une palette de moyens très ouverte et très diversifiée pour coucher sur la feuille de papier ce qu'il ressent, et le faire partager. Pierre Péron navigue simultanément, et avec un naturel déconcertant, sur une pluralité de registres, comme si à un même moment, son regard était démultiplié. Ceci était déjà une caractéristique de sa personnalité et de son talent d'avant la guerre. C'est encore plus vrai durant cette période, si bien que, si l'on considère l'ensemble de cette œuvre réalisée en captivité, le témoignage de l'artiste ne reste pas en aplat, mais dépasse la transcription classique et habituelle des événements (scènes de la vie, vues paysagères) pour prendre une valeur à la fois psychologique et critique dans le sens où l'humour est présent, le sentiment de dérision (illustration 35), le regard sur le vide qui vous envahit lorsque, en désespoir de cause et à bout d'argument pour « tenir » dans cette solitude, il ne reste plus qu'à dessiner ses godillots éculés.

  • 4 Cette peinture à la gouache du « Prisonnier russe au Stalag XVII A » a été reproduite en format 30 (...)

13À cela s'ajoute une faculté assez étonnante de s'évader par la mémoire. Si Pierre Péron peint, de façon relativement classique, les paysages qu'il a sous les yeux : la campagne au-delà du camp, dont la vue est striée par les barbelés qui la rendent inaccessible, les rues de Brück-an-der-Leitha..., il met aussi son art au service de sa mémoire en peignant les paysages de Bretagne qu'il aime tant. Ces œuvres sont extraordinaires car bien qu'il les intitule « paysages finistérien fait de mémoire » ou « rivage breton », l'image qu'il en donne est d'une exactitude incroyable. Mais en même temps, ce sont de véritables images mentales qu'il nous livre dont la force est encore agissante aujourd'hui. Ainsi on reconnaît parfaitement une vue plongeante sur la mer émeraude d'où émergent « les tas de pois », que l'on découvre lorsqu'on est assis à mi-falaise à l'endroit appelé « la salle verte », non loin de Camaret. De même le marcheur contemporain, lorsqu'il suit la route courbe de la corniche (illustration 36), au niveau de l'anse de « Maison blanche », à la sortie de Brest en direction de la plage de Sainte-Anne, retrouve avec une étonnante fraîcheur ce qui accrochait l'œil du peintre avant la guerre. Seules les grandes lignes de construction de ces paysages remémorés sont indiquées ainsi que les principaux éléments qui en constituent l'essence, si bien qu'ils acquièrent de ce fait une grandeur générique et presque irréelle. Mais à l'autre bout de la chaîne des émotions de captivité, Pierre Péron peint, de la même façon, en quelques traits la silhouette d'un prisonnier russe derrière les barbelés du camp (illustration 33), sanglé dans une capote de guenilles, col relevé, la tête couverte d'un bonnet d'où n'émergent que deux yeux démesurément agrandis, une main crispée sur une cuillère et l'autre sur une gamelle vide4. La puissance d'évocation de cette apparition résumant toute la misère de la guerre est portée à un tel paroxysme que le spectateur d'aujourd'hui lit dans ces yeux-là comme un reproche silencieux mais immense et toujours vivant que le temps ne parvient pas à arrêter. D'où le trouble que nous éprouvons.

14Quant à l'obsession de la fuite qui ne quittait pas d'une seconde ces prisonniers, elle est résumée par Pierre Péron sur une carte en noir et blanc, faite pour le Noël 1941 (illustration 37), sur laquelle l'immense ombre portée du mirador du Stalag se transforme en flèche qui, prenant racine dans la partie sombre de l'Europe, à l'Est, et niant la ligne des barbelés qui barrent le continent du Nord au Sud, ouvre le chemin vers l'Ouest lumineux et singulièrement la Bretagne. Représentation graphique d'une évasion qu'il appelle de tous ses vœux, bien sûr. Mais aussi vision inconsciente mais singulièrement prémonitoire d'une Europe coupée en deux.

15D'une certaine façon, ces œuvres sont extrêmement directives, presque impératives. Elles disent exactement ce qu'elles veulent dire, et avec force. Mais la netteté et la rigueur du trait qui expriment cette force, paradoxalement — et contrairement à ce qu'une approche simpliste pourrait laisser croire — laisse ouverte toutes les possibilités de lectures plurielles que chacun d'entre nous peut faire, aujourd'hui encore, de ces œuvres, lorsqu'il y entre avec sa propre subjectivité. Et ceci, au-delà de la guerre, au-delà du message que les œuvres étaient destinées à transmettre sur le moment, au-delà du fait qu'elles ont permis à leur auteur et à quelques-uns de ses camarades de ne pas sombrer dans le désespoir. Ceci constitue, me semble-t-il, la marque d'une véritable œuvre et, indirectement, la réponse au questionnement du début de ce texte. Pierre Péron pendant cette triste période de captivité fut un artiste à part entière. Il l'était déjà avant la guerre. Il le sera après celle-ci jusqu'à sa mort, avec les mêmes qualités, le même sens de l'éclectisme, la même boulimie des formes, le même recul constant de l'humour. Si, pour lui comme pour les autres hommes entraînés dans la tourmente, la guerre fut une expérience hors du commun, ses qualités personnelles et artistiques lui ont permis de transcender partiellement sa situation de prisonnier de guerre. Pierre Péron nous livre, plus de soixante ans après, une œuvre qui est à la fois très forte et originale dans la mesure où, comme tout créateur, sans souci direct de témoignage — au sens strict du terme — il a d'abord et essentiellement construit « sa réalité » de la captivité. C'est certainement ce qui en fait aujourd'hui la valeur essentielle.

Notes

1 Pierre Péron, La fin des Bonshommes de neige, Coop-Breizh, 2004, 40 p.

2 Françoise et Yves-Marie Péron, Pierre Péron de A à Z, Coop Breizh, 2002, 255 p.

3 Association des Amis des archives du Calvados, « Prisonnier de guerre » Pierre Péron, Dessins, aquarelles 1940-1942, Caen, catalogue, 1996, 32 p.
Conseil général du Calvados, archives départementales, Le Calvados 1945-1947, catalogue, 1996, 180 p.
Jean-Claude Catherine, Dominique Richard, Au travers des barbelés, Pierre Laville, Félix Le saint, Pierre Péron, trois artistes au stalag, ville de Lorient, 2005, 84 p.

4 Cette peinture à la gouache du « Prisonnier russe au Stalag XVII A » a été reproduite en format 30 x 50 et 94 x 127 cm pour servir d’affiche pour le colloque de Lorient (édition Alyzés et ville de Lorient, crédit photo Yves Marie Péron).

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search