Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La captivité des prisonniers de guerre

 | 
Jean-Claude Catherine

L’art, du témoignage à la mémoire de la captivité

Les œuvres de captivité de Pierre Laville, essai d'analyse historique

Jean-Claude Catherine

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

D'un témoignage artistique à une source historique

  • 1 Yves Durand, La captivité, histoire des prisonniers de guerre français, 1939-1945, Paris, édition (...)

1Les œuvres de captivité des artistes prisonniers de guerre ont eu la faveur du régime de Vichy qui a fait publier des ouvrages consacrés aux « chers absents ». Pour les soutenir et maintenir un lien entre eux et la population, le gouvernement a organisé des conférences, l'aide aux familles en France et l'envoi de colis aux prisonniers en Allemagne, mais aussi la diffusion d'œuvres d'auteurs et d'artistes prisonniers par des expositions et des publications. La mémoire nationale a changé d'orientation après la libération de la France en 1944, puis celle des prisonniers en 1945. En dehors des anciens prisonniers actifs dans leurs associations, l'expérience de la captivité était passée de mode et, parmi les historiens français, Yves Durand a été un pionnier, avec sa thèse sur l'histoire de la captivité des prisonniers de guerre français1.

260 ans après la guerre, le regain d'intérêt pour eux résulte d'un double facteur. Conscients de la disparition progressive de leur génération, certains ont le désir de transmettre la mémoire de leur expérience de la captivité. D'autre part, les enfants s'interrogent sur leur père disparu et, le cas échéant, sur ses œuvres qu'ils redécouvrent, regrettant souvent de ne pas avoir été assez attentifs ou curieux à son égard. Cette interrogation classique sur les racines de la personnalité joue dans le cas de Pierre Laville qui a vécu, entre famille, enseignement et création artistique, à La Réole (Gironde) jusqu'à son décès en 1971, à l'âge de 68 ans. Seule la Seconde Guerre mondiale l'a arraché à cette quiétude : mobilisé en septembre 1939, il est fait prisonnier le 22 juin 1940 et retenu en captivité au Stalag XII A, à Limburg/Lahn, au nord-ouest de Francfort, du 9 septembre 1940 au 22 janvier 1943 où il est libéré (illustration 11).

3Comme de nombreux artistes, il subit le sort commun de sa génération, soldats d'une guerre perdue en 1940 et hommes privés de leur liberté pendant des années par l'Allemagne nazie. Dans la promiscuité quotidienne du Stalag, il partage tristesses et malheurs, joies et espoirs de cette « génération de 40 » dont la jeunesse a été sacrifiée. Ses camarades de baraques fournissent à l'artiste ses sujets d'inspiration et nourrissent l'œuvre qu'il réalise dans le but de porter témoignage de la dure expérience de captivité qu'ils ont en commun.

Essai de méthode d'analyse historique d'une source artistique

4Les œuvres conservées de Pierre Laville, au nombre d'environ 150, retiennent l'attention par leur richesse et leur diversité, mais le classement de ce corpus se heurte au défaut de datation ou de titre de certaines œuvres. De plus, elles représentent des scènes caractéristiques ou particulièrement fortes de la vie quotidienne du prisonnier. Aussi se contente-t-il de titres souvent brefs et l'historien en est réduit à interroger longuement ce que les dessins montrent, lieux, actions, personnages parfois nommés, à comprendre aussi des titres sibyllins et à reconstruire la chronologie des œuvres. L'objectif de ce travail d'identification et de recoupement est de tenter de saisir la profondeur humaine de chaque œuvre et d'en comprendre la signification historique.

5Pierre Laville a aussi laissé un document secondaire qui, volontairement, n'a pas été publié. C'est un récit de 30 pages écrit a posteriori, cinq mois après son retour près des siens. Par optimisme ou pour conjurer les mauvais souvenirs, il se tourne alors résolument vers la liberté retrouvée. Ces Mémoires d'un Gefang (mémoires d'un prisonnier) aident à comprendre l'organisation du témoignage iconographique de l'artiste qu'ils enrichissent sur un certain nombre d'aspects. Mais ce document est une reconstruction subjective où l'auteur privilégie les bons moments de sa captivité dont les aspects difficiles à vivre sont mentionnés de façon fugitive.

6Chacun éprouve une émotion immédiate devant les œuvres où Pierre Laville représente la captivité vécue avec ses camarades du Stalag XII A. L'intervention de l'historien consiste à dégager la portée historique de ce témoignage artistique. Au-delà, pourquoi ne pas envisager un nouveau champ de recherche, un essai d'inventaire des œuvres réalisées par des artistes, tant amateurs que professionnels, durant leur captivité comme prisonniers de guerre ? L'étude d'un tel corpus aurait une pertinence aussi bien artistique qu'historique en ce qu'elle éclairerait les biographies d'artistes de diverses nationalités à la lumière des effets du conflit mondial, parenthèse plus ou moins vite refermée ou contrainte majeure ayant profondément affecté leur vie personnelle et le sens de leur création artistique. Cette recherche ouvrirait sur les rapports entre réalités et imaginaires, entre psychologie individuelle et mentalités collectives. Une telle confrontation entre l'art et l'histoire, envisagée dans le cadre des rapports entre ceux qui subissent la captivité et ceux qui l'organisent et en bénéficient, pourrait-elle être tentée à l'échelle de l'ensemble des belligérants, couvrant de ce fait les années de 1939 à 1945, mais aussi celles de la captivité des vaincus de 1945 ?

  • 2 Yves Durand, Prisonniers de guerre dans les Stalags, les Oflags et les Kommandos, 1939-1945, Paris (...)

7L'outil bibliographique évident sur la captivité française est constitué par les ouvrages d'Yves Durand, notamment son Prisonniers de guerre dans les Stalags, les Oflags et les Kommandos, 1939-19452. Par recoupement, ils éclairent les renseignements concrets contenus dans les dessins de Pierre Laville.

8J'ai regardé les œuvres de Pierre Laville non en historien de l'art dont je n'ai pas la formation, mais en historien habitué à manier des sources visuelles. Des méthodes acquises lors du séminaire « cinéma et histoire » de Marc Ferro à l'EHESS m'ont servi pour mes recherches sur les photos de propagande allemande. Je les ai adaptées du domaine « photographie et histoire » à celui de « art et histoire », nouveau pour moi. Tout comme une photo ou une séquence de film, un dessin d'artiste est une source d'informations. Son analyse critique dégage le sens du document ou de tel de ses détails, mais souligne aussi ce que l'auteur a voulu suggérer ou passer sous silence, et enfin ce qu'il ignore. Bibliographie et archives écrites sont bien les compléments indispensables à la lecture d'une œuvre iconographique ou visuelle.

9Autre outil de compréhension du contexte où Pierre Laville crée ses œuvres, mes recherches dans les archives militaires de la Wehrmacht et de la Kriegsmarine m'ont permis d'approcher le fonctionnement et la mentalité des militaires allemands. Qu'il s'agisse des techniques de fabrication et de manipulation de l'image pour les besoins de la propagande ou des méthodes d'organisation et d'encadrement des masses, ce qui vaut pour les populations civiles et pour les troupes allemandes est aussi valable pour les millions de soldats prisonniers de guerre provenant de l'Europe entière.

10C'est en adaptant ces méthodes et ces informations que j'ai analysé les œuvres de Pierre Laville. Quand Bernard Larrieu m'a remis les photocopies en noir et blanc qu'il en avait faites, j'ai eu l'impression de découvrir un trésor, c'est-à-dire, pour un historien, une source ignorée et intéressante, mais dans un désordre total. Mon premier. travail a été d'inventorier et classer ce fonds pour connaître le contenu de chaque œuvre et le sens global du témoignage. Inévitablement, les œuvres mènent à leur auteur dont j'ai tenté une approche biographique au cours de sa captivité. Je disposais pour cela des informations contenues dans ses « mémoires d'un Gefang », mais aussi dans ses œuvres, chacune étant une représentation voulue et construite par lui sur un moment de la vie de ses camarades du Stalag XII A.

Intérêt et limites du témoignage artistique comme source historique

11Pierre Laville montre des aspects connus de la vie en captivité : enceinte de barbelés, foules de prisonniers oisifs déambulant ou affairés à leurs occupations, baraques en bois sans confort où la promiscuité est grande. Son témoignage est riche de ce qu'il met en évidence ou suggère mais le détail significatif n'est pas toujours aisé à saisir dans la scène d'intérieur, l'action ou le paysage représenté. Seule une lecture précise, parfois vagabonde et distraite du sujet principal, permet de traiter le dessin ou le tableau, objet artistique en soi, comme source historique, c'est-à-dire d'en repérer le contenu informatif. Il faut connaître l'histoire de la captivité pour comprendre, par exemple, les boîtes de conserves vides entassées dans la pénombre d'un coin de baraque, les ambiances que Pierre Laville excelle à créer, comme l'ennui ou la promiscuité, l'occupation ou le jeu, l'indifférence ou la camaraderie. Croisées avec les travaux des historiens, les œuvres esthétiques des prisonniers de guerre prennent la valeur d'une source historique (illustrations 18 et 16).

12Si chaque œuvre doit être étudiée en elle-même, il faut aussi considérer la production de l'artiste dans son ensemble chronologique, ses orientations esthétiques et son contexte. Cela conduit à envisager les intentions et états d'esprit de l'auteur, ses moyens matériels et ses conditions de vie au camp ou dans son kommando de travail. Quels obstacles rencontre son activité d'artiste ? Quelles relations a-t-il avec les autorités allemandes qui accordent des facilités et autorisations ou multiplient les difficultés et interdictions ? Quel statut a l'artiste aux yeux de ses camarades et à ceux des militaires et des civils allemands ? Beaucoup, sinon tous, ont réalisé des dessins et tableaux alimentaires d'intérêt limité pour se procurer nourriture, tabac, matériel de dessin ou seulement se concilier les bonnes volontés des Allemands, nécessaires pour disposer de temps libre et jouir d'une liberté d'esprit indispensable à leurs créations artistiques. Certaines ont pu disparaître dans les aléas de la captivité, mais les artistes se sont efforcés de ramener en France les œuvres qui témoignaient de cette expérience inouïe qui les avait privés d'années de liberté.

13Le témoignage de Pierre Laville a pour limite son caractère individuel et ses choix de représentations. Comme la photo et le film, l'image picturale montre la réalité du point de vue de l'artiste ; c'est un regard sur un personnage, une scène, un paysage qui néglige ce qui est fondu en arrière-plan et ignore le hors champ. L'artiste est aussi sélectif dans son mémoire où il insiste sur les bons moments de sa captivité. Mais dans les périodes de tristesse et de cafard que connaissent les prisonniers, il interrompt son activité artistique car les difficultés et le découragement lui ôtent l'envie de créer et le réduisent à subir, dans l'attente de jours meilleurs.

14Une scène d'intérieur où deux camarades conversent dans une atmosphère intimiste illustre cette situation (illustration 21). Rapprochés par un jeu de perspective, ces personnages sont opposés par un effet d'éclairage. La silhouette du premier plan, dessinée de trois quart de dos et à contre-jour, impose au regard sa forme géométrique lourde et très sombre. Ce dessin au titre bref, « Bar. 6B. Déc. 42 », symbolise l'accablement par la tristesse et les idées noires d'un homme, secouru ici par le camarade qui l'écoute et s'efforce de lui remonter le moral par sa conversation ou son attention. Cette part d'ombre et cette rigueur de la captivité sont peut-être aussi le sens de nombreux paysages d'hiver, réalisés à la fin de l'année 1942, où la neige, la glace et le froid dominent et marquent le paysage, les baraques et les pauvres silhouettes des prisonniers de guerre. Sous ses crayons et pinceaux Pierre Laville décrit une captivité ambivalente, partagée entre la chaleur de la camaraderie et des activités ou distractions communes, indispensables pour supporter duretés et privations, tristesse, mal du pays et périodes de cafard (illustration 17).

15Une analyse psychologique des choix et modes de création réalisés par Pierre Laville aiderait à mieux comprendre comment la captivité a influencé et marqué cet artiste ; comment son activité artistique l'a aidé à supporter et traverser les épreuves ; pourquoi il a choisi, à l'automne et l'hiver 1942-1943 de porter témoignage du sort de ses camarades prisonniers, quand il a pensé que sa libération approchait ; comment il a pu reconstruire sa personnalité, à l'issue de l'épreuve en 1943.

16Par contre, au-delà de ce qu'il omet de dire plus ou moins volontairement, mais qu'il sous-entend ou suggère, il y a aussi ce qu'il ne peut pas dire parce que c'est hors de son champ d'expérience personnelle et que nous connaissons grâce aux historiens. On peut espérer que la recherche et la confrontation systématiques des œuvres des nombreux artistes prisonniers de guerre multiplient les éclairages fournis par les sources visuelles et approfondissent notre connaissance de la captivité de guerre.

  • 3 Les huit signatures faites au verso de la photo sont de haut en bas : Cluseau-Lanauve, Gautier-Con (...)
  • 4 Au travers des barbelés, Pierre Laville, Félix Le Saint, Pierre Péron, 3 artistes au Stalag ; la c (...)

17Ainsi une photo privée retrouvée récemment par la famille Laville montre un groupe de sept peintres français posant debout sur les marches d'une baraque, le 20 juillet 1941, devant l'objectif d'un photographe, peintre lui aussi3. Depuis l'automne 1940, la captivité les a réunis au Stalag XII A où ils ont confronté leurs pratiques et expériences artistiques et trouvé dans des liens d'amitié un réconfort mutuel. Dans le prolongement de l'exposition de Lorient qui a réuni les œuvres de Pierre Laville et de Félix Le Saint4, il serait intéressant de confronter leurs huit regards sur une réalité commune, celle du Stalag XII A et des paysages de la vallée de la Lahn où ces peintres prisonniers ont tous travaillé (illustrations 12 et 13).

18Pierre Laville est un créateur riche de son expérience personnelle de prisonnier de guerre. Il a produit une œuvre qui témoigne des difficultés vécues par ses camarades. Conduit à une sorte de dialogue avec lui par mes diverses approches méthodiques, je me suis efforcé de comprendre le sens de son témoignage en recoupant deux niveaux :

  • le niveau immédiat et concret du Stalag XII A. Avec Pierre Laville, nous circulons parmi les baraques du camp comme dans la campagne et les villes environnantes et, accessoirement, dans les deux kommandos ou il a travaillé, une ferme et une auberge. Ses camarades prisonniers sont omniprésents, collectivement ou individuellement, mais, s'il esquisse l'allure de ses employeurs, les sentinelles restent des silhouettes distantes qui suggèrent le poids du système nazi sur les captifs ;
  • le niveau global de la captivité des prisonniers de guerre français dans les camps allemands dans ses aspects humains, politiques, économiques et culturels, mais aussi en les situant dans l'ensemble des prisonniers de guerre des belligérants européens.

La captivité des prisonniers de guerre sous le regard de Pierre Laville

  • 5 Jean-Claude Catherine, Une vie quotidienne au Stalag : dessins de Pierre Laville, artiste réolais (...)

19Le livre5 qui réunit les œuvres de captivité de l'artiste témoigne de la souffrance des hommes privés de leur liberté, mais ce n'est pas un livre triste, comme l'éditeur Bernard Larrieu le dit en quatrième de couverture :

« ...réduits à l'état d'un matricule, les prisonniers se devaient pourtant de défendre leur humanité, leur dignité. Discussions, conférences, lectures, activités artistiques, spectacles montés et donnés dans des conditions étonnantes font de la vie quotidienne dans les camps un moment — qui durera pour certains cinq ans — où se mélangent l'enfermement et la solitude, la promiscuité dégradante, mais également la fête, la complicité, la solidarité ou même la seule présence de l'autre, qu'elle soit chaleureuse ou insupportable — de tous ces autres qui partagent la même épreuve imposée. » (illustration 21).

20Immédiatement accessible à tous, la partie iconographique intitulée « les dessins du camp » est au cœur de l'ouvrage dont elle forme les deux tiers. C'est une sorte d'exposition où le lecteur va et vient à sa guise et découvre la vie quotidienne au Stalag. Dans des tonalités à dominante sépias et avec un emploi de la couleur limité à quelques aquarelles, l'artiste décrit les lieux et les moments de l'enfermement de ces hommes en uniformes. Ils ne sont plus maîtres d'eux-mêmes et leur temps et leur force de travail sont au service de l'Allemagne. L'artiste ne dénonce pas ouvertement la privation de liberté, tout au plus dessine-t-il une clôture en fil de fer barbelé ou un mirador, éléments du paysage qui s'impose aux prisonniers. Nulle apparence de regard vers l'extérieur, avec l'idée de passer à travers les barbelés pour « foutre le camp ». Tout se passe dans un monde clos, monotone et contraint dont les horizons sont estompés et incertains et où seules des perspectives de baraques s'offrent au regard. Une grande rue structure l'espace du camp, jusqu'au lourd portique et à son portail gardé par une sentinelle (illustration 22). Le clocher et les toits de la ville de Limburg/Lahn, si proche à vol d'oiseau mais interdite, sont souvent esquissés par le peintre captif qui montre ainsi que la vie se poursuit au-delà des baraques et des barbelés (illustration 24).

21Pierre Laville montre comment se déroule la vie ordinaire de ses camarades, essentiellement à l'intérieur ou autour de la baraque rudimentaire qui les abrite et pendant leurs moments de « liberté », c'est-à-dire de loisirs, en soirée avant le couvre-feu ou bien le dimanche. Chacun occupe le temps : discussion, jeu ou promenade, cuisine avec des camarades de « popote » ou menus travaux personnels, écriture, lecture, rêverie ou sommeil. C'est aussi l'heure des activités collectives, entraînement et compétition sportive, répétition et spectacle musical ou théâtral, culte religieux. Tout est bon pour lutter contre l'ennui et les idées noires. Quand la libération espérée est indéfiniment repoussée, comment ne pas douter de l'avenir et du sens de sa vie et osciller entre espoir et désespoir ?

22On ignore pourquoi Pierre Laville représente peu de scènes de travail. Est-ce parce que, travaillant en semaine, il préfère croquer sur le vif plutôt que dessiner de mémoire ? Refuse-t-il de montrer ses camarades soumis aux ordres de leurs maîtres ? Raison matérielle et goût d'artiste ou volonté philosophique d'affirmer que, privé de sa liberté, le prisonnier garde sa dignité d'homme ? Alors qu'au travail beaucoup s'efforcent d'en faire le moins possible, dans les loisirs les prisonniers exercent leur relative et fragile liberté et cultivent les relations sociales et amicales, essentielles pour l'artiste qui conclut ainsi son mémoire, « la captivité valait qu'on la vive ».

  • 6 Jean-Claude Catherine, Une vie..., op. cit., p. 81 et 82.
  • 7 Yves Durand, Prisonniers..., op. cit., p. 90.

23Trois sujets mineurs soulignent l'intérêt du témoignage de Pierre Laville. D'abord, quelques croquis sommaires, d'un trait rapide à l'encre, illustrent le chapitre de ses mémoires intitulé « mon premier kommando6 ». C'est le kommando agricole 1296 où 21 prisonniers sont enfermés la nuit dans une grande baraque, ancienne salle des fêtes du village d'Eppenrod. L'artiste décrit les travaux harassants qu'il fait en juin 1942 dans la ferme de la famille Roth et ses difficultés à s'y habituer. La majorité des prisonniers travaille dès l'été 1940, mais les conditions sont diverses. Ainsi un kommando du Stalag XII A est affecté dans une mine de plomb où le travail au fond est éprouvant, comme l'explique Yves Durand7. Par comparaison, Pierre Laville connaît ensuite une situation enviable dans l'auberge Eckert, à Diez/Lahn, où le travail est moins lourd et où ses patrons compréhensifs lui permettent de disposer de temps et de matériel pour se livrer à son art.

24Les relations affectives et sexuelles entre femmes allemandes et prisonniers étaient interdites. Pierre Laville, qui a travaillé aux côtés de civiles allemandes dans les bureaux de l'administration du camp, à la ferme et à l'auberge, dessine en décembre 1942 « le rêve du prisonnier » qui se déroule dans la baraque 6A, généralement animée du brouhaha de ses camarades (illustration 20). Au bord du sommeil, un homme contemple, ahuri, dubitatif et émerveillé, une joyeuse foule de femmes, vêtues de leur seule nudité et dont certaines auraient les traits de Michèle Morgan. C'est une évocation pudique et parlante des privations et refoulements subis par ces hommes jeunes, séparés de celles qui leur étaient chères.

  • 8 Yves Durand, Prisonniers..., op. cit., p. 236.

25Enfin Pierre Laville évoque le sort dramatique infligé par l'Allemagne aux prisonniers de guerre soviétiques. Outre des Français, des Belges et des Polonais, le Stalag XII A renferme un camp russe où au printemps 1942, selon Yves Durand8, 2 000 prisonniers subissent un sort si dur qu'il en meurt une quinzaine par jour. Leurs cadavres nus sont transportés en charrette et jetés dans des fosses communes par des prisonniers français, impuissants face à cet assassinat de masse programmé par le régime nazi. Quatre jours avant sa libération, Pierre Laville dessine deux scènes ordinaires, acceptables par la censure allemande, montrant des prisonniers russes au travail et lors d'une distribution de soupe (illustration 23). Ce témoignage symbolise, à son niveau, le massacre de plus de trois millions de prisonniers de guerre soviétiques.

26La mise en perspective historique donne tout leur sens à l'expérience individuelle et au témoignage artistique de Pierre Laville. En apparence, il travaille assez librement et dispose de matériel de dessin venu par colis de France ou acheté sur place avec les gains tirés de ses commandes alimentaires, une sorte d'économie parallèle dans le camp. Il multiplie aquarelles et dessins sur les villes et les campagnes de la vallée de la Lahn où il semble circuler régulièrement, du printemps 1941 au printemps 1942 (illustration 25). En réalité, le commandement allemand ne lui accorde qu'une liberté provisoire et illusoire dont on ignore les conditions. Tous les prisonniers sont sous le contrôle des autorités militaires de la Wehrmacht, symbolisées par les emblèmes nazis qui dominent l'entrée du camp. Toute tentative de franchissement clandestin de l'enceinte de barbelés expose à la mort sous les tirs des mitrailleuses des miradors. L'Allemagne entend bien garder les millions de prisonniers de guerre, capturés à travers l'Europe, à la disposition de son économie de guerre. Ils sont un véritable enjeu de domination politique, une arme parmi d'autres dans une guerre totale.

27La vie en captivité de Pierre Laville démontre que l'activité artistique est une planche de salut, un remède pour lutter contre l'enfermement et préserver au mieux valeurs humaines et vie intérieure personnelle. Si le corps est captif, l'esprit garde sa liberté, pensent ceux qui accommodent leur vie de prisonnier, entre les contraintes subies au profit des Allemands et leurs pratiques intellectuelles ou artistiques comme moyens de tenir le coup en s'évadant par l'esprit.

28Seul, un des membres de la petite communauté d'artistes du Stalag XII A a réalisé son désir d'évasion. Félix Le Saint, futur architecte lorientais, s'évade avec succès en juillet 1942, prenant soin d'emporter ses œuvres de captivité. Mais tout prisonnier repris après une tentative d'évasion, et ils ont été nombreux dans ce cas, court le risque d'être livré aux autorités policières de la Gestapo et d'aboutir en camp de concentration, surtout à partir de 1942.

29Tout à la joie de son départ définitif du Stalag le 22 janvier 1943, Pierre Laville ne peut saisir toutes les implications de sa libération dans le cadre de la politique du gouvernement français. Après « la Relève » qui a livré de nombreux ouvriers à l'Allemagne, Laval s'apprête à lui fournir les jeunes des classes astreintes au Service du travail obligatoire ; en réalité, il accepte l'asservissement de cette main-d'œuvre.

30Les œuvres de Pierre Laville sur le Stalag XII A et ses environs sont un témoignage réaliste et émouvant sur les conditions de vie des prisonniers de guerre français au cœur de l'Allemagne nazie. Leur enfermement dans ce camp n'a rien d'extrême, mais il prend une dimension hors du commun quand il est replacé dans son contexte géographique et humain : l'immense réseau des camps allemands dans les frontières du Reich de 1942 et les millions de prisonniers de guerre provenant d'une grande partie de l'Europe. Entre ces captifs de toutes nationalités, le régime nazi crée une hiérarchie raciale et politique, qualifiant de sous-hommes les prisonniers soviétiques qu'il traite de façon barbare en les vouant à une extermination massive programmée.

31S'il faut éviter le contresens de confondre les camps de prisonniers de guerre, sous contrôle de la Wehrmacht, avec les camps de concentration et, à plus forte raison, les camps d'extermination où les SS règnent jusqu'à l'horreur, il faut comprendre aussi que les Stalags et les Oflags des prisonniers de guerre sont le visage banal d'un système barbare, mais qu'ils participent pleinement, en tant que rouage, à ce système global de déshumanisation, de réduction de l'être humain en esclave et en chose.

Notes

1 Yves Durand, La captivité, histoire des prisonniers de guerre français, 1939-1945, Paris, édition FNCPG - CATM, 1980.

2 Yves Durand, Prisonniers de guerre dans les Stalags, les Oflags et les Kommandos, 1939-1945, Paris, Hachette, La vie quotidienne, 2005.

3 Les huit signatures faites au verso de la photo sont de haut en bas : Cluseau-Lanauve, Gautier-Constant, Blandin ( ?), F(élix) Le Saint, P(ierre) Laville, Loupiessat, Pautel ( ?), A(lbert) Gauthier.

4 Au travers des barbelés, Pierre Laville, Félix Le Saint, Pierre Péron, 3 artistes au Stalag ; la captivité des prisonniers de guerre, 1939-1945, exposition de la ville de Lorient présentée Galerie du Faouëdic, 5 avril-11 mai 2005.

5 Jean-Claude Catherine, Une vie quotidienne au Stalag : dessins de Pierre Laville, artiste réolais en captivité (1940-1945), Camiac et Saint-Denis, éditions de l'Entre deux mers, 2004, 104 p.

6 Jean-Claude Catherine, Une vie..., op. cit., p. 81 et 82.

7 Yves Durand, Prisonniers..., op. cit., p. 90.

8 Yves Durand, Prisonniers..., op. cit., p. 236.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540