Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La captivité des prisonniers de guerre

 | 
Jean-Claude Catherine

La captivité vécue et sa mémoire

Témoignage de Maurice Guilloret, ancien prisonnier de guerre, Stalag VII A

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1J’ai passé le début de la guerre en Lorraine, avec le deuxième régiment du génie de forteresse. J’ai servi comme électro-mécanicien dans un ouvrage de la ligne Maginot que j’occupais depuis le 23 mars 1939, date à laquelle j’avais été rappelé comme réserviste pour 15 jours. Le secteur était calme, hormis quelques petits incidents jusqu’au 16 juin 1940. Ce jour-là, nous avons reçu l’ordre avec les forts voisins, d’évacuer nos ouvrages, de les saboter et de partir vers le sud, afin de former une nouvelle division.

2Ayant été les seuls à avoir exécuté cet ordre, nous avons trouvé, dans la nuit, les routes coupées, les ponts étant détruits, et le surlendemain, le 18, nous étions encerclés par deux colonnes de blindés allemands, l’une venant de Metz, l’autre de Sarrebrück par Saint-Avold. Nous ne pouvions rien faire, n’ayant que quelques fusils « Lebel » et de vieux révolvers. Faits prisonniers à Pange, nous sommes emmenés à pied vers Sarrebrück et de là, en chemin de fer jusqu’à Munich et le Stalag VII A, situé à Moosburg.

3Après plus de 60 ans, il est difficile de se souvenir de tous les mauvais moments passés. Comme la plupart de mes camarades, anciens prisonniers de guerre, ces mauvais moments ont été oubliés pour ne conserver que quelques points marquants de notre captivité. La faim a été la première chose que nous avons gardée en mémoire, que ce soit au Stalag ou dans les kommandos.

4Notre camp se composait de grandes baraques, les robinets d’eau pour la toilette ainsi que les WC étaient en plein air. Tous les jours, de nouveaux prisonniers arrivaient. Nos journées étaient des plus calmes, hormis les rassemblements dehors par n’importe quel temps. Nos rapports avec les Allemands étaient à peu près corrects. La nourriture laissait vraiment à désirer et nous nous demandions souvent avec quoi était faite la soupe.

5Au bout de quinze jours, j’ai été envoyé avec d’autres prisonniers pour former un kommando de terrassement chargé de redresser un petit cours d’eau qui traversait le village de Lauterbach, à quinze kilomètres de Munich (illustration 8). Ce travail nous a occupés tout l’hiver 1940-1941. Nous avons eu aussi à faire les moissons durant les mois d’août 1940 et 1941, ce qui nous a permis d’avoir des contacts avec les fermiers bavarois, grâce à mon allemand appris à l’école. Chez eux, la nourriture, sans être abondante, nous a permis de nous remettre en forme.

6Le 3 octobre 1941, nous sommes revenus au Stalag. Quel changement ! Les baraquements possédaient maintenant des toilettes et des douches, et il y avait un bâtiment impressionnant pour les WC. La nourriture n’avait guère changé. Par contre, les prisonniers restés sur place avaient organisé beaucoup d’animations pour passer le temps.

7Au bout de 10 jours, nous partons à nouveau vers Munich, pour travailler à l’usine BMW qui se trouvait en banlieue, à 5 kilomètres de Dachau (illustrations 9 et 10).

8Cette usine était neuve et se montait petit à petit. Un grand hall était prêt et, chaque jour, arrivaient des machines outils qu’il fallait brancher. Nous étions bientôt neuf cents Français dans l’usine. À ce moment-là, j’ai été affecté avec un camarade à la réception électrique des baraques construites pour loger les ouvriers de toutes nationalités qui allaient arriver. Ce travail était peu fatigant, avec une ou deux baraques à vérifier par semaine. Nous étions plus libres, nous sortions et rentrions dans l’usine sans gardien, ce qui nous a permis de faire évader plusieurs camarades, je pense une cinquantaine, mais aucun d’entre eux n’a réussi à passer la frontière.

9Les baraques montées, nous avons réintégré l’usine pour travailler dans un atelier de réparations de matériels électriques, des moteurs, des transformateurs et, petit à petit, des postes de radio, ce qui nous a permis d’écouter les informations allemandes, mais aussi anglaises, ce dont profitait de plus en plus notre contremaître allemand. Je n’avais plus la même liberté et je suivais le sort des autres camarades. Nous allions en groupe à l’usine, encadrés de sentinelles et le retour se faisait de la même façon. Un contrôle numérique était fait pendant le repas servi dans le réfectoire, puis un second était fait dans nos chambres. Comme les prisonniers français étaient les plus nombreux, il y avait dans chaque service au moins un Français responsable, à commencer par les magasiniers qui ne servaient que ceux qu’ils voulaient bien.

10En 1943, les autorités allemandes ont transformé les prisonniers français en civils, c’est-à-dire que nous étions toujours considérés comme prisonniers, mais nous n’avions plus de gardiens. Ce fut effectif officiellement le 19 juin. À partir de ce jour, nous avons visité les alentours, Dachau et surtout Munich, et même certains kommandos voisins qui étaient dans la même situation que nous. Les ouvriers allemands ont peu à peu disparu et ne sont restés que les contremaîtres et des SS qui surveillaient et gardaient l’usine.

11Notre nourriture, sans être plus abondante, était meilleure et nous avions de la bière du pays qui était délicieuse, soit disant la même que pour l’armée allemande. Heureusement, nous recevions de temps à autre les colis des familles et même de la Croix Rouge. Les distractions étaient minimes, mais certains camarades ont monté des sketches et quelques pièces du genre music-hall. Certains artistes venaient même de France. Les autres soirs, c’étaient les cartes, les échecs et la lecture. Nous avions nos livres que nous nous passions de chambre en chambre, puis de baraque en baraque, mais certains se sont vite abîmés. Avec mon camarade, nous avons lancé un appel et monté une bibliothèque d’échange en essayant de réparer les livres. Nous avons trouvé tout le matériel adéquat dans l’usine. Avec 700 livres en 1942, nous sommes arrivés vite à 1 600 puis, à la fin de la guerre, nous en avions près de 3 000. Les Allemands se sont intéressés à notre bibliothèque et plusieurs visites d’officiers parlant couramment le français ont eu lieu afin d’éplucher nos livres et de supprimer ceux qui étaient interdits en Allemagne, tels Autant en emporte le vent (livre américain) ou Clochemerle, mais ils ne les ont jamais eus.

12J’avais également bricolé un poste de radio à galène qui nous permettait d’écouter les informations anglaises. Il était à la vue de tout le monde, à la tête de mon lit, si bien que, lors des fouilles par les SS, personne ne le voyait. Ce poste nous permettait également, en cas d’alerte de nuit, de suivre l’évolution de la chasse allemande jusqu’aux bombardements. Les dégâts sur notre usine ont été infimes, malgré quatre ou cinq bombes reçues.

13Les heures de travail ont augmenté pour tous, mais le rendement a plutôt baissé. Pendant deux mois, en 1942, le chiffre de six cents moteurs par mois a été atteint, mais il a aussitôt baissé du fait de la modification des chaînes de montage. Le nombre de travailleurs a encore augmenté avec l’arrivée de déportés de Dachau, mais aussi de SS appartenant à une compagnie disciplinaire composée essentiellement de non-Allemands : Italiens, Hollandais, Yougoslaves… Le dernier arrivage a eu lieu en juillet 1944, avec des Français déportés provenant des dernières rafles à Paris. Puis l’usine a manqué de matériel et a tourné au ralenti à partir du début 1945.

14Les alertes et les bombardements se produisaient journellement et même les nuits et personne n’était en forme pour travailler, les Allemands comme les autres. À cette époque, lorsque nous pouvions aller à Munich, quand le train fonctionnait, nous ne voyions que des ruines.

15Enfin, le 28 avril, les premiers Américains sont arrivés à Dachau. Ce fut alors la débâcle dans notre usine. D’abord, les sentinelles allemandes ont commencé à quitter leur poste. Le lendemain, un groupe de Français a récupéré les armes et renfermé leurs gardiens dans le camp disciplinaire des SS. Ce même jour, nous sommes allés trouver les troupes américaines en leur demandant de venir jusqu’à nous parce que nous avions aussi des déportés. Elles ont refusé car elles avaient autre chose à faire au camp de Dachau. Le 30 avril, les premiers Américains sont arrivés, tout décontractés, avec en tête l’idée de continuer jusqu’à Moscou. Une nouvelle vie a alors commencé. Officiellement, nous avons été libérés le 1er mai. Le ravitaillement commençait à manquer mais, heureusement, les Américains nous ont dépannés. Nous nous sommes intéressés aux documents concernant les nouveaux moteurs d’avion, pour les ramener en France.

16Le 15 mai, départ en camion pour la France. Quelle joie ! Nous sommes rentrés par Mannheim. Après une nuit, passage du Rhin et embarquement en train pour la France. Nous avons vu Mannheim et Ludwigshafen complètement rasées. Je les ai revues en 1963, complètement reconstruites. Le 17 mai, nous sommes arrivés à Revigny puis, après une nouvelle nuit en train, nous avons débarqué à Paris le 19 mai au matin. À huit heures j’étais chez mes parents, bien fatigué mais on ne peut plus heureux. J’ai été démobilisé le 28 mai 1945.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540