Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Continuité, classicisme, conservatisme dans les littératures postcoloniales

 | 
Cécile Girardin
, 
Philip Whyte

Quatrième partie. Lectures à contre-courant : le miroir de l'Occident

Chapitre XV. Représentations de la langue, de l’art et de la foule dans les romans de Bombay de Salman Rushdie

Stuti Khanna

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Nous commencerons par une déclaration souvent citée de Salman Rushdie. Elle fait référence aux Versets sataniques mais elle peut s’appliquer à l’intégralité du projet artistique de l’écrivain – elle est, en un sens, son refrain :

Les Versets sataniques célèbre l’hybridation, l’impureté, le mélange, la transformation issue des combinaisons nouvelles et inattendues entre les êtres humains, les cultures, les idées, les politiques, les films, les chansons. Mon roman trouve son plaisir dans la bâtardisation et les peurs de l’absolutisme de la Pureté. Le mélange, le méli-mélo, un peu de ceci, et un peu de cela, c’est ainsi que la nouveauté arrive dans le monde. (Rushdie, 1993, 419)

Cet article sera consacré à deux formes récurrentes des romans de Rushdie dans lesquelles cette esthétique de l’hybridité et de l’impureté s’exprime. Afin d’affiner cette discussion, nous nous concentrerons sur les romans les plus anciens de l’auteur. C’est d’ailleurs à partir de ces livres, écrits entre 1982 et ...

Auteur

Indian Institute of Technology (Delhi)

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540