Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Continuité, classicisme, conservatisme dans les littératures postcoloniales

 | 
Cécile Girardin
, 
Philip Whyte

Troisième partie. Conservatisme : le goût de la synthèse et de la mélancolie

Chapitre XIII. Réécrire Dickens : Magwitch de Michael Noonan, un hybride conservateur ?

Luise Wolff

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsqu’on réfléchit aux notions de conservatisme et de continuité en littérature, les écrits postcoloniaux ne s’imposent pas immédiatement. Dans un domaine traditionnellement associé à l’opposition et la résistance, l’idée de continuité pourrait paraître paradoxale. Pourtant, tradition et continuité fondent l’un des paradigmes postcoloniaux les plus influents : les discours contre-canoniques. Une caractéristique définitoire de ce paradigme est la tension entre tradition et innovation. Les réécritures des textes canoniques sont à la fois redevables et critiques envers un original. Ces réécritures prétendent en effet offrir une perspective différente (postcoloniale), en donnant voix aux figures opprimées, comme l’attestent les exemples aussi variés que Wide Sargasso Sea de Jean Rhys, Alias Grace de Margaret Atwood ou A Harlot’s Progress de David Dabydeen.

Le paradigme de la contre-écriture (« writing back ») fut défini pour la première fois par Bill Ashcroft, Gareth Griffiths et Helen ...

Auteur

Leipzig University

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540