Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Continuité, classicisme, conservatisme dans les littératures postcoloniales

 | 
Cécile Girardin
, 
Philip Whyte

Troisième partie. Conservatisme : le goût de la synthèse et de la mélancolie

Chapitre XII. Patrick White, un écrivain passéiste ou un irritant salutaire du « progressisme » nationaliste australien ?

Anne Le Guellec-Minel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans les années 1950, le monde littéraire et universitaire australien plaçait de grands espoirs en la capacité de Patrick White de produire le Grand Roman australien qui révolutionnerait l’image culturelle de l’Australie dans le contexte des nationalismes post-coloniaux. White était déjà l’auteur de trois romans qui avaient été bien reçus aux États-Unis et en Grande-Bretagne, et en 1948, il avait décidé de revenir s’installer en Australie après une vingtaine d’années d’expatriation choisie à un moment où la plupart des intellectuels et des artistes australiens prenaient le chemin inverse. Il semblait donc effectivement pouvoir satisfaire les attentes de ses compatriotes, tant du point de vue littéraire que du point de vue patriotique. Pourtant, les grands romans The Tree of Man, Voss et Riders in the Chariot publiés entre 1951 et 1961, qui valurent à White une reconnaissance internationale et contribuèrent largement à ce qu’il remporte plus tard le Prix Nobel pour avoir « introduit ...

Auteur

Université de Bretagne Occidentale (Brest) EA 4249 HCTI

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540