Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Continuité, classicisme, conservatisme dans les littératures postcoloniales

 | 
Cécile Girardin
, 
Philip Whyte

Troisième partie. Conservatisme : le goût de la synthèse et de la mélancolie

Chapitre XI. Victime de l’impérialisme ?

Ou comment réévaluer Naipaul

Manzur Alam

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Depuis sa première publication en 1957, la réception critique des œuvres de V. S. Naipaul a connu plusieurs changements significatifs : d’extrêmement laudatrice, elle est devenue dépréciative, voire insultante. Cette altération peut s’expliquer partiellement par les changements qu’ont connu les études postcoloniales. Depuis sa naissance avec la publication en 1978 d’Orientalism, d’Edward Said, et sa consolidation avec la publication de The Empire Writes Back : Theory and Practice in Postcolonial Literatures de Bill Ashcroft, Gareth Griffiths, et Helen Tiffin en 1989, ce champ disciplinaire a connu plusieurs phases dans ses développements théoriques et ses évaluations littéraires. La critique postcoloniale des débuts s’intéressait à la question de savoir comment l’Occident produisait une représentation déformée des sociétés non-occidentales, et tendait donc à laisser de côté le travail de Naipaul, considéré comme un orientaliste. Naipaul a souvent été dénigré par des critiques comme ...

Auteur

East West University (Dhaka)

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540