Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Continuité, classicisme, conservatisme dans les littératures postcoloniales

 | 
Cécile Girardin
, 
Philip Whyte

Troisième partie. Conservatisme : le goût de la synthèse et de la mélancolie

Chapitre X. Impérialisme et civilisation dans les écrits de Nirad Chaudhuri

Jean-Pierre Ricard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le numéro spécial de Granta consacré à l’Inde, en 1997, Nirad Chaudhuri revendiquait la plus longue carrière d’écrivain de l’histoire. Cette année-là fut aussi celle de la publication de son dernier livre : il avait alors cent ans ! Chaudhuri reconnaissait avoir été plus journaliste qu’écrivain, et, à la fin de sa vie, moins journaliste que prédicateur (Why I Mourn for England, 11-13). Il fut un écrivain engagé, un polémiste, un anticonformiste, un solitaire. Il se considéra souvent comme un écrivain incompris et mal aimé, du moins en Inde. Il est vrai qu’il passa la plus grande partie de sa vie à combattre les illusions du nationalisme et à défendre contre vents et marées la grandeur de l’héritage impérial.

Avant d’analyser le rapport entre impérialisme et civilisation dans les écrits de Nirad Chaudhuri, je voudrais rappeler brièvement quelques dates permettant de retracer son itinéraire. Ce détour par la biographie a aujourd’hui mauvaise presse : le refus du biographique est e...

Auteur

Université Michel de Montaigne (Bordeaux)

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540