Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Continuité, classicisme, conservatisme dans les littératures postcoloniales

 | 
Cécile Girardin
, 
Philip Whyte

Troisième partie. Conservatisme : le goût de la synthèse et de la mélancolie

Conservatisme : le goût de la synthèse et de la mélancolie

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La perfection classique implique, non point certes une suppression de l’individu [au contraire], mais la soumission de l’individu, sa subordination, et celle du mot dans la phrase, de la phrase dans la page, de la page dans l’œuvre. C’est la mise en évidence d’une hiérarchie » (Gide cité par Blanc, 160) : comme le suggère cette définition, classicisme et conservatisme convergent car ils mettent en place et défendent des systèmes de valeurs. Si la notion de conservatisme a mauvaise presse, c’est parce qu’elle évoque presque toujours une posture de réaction, d’opposition systématique au changement et la défense de privilèges ancestraux. Les chapitres de cette partie redonnent leurs lettres de noblesse à ce terme, en revenant à la définition de Burke : centrée sur la défense de lois fondamentales et des précédents de l’histoire, la méfiance à l’égard de la toute-puissance de l’individu et la croyance en une contrainte de la société sur l’individu. La notion fait également écho à une ...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540