Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Continuité, classicisme, conservatisme dans les littératures postcoloniales

 | 
Cécile Girardin
, 
Philip Whyte

Deuxième partie. Classicisme : formes et universaux

Chapitre VIII. Écrire hors du postcolonialisme : le cas J. M. Coetzee

Madeleine Laurencin

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« La liberté individuelle, que ce soit au nom de la morale ou de la loi, ne signifie pas que nous soyons individuellement libres de traiter d’autres êtres vivants (humains ou non) comme on le souhaite » (Coetzee, « Bullfighting », nous traduisons). Cette phrase écrite par J. M. Coetzee en 2010 pourrait a priori renvoyer à l’apartheid en Afrique du Sud dans les années 1990, ou à la situation actuelle de populations opprimées qui voient leurs libertés érodées par des gouvernements autoritaires. Cependant, cette citation est extraite d’une lettre co-signée avec Priscilla Cohn et envoyée à M. Benach, le président du Parlement de Catalogne, pour protester contre la pratique de la corrida. De toutes les causes qu’il aurait pu soutenir, Coetzee a donc préféré s’engager aux côtés de ceux qui luttent contre la cruauté envers les animaux. En effet, cette lettre envoyée à Mr Benach fait suite à un discours écrit pour une conférence de Voiceless1 en 2007 dans laquelle il présente en détail des ...

Auteur

Université Paris 3 – Sorbonne-Nouvelle

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540