Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Continuité, classicisme, conservatisme dans les littératures postcoloniales

 | 
Cécile Girardin
, 
Philip Whyte

Deuxième partie. Classicisme : formes et universaux

Chapitre V. La persistance de l’épopée dans le contexte postcolonial : Alice Munro et James Hogg

Héliane Ventura

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 1979, le prix littéraire le plus convoité en France, le Goncourt, fut attribué pour la première fois à une femme écrivaine non-européenne, Antonine Maillet, dont le roman Pélagie la Charrette, était rédigé dans ce qu’elle appelle « la langue de la côte » une langue qu’elle considère « déformée par le climat et aiguisée par la mer, par l’air salé dans les cordes vocales, et par le ressac incessant des vagues dans les oreilles » (Maillet, 719). Antonine Maillet s’exprime dans une langue héritée de la France du XVIe siècle, proche de celle qu’utilisait Rabelais, auquel elle consacra sa thèse de doctorat. Avec Pélagie la Charrette, elle s’engage dans une véritable réécriture de l’épopée au féminin, en narrant le voyage de retour à la terre natale d’une femme acadienne déportée en Louisiane, qui lors de cette traversée du continent nord-américain en charrette, sur le chemin interminable qui conduit à Grand Pré, rassemble autour d’elle une foule toujours croissante d’autres exilés.

Le v...

Auteur

Université de Toulouse-le-Mirail

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540