Versión clásicaVersión móvil

Continuité, classicisme, conservatisme dans les littératures postcoloniales

 | 
Cécile Girardin
, 
Philip Whyte

Première partie. Continuité : expériences coloniales

Chapitre III. Être cosmopolite à la renaissance bengalie : l’exemple de Toru Dutt (1856-1877)

Maya Boutaghou

Pueden acceder a los formatos HTML, PDF y ePub los usuarios de bibliotecas e instituciones que lo hayan adquirido en el marco de OpenEdition Freemium for Books. La obra podrá ser comprada de igual modo en formato PDF y ePub en los sitios web de nuestras librerias asociadas. Si la edición papel se encuentra disponible, tendrá enlaces a disposición para dirigirse a las librerías desde esta página.

Extracto del texto

Toru Dutt1 est née au Bengale en 1856. Alors qu’elle est une jeune adolescente, sa famille s’installe entre 1869 et 1873 en Europe2. À son retour, la famille se réinstalle à Calcutta. Le Bengale est alors en pleine renaissance, et Calcutta confirme son statut de capitale culturelle3. La vie et l’œuvre de Toru Dutt permettent de découvrir la complexité de la position d’une colonisée pratiquant plusieurs langues (l’anglais, le français, le sanskrit), et surtout baignant dans les représentations de plusieurs cultures. À partir de l’expérience que fait Toru Dutt de la diversité culturelle, visible dans sa correspondance et dans sa poésie, il convient de s’interroger sur les tensions idéologiques qui entourent la question du cosmopolitisme à l’époque coloniale. Toru Dutt manifeste implicitement un ethos cosmopolite dans ses écrits lesquels mettent en œuvre un désir de convivialité affirmant ses multiples appartenances (indienne, française, anglaise) et rejetant l’exclusion nationaliste. ...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search