Version classiqueVersion mobile

Continuité, classicisme, conservatisme dans les littératures postcoloniales

 | 
Cécile Girardin
, 
Philip Whyte

Première partie. Continuité : expériences coloniales

Chapitre III. Être cosmopolite à la renaissance bengalie : l’exemple de Toru Dutt (1856-1877)

Maya Boutaghou

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Toru Dutt1 est née au Bengale en 1856. Alors qu’elle est une jeune adolescente, sa famille s’installe entre 1869 et 1873 en Europe2. À son retour, la famille se réinstalle à Calcutta. Le Bengale est alors en pleine renaissance, et Calcutta confirme son statut de capitale culturelle3. La vie et l’œuvre de Toru Dutt permettent de découvrir la complexité de la position d’une colonisée pratiquant plusieurs langues (l’anglais, le français, le sanskrit), et surtout baignant dans les représentations de plusieurs cultures. À partir de l’expérience que fait Toru Dutt de la diversité culturelle, visible dans sa correspondance et dans sa poésie, il convient de s’interroger sur les tensions idéologiques qui entourent la question du cosmopolitisme à l’époque coloniale. Toru Dutt manifeste implicitement un ethos cosmopolite dans ses écrits lesquels mettent en œuvre un désir de convivialité affirmant ses multiples appartenances (indienne, française, anglaise) et rejetant l’exclusion nationaliste. ...

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search