Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Continuité, classicisme, conservatisme dans les littératures postcoloniales

 | 
Cécile Girardin
, 
Philip Whyte

Première partie. Continuité : expériences coloniales

Chapitre II. L’écriture ambivalente des nouvelles sur l’empire de Rudyard Kipling et de Somerset Maugham ou la modernité comme liant entre le colonial et le postcolonial

Jaine Chemmachery

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Kipling et Maugham sont à l’aube du XXIe siècle encore largement lus comme des écrivains impérialistes, Kipling en particulier. Auteur du poème « The White Man’s Burden » (1899), ce dernier a été fortement décrié durant la première moitié du XXe siècle avant d’être oublié, puis progressivement redécouvert dans les années 1980 par la critique postcoloniale. Toutefois, ses écrits sont principalement lus aujourd’hui comme des récits pour la jeunesse et/ou comme des récits impérialistes. Les écrits de Maugham semblent en revanche largement oubliés, assimilés à de la « mauvaise » littérature populaire par la critique depuis ses débuts.

Les nouvelles étudiées dépeignent la vie d’administrateurs et de planteurs dans l’empire – en Inde et en Afrique du Sud chez Kipling, dans certaines îles d’Asie du sud-est chez Maugham. La centralité de la question impériale dans ces textes n’est sans doute pas sans lien avec la sous-évaluation dont ils firent et font toujours l’objet. La nature nouvellisti...

Auteur

Université Rennes 2 – Haute Bretagne

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540