Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Colum McCann

 | 
Bertrand Cardin

Conclusion

Texte intégral

1La fiction de McCann est ici qualifiée de postmoderne à plusieurs reprises. De nombreuses spécificités justifient l’emploi de ce qualificatif pour la décrire : l’essor des voix marginalisées, la multiplicité des petits récits locaux, le jeu sur la temporalité, la subversion des conventions, l’hybridité, etc. L’interaction textuelle est l’une d’elles. De ce fait, le lecteur est constamment invité à découvrir un texte qu’il ne connaît pas, à relire un classique, un ouvrage oublié, à concentrer son attention sur une association stimulante qui s’avère fructueuse lorsqu’elle est approfondie.

2L’ensemble de nos lectures se focalise sur le texte centreur de McCann dans son rapport avec des textes allogènes qu’il assimile et transforme. Comme son nom l’indique, l’intertexte est prioritairement axé sur le texte et spécifiquement sur le lien qui l’unit à un autre. Formant un ensemble composé d’éléments variés et disparates, il se construit comme une mosaïque, un patchwork ou un kaléidoscope. L’intertexte est pluriel, hétérogène et fragmentaire, d’où sa présence récurrente dans la littérature postmoderne.

  • 1 « The best way to protect a tradition is to attack and subvert it » (Kiberd D., Inventing Ireland, (...)

3Mentionner, faire référence ou allusion à d’autres textes vise à les protéger et les garder en mémoire. La production littéraire de McCann témoigne de respect et d’admiration pour les textes convoqués. Lorsqu’elle reprend une phrase, une situation, une idée d’un prédécesseur et la recontextualise, elle entretient son souvenir et revitalise des traces du passé. Le texte de McCann relit, accentue, condense, approfondit, mais aussi subvertit le texte canonique, ce qui est la meilleure façon de le préserver, de l’avis de Declan Kiberd1. Le questionnement de son autorité met en place un jeu de transformation, de transposition, de transgression, et contribue à faire du procédé intertextuel un divertissement parodique consistant à prendre une distance critique avec le matériau travaillé. Ambivalente, la parodie est à la fois imitation et inversion ironique. Tout en reconnaissant le prestige de ses illustres prédécesseurs, McCann renverse et déconstruit la tradition en adaptant une perspective ironique à travers la forme, le style et les thèmes qu’il emploie. Il inscrit ses textes dans l’héritage du canon, mais bouscule leur autorité en portant sur la tradition un regard permettant de s’en émanciper. C’est une façon d’attester que les valeurs ont changé, que les mythes ne sont plus crédibles. Aussi font-ils l’objet d’une réévaluation, correspondant bien à la manière dont l’existence est appréhendée aujourd’hui. En effet, n’est-ce pas la vie elle-même qui est ironique ? L’intertexte est alors aussi un outil d’adaptation, d’actualisation, donnant lieu à un affranchissement des contraintes. Il comble les écarts entre passé et présent, mais aussi entre fiction et réalité historique, lorsqu’il introduit des personnages référentiels dans la diégèse, entre genres littéraires, lorsqu’il insère des extraits de poèmes ou de pièces de théâtre dans les romans et nouvelles, ou encore entre nationalités, lorsqu’il convoque des auteurs européens, américains ou africains.

4Visant à réduire toute forme d’écart, l’intertexte est peut-être aussi un moyen pour McCann de sensibiliser son lecteur aux inégalités entre les hommes. La suppression de tous ces cloisonnements donne libre cours à une créativité renouvelée et participe à la construction d’un monde hybride, métissé, enrichi par l’Autre. L’œuvre de McCann se situe aux antipodes de tout carcan nationaliste et l’intertextualité qui la caractérise contribue à la positionner comme telle. Parce qu’elle met en liaison des textes publiés dans des nations différentes, elle laisse émerger un champ supra-ou transnational et donne tout son sens au concept de littérature mondiale.

Notes

1 « The best way to protect a tradition is to attack and subvert it » (Kiberd D., Inventing Ireland, op. cit., p. 605).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540