Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cocteau journaliste

 | 
Pierre-Marie Héron
, 
Marie-Ève Thérenty

Troisieme partie. Questions de genre

De l’éternité pliée

Pratiques, postures et poétique du grand reportage chez Jean Cocteau

Marie-Ève Thérenty

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ce voyage n’est pas dédié aux décors, mais au temps. À des héros d’une entreprise abstraite qui met en œuvre l’heure, la distance, les longitudes, les méridiens, la géographie, la géométrie, etc.
Jean Cocteau

La période 1935-1938 constitue une sorte de parenthèse exceptionnelle dans la carrière de Cocteau, parce qu’elle est largement consacrée au journalisme. À cette époque, il fait même deux « grands reportages » : un voyage en barque le long des côtes de la Méditerranée de Villefranche à Toulon, publié sous le titre « Retrouvons notre enfance » du 4 au 16 août 1935 et surtout un véritable périple effectué sur les traces de Phileas Fogg au printemps 1936 et qui paraît du 1er août au 3 septembre 1936 sous le titre « Mon tour du monde en quatre-vingts jours ». Ces deux séries peuvent être rapprochées à la fois par le choix assumé du genre journalistique du grand reportage, par le quotidien qui les accueille, Paris-soir, par les protagonistes qu’ils mettent en scène, Jean Cocteau et Mar...

Auteur

Université Paul-Valéry Montpellier 3, centre de recherche Rirra 21 (EA 4209)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540