Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cocteau journaliste

 | 
Pierre-Marie Héron
, 
Marie-Ève Thérenty

Troisieme partie. Questions de genre

Le Coq et les revues dada

Patrick Suter

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Si l’on découvre un jour ma grande spécialité, celle où j’étais seul au monde et incomparable, ce sera le déniaisement des genres », écrit Cocteau dans « Un coup d’épée dans l’eau » au début de la « Lettre à Jacques Maritain1 » (1925) – tout en précisant que, dans cette entreprise, il a bénéficié de l’apport essentiel de Radiguet :

Radiguet me vint en aide. Il s’agissait de déniaiser quelques genres : le comique, la grâce, la tragédie, le roman, le théâtre. Radiguet ajouta la réclame. Il voyait en elle une manière neuve de mettre en mauvaise posture des œuvres risquant de plaire trop vite2.

Or c’est précisément avec Radiguet qu’il fonde en 1920 l’éphémère revue intitulée Le Coq3, qui affirme, dans le premier numéro (avril), sous la plume manifestaire de Radiguet, et en grands caractères qui rappellent ceux de la réclame, l’espace esthétique dans lequel elle ambitionne de se situer. Le Coq entend à la fois dépasser les esthétiques cubiste et dada qui l’ont précédé, et leur succéder (...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540