Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Cocteau journaliste

 | 
Pierre-Marie Héron
, 
Marie-Ève Thérenty

Deuxieme partie. Le réel et ses questions

Le cinéma dans les séries de presse de Jean Cocteau : les années trente

François Amy de la Bretèque

I formati HTML, PDF, ePub sono accessibili agli utenti delle biblioteche e degli istituti che hanno richiesto la licenza OpenEdition Freemium per Books. Ad ogni modo, l'opera potrà essere acquistata online tramite le nostre librerie affiliate, nei formati PDF e ePub. Se la versione a stampa è disponibile sono proposti dei link verso le librerie in questa stessa pagina.

Estratto del testo

Jean Cocteau ne s’affirme jamais « critique de cinéma » en tant que tel. Il ne se revendique pas du sérail. Son écriture vient d’ailleurs. Il parle d’un autre lieu, son autorité lui est conférée par d’autres compétences. Est-il même ce qu’on appelle aujourd’hui un cinéphile ? Christian Rolot pense que non, ou plutôt qu’en tant que spectateur, il ne colle pas exactement avec ce que cette notion recouvre pour nous. « Il donne l’impression d’avoir une culture cinématographique non ordonnée », « il aime [avant tout] la nuit, l’hypnose, se laisser envahir par la magie des images1 ». Néanmoins, on va le voir s’essayer à exercer une sorte de magistère en matière de goûts cinématographiques, tout en ne prétendant à aucun prosélytisme.

On sait qu’il commença dès mars 1919 à écrire sur le cinéma dans Paris-Midi (notamment sur Charlot) et qu’en 1925 il participa aux Cahiers du mois. À cette époque la critique de cinéma n’est pas encore une catégorie constituée, ce sont des écrivains et des arti...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540