Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cocteau journaliste

 | 
Pierre-Marie Héron
, 
Marie-Ève Thérenty

Deuxieme partie. Le réel et ses questions

Le cinéma dans les séries de presse de Jean Cocteau : les années trente

François Amy de la Bretèque

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Jean Cocteau ne s’affirme jamais « critique de cinéma » en tant que tel. Il ne se revendique pas du sérail. Son écriture vient d’ailleurs. Il parle d’un autre lieu, son autorité lui est conférée par d’autres compétences. Est-il même ce qu’on appelle aujourd’hui un cinéphile ? Christian Rolot pense que non, ou plutôt qu’en tant que spectateur, il ne colle pas exactement avec ce que cette notion recouvre pour nous. « Il donne l’impression d’avoir une culture cinématographique non ordonnée », « il aime [avant tout] la nuit, l’hypnose, se laisser envahir par la magie des images1 ». Néanmoins, on va le voir s’essayer à exercer une sorte de magistère en matière de goûts cinématographiques, tout en ne prétendant à aucun prosélytisme.

On sait qu’il commença dès mars 1919 à écrire sur le cinéma dans Paris-Midi (notamment sur Charlot) et qu’en 1925 il participa aux Cahiers du mois. À cette époque la critique de cinéma n’est pas encore une catégorie constituée, ce sont des écrivains et des arti...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540