Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cloches et horloges dans les textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Horloges allégoriques

Cloche et horloge à Rouen, Jacques le Lieur et le puy

Denis Hüe

Résumé

Entre le Parlement, la cathédrale et l’église des Carmes, Jacques le Lieur a travaillé pour la cité, écrit pour le Puy ou commandé des vitraux ; la cloche et l’horloge y figurent, articulant le temps de la ville et le temps de l’église, le temps de la prière et celui du quotidien ; si l’horloge marque une sorte d’idéal parfait et inaccessible pour de nombreuses raisons, la voix de la cloche peut scander la vie des humains et les rappeler à l’émerveillement de leur Salut. La cloche entretient un lien privilégié avec Marie et l’Incarnation, tandis que l’horloge articule les temps astrologique et céleste et représente la tempérance ou la régulation nécessaires au salut.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans le premier quart du XVIe siècle, divers événements scandent l’actualité de la ville de Rouen et contribuent à modeler la figure de la cité telle que nous la connaissons. Dès la fin du XVe siècle, le cardinal Guillaume d’Estouteville avait décidé de la construction de la tour sud du portail de la cathédrale ; ce sera la fameuse Tour de Beurre, dont la construction commence dès 1485, mais qui se prolongera bien avant dans le siècle suivant, puisqu’elle sera achevée en 1507 seulement, après vingt-deux ans de travaux1. Le 2 août 1501, on fondit sur le parvis de la cathédrale la plus grosse cloche de France, commanditée par Georges Ier d’Amboise, l’illustre cardinal archevêque de Rouen, premier ministre de Louis XII, légat du pape et grand mécène de sa cathédrale : il avait demandé que ce fût « la plus belle cloche qui fût vue dans le royaume ». D’abord d’un poids de 40 000 livres, elle fut ramenée à 36 000 livres, parce que la charpente de la Tour de Beurre n’aurait pu la supporter...

Auteur

Il est professeur de langue et littérature du Moyen Âge et de la Renaissance à l’université de Rennes ; responsable du Centre d’étude des textes médiévaux, il a fait sa thèse sur la poésie palinodique à Rouen ; il a publié récemment Lectures de Charles d’Orléans aux Presses Universitaires de Rennes (2010) et Le jeu et l’accessoire, mélanges Michel Rousse, en collaboration avec Marie Bouhaïk Gironès et Jelle Koopmans, aux éditions Garnier (2011).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540