Version classiqueVersion mobile

Cloches et horloges dans les textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Horloges allégoriques

Sens et enjeux d’une nouvelle métaphore : L’Orloge amoureus de Froissart

Michèle Gally

Résumé

Ce dit de Froissart prend place dans une histoire des métaphores matricielles du discours amoureux médiéval. Froissart entend renouveler ces images en s’emparant d’une invention technique récente : l’horloge. Entre lyrisme et didactique, son texte s’inscrit d’entrée de jeu dans une subjectivité poétique en établissant une similitude entre « je » et l’horloge. Il se poursuit en entrelaçant habilement termes poético-érotiques et termes d’horlogerie, proposant une poétisation des termes techniques en les attirant dans le champ de la lyrique. Le dit, à la fois art d’aimer et offrande lyrique à la dame, combine l’ancien et le nouveau lyrisme, la célébration musicale de la dame et le souci du temps. Enfin, l’horloge, par son mouvement qui ne s’interrompt pas, renvoie au travail poétique à la fois répétition, renouvellement et maîtrise, où se nouent l’expérience de la mémoire et celle du temps. In fine, l’écrit qui en résulte transcende la mort, comme l’horloge qui en mesurant le temps le projette aussi dans un avenir indéfini.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Car il voyageait […] à la manière des chroniqueurs du Moyen Âge, de Froissart notamment trop curieux de faits particuliers pour arriver par une discrimination avertie à la connaissance du général.
Armand Guibert, Rupper Brooke, 1933.

Les quelques lignes qui suivent peuvent être rattachées à une histoire des métaphores matricielles de la représentation de l’amour et du discours amoureux médiéval : fontaine-miroir de Narcisse, échiquier et partie d’échecs1… L’orloge représenterait une tentative de Froissart pour renouveler ces images du discours amoureux à un moment de tournant de la lyrique, moins liée nécessairement à la musique, davantage sensible au temps qui passe, et qui rompt à la fois avec le temps répétitif et avec le solipsisme des premiers trouvères. Le court dit de Froissart est à peu près contemporain des Echecs amoureux (1360-1370) restés anonymes et inachevés. Dans celui-ci, le narrateur engage sur l’ordre du dieu Amour une partie d’échecs avec une demoiselle dont il tomb...

Auteur

Professeur de littérature médiévale à l’université de Provence, elle est spécialiste de la lyrique et du discours amoureux médiéval (L’intelligence de l’amour. Arts d’aimer et poésie, CNRS Éditions, 2005), et travaille aussi sur les « arts poétiques » (Oc, oïl, si. Les langues de la poésie entre grammaire et musique, Fayard, 2010) ainsi que sur diverses formes de « théâtralité ». Son deuxième champ de recherche porte sur les réécritures de la matière médiévale poétique et fictionnelle aux XXe-XXIe siècles et, actuellement, sur le médiéval et la scène contemporaine (livre en préparation sur Jean Vauthier et le Jeu de la Feuillée. A paraître chez Champion en 2012.) Elle est à ce titre présidente de l’association savante « Modernités Médiévales ».

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search