Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cloches et horloges dans les textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Horloges et mécaniques romanesques

Horloge et ruse dans le roman de Jehan de Saintré

Corinne Denoyelle

Résumé

Le Roman de Jehan de Saintré s’inscrit dans une riche intertextualité qui utilise la littérature arthurienne toute entière comme un signe de la courtoisie. Or la conception du signe à l’intérieur du récit est duelle, et oppose d’une part les personnages qui, comme le chevalier Jehan de Saintré, croient au fonctionnement symbolique du signe, où celui-ci, pour reprendre les définitions de Jean Scheidegger et Julia Kristeva, est appuyé par une garantie extérieure ; d’autre part les personnages qui, comme la dame des Belles Cousines et l’abbé, son amant, savent que le signe a un fonctionnement sémiotique, seulement défini par l’usage flottant du langage. Utilisée par l’abbé de manière rusée pour effacer les repères temporels, l’horloge est ainsi emblématique d’un usage orienté du signe : loin d’avoir la valeur d’une référence absolue, elle devient aussi aléatoire et arbitraire que les appétits des personnages pervertis qui l’utilisent. L’opposition de ces deux systèmes de signes structure le roman avant que la fin ne révèle que même la vie de ce parangon de vertu qu’était le chevalier, n’est aussi qu’un signe dans un monde de littérature.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le « traittiez » « des amours d’une dame des Belles Cousines de France et du tresvaillant chevalier le sire de Saintré1 » qu’offre Antoine de La Sale à son élève, Jean de Calabre, fils du roi René d’Anjou, a été pendant longtemps l’objet d’un malentendu littéraire : considéré comme le « premier roman français écrit en prose », à une époque « où la prose balbutie encore2 », il a été d’un côté, vanté pour son réalisme précurseur et considéré comme un document sur son siècle3 et d’un autre, utilisé comme modèle de machinerie littéraire complètement détaché de toute la production médiévale antérieure4. De plus on l’a aussi souvent considéré comme la réussite fortuite d’un homme d’armes, piètre écrivain qui aurait bénéficié de l’aide de ses secrétaires5. Ainsi la structure du roman a été incomprise : les deux premiers tiers en effet sont l’exaltation du mode de vie et des amours chevaleresques mais la fin, violente et misogyne a surpris les critiques et a été lue comme le fruit d’un rema...

Auteur

Professeure adjointe à l’université de Toronto, elle est spécialiste des dialogues romanesques, et a publié La Poétique du dialogue médiéval aux PUR en 2010. Sa recherche principale porte sur les formes complexes de dialogues dans la littérature médiévale narrative dans une démarche à mi-chemin entre la linguistique pragmatique et la littérature.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540