Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cloches et horloges dans les textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Horloges et mécaniques romanesques

Artus de Bretagne aux xive et xve siècles : du rythme solaire à l’horloge faée

Le temps des clercs et celui des chevaliers

Christine Ferlampin-Acher

Résumé

Si dans la version du XIVe siècle conservée par le manuscrit BnF fr 761 la conjointure s’organise autour d’un héros restaurateur des rythmes solaires, l’épisode de l’horloge fée, au XVe siècle, correspond à une représentation du temps complètement différente. Inspirée par les horloges contemporaines, cette merveille exprime l’inquiétude du clerc face à la technique. À travers l’étude de l’intertextualité, des représentations concrètes et des pratiques poétiques dans leur évolution du XIVe au XVe siècle, il apparaît que l’horloge d’Artus de Bretagne s’inscrit dans le débat, ancien, qui oppose les clercs et les chevaliers et témoignent de l’inquiétude que suscitent le métal et la forge.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Artus de Bretagne, roman en prose composé vers 13201, raconte les amours du héros, Artus, et de la belle Florence, protégée de la fée Proserpine. Trois manuscrits du XVe siècle reprennent le récit et le développent dans une succession complexe d’aventures2 ; au cours de l’une d’elle le héros est confronté à une horloge fée, d’autant plus surprenante que dans le roman, et en particulier le roman arthurien, mis à part quelques automates, hérités de Huon de Bordeaux ou de la tradition orientale, ces innovations techniques de la fin du Moyen Âge sont à peu près inexistantes. Alors que le roman du XIVe siècle peut se lire comme l’itinéraire d’un héros restaurateur de lumière, placé sous la protection de Proserpine, la déesse des rythmes saisonniers3, les versions du XVe siècle déconstruisent cette conjointure sans parvenir à clore les aventures. Nous verrons d’une part qu’alors que certains textes de la littérature allégorique proposent une vision positive de l’horloge, Artus met en scèn...

Auteur

Professeur à l’université Rennes 2, ses travaux portent sur le roman arthurien (en particulier à la fin du Moyen Âge, d’où son intérêt pour Perceforest) et sur le merveilleux. Elle a édité Guillaume d’Angleterre et participé à l’édition collective de la version BnF. 757 du Tristan en prose. Elle a publié Fées, bestes et luitons. Croyances et merveilles dans les romans français en prose (XIIIe-XIVe siècles), Paris, Presses Universitaires Paris Sorbonne, 2002 ; Merveilles et topique merveilleuse dans les romans médiévaux, Paris, Champion, 2003 ; Perceforest et Zéphir : propositions autour d’un récit arthurien bourguignon, Genève, Droz, 2010.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540