Version classiqueVersion mobile

Cloches et horloges dans les textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Les cloches dans la genèse du temps romanesque

Les cloches dans le « Perlesvaus », ou le Graal à l’origine du temps

Anne Berthelot

Résumé

À la différence de la Quête du saint Graal quelques années plus tard, Perlesvaus : le Haut Livre du Graal essaie de révéler les indicibles secrets du Graal, en se plaçant à l’origine des temps, dans une temporalité décalée où le règne d’Arthur est situé deux ou trois générations après la venue du Christ. Cette modification de la chronologie transforme les aventures des chevaliers errants en une croisade systématique pour implanter le christianisme dans une (Grande-) Bretagne partagée entre les païens et les tenants de l’« Ancienne Loi ». Les uns comme les autres doivent être instruits non seulement dans les vérités théologiques, mais dans les détails les plus terre-à-terre de la liturgie : c’est ainsi que la cloche devient l’une des muances du Graal, une remarquable innovation dans la manière de mesurer le temps chrétiennement et d’ordonner le monde humain hanté par le(s) diable(s) selon les règles divines.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le « Haut Livre du Graal » se trouve confronté à l’éternel problème des textes du Graal, à savoir parler d’un secret indicible, dont on ne peut, et pour cause, révéler la nature. Ce sont « les secrés du Graal », comme le dirait avec une désinvolture qui masque mal la frustration la Queste del saint Graal quelques années plus tard1. Dans une large mesure, le Perlesvaus tourne la difficulté en se plaçant à l’origine des choses, à l’amont de tous les discours théoriques sur le Graal et ses mystères. En fait, et bien qu’il se situe relativement tard dans le règne du roi Arthur2, le roman donne l’impression de présenter un monde, aussi bien chrétien qu’arthurien, encore en chantier, dont il faut « inventer » et organiser les différents éléments constitutifs de l’univers bien connu des autres ouvrages, sur le plan narratif comme sur le plan théologique, afin de quadriller un espace encore « sauvage » de rites ou rituels et de reliques. Grâce à un tour de passe-passe chronologique, en part...

Auteur

Professeur de Français et d’Études médiévales à l’université du Connecticut, elle est spécialiste de la légende arthurienne, et a publié plusieurs ouvrages, académiques et de vulgarisation, sur le sujet, ainsi que de nombreux articles. Depuis quelques années, elle s’intéresse aussi à la réception de la matière de Bretagne à l’époque moderne, dans une perspective comparatiste. En tant que fondatrice et actuelle secrétaire de la Société Internationale des Amis de Merlin, elle s’attache particulièrement aux avatars de ce personnage dans les domaines français et anglo-saxon. Elle prépare une « biographie mythique » de Merlin à paraître aux Éditions Ellipses en 2012. Elle a aussi en projet une étude sur les avatars du roman arthurien tardif, du Roman des fils du roi Constant au Roman de Perceforest.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search