Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cloches et horloges dans les textes médiévaux

 | 
Fabienne Pomel

Les cloches dans la genèse du temps romanesque

Cloches, chevauchées et temporalités narratives : la mesure du temps dans le roman en prose du xiiie siècle

Francis Gingras

Résumé

Les historiens, et en particulier Jacques Le Goff, ont montré combien le passage des cloches de l’église à celles des ouvriers avait changé le rapport au temps des hommes du Moyen Âge. Dans la mesure où cette rupture épistémologique est concomitante de l’affirmation d’une nouvelle forme narrative en langue romane, cet article propose de voir si la mesure du temps dans les textes narratifs des XIIe et XIIIe siècles permet de mettre en relation ce tournant de l’histoire de la mesure du temps en Occident et l’histoire des formes narratives médiévales. La comparaison des occurrences des heures canoniques, de l’expression de la durée et des temps grammaticaux dans différents genres (chansons de geste, romans en vers et romans en prose) permet d’abord de tester la pertinence d’une distinction générique dans le rapport au temps. L’étude de procédés de découpage narratif permet ensuite de voir les liens entre la mesure du temps et l’énonciation, mais aussi de dégager deux modes de découpage du temps, suivant qu’il s’agit de romans cycliques ou de romans « autonomes ». Enfin, la lecture d’un passage du Perlesvaus, centré sur l’épisode de l’invention des cloches, permet de voir à l’œuvre la conscience d ¹ un romancier au moment de mettre en récit son rapport au temps.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

On connaît depuis Ricœur le lien fondamental, même intrinsèque, entre temps et récit, relation qu’il a synthétisée en proposant de « tenir le récit pour le gardien du temps, dans la mesure où il ne serait de temps pensé que raconté1 ». On a beaucoup moins insisté sur l’étonnante coïncidence de l’émergence de nouvelles formes narratives en langue vernaculaire et d’un mouvement profond de transformation de la mesure du temps dans le monde médiéval. Jacques Le Goff a ainsi suivi cette laïcisation du temps au Moyen Âge central qui voit le passage des cloches de l’église à celles du beffroi2. La transformation est majeure et présente un caractère social évident qui se matérialise avec le développement, à la même période, des « cloches des ouvriers » (Werkglocke). De la sorte, le rapport au temps connaît une mutation significative qui voit le monde passer du temps incertain, humain, de la cloche au temps mesuré, machinal, de l’horloge mécanique.

Le lien entre ce tournant épistémologique et...

Auteur

Professeur de littérature française du Moyen Âge à l’université de Montréal, il est l’auteur d’Érotisme et merveilles dans le récit français des XIIe et XIIIe siècles (Paris, Champion, 2002) et vient de faire paraître Le Bâtard conquérant : essor et expansion du genre romanesque au Moyen Âge (Paris, Champion, 2011).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540